Humeurs
5 avril 2016

Chère Elisa #7

Chère Elisa,

J’ai commencé ce mail une bonne dizaine de fois et l’ai effacé autant de fois…
Les mots me viennent et pourtant tout est confus.
J’ai donc décidé de faire court…

Comment y arrive-t-on?

Comment réussir à avancer quand au bout de 14 ans il m’a annoncé qu’il me quittait, qu’il a décidé d’aller de l’avant mais qu’il aimerait toujours ses deux enfants et qu’il serait toujours là pour eux, mon amour de 5 ans et ma princesse d’un mois et demi?

Je me sens perdue et j’ai peur… Peur de ne pas y arriver, de ne pas réussir à sortir la tête de l’eau… Ma famille est là, mes amis aussi mais je n’arrive pas à effacer ce sentiment de vide…

Comment? Comment?

Merci

Virginie

IMG_9948.jpg_effected IMG_9950.jpg_effected IMG_9958.jpg_effected IMG_9973.jpg_effected IMG_9986.jpg_effected IMG_9990.jpg_effected IMG_9993.jpg_effected IMG_9995 (1).jpg_effected IMG_9997.jpg_effected

Chère Virginie, 

Ton message me touche énormément. Je suis triste pour toi, triste de lire que cela t’arrive juste après la naissance de ton deuxième enfant.

Je voudrais te rassurer et te dire que tout ira bien avec le temps. Mon dieu qu’elle peut être énervante cette phrase et pourtant tellement vraie « il faut laisser le temps au temps ».

Ta peine d’amour, je ne peux pas en dire grand chose, je pense qu’elle s’effacera avec le temps et les nouveaux amours qui finiront, inéluctablement, par arriver.

Ta bataille immédiate, c’est plutôt cette vie seule avec tes enfants que tu t’apprêtes à vivre.

Y arriver, tu y arriveras, tu trouveras en toi cette force nécessaire, insoupçonnée, cet amour tellement plus fort que les amours charnels.

Je ne peux décemment pas te dire que cela sera facile car cela ne l’est pas.

Mais cela le deviendra de plus en plus, je lis que tu as la chance d’être entourée et c’est déjà énorme.

Profites en, ne t’isole pas, n’aie pas peur de demander de l’aide ou encore du temps pour toi pour souffler un peu.

Essaie de te concentrer sur des taches, cela m’avait beaucoup aidée: je m’étais fixée des buts comme 1) faire les peintures et installer mon appartement 2) m’organiser une soirée avec des amis dans mon nouveau chez moi 3) profitez de mes pauses déjeuner pour voir des copines seule et vider mon sac. A chaque étape franchie, j’avais ce sentiment de petite victoire, de « je peux le faire seule »! C’est con mais le jour ou je me suis achetée une perceuse, et ou j’ai installé mes placards toute seule, je ne marchais plus dans la rue je volais! Ce jour là j’ai revu mon ex et tout me paraissait déjà moins dur.

Une autre chose qui m’avait beaucoup apporté, cela avait été de me faire des copines mères célib’ comme moi, on se soutenait, on s’échangeait les bons plans, on se gardait à tour de rôle les enfants. Mais surtout on s’organisait des dîners avec les enfants, cela a été ma nouvelle vie sociale, celle qui m’a permis de réaliser que je n’étais pas seule, et que la vie continuait.Je les avais rencontrées à l’école en discutant à la sortie des classes.

Je te serre fort dans mes bras et t’envoie toutes mes pensées, tu y arriveras et tu seras heureuse à nouveau. Et tout cela ce sera grâce à toi, car toi seule a la force de mener ce chemin pour toi et pour tes enfants.

Je compte sur vous toutes pour apporter vos expériences et votre soutien à Virginie.

Je vous embrasse, belle soirée

Elisa

Ajouter un commentaire

37 commentaires

Bonsoir,
Je vous souhaite plein de courage pour cette épreuve Virginie. Mon ex m’ayant quitté alors que j’étais enceinte de 2 mois de notre 2ème enfant désiré (Bébé est né il y a 4 mois) ; la vie continue, soyez forte. Une pensée pour vous et bonne nuit ! 🙂

oui ça peut sembler un facile mais il faut tenir bon , courage Virginie et plein de douceurs

Oh, je suis tellement désolée pour toi Virginie. Accueillir un enfant, c’est déjà un tel chamboulement et on a tant besoin de se sentir soutenue.

Tu as eu la force de créer cette famille et même si la vie n’est pas celle que tu avais imaginée, cette nouvelle vie à trois sera aussi remplie de rires d’enfants, de pas de danse et de roulades dans l’herbe. Vous avez tant de souvenirs à vous construire ensemble.

Et s’il n’y a pas d’amoureux pour l’instant, je pense que c’est important de prendre soin de toi, parce que même les mamans magiciennes du quotidien ont le devoir de se chouchouter.

Nous sommes toutes des héroïnes du quotidien, mais toi, tu es une super-héroïne, rien de moins !

Je t’embrasse,
Daphné

Tenez bon rien que pour vos Deux Enfants,vous avez de la chance d’avoir de la Famille et Amies proche de vous qui seront la pour vous soutenir,vous aider..!!.Allez de l’avant vous avez pleins de belles choses à vivre,à partager qui vous attendent surtout avec vos Enfants..!!.Prenez bien soins de vous et pleins de courage pour la suite..!!.

Ça oui, tu y arriveras, Virginie.
Cela n’a peut-être pas beaucoup de sens pour le moment de recevoir ces encouragements bordés de certitudes, mais lorsque tu jetteras un œil dans le rétroviseur, dans 6 mois, dans 1 ans, dans 10 ans, tu pourras mesurer le chemin parcouru.
Je partage les dires de Daphné : les femmes sont des héroïnes, capables de tellement ! Parfois, elles me font penser au Phoenix, à toujours renaître des cendres, à toujours se réinventer …
Repais-toi de l’affection de tes proches, repose-toi sur des épaules amicales et compatissantes et emplis-toi de l’amour de tes enfants, le vrai, l’inconditionnel, celui qui donne la force de soulever des montagnes.
Et accordes-toi aussi le droit de flancher de temps en temps. Reste bienveillante envers toi-même. Garde confiance …
Comme ma tante adorée me l’a souvent dit : « ça aussi, ça passera » … Et c’était vrai, à chaque fois. Tu en sortiras encore plus grande.
Prends-soin de toi.

Bonsoir virginie, je te lis et les larmes roules parce que moi aussi dans mon couple tout n’est pas parfait j’espère que nous n’irons pas jusque la séparation mais il m’arrive de me dire « mais comment je ferais? »Et au fond de moi une petite voix me dit « tu ferais c’est tout… »Dans les moments difficiles on se sent perdue, vulnérable,fatiguée on regarde la montagne et on ne voit que le sommet en se disant mais comment je vais faire c’est haut oui mais une montagne se gravie par le bas et on la grimpe mollo jusqu’au sommet….Oui ce qui t’arrive est terrible c’est une évidence c’est comme une claque cet être aimé qui te quitte mais dans une séparation les torts ne sont pas que d’un côté et par là je veux dire que tu n’as pas à te marteler la tête de j’aurais du…, j’aurais pu…Ne te remets pas en doute en tant qu’individu s’il te plait soit bienveillante vis à vis de toi….Si tu commençais par te faire du bien une nouvelle coupe, des petits buts atteignables jour après jour, faire comme le dit Elisa un home sweet home te prendre en main puisque la vie ne t’en laisse pas le choix…..Je lis que tu es entourée c’est très important et en cela c’est un atout cela va t’aider….Ce que je vais dire est banal mais sois forte pour toi et tes deux petits loups ce petit bébé qui vient d’arriver et qui j’en suis sûre va t’aider à tenir…Je t’embrasse Virginie et je te serre fort dans mes bras car oui la vie est dure parfois cruelle mais la lumière elle est toujours là regarde les tes petits bouts tes petites loupiotes dans la nuit ca c’est beau!

Bonsoir Virginie, et Elisa,
Ma meilleure amie avait déménagé il y a quelques années à Lyon , pour suivre son amoureux qui effectuait un virage professionnel à 180 degré …elle croyait en lui et en leur vie future..
Quatre ans plus tard, ils se sont séparés après 23 ans de vie commune et 3 enfants.
Elle prit alors la décision de revenir à Nantes avec les enfants.
Ses racines sont à Nantes, et surtout, c’est là qu’elle se sent entourée des ses amies et ça , comme dit Elisa, c’est important .
Vous ressentirez certainement le besoin d’échanger dans les moments difficiles et pour cela, c’est important d’avoir des amies qui vous connaissent bien et auprès desquels vous ne vous sentez pas jugée lorsque vous avez envie de pleurer..
Le plus dur pour elle a été de tourner cette page longue de 23 ans..
Je crois que tout s’est accéléré lorsqu’elle a retrouvé un job qui comblait ses attentes; elle s’était prouvé qu’elle pouvait enfin avancer seule .
Ça peut paraître bâteau de le dire, mais ayez confiance en vous et la vie..et c’est sûrement trop tôt pour le dire, mais l’amour frappera de nouveau à votre porte…l’air de rien!
Comme Elisa,
Je vous embrasse fort!

Chère Virginie. Je ne sais pas ce que c’est d’être une jeune maman seule mais j’en connais. J’ai aussi connu un amour passionnel pendant 3 ans qui c’est brutalement fini. J’ai constaté que comme pour mes amies, ce qui m’a fait aidé à surmonter cette épreuve c’est d’être entourée comme te l’a conseillé Elisa.
J’étais entourée d’incroyables amis qui ont su occuper mes moments de vide. J’ai connu à nouveau l’amour puis je suis partie dans une nouvelle ville, laissant derrière moi toutes ces merveilleuses personnes. Aujourd hui c’est le vide de mes conversations entre amies qui me pèsent le plus. J’ai donc cherché un moyen de faire de nouvelles connaissance dans ma nouvelle ville et j’ai justement rencontré très récemment de nouvelles personnes sur le site « mamans près de chez vous ». Je tenais à te le partager même si tu as l’air d’être très bien entouré. Ce site propose des sorties dans ta ville entre mamans avec les enfants (parfois sans). De quoi faire des rencontres et des découvertes qui t’occuperont l’esprit jusqu’à ce que le vide que tu ressentes s’efface petit à petit … Courage à toi !

Virginie,
C’est drôle mais quand ça m’est arrivé je voulais toujours que les gens me parlent mais je n’écoutais pas… c’était à sens unique, je voulais surtout moi parler, raconter… Notre amour, notre vie, notre famille. Je disais ce que je voulais à qui je voulais tout en sachant comment chacun réagiraient et ce qu’ils diraient. Alors t’écrire aujourd’hui c’est compliqué parce qu’au final quoique l’on te dise, tout se passera en toi, auprès des tiens, et petit à petit… Pour de vrai ?… Je crois qu’on ne peut pas vraiment t’aider. Mais on peut te dire comment ça s’est passé pour nous. Pas si mal, Je crois… Avec des hauts, des bas… Mais un truc qui fait qu’on s’en sort, si si je t’assure.

Comment tu vas faire ? Aucune idée ! Comment on a fait ? Aucune idée encore aujourd’hui.

Est-ce que ça passe ?… Elisa te dira peut-être que oui… Moi après 1an 1/2 je te dis toujours que non ! Le vide est différent.. Ce n’est plus un vide d’amour, ce sont des manques qui nous sont propres à chacun(es)…. Quand tu fais des démarches pour tes enfants seule, quand tu vis certaines 1res fois sans le papa… Que tu n’as qu’une envie c’est de l’appeler pour tout lui raconter… Mais ça tu auras toujours le droit de le faire rassure toi ! Mais oui ce n’est pas facile ! Et c’est aussi ce qui va te rendre plus forte… des petites victoires quotidiennes que toi seule verras mais te feront remonter et retrouver ta petite flamme.
Avec le temps je peux aussi te dire, que Tes enfants resteront aussi les siens et c’est ce qu’il y a de plus beau !
L’amour se transforme, puis tu regardes tes enfants et tu sais qu’ils sont vous 2, le mélange parfait si imparfait de vous 2… Juste la beauté de votre amour !
Voilà ce que vous verrez dans quelques temps et crois moi, quand vous serez assis toi et lui sur un canapé cote à cote, à regarder vos petits, malgré tous vos accords et désaccords, vous sentirez qu’ils sont votre amour ! Pas ton amoureux mais ce que vous avez vécu de plus beau !

Je ne vais pas te dire de prendre soin de toi… Je suis la personne type qui pense et pensera toujours aux autres avant de penser à elle… Mais si tu peux dort 🙂 c’est déjà ça !

Puis 2 choses m’ont aidée ( en plus de ma famille, mon fils et mes amis !)
Une phrase d’abord, de mon médecin qui me connait bien : « Une telle rupture amoureuse c’est comme un décès brutal. Il va falloir que tu fasses ton deuil ! Il va falloir que tu pleurs, que tu vivent tout ça, que tu souffres et comme dans tout deuil, à un moment ça va mieux ! Ca ne passe pas forcement mais ça va mieux on le sait tous ! C’est le deuil de votre amour… La seule différence avec la vraie mort c’est que l’autre en face est toujours vivant !  » C’est bête mais 3 mois plus tard je perdais mon grand-père, la vie qui avance et cette phrase m’est revenue… Effectivement c’était la même chose ! On avance avec, ça nous construit !
Puis l’autre électrochoc a été de vivre réellement de façon violente, le décès brutal dont parlait mon médecin… J’avais besoin d’un coup de pied aux fesses pour réagir et redevenir moi ! Un petit aurait surement suffit 🙂 Mais c’est comme ça… Et là encore je crois que ça n’a jamais été aussi vrai mais Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort !

Pour l’instant c’est dur à imaginer mais ça viendra ne t’inquiète pas!
Puis je crois qu’on a toutes besoin d’un électrochoc… Un nouvel amour, un changement de lieu de vie, une nouvelle coupe de cheveux, un voyage, une paire de chaussures, un nouveau travail… chacune aura sa méthode, l’important c’est qu’elle te convienne… Comme tout ce que tu vas vivre maintenant !

Quand tu auras des choix à faire (et tu vas en avoir des tonnes) choisis juste ce qui te fais plaisir, même si la raison te dit le contraire ! Sois égoïste ! Les gens qui t’aiment autour comprendront quand tu iras mieux, que tu te seras retrouvée ! Sois bienveillante et indulgente envers toi…

Je t’embrasse très très très fort

    Je voulais laisser un commentaire mais je me rend compte que tout ce que j’aurais pu dire est déjà écrit dans ce commentaire-là. Merci pour ces mots qui traduisent si bien ma pensée et, surtout, pour ce final « sois égoïste », qu’on ne dit pas assez à ceux qui souffrent.
    Des bisous à toutes,

    C’est tellement vrai ! Sur le moment on est pas prête à entendre et puis peu à peu les mots font sens.

Tu trouves toujours des mots doux Elisa.
Chère Virginie, Je suis de tout coeur avec toi. Je t’envoie du courage et des pensées.

Laure du Chère Elisa no 3 du 22 fév 2016 mercredi 6 avril - Répondre

Chère Virginie,
tu n’es pas seule dans la situation car tu es bien entourée, c’est dèjà une grande chance. Profites-en vraiment, c’est très reconfortant d’être écoutée et comprise, meme si tu racontes 50x la même chose, tu en as besoin et surtout n’hésites pas à demander de l’aide, peut-être même pour être accompagnée auprès des autorités (CAF, sécu, etc). Tu as besoin de ta force pour toi et pour être auprès de tes enfants. Et c’est normal que tu sens ce vide après ces deux grands chamboulements dans ta vie, mais je confirme ce qu’Elisa a dit « le temps t’aidera ». C’est qui est très important pour tes enfants maintenant c’est de respecter le père dans ton conjoint, même si c’est très dur pour toi et que tu as envie de crier injustice sur tous les toits, pour tes enfants c’est le père, donc avec toi la mère, vous êtes les personnes les plus importantes dans leurs vies et ça ne changera jamais et c’est très rassurant pour eux. Si tu as envie de continuer à parler, je t’écouterai avec plaisir: petitpoucedanslaforet@gmail.com. J’ai eu la chance d’être publiée par Elisa aussi et le résultat est merveilleux. Merci encore Elisa!

Chère Virginie ,
j’ai rencontré mon mari jeune,j’avais 17 ans et il est parti au bout de 14 ans tout comme toi me laissant seule avec un bébé de presque 20 mois. Tout qui part en éclat :la famille rêvée, l’estime de soi etc… Le deuil à faire de tant de choses … Se sentir désespérément seule, apprivoiser la solitude …tout ça prend du temps. Comme le dit Elisa ,il faut laisser le temps au temps.Phrase que je déteste mais qui est tellement vraie. Effectivement,tu dois faire le deuil d’une personne vivante et cela est très difficile car il fera toujours partie de ta vie puisqu’il y a les enfants. Étape après étape…Cela fera bientôt deux ans pour moi et les choses sont encore bien difficiles d’autant plus que pour mon cas, le divorce se passe mal.Malgré tout,les choses vont mieux qu’au début même si je me demande si je verrais le bout du tunnel. Ma force ,je la puise depuis le début dans l’amour inconditionnel que je porte à ma fille. Raccroche toi à tes enfants ,toujours….il te faudra beaucoup de courage mais tu y arriveras car tu n’as pas le choix. Le rire de tes enfants ,les joies partagées t’aideront à remonter à la surface. Je t’envoie une cargaison de ‘ courage’ .

Laure du Chère Elisa no 3 du 22 fév 2016 mercredi 6 avril - Répondre

J’ai oublié de citer les phrases qui m’ont beaucoup aidée:

« Personne ne peut remplacer la maman, dans leurs coeurs tu es toujours leur maman.3

« Si la maman va bien, les enfants vont bien. »

ça peut sembler évident, mais ces phrases là ont franchement beaucoup de vérite 🙂

Retour en arrière il y a 17 ans… avec mon fils de 2 ans à l’époque…au jour d’aujourd’hui c’est encore la plus grande souffrance que j’ai pu connaitre.
J’ai lu chaque témoignage et je suis d’accord avec tous.
Oui il faut faire un deuil et même pouvoir s’écrouler.. grâce à ma famille j’ai pu le faire, ils ont géré mon petit…
Et puis après je me suis sentie plus forte, j’ai fait la wonder woman, j’ai posé du lambris dans mon salon, j’ai acheté des outils, j’ai couru faire mes courses avec des talons aiguilles, j’ai changé de tête, j’ai changé totalement de look vestimentaire (j’ai donné tous mes habits !)… bon je continuais à pleurer… et puis je me suis forcée à me sentir « séduisante » chaque jour et la vie a été belle ensuite. Cette reconstruction ne s’est pas faite seule, j’ai forcé chaque jour, j’ai été portée par mon amour pour mon fils, et j’ai vaincu !
Je crois en vous, car je crois en cette force intérieure qu’ont toutes les femmes qui savent se battre et remonter la pente pour elles et leurs enfants ! Vous en faites partie ! Mille ondes positives pour la suite… !

Samantha

Courage Virginie!! ça va être dur??oui, tu vas y arriver? OUI.
Ce qui marche pour moi c’est de garder en tête que mon but c’est finir la journée… tout simplement, je ferai de mon mieux, et pour demain??? , comme disait Scarlett O’Hara (Autant en emporte le vent): « Après tout, demain est un autre jour ! »

Virginie, j’ai beaucoup de tristesse pour toi mais je sais que tu trouveras la force d’avancer et d’être là pour tes enfants MALGRÉ TOUT. Malgré ce deuil que tu dois faire, deuil du couple, deuil de la famille idéalement pensée. Malgré toute la fatigue et l’énergie déployée pour s’occuper seule d’enfants en bas âge. Malgré les moments de doute, les moments d’épuisement, les moments de peine, malgré les chagrins. Malgré le regard des autres, malgré ton propre regard (mais j’espère que tu parviendras à être bienveillante à ton égard). Malgré … les montagnes à gravir… tu seras aussi heureuse avec tes enfants, tu sauras trouver cette petite baguette magique pour transformer leur petite vie, leur enfance, en une succession de joyeux moments, au milieu d’autres moins drôles évidemment…. Tu apprendras à porter un autre regard sur la vie, un regard JOLI malgré tout, à sourire à la vie pour tes enfants et pour TOI! Et puis oui le TEMPS fera son affaire, il n’efface rien mais atténue beaucoup, je te le promets… Et oui je parle aussi un peu de moi dans ces quelques mots ! Il y a 3 ans, je me suis retrouvée dans une situation similaire : seule avec un bébé d’à peine 2 mois et une petite fille de 2 ans et demi…. Je t’envoie beaucoup de force, de courage et mes douces pensées. Si tu as envie d’échanger d’avantage, fais moi signe…

Virginie,
Tu es LA PLUS FORTE, toi.
Tu es celle QUI VA DE L’AVANT, toi.
Je te souhaite beaucoup de bonheur pour cette nouvelle vie, pas vraiment choisie, qui s’offre à toi. Tu vas en faire quelque chose de chouette, je le sens rien qu’à travers la manière dont tu as écris ce mail à Elisa !
(et si tu n’y arrives pas côté éducation, si ton aîné devient insupportable et ton bébé épuisant, va chercher de l’aide du côté de Faber et Mazlich, ça m’a énormément aidée, notamment sur les pbs d’opposition, de jalousie…)

Chère Virginie,

Depuis 3 mois, je traverse la même situation que toi. Après 13 ans de vie commune, et une Jolie de 4 ans, il a décidé qu’il n’avait plus la force d’essayer encore et encore de sauver notre couple.

Alors, je ne pense pas avoir le recul nécessaire pour te dire des choses très rassurantes, mais le seul conseil que je peux te donner c’est d’y aller tout doux, une journée après l’autre. Certains jours seront durs, remplis de larmes et de douleur. Mais certains lendemains seront plus doux. Tu te découvres capable de rire encore et tu te dis que ça fait du bien. Laisse-toi le temps de vivre ta peine autant que tes moments de répit.
Et surtout, sois indulgente avec toi-même. C’est le meilleure conseil qu’une de mes amies m’ait donné. Tu ne l’appliqueras certainement pas tous les jours, pas facilement. Mais essaie.

Je t’envoie toutes mes pensées, Virginie. Et Elisa,mille mercis pour ce que tu mets en place ici. J’en ai les larmes aux yeux à chaque fois (bon oui, j’ai peut-être la sensibilité exacerbée ces derniers temps, avouons-le).

Chére Virgine,
Avec le temps tout ira vers le mieux, et tu vas y arriver. Dieu que cette phrase est énervante, mais tellement juste! C’est non sans émotions que je te lis. Il y a trois ans, tout comme toi je me retrouvais seule avec mon fils né quelques mois auparavant. 11 années passées avec son père qui me quittait pour une autre. le monde s’écroulait sous mes pieds. Sentiments de tristesse, colère, injustice, dégoût. Des tas de questions… des pourquoi et encore des pourquoi. La survie, l’instant présent, les doutes, le découragement, la trouille , la folle envie d’y arriver, de prouver au monde entier que je pouvais assurer malgré la situation. la douleur elle est là, et bien réelle, et il y a aussi le temps pour la vivre, toujours ce fameux temps… celui du deuil: de l’être aimé, des projets qu’on s’était imaginé, de la famille telle qu’on l’avait envisagée. Se poser, prendre soin de soi, des sa propre estime, découvrir l’amour de mes proches, leur présence bienveillante et des moments inoubliables avec eux à mes côtés. l’amour inconditionnel de mon fils. Ce que j’aimerais te dire c’est que le temps de l’apaisement finira par arriver, à ton rythme, étapes par étapes. Trois ans après, je la comprend enfin cette notion là et je peux regarder en arrière plus sereinement et bien plus forte. Ce temps là je te le souhaite de tout mon coeur et je t’embrasse fort.

Mon Dieu que les hommes sont lâches. Je suis d’accord avec tous vos commentaires et toutes mes bonnes pensées vont vers Virginie mais quand même, merde ! C’est pas possible de faire ça à sa famille et à sa femme. Pas avec un nouveau-né arrivé dans la famille! Franchement Virginie, tu te voies dans le cas contraire, laisser tes deux enfants à ton compagnon sous prétexte que tu as bien réfléchi et que tu veux une autre vie ?
Ça m’énerve ce manque de respect envers toutes les femmes. Comme si nous, on ne pouvait pas être épuisées, avoir envie de jeter l’éponge, avoir envie d’une nouvelle vie… Envies qu’on ne s’autorise finalement pas (ou peu) car on pense à notre famille, au qu’en-dira-t-on, parce qu’une femme n’abandonne pas ses enfants (mais un homme… oui??!)
Virginie, je te souhaite de tout coeur de réussir à accepter cette séparation et à ne pas te remettre en question. Celui qui fuit, celui qui est lâche, celui qui préfère la facilité, ce n’est pas toi ! Les prochains mois seront sans doute difficiles mais pense que la personne référente pour tes enfants c’est toi et il faudra être forte pour cela. Les moments qu’ils vivront ils les vivront avec toi, celle qui les accompagnera au spectacle de fin d’année mais aussi chez le docteur ou à l’école ce sera toi et c’est ce qui fait que tu seras leur roc, leur point fort, leur point d’attache, toujours !
Je te souhaite plein de courage, d’énergie et d’amour.
Amicalement,
Harmonie

Virginie, je te souhaite de tout cœur bon courage pour cette épreuve. Je suis d accord avec Elisa, un petit pas chaque jour et au final un long chemin parcouru… Je pense également qu il ne faut pas hésiter à consulter si ça ne va pas. Tu es encore en post partum, tu dois déjà être toute chamboulée avec la chute des hormones, et ce choc énorme qui te tombe dessus… Un conseil, n attend pas d être complètement sous l eau pour demander de l aide.
Sois forte Virginie et ressource toi auprès de tes petits, ils sont certes parfois épuisants mais également une super source de motivation à aller de l avant. Bises, Maryline

Bonjour Virginie, je suis très touchée par la simplicité et la force qui se dégage de ton message. Je n’ai pas pour habitude de donner des conseils…mais là, cela m’a paru évident, saches que OUI, tu vas y arriver car ta démarche d’écrire ici est déjà la preuve que tu veux t’en sortir. Tu vas passer par beaucoup de phases très différentes, contradictoires….toutes ont leurs raisons d’être et il ne faut pas lutter, il faut accepter chaque étape et ne pas être trop dure avec toi. Le temps atténue les maux, ces mots sont dérisoires et faciles à l’heure actuelle où tu dois affronter la tempête….mais je sais que tu vas te relever, encore plus forte et que tes enfants seront là, fiers de toi! Je t’envoie de la force, du courage et beaucoup d’ondes positives.

Très dur la vie à 2, très dur la vie seule…
Heureusement les enfants sont là. Prends soin de toi Virginie et de tes enfants, ils sont ta famille.
Elisa donne nous des nouvelles, si tu peux, de Virginie et des « Chère Elisa » en général, en qui on se retrouve toutes un peu…
Merci et soyons bienveillante envers nous et les femmes autour de nous

O purée ! Bises Virginie, je t’envoie des bises. Si tu nous dis où tu es, on peut se mettre en relation pour t’accompagner, si tu en as envie ?

La première chose qui me vient à l’esprit, c’est Merde. Quelle merde….Tu es encore dans une phase difficile, une phase de chamboulement hormonal, de fatigue dû à l’accouchement et aux nuits, une phase de repositionnement vis à vis des enfants, l’aîné qui devient grand frère ou soeur et qui doit partager sa maman. Bref, je ne vois pas pour l’instant de montagne à gravir, je vois un abîme profond et tellement douloureux. Mais la réponse d’Elisa est très juste, tourne toi d’abord vers des choses pratiques, organise ta nouvelle vie. Puis petit à petit, entoures toi des bonnes personnes, celles qui sont aussi passées par là et celles qui t’aiment. Je pense que la route est longue, elle va être aussi enrichissante, pleine de surprises, de moments durs mais aussi de fiertés. Tu as les ressources, elles sont en toi. Tu es (apparemment ainsi que tes enfants) en bonne santé, tu trouveras l’énergie, et tu graviras cette montagne.

Juliette (Lillyandjules) mercredi 6 avril - Répondre

J’avais 14 ans, papa m’a dit qu’il était amoureux. Il est parti. « Elle » avait 23 ans, ma petite sœur 11.
Le mois d’après, « elle » était enceinte.
Ma petite maman était brisée en mille morceaux.
Le chemin fut long. Les déménagements, la reprise du travail, les difficultés financières, cette souffrance particulière du deuil sans décès mais aujourd’hui, maman est toujours entourée de nous ses filles et de son compagnon que nous adorons. Je pense désormais que mon père lui a fait un cadeau ce jour là. Je crois que cette vie qui lui a été imposée l’a rendue au fond bien plus heureuse que s’ils étaient restés ensemble.
Chaque jour est un pas de plus vers la reconstruction.
Courage pour cette épreuve.
Je t’embrasse tendrement Virginie.
Juliette

Dans le même cas, et effectivement il faut du temps et des étapes. Chaque étape permettant de reprendre confiance et de trouver un équilibre. J’en suis pas au bout mais après 3 ans cela va mieux, je me découvre et comme le dit Elisa les autres mamans célib sont un support, les repas tous ensemble de temps en temps cela met du baume au cœur ! Bon courage et prenez soin de vous.

Je tenais à toutes vous remercier. Vos mots plein de bienveillance et ceux d’Elisa me vont droit au cœur et me touche énormément.
Oui il faut que je fasse le deuil de mon ancienne vie. Il faut que je me fixe des objectifs aussi petits soient-il. Et surtout je vais me battre comme une tigresse pour mes enfants, mes amours.
Merci, merci à toi Elisa et merci à vous toutes.

L’important c’est pas la chute c’est l’atterrissage.

Chère Virginie
Je suis désolée, chamboulée et un peu révoltée, comme Harmonie plus haut …
Toutes mes pensées de soutien et de courage, je me permet de t’embrasser fort fort.
Je te souhaite le meilleur pour les moments à venir,
Manuella

Chère Virginie, que dire ! j’imagine bien le tsunami comme ce le fut pour moi il y a 21 ans. Avancer pas à pas, jour après jour… Entourée des tiens… et un jour tu seras fière d’avoir accompagner tes « bébés » à l’âge adulte… et je l’espère aidée, un jour futur, par un nouveau compagnon. Je sais que le temps devrait faire son œuvre. Mon « bébé » a 25 ans… Tant pis, aujourd’hui, je me la pète… Je suis « fière » d’avoir réussi ce parcours , fière de mon « bébé ».

Chère Virginie,

Je crois que ces mamans ont tout dit ! Tu as sous les yeux des tas de mamans qui ont remonté la pente.

Mon histoire à moi, c’est que j’ai appris aux 8 mois de mon bébé que son père me trompait depuis sa conception, au moins. C’était la goutte d’eau dans une relation tumultueuse et néfaste pour moi, je lui ai demandé de partir.

Il m’a fallu du temps, un bon thérapeute, mais aujourd’hui je suis bien plus heureuse qu’à l’époque. Mon  » petit  » a 6 ans et demi et se porte bien. Mon second d’une autre union a 2 ans et demi. Aujourd’hui, si je devais me séparer, je n’aurais plus peur. Je serais peiné pour mes enfants c’est sûr mais une fois que tu t’es relevée de ce genre de chaos, tu sais que tu en as la force.

J’ajouterai donc juste cette citation, extrait de « Soufi mon amour » D’Elif Shafak

 » Ne tente pas de résister aux changements qui s’imposent à toi. Au contraire, laisse la vie continuer en toi. Et ne t’inquiète pas que ta vie soit sans dessus dessous. Comment sais tu que le sens auquel tu es habitué est meilleur que celui à venir ?  »

Bon courage et surtout accepte l’aide des gens, et ris ou pleures en avec des amis 🙂 Tu verras que la vie de couple n’est pas toujours rose loin de là, y a « juste celles qui font un pas de plus que d’autres  » 🙂

Je t’embrasse,

Tia

Chère Virginie,
Depuis qu’Elisa a lancé cette rubrique je me dis que je devrais écrire quelque chose et ce soir je tombe par hasard sur ton message. Je suis très émue et aussi révoltée que d’autres, trop nombreuses personnes vivent ce que je vis. Je suis triste que l’amour, mes enfants et ma famille n’aient pas été plus forts qu’une petite nana de 25 ans, je suis triste que mon homme m’ait préférée une autre et ne soit pas là pour vivre les premiers sourires de ma fille, je suis triste d’avoir accouché auprès d’un homme devenu étranger mais on va s’en sortir! Tous ces messages, ces expériences le prouvent!
Moi j’avoue déjà apprécier mon grand lit (souvent encombré de 2 petites chouettes), la place dans les placards et puis les moments à trois qui se créent. On est heureuses! Et parfois quand on se retrouve à 4h du matin sur le canapé toutes les trois j’arrive à ne plus être triste et à me dire que la vie est vraiment belle!

bonjour Elisa ! j’ai fait la connaissance de ton blog en ce début d’année 2016. Je suis mon instinct et les choses n’arrive jamais par hasard. Tout d’abord un grand MERCI à toi et ta petite famille. C’est que du bonheur à chaque post. Je ne suis pas trop à la page avec le monde des réseaux sociaux. C’est une première pour moi d’écrire comme cela. Mais c’est un vrai coup de foudre que j’ai eu pour ton blog. Je suis née en Guadeloupe et j’y vit avec mes deux bouts de 3 et 9 ans seule. Comme beaucoup d’autres mères, ton vécu, ton quotidien me font échos. Tu peut etre fière de toi et de ta famille. Ton petit train train à Paris me rappel de bon souvenirs pour y avoir vécu dans un premier temps avec mes parents dans le 14 ème , puis dans le 5ème pour mes études. Un gros bisous de soleil et d’épices des Antilles pour vous. Axelle

oups! Elisa peux-tu supprimer mon nom de famille. je ne savais pas qu’il s’afficherai. MERCI d’avance. Axelle

J’ai mis du temps à venir commenter… Ton histoire est proche de la mienne mais j’étais en plein tumulte… Depuis hier soir, nous avons décidé de nous séparer, l’amour est parti… enfin surtout pour lui.
Nous avons 2 enfants 5 et 2 1/2, cela faisait 14 ans également que nous étions ensemble. Au final je réalise que je n’étais plus vraiment heureuse moi non plus, de vivre à côté de qq un qui ne me comblait plus.
Mais que c’est dur.
Merci à toutes les mamans qui ont témoignées. ça m’aide beaucoup ce matin de relire tout ça, encore une fois.
Bon courage Virginie pour la route à venir… Grâce à toi, je sais que je ne suis pas seule. Cela ne change pas la situation, mais cela me réconforte.

Ajouter un commentaire