Humeurs
29 février 2016

Chère Elisa #3

Merci à toutes pour vos très nombreux commentaires suite au dernier article de cette rubrique.

Je tenais à vous informer que je n’ai pas publié un des commentaires que je jugeais inutilement « venimeux »,

pour information je m’autorise cette liberté quand je le juge nécessaire.

La jeune femme dont j’ai publié le mail, m’a écrit ses remerciements et tout le bien que lui ont fait vos commentaires.

Merci.

Aujourd’hui, voici une nouvelle lettre, qui m’a laissé bouleversée, j’aimerais bien que nous soyons nombreuses à soutenir cette femme.

IMG_5764.jpg_effected IMG_5768.jpg_effected IMG_5777.jpg_effected IMG_5779.jpg_effected IMG_5781.jpg_effected IMG_5783.jpg_effected IMG_5785.jpg_effected IMG_5787.jpg_effected IMG_5829.jpg_effected IMG_5834.jpg_effected IMG_5841 (1).jpg_effected IMG_5844.jpg_effected IMG_5854.jpg_effected

« Bonjour Elisa

 
A mon tour de t’écrire.
Pourquoi ?
J’ai le moral dans les chaussettes, je suis blessée,  déçue et en colère.
J’espère en quelque sorte que ta douceur, ta bienveillance pourront m’apaiser et m’aider à relativiser. Je t’écris aussi parce que tu es le genre de maman qui m’inspire. Tu es une maman attentionnée, douce, totalement investie dans ta vie familiale et tu arrives à  concilier 3 enfants avec une activité professionnelle avec une certaine sérénité, c’est ce qui se dégage de ton blog que je trouve fantastique.
 
Il y a 3 mois je me suis fait licencier dans le cadre d’un plan social.
Cela a été assez douloureux  car au bout de 9 ans dans la même entreprise j’avais fini par organiser toute ma petite vie autour de cet emploi. Au cours de ces 9 ans, je me suis mariée et j’ai mis au monde les 2 amours de ma vie.
 
En début d’année  je suis tombée sur l’offre d’emploi de mes rêves.
J’ai postulé  dans la foulée. Un poste compatible avec ma vie de famille, un poste qui me permettrait de capitaliser  toute mon expérience, un poste dans un secteur d’activité qui m’inspire énormément, un poste avec du challenge, des responsabilités  et qui fait appel  à mon côté créatif…..bref le job tant espéré.
 
Très vite on m’a contactée pour un premier entretien qui s’est merveilleusement passé.
On m’a fait passé des tests ou j’ai « cartonné ».
Puis d’autres entretiens ou on m’a dit que j’avais toutes les compétences et qualités pour mener à bien le job. En leur demandant si ils voyaient d’autres candidats ils m’ont répondu qu’aucun autre profil ne correspondait aussi bien que le mien et ils m’ont même dit que j’étais leur coup de coeur.
Enfin on m’a fait déjeuner avec ma future équipe et ils sont revenus en me disant que j’avais fait l’unanimité.
Enfin j’avais même réussi à négocier un salaire qui me satisfaisait totalement. 
 
On m’a donc confirmé mon recrutement et je devais signer mon contrat ce lundi. 
 
Mais……………
quelques jours avant la fin du processus de recrutement  j’ai appris que j’étais enceinte de mon 3ème. 
Immense surprise mais très heureuse, c’est un peu la cerise sur la gâteau. Nous avons toujours rêvé d’un petit troisième pas dans l’immédiat mais avant nos 40 ans (j’ai 30 ans).
Mais très vite je me suis mise à angoisser à n’en pas dormir la nuit.
Dilemme : leur dire ou non
Maux de ventre terrible,  je suis d’un naturel honnête et je ne me voyais pas entamer un nouveau job avec un non dit et risquer de me mettre à dos mes patrons plus tard.
En même temps enceinte de tout juste 4 semaines je me suis dit qu’il était sans doute pas recommandé d’en parler si tôt le risque de fausse couche étant là (j’ai vécu une fausse couche à 10 semaine il y a quelques années.
Mais vraiment je me sentais pas de cacher cette information.
Je les ai donc informé, en leur disant qu’il était important d’avoir une relation basée sur la confiance.  Je leur ai réaffirmé mon engagement et rassuré sur mon investissement bref je me suis vendue encore plus que lors des premiers entretiens. Je me suis même engagée à ne pas prendre de congé parental.
 
Leur réponse :
_ heureux de constater à quel point je suis quelqu’un  d’honnête 
_ ils m’ont félicitée en me disant que le fait d’être maman et enceinte était un avantage (le secteur d’activité est orienté vers la mode enfantine)
_ ils m’ont dit que cela ne changeait absolument rien mais qu’ils devaient au préalable se renseigner sur leur devoir en employant une femme enceinte mais que nous conservions notre rdv pour signer mon contrat.
 
Et là patatra quelques jours avant, je reçois un mail de 3 lignes qui m’informe que leur choix s’est porté sur un autre candidat avec un meilleur profil.
Ils concluent en renouvelant leurs félicitations pour l’enfant à naitre
 
Le plus triste dans cette histoire c’est que suite à des petites pertes je me suis rendue aux urgences qui n’ont pas entendu de coeur ni identifié de foetus.
Suspection d’oeuf clair.
A contrôler dans 1 semaine.
 
Comment te dire.
Je me sens triste, triste
Idiote, naïve
Je n’ai pas vraiment les mots pour d’écrire  ce que je ressens
J’avais vraiment envie de ce boulot et je ne suis pas prête de retomber sur une opportunité similaire 
Et cette grossesse,  je me suis projetée avec un petit troisième et je suis très inquiète et j’avoue avoir encore plein d’espoir…..
 
Enfin je ressens de l’écoeurement vis à vis de la société en question. Ils se sont joué de moi, moi qui ai simplement voulu être  correcte, me basant sur leur discours portant sur la parentalite respectée chez eux et tout leur blabla. De plus, j’avais vraiment besoin de ce travail financièrement. 
 
 
Je ne sais pas si tu pourras me répondre.
Mais le simple fait d’avoir écrit ces quelques mots m’a un peu calmée parce que oui en fait je ressens surtout de la colère.
 
 
 
Je tiens à m’excuser pour les fautes.  J’ai utilisé le clavier de mon téléphone pour t’écrire et le correcteur me joue souvent des tours
Bien à toi
Laura. » 
Chère Laura,
Ton message me bouleverse, me trouble et me fait venir les larmes aux yeux.
Dans quelle société vivons nous pour être ainsi traitées?!
J’ignore ce qui me gêne le plus, que l’on ne t’ait pas choisie parce que tu es enceinte ou que l’on t’ait menti effrontément.
C’est ce gouffre entre l’image que donnent les sociétés et la réalité vécue par les salariées qui est le plus hypocrite.
Non la société actuelle n’est pas bienveillante avec les femmes qui travaillent, qui ont des enfants ou qui partent en congé maternité.
Pas plus qu’elle ne l’est avec celles qui reprennent le travail.
J’ajouterai que les femme sont aussi dures que les hommes dans le milieu du travail .
On nous catalogue, on nous juge, on nous colle des étiquettes.
On est trop ceci, pas assez cela, sans jamais se pencher sur notre ressenti profond.
Alors, tout d’abord, je souhaite plus que tout que ton échographie t’annoncera la nouvelle que tu souhaites.
Et puis je croise les doigts pour que tu trouves un travail et une stabilité financière qui te permettront d’être sereine.
J’espère que tu es entourée.
Enfin, oui tu es un peu naïve, mais pas idiote. Et s’il te plaît ne perds pas cette naïveté, cette fraicheur et ton espoir.
Un jour cela portera ses fruits, en attendant, malheureusement, je n’ai pas de solution miracle.
Je me remets à peine de tous les déboires professionnels que j’ai pu rencontrer pendant la grossesse de Mia.
Je me remets à peine du stress, de la fatigue et de la solitude dans laquelle je me suis retrouvée pendant ce long tunnel.
Il y a finalement peu de gens pour vous tenir la main sur la distance, pour réaliser à quel point c’est dur.
A quel point il est compliqué de se remettre en question, de passer des entretiens, de démarrer un nouveau travail, tout en gérant un quotidien de maman.
MAIS je m’en remets et je sais qu’il y a aussi de bons employeurs.
Je t’envoie toute la force dont tu as besoin en ce moment et je t’embrasse fort
Elisa
Merci à toutes pour vos commentaires.
Belle soirée.
Ajouter un commentaire

79 commentaires

Tiens le coup Laura , tiens le coup ….

C’est une période difficile que tu traverses Laura… j’ai vécu à peu près la même chose au début de ma grossesse. J’ai été trop honnête comme toi, et dans cette société malheureusement peu de place pour les femmes enceintes ! Je t’envois des bonnes ondes pour ton échographie et aussi pour trouver un job ou en tout cas pour trouver ce qu’il te faut à ce moment là de ta vie. En espérant qu’un jour cette société soit plus ouverte et plus « féministe ». Courage à toi ..!

d’habitude lire le post journalier d’Elisa c’est juste de la joie et mon petit moment de détente à moi, mais ce soir j’en ai presque les larmes aux yeux. Chère Laura, tu es une femme entière, digne, honnête. Ne change rien … Et même si la colère monte en toi et c’est bien normal, la réaction de cette entreprise montre que tu n’aurais été qu’un pion parmi d’autre. J’espère que ton petit ange va s’accrocher et venir agrandir votre famille. Avec tout mon cœur …

J’ai fait le même choix de l’honnêteté il y a 9 mois, dans le cadre d’une mutation, pas d’un recrutement, certes. Cela m’a valu d’être écartée d’une mission très intéressante, et de commencer une nouvelle vie, dans une nouvelle ville, sur une mission assez peu motivante. Mais je n’aurais pas pu gérer le mensonge.

Je n’aime pas les discours qui disent « ç’aurait pu être pire ».
Mais pourquoi ne pas considérer que « c’est pour le mieux »?
-Mieux de ne pas avoir été employée chez ces gens versatiles.
-Mieux de ne pas mettre au monde un enfant non viable ou en mauvaise santé.
-Mieux de ne pas, finalement, constater une grossesse une semaine après avoir signé le contrat…
bref, il est possible, peut-être, de ne pas lire le destin inconfortable et désagréable qui est le tien aujourd’hui seulement comme un mauvais coup.
Courage, la roue tourne!

Dans une situation différente, j’ai mis ma santé en danger pour un emploi dans le commerce . Et là j’ai réalisé que le commerce est un monde d’hypocrisie et d’apparences. Ne jamais dire ce que l’on ressent, ne jamais parler de ses projets personnels, ne jamais en faire plus ni moins. Je me suis sentie naïve, abusée. J’ai mis du temps à m’en remettre (et je ne suis pas sûre d’y être totalement arrivée car je suis en pleine pause congé parental, et je vais tout faire pour changer de branche et ne plus remettre les pieds dans le commerce).
Je te souhaite plein de courage. Pense à toi en priorité, ta santé, tes deux enfants. J’espère que tes examens seront positifs (même si je ne suis pas très objective, je viens de vivre une grossesse arrêtée il y a une semaine dans la même situation que toi). Mais quels qu’ils soient, l’important est en ton foyer. Cette opportunité n’était certainement pas si bonne si la confiance, le dialogue et la compréhension de l’autre ne sont pas au cœur des relations dans cette entreprise.

Il paraît que dans la vie rien n’arrive par hasard…. J’y crois sincèrement, et je sais qu’un jour, Laura, tu te retourneras et tu sauras que ce passage difficile t’auras menée vers autre chose de plus beau et de plus grand.
Je comprends ta colère, elle me semble tout à fait justifiée. Mais ne sois pas en colère contre toi-même d’accord? Tu as fait ce qui te semblait juste, ce qui te semblait bien. Tu as pris la bonne décision. Le monde a besoin de personnes honnêtes et justes.
Il paraît aussi qu’on attire à soi ce que l’on dégage, alors guette! Justice te sera rendue, peut-être pas de la manière à laquelle tu t’attends, sûrement pas d’ailleurs, la vie est si imprévisible! Mais ça viendra.
En attendant, garde espoir, tiens bon, repose toi sur ceux qui t’aiment.
Et merci d’être une belle personne.

Elisa, j’aime beaucoup cette nouvelle rubrique! Dans chaque courrier, on peut se retrouver un peu et dans celui-ci particulièrement. Bon courage Laura. J’espère que tu auras une bonne nouvelle. Et même si ce n’est pas le cas, je ne doute pas que tu puisses rebondir et trouver à la fois un nouveau poste qui te convienne et cette troisième maternité attendue.

Laura, tout d’abord ayant aussi connu l’épreuve des débuts de grossesse compliqués je te souhaite de vite etre rassurée sur l’éviction de ta grossesse.
Aussi ne te remet jamais en question pour avoir été honnête. Tu as fait le bon choix, un choix respectueux. Le problème ne vient pas de toi, mais de ces hommes et femmes, qui évincent les mères, et qui ont bien vite oubliés qu’eux aussi ont été élevés par une maman…
alors que je lui parlais de ma mise au placard à mon retour de conges maternite pour ma deuxieme, ma gynécologue me disait que ce genre de témoignages malheureusement se multipliaient dans sa patientelle….je suis aussi enceinte de mon troisième, tout comme toi, un paquet cadeau inattendu, avec des débuts compliqués, ét il va falloir que je l’annonce à mes employeurs demain….j’ai peur, je sais que j’irai avec la boule au ventre, tout en sachant que je problème de vient pas de moi mais affronter les préjugés, les regards, les remarques….
J’ai une collègue qui le dit toujours « when shit happens, turn it into fertilizer » , j’aime cette expression car elle redonne les commandes! courage, et ne perd pas confiance, ni en ce début de vie en toi, ni en tes qualités qui ont l’air nombreuses.

    « Tu as fait le bon choix, un choix respectueux »
    Merci pour cette phrase !!!!!!!! Elle me boulversé beaucoup mais me fait beaucoup de bien !

Tes mots sont édifiants… sur la place donnée à la maternité en France. C’est honteux de la part de cette entreprise, et ne même pas avoir le courage de te le dire en face! Garde espoir, la roue tourne. Oui on en prend plein la figure quand on a un poste à responsabilité et des enfants, oui on nous juge en permanence, oui on jongle comme on peut, oui oui et oui… Mais ce que l’on ne pourra jamais nous prendre, c’est le sourire de nos enfants. Je t’embrasse.

ton message me touche énormément Laura, je suis outrée de voir à quel point la grossesse nous fait devenir des pariats dans le milieu professionnel. Je suis triste de voir qu’ils on eu si peu d’égards pour toi. Enfin je croise de toute mes forces pour que ton échographie t’apporte la nouvelle que tu espères. J’espère que tu es bien entourée pour faire face à tous cela. Je te souhaite du courage et surtout garde espoir, il y a toujours une éclaircie après l’orage.

Ce message m’a emue.
Je voudrais pouvoir envoyer des pensées réconfortante…

Je voudrais dire aussi que pour ma part j »admire celles qui restent ainsi honnêtes … de mon côté après diverses expériences pénibles principalement dans le monde du travail je ne me montre plus ainsi, cela me gêne car je déteste mentir ou dissimuler mais je me protège, je protège mes priorités
Et je relègue le travail à une place moindre….
Je reverais de faire autrement car cela m’atriste
Je rêve comme de nombreuses femmes je crois d »un monde professionnel plus harmonieux plus respectueux plus responsable
Mais j’ai été échaudée et je vois si souvent des collègues ou autre souffrir par manque de reconnaissance par surcharge de travail etc….alors tant pis si c’est un peu moche mais je ne donne plus tout au travail voir parfois je me met en retrait et je pense a ma pomme en 1er….
Pour garder l’équilibre et l’énergie pour mes proches …

Reste celle que tu es Laura. La réaction de ces personnes montrent à quel point elles ne méritaient pas que tu les rejoignes. Il s’agit d’une discrimination à l’embauche et tu pourrais facilement te retourner contre eux en contactant la Halde par exemple. J’aimerais trouver une idée pour que les femmes se regroupent et défendent celles qui sont victimes d’agissements si pitoyables. Quoique l’on dise le combat des femmes est encore d’actualité.
Je suis sûre que tu trouveras mieux ailleurs. Je reste convaincue que lorsque quelque chose ne se fait pas c’est qu’il y a mieux ailleurs qui nous attends. Et je suis certaine que c’est ce qui se passer pour toi.
Mais avant tout, ce qui compte, c’est toi et ce bébé. Je souhaite de tout mon cœur que tout se passe pour le mieux. Je t’embrasse de tout cœur et dis toi que le meilleur est à venir.

J’avais comme toi trouvé un job qui, pour une fois, me motivait vraiment. J’ai passé un 1er entretien qui s’est super bien passé. Ils m’ont rappelé pour un 2ème entretien et entre les deux j’ai appris que j’étais enceinte. Lors du 2ème entretien, je n’ai pas eu le courage de le leur dire, j’ai alors retiré ma candidature. Ils m’ont appelé pour me dire que j’étais pourtant la favorite et qu’ils ne comprenaient pas ma décision. J’ai pleuré ce 1er sacrifice de maman. J’ai aussi été en colère. Et pourtant…
Finalement j’ai eu l’occasion de faire 2 missions super intéressantes pendant ma grossesse et quand mon fils a eu 4 mois, l’entreprise (où j’avais retiré ma candidature) m’a contacté pour me dire que la personne qu’il avait engagé était partie et ils voulaient savoir si j’étais disponible à présent pour travailler avec eux. Ils m’ont attendu encore 2 mois pour que je puisse allaiter mon fils. Si je n’avais pas fait les deux missions que j’ai faites pendant ma grossesse je n’aurais pas pu travailler aussi bien chez eux car j’y ai acquis des connaissances qui me manquaient.
La vie est parfois surprenante, on est en colère, on trouve que cela est injuste, mais au final le dénouement en est parfois que mieux…je te le souhaite également. Sois patiente!
f.

Bonjour Laura,
Ton récit me touche et c’est un sentiment d’injustice qui me vient en premier.
Il se trouve qu’il y a maintenant 2 ans, j’étais sur le point de signer un nouveau contrat de travail lorsqu’un petit 3ème est venu pointer le bout de son nez par surprise. Comme toi j’ai longtemps hésité à leur annoncer cette « nouvelle donne » et tout mon entourage me déconseillait vivement d’en parler. Et je n’ai pas pu m’empêcher de le leur dire. L’employeur m’a remerciée pour mon honnêteté mais m’a dit qu’il ne pouvait me donner le poste et que j’aurais eu meilleur temps de ne rien dire.
Sur le moment j’ai eu beaucoup de mal à encaisser, bien que par chance, ma grossesse n’ait pas connu les mêmes péripéties que la tienne. C’était surtout le fait de me rendre compte que l’honnêteté ne paie pas toujours et qu’il était faux de croire qu’au final, il y avait toujours une Justice.
Ensuite, la situation a complètement rebondi, j’ai eu une autre opportunité quelques mois plus tard. Moins attrayante que l’autre, mais qui m’a permis d’accéder dans un 2ème temps à un poste au-delà de mes attentes et en accord avec mon organisation de maman de 3 enfants…
Tout ça pour dire que les opportunités professionnelles bougent, évoluent, fluctuent. Et au final je crois que c’est surtout lorsqu’on transige sur ses valeurs qu’on se perd. Surtout ne transige pas sur tes valeurs, car au final c’est elles qui te définissent. J’espère de tout mon coeur que tu connaîtras un dénouement heureux et que ce petit 3ème arrive, car il aurait la chance d’avoir une maman qui se tient droite dans ses baskets et ça c’est précieux.

Chère Laura, chère Elisa, chères lectrices ( et lecteurs je l’espère ),

je suis si touchée par ta lettre et par les nombreux commentaires qui témoignent d’expériences similaires. Mais quelles injustices, quelle violence et quelle hypocrisie au quotidien.

Nous représentons la moitié de l’humanité, et nous ne voulons simplement que pouvoir nous épanouir au quotidien dans la vie que nous construisons, pour nous, et pour nos enfants.

C’est essentiel d’avoir un espace de partage comme celui-ci pour échanger sur ces questions et essayer d’avancer ensemble, main dans la main.

Laura, cette entreprise a raté la chance d’embaucher une personne compétente, et honnête. J’espère qu’un autre employeur saura en profiter. Je t’embrasse.

Du soutien ici aussi <3
Je sais combien il est difficile de gérer l'injustice, d'avoir voulu bien faire et d'être trahie ensuite.
Mais comme je l'ai lu dans un autre commentaire, je suis tout aussi d'accord sur le fait que rien n'arrive par hasard. La colère et la tristesse apaisées, il faut se dire que quelque chose de meilleur arrivera.
Le plus important est que tu aies agi selon tes convictions, tes valeurs et ton honnêteté. Et cela ne doit pas changer.
C'est une grande déception mais il faut aller de l'avant. C'est tellement réconfortant de pouvoir échanger avec des personnes pleines de bienveillance. Tu as bien fait d'écrire.
Courage pour la suite, prends soin de toi. Et prenez soin de vous toutes ici.

Je suis de tout cœur avec vous Laura,inadmissible et lamentable et des discours toujours les meme qui ne veulent rien dire venant de cette enseigne pour laquelle vous avez postuler..!!.Pour cela que j’ai décider de m’orienter vers autre chose que le commerce car j’ai assez donner alors que je n’était pas enceinte et que pour l’instant je n’ai pas d’enfant..!!.Je suis en reconversion professionnelle..!!.
Pleins de courage et d’ondes positive pour la suite en tout cas vous avez fait le bon choix en étant Honnete..!!.
Prenez bien soins de vous..!!.

C’est tellement écœurant… Et en même temps, je ne suis malheureusement pas très étonnée. Dans une émission bien connue des mamans, une avocate conseillait aux femmes de mentir, justement, quand on en venait à la question des enfants. C’est triste de devoir en arriver là… Mais a-t-on le choix quand on voit ce qui est arrivé à Laura ? J’imagine ta détresse Laura et je crois que tu as bien d’autres choses à faire que de saisir la Halde. Et pourtant, si on ne fait rien, rien ne changera non plus… Situation très difficile… Je t’envoie du courage. Tu finiras par trouver ta place auprès d’un employeur qui saura apprécier toutes tes qualités… dont l’honnêteté !

J’aie idéal à trouvé un boulot puis j’ai trouvé un job dont je ne raffolais pas mais qui me plaisait. Au bout de 2 mois je suis tombée enceinte. Comme toujours moi, mon mari et ma famille avons été naïfs. Je l’ai vite dit à mon patron. C’était une toute petite boîte familiale : on m’a offert le Resto, le champagne, on m’a félicitée. Quelques semaines après, on m’a licenciée. A cet instant j’ai regrettée être enceinte. Je leur en veux de m’avoir fait ressentir cela. Je leur en veut d’être encore aussi énervée contre eux 2 ans plus tard. Mais il y a ma fille.

Ta situation Laura est différente. Mais prouve une fois de plus la difficulté d’être femme et mère dans le monde professionnel. Je n’ai pas vmt de conseil à te donner. Simplement te dire mon soutien. Simplement, comme le fait si bien Elisa à travers son blog, regarder le sourire de tes deux enfants et te dire que la vie et le bonheur est la.

Personnellement je n’ai pas trouvé le boulot de mes rêves. Je déteste littéralement le poste que j’ai maintenant. Mais j’avance. Et je veux te montrer mon soutien ! Courage, je crois toujours et malgré tout en l’honnêtete !!!

Bonsoir Laura, commet trouver les mots justes pour te réconforter . Ton récit est tmt touchant mais surtout RÉVOLTANT… On vit dans un monde inhumain ou seul la rentabilité , la productive et les resultats à court terme comptent … Ce n’est pas forcément évident mais je me dis svt que les choses n’arrivent pas par hasard , tu en tirera forcément du positif de cette expérience, même si là c pas évident pour toi … Quelque que soit l’issue , surtout ne regrette rien … Tu as agis selon tes valeurs ( qui ne sont pas les leurs visiblement, alors tant pis pour eux , ils sont passés à côté de kkn de bien …) alors PLEIN DE COURAGE pour la suite Laura , on est toute svt malmenée en tant que femme , maman dans ce monde qui ne marche plus très bien , qui nous est hostile … allez la roue tourne toujours ( j’attends patiemment aussi depuis la naissance de ma fille qui a 5 ans on a connu que des galères …. ) mais je ne d’espére pas et essaye de trouvez de tirer du positif , même si c pas évident tous les jours … Je t’embrasse bien fort et j’espère qu ‘Élisa nous apportera de bonnes nouvelles te concernant …

Tout ce que je peux te dire, c’est que bien souvent dans la vie, j’ai raté des oportuniteés, mon entourage aussi. Combien de fois ai-je dis ou vu mes proches dire « p*** c’est pas vrai, ça n’a pas marché, pourtant on en rêvait tellement !!! ». À chaque fois, vraiment à chaque fois, quelques mois ou années plus tard, en regardant dans le rétro nous nous sommes dit « heureusement… »
Heureusement que je n’ai pas eu çe job dont je rêvais, la boîte à fait faillite 1 ans après.
Heureusement que je n’ai pas pu partir, je n’aurais pas pu postuler à ce super job
Heureusement que j’ai raté mon concours, je ne t’aurais pas rencontré …
La vie est parfois bien rude dans ce monde d’égoïstes. Mais il y a aussi tant de jolies choses. Parfois on n’a juste pas le recul nécessaire pour voir que finalement, les choses ne sont pas si mal fichues . Je te souhaite la force et le courage nécessaire pour affronter l’instant, en attendant çe jour où tu te diras toi aussi « heureusement… »

Bonsoir Laura,
Vous pouvez être en colère, être triste et déçue. Chacune le serait aussi à votre place. Mais ni naïveté ni idiotie, soyez-en certaine. Il ne se dégage de votre personne que bonté, honnêteté et respect. Vous êtes une belle personne, nous le savons déjà sans vous connaître… Quel dommage pour cet employeur, ces collègues et cette société, d’être passés à côté de vous! Et quelle chance ont vos enfants, votre famille, vos amis, vos futurs collègues! Restez comme vous l’êtes, c’est ainsi que le monde respire l’humanité.
Enfin, nous espérons toutes et tous que vous aurez de bonnes nouvelles très bientôt.
Je vous souhaite le meilleur. Je me permets de vous embrasser.

Comme je te comprends laura…
Je suis passée par là, embauchée en cdd et devait suivre un cdi… Je travaille dans le « social » , on ne peut pas dire que ce sont les meilleurs employeurs !!
On m’a dit que ça allait perturber les enfants de me remplacer (euh.. Et vu que je pars, on ne me remplace pas???!!!)
Tout ça par mail un matin… J’étais tellement mal que je me suis mise en arrêt par la suite.
Ils étaient dans leurs droits vu qu’ils ne me viraient pas mais qu’ils ne renouvelaient pas le contrat…
Quoi? Il faut être en cdi pour avoir un enfant? Au nom de quoi ? (et j’ai eu ce genre de remarque, mais pourquoi t’as pas attendu d’être en cdi aussi? ➡ comment ça, on DOIT attendre un cdi pour avoir des enfants? J’ai pas envie d’avoir des enfants à 45 ans dsl…)
Bref…
Toutes ces discriminations du quotidien m’exaspèrent…
Courage

Courage Laura ! tiens le coup ! c’est affreux ce qui t’arrive.
Après la naissance de ma fille, j’ai souhaité reprendre mon activité de commerciale dans l’évènementiel, mais… je n’ai pas été épaulée par mes consoeurs !!!!oui car la RH comme mes supérieures sont des femmes…
alors j’ai eu la chance de pouvoir quitter mon job pour rejoindre l’activité familiale dans le secteur de l’industrie dans lequel je ne m’épanouie pas.
J’ai eu l’heureuse nouvelle de retomber enceinte en septembre. Mais lors de la première écho, nous avons découvert que j’étais enceinte de jumeaux, mais que je ne pouvais pas les garder : malformation sévère des membres inférieurs pour les 2 bébés. accouchement par aspiration à 14 semaines. Moi qui me faisait une joie de pouvoir profiter de ma grande pour la rentrée scolaire. Je continue à serrer les dents car je me dis que j’ai encore la chance d’avoir un travail.
Je te souhaite de trouver la force de remonter ces 2 très difficiles épreuves et de trouver un travail encore plus parfait et intéressant que celui que tu venais de trouver. L’honnête finie toujours par payer !!

Juste beaucoup de douceur pour cette maman qui, même si elle doit regretter son attitude, a eu la bonne et pourra, elle, se regarder dans la glace et être fière d’elle. Ce genre de situations ne devraient pas avoir lieu et elle peut se féliciter de son honnêteté qui paiera tôt ou tard.
Beaucoup de courage et je l’espère pour elle (eux), un nouvel enfant bientôt…

Chère Laura,
Je trouve que tu as été bien courageuse de leur annoncer, alors que tu n’avais évidemment aucune obligation de le faire. Et, en écrivant cela, je me rends déjà combien cela est fondamentalement injuste. Avoir à être « courageuse » pour annoncer sa grossesse, induit forcément le « risque » que cela représente face à un patron. Malheureusement tant de choses dans notre société sous-entendent que mettre un enfant au monde n’a rien d’essentiel (la non-cotisation de points retraite, les nombreux non-renouvellements de cdd, notamment dans la fonction publique, etc). Mais, je suis désolée, peut-être que j’élargis un tout petit trop le débat 🙂
Bref, c’est sans doute trop tôt pour ce genre de constat, mais je suis certaine que cela a, malgré toute l’injustice, un sens. Que cette société n’était visiblement pas aussi idéale qu’elle le laissait paraître.
Et, sinon, tu sais que tu peux tout à fait leur renvoyer une réponse à leur mail! Pas forcément pour les insulter hein 😉 mais pour leur signifier ton incompréhension, que tu te sentais déjà engagée auprès d’eux et que du coup, tu as du mal à interpréter leur désengagement. Si tu t’en sens capable, tu peux même leur parler de ta grossesse. Peut-être que ça pourra te faire du bien? Tu n’auras en tous les cas rien à perdre face à eux!
Je te souhaite plein de belles choses et un beau bébé que ce soit aujourd’hui ou demain

Laura, ça me rend triste ce que je lis là…Je travaille dans un service RH. J’ai eu la chance de travailler 10 ans dans une entreprise ou dans l’ensemble les valeurs humaines sont sauvegardés. Ma responsable a annoncé sa grossesse pendant sa période d’essai et je n’ai pas entendu de remarque ni quoi que soit. Sachant que ça se passe différemment ailleurs, être dans cette entreprise m’a toujours rendue fiére d’y être et d’y participer. Un jour j’ai changé de chef(rh donc) et là tout a basculé, on me disait que je passais trop de temps avec les gens ( ex : ba oui quand qqn est malade longtemps, on doit faire un entretien de retour, alors ben je contactais ces personnes régulièrement pour avoir des nouvelles si ils le voulaient, histoire de garder le lien avec l’entreprise et anticiper une bonne prise de poste, normal quoi? ben on m’a dit que ça prenait trop de temps, qu’il fallait juste leur adresser un courrier à X jours de maladie et basta et tout est devenu comme ça…l’objectif était de gérer les gens par tableau excel et sortir des statistiques : YOUPI on a envoyé des courriers à tous les gens malades !!! YOUYOU …bref mon métier a perdu tout son sens). N’adhérant pas aux non valeurs de mon reps, j’ai fait ce qu’on appelle un burn-out. J’ai travaillé bcp, dur pour faire ce que l’on me demandait, mais je me sentais salie de faire un travail si peu respecteux des salariés, alors j’ai craqué sans l’anticiper.J’ai été arrêté 3 mois et licencié au motif que mon arrêt perturbait le service…J’ai mis quasi 1 an à m’en remettre . Est ce moi le problème? Suis je trop utopique? suis je donc vraiment faite pour les RH? …Tout ce temps pour me dire que 1-mis à part avec ce chef j’ai passé 9 ans génial ou j’ai pu faire en sorte que les gens soient bien au travail 2- que je me sens bien auj en situation précaire que durant cette dernière année 3- que le respect que l’on s’accorde est essentiel. Si tu n’avais pas dis que tu étais enceinte, tu ne te serais pas sentie bien et tu aurais eu peur de te faire passer pour quelqu’un que tu n’es pas. JE SUIS FIERE DE TOI et j’ai honte pour eux. D’ailleurs, sais tu qu’avec toutes ces traces de mails tu as de quoi les attaquer car c’est de la discrimination pure et simple. C’est à eux de prouver que tu n’étais pas la meilleure pour ce poste. Penses tu qu’ils pourraient prouver que l’autre candidat a eu autant d’entretiens que toi? un déjeuner avec l’équipe? etc…. Bon je te dis ça je sais que c’est pas facile..
En conclusion, fais toi confiance et continue à être honnête, les RH sont pas tous des cons. Courage à toi et j’espère aussi que ton petit a survécu à ce moment douloureux. Je t’embrasse et pense à toi.

Laura, ne regrette rien, tu as été honnête, et l’honnêteté est toujours le bon choix. Vu la réaction de cette boîte, ce n’était pas la bonne. Courage pour les examens à venir, et pour ta recherche de l’employeur idéal. Ne désespère pas.

Très émouvant ce message. Je ne peux pas m’empêcher de me dire que j’aurais fait la même chose à ta place, le contraire n’aurait pas été facile à vivre. Mentir pendant plus de 2 mois ce n’est pas très serein. Mais c’est vraiment injuste de t’avoir fait croire que ça ne leur posait pas de problème, tu as été honnête il aurait pu l’être aussi. Est ce que tu leur as répondu ? Je l’aurais fait pour boucler la boucle, je m’imagine à ta place à réfléchir pendant des heures à la façon de leur répondre pour leur faire comprendre l’injustice que tu as ressenti.
Je croise les doigts pour que tu ai des bonnes nouvelles dans les jours qui viennent. En attendant je t’envoie plein d’amour et de courage

Bonjour à tous et à toutes
Après avoir lu ton témoignage Laura, je ne me sens pas vraiment outrée comme toutes ces femmes qui t’ont apporté leur soutien. Je veux dire que je comprend ta colère et ta tristesse car tu as perdu dans un même temps tes espoirs en un nouvel emploi et tes espoirs dans un troisième bébé. Je ne peux rien dire pour consoler la perte de ce 3e enfant (il s’agit bien d’une perte d’enfant puisqu’il a été réel pour toi pendant un moment). Les mots n’existent pas pour cela. En revanche pourquoi être aussi fâchée de la réaction de cette entreprise? Il faut aussi essayer de comprendre leur volte-face. Peut-être ont-ils besoin d’une personne pour prendre en charge des dossiers urgents et qu’ils ne peuvent pas se permettre une absence ne serait-ce que sur quelques mois??? Pourquoi suis-je la seule à trouver cette annulation de contrat plutôt normal et prévisible??? Aurait-il fallu ne rien dire? Je pense que j’aurais été honnête comme toi (je suis une personne honnête et tu vois je te parle franchement en espérant malgré tout ne pas te blesser avec mes propos) mais ton témoignage m’a fait réfléchir et si un jour je suis confrontée à la même situation j’attendrai une confirmation de ma grossesse pour en informer ma hiérarchie (au cours de période d’essai prévu au contrat par exemple). J’espère que d’autres voies s’ouvriront à toi et te rendront heureuse (plus que ce que t’aurait apporter cet emploi qui sait?). Continue de les chercher et ne perd pas courage. Avec tout mon coeur et toute ma sincérité. Emilie

    J’ai eu la même réaction, bien sûr je me mets à la place de cette jeune femme et comprend sa douleur, le sentiment d’injustice, mais comprend aussi la réaction de l’employeur. Lorsqu’on embauche quelqu’un, sur un post avec semble-t-il ici un minimum de responsabilité, il y a souvent des dossiers urgents à traiter, et une absence de quelques mois peut nuire à l’activité de l’entreprise, surtout que les premiers mois, le temps de s’acclimater à l’entreprise et ses enjeux, d’instaurer une relation de confiance et de travail optimal avec ses collaborateurs, l’efficacité du nouveau recru n’est pas à son maximum.
    Laura, vous pouvez faire valoir vos droits en attaquant l’entreprise pour discrimination, vous avez des échanges de mails pour appuyer votre propos, et si l’employeur ne peut pas prouver par des éléments objectifs (comme le fait que cette absence pouvait nuire à l’entreprise contenu de leurs besoins immédiats, ou que l’autre candidate était bien meilleure que vous), alors la jurisprudence vous donnera raison. Ça pourrait vraiment vous aider à mieux vivre cette expérience, puisque ou on vous donnera raison et la discrimination sera reconnue, ou bien on mettra face à vous des éléments objectifs pour montrer que ce n’est pas de la discrimination.
    Bon courage.

Il y a des moments dans la vie d’une maman ou on se dit qu’être une maman et une femme active ne sont pas compatibles.
J’ai pris un conges parental de deux ans.
En deux ans dans ma boite tout avait changé l’organisation, mon métier.
Je me suis retrouvée à travailler dans un nouveau domaine et on m’a demandé des le jour de mon retour de répondre à des questions pointues
J’ai paniqué
Quinze jours après mon retour par visio mon chef fait un point avec moi.
Le titre me faisait espérer : reprise de poste après conges parental
Et la la douche froide il m’ a donné mes objectifs à atteindre avant la fin d’année.
J’ai craque
Je lui ai dit que je n’étais pas un robot mais un humain
Que je pensais qu’il allait me proposer de l’aide des formations pour acquérir des compétences mais non rien des OBJECTIFS !
J’ai tout deballé l’accueil de mon retour, le sentiment d’abandon
Je lui ai parlé qu’avant mon départ en congés maternité je devais avoir un avancement et que ma responsable de L époque (mere de 4 enfants) ne m’avait rien donné car elle attendait mon retour de conges maternité…bref à ce jour je n’ai toujours rien recu….
Six mois que j’ai repris et ça va mieux
J’ai repris confiance en moi
Mais ce que je sais c’est que ma bien avec mes amours c’est ce que j’ai de plus précieux et que mon essentiel et la
Si j’avais été à ta place j’aurais fait la même chose par honnêteté
Ca t’a permis de voir cle vrai visage de cette entreprise
Tu verras dans quelques temps Elisa nous reparlera de toi et nous apprendra de très belles choses pour toi

Bonjour Laura, les moments que tu vis en ce moment sont difficiles. Je comprends ta colère vis à vis du monde de l’entreprise, car d’une certaine façon j’ai vécu le même type d’expérience ( et malheureusement c’est le cas pour de nombreuses femmes). J’étais en CDD quand j’ai appris que j’étais enceinte de mon 1er. Quand je l’ai annoncé à mon employeur, ça c’était bien passé; il me parlait d’organisation, de me reprendre après le congés maternité (2-3 mois après la fin par rapport à la période de l’année)… Mais en fait, il m’a laissé sur le carreau.
Le monde du travail est difficile pour nous les femmes; il faut être forte pour passer outre tout cela et penser d’abord à sa famille car c’est elle qui sera toujours présente dans les moments les plus durs et non l’entreprise. En tout cas, ne change pas, un jour ça paiera. Dis toi que ce n’était pas le bon moment de travailler dans cette entreprise. Tu trouveras chaussure à ton pied en termes de job.
J’espère que tu auras une bonne nouvelle pour ta grossesse.
Courage!! ET surtout n’oublie pas de prendre soin de toi. Je t’embrasse.

Chère Laura, je suis ‘Laure’ du précédent « Chère Elisa » (Merci encore Elisa!!!!). Je connais bien cette naiveté dont tu parles, elle m’apportée cette situation singulière dans laquelle je vis aujourd’hui. Mais je ne la regrette pas du tout, car elle m’a permise de mieux me connaître et surtout de m’accepter. Et elle m’a apportée l’aide de personnes précieuses que je chéris. Je suis comme je suis et je suis heureuse aujourd’hui. Comme ‘Seren’ dit dans un des commentaires « les yeux dans les yeux et honnête avec moi-même ». Tes réponses viendront de cette force-là. Je t’embrasse bien fort et je t’envoie plein d’ondes positives. Laure petitpoucedanslaforet@gmail.com

Bonjour Laura,
Je suis en colère, en colère contre mon métier, je suis Assistante RH et je me sebs impuissante à mon niveau pour faire bouger les mentalités.
J’ai vécu, malheureusement comme beaucoup d’autres, une grossesse alors sue j’étais en CDD. Fin de CDD en me disant que mon profil RH ne correspondait pas à leurs besoins alors qu’ils m’avaient promis un CDI. Puis le refus de missions d’intérim même de courte durée quand j’étais enceinte, à croire que c’est une maladie qui amoindrie tes capacités mentales !
J’ai décidé de ne pas lutter, de profiter de ce moment de calme pour me reposer et accueillir notre premier bébé. Dès l’accouchement j’ai cherché du travail, dès que je disais que j’avais un bébé ça coinçait, j’allais aux entretiens en camouflant mon ventre tout mou, en essayant de m’organiser pour l’allaitement. Finalement au bout de 6 mois ça a marché mais je suis encore en CDD. Je me suis jurée de ne pas tomber enceinte en CDD ou en période d’essai. Même si j’ai profité de ces moments avec mon bébé, mon esprit lui ne s’est pas reposé, je me sentais coupable d’avoir fait un bébé et d’avoir le chômage. C’est quand même le comble de se sentir coupable d’avoir voulu fonder une famille…!
Je fais tout à mon petit niveau d’assistante RH pour mettre en place des actions pour le départ et retour de congé maternité, ma petite pierre à l’édifice mais vraisemblablement nous devons toutes nous battre pour concilier vie de famille, vie pro, vie amoureuse, vie entre copines, bref les 1000 vies des femmes de nos jours.
Courage et persévérance <3

Bonjour Laura,

Tu n’as pas à regretter ou culpabiliser. Tu as fait le bon choix en informant ce futur employeur de ta grossesse. Dans cette même situation, j’aurais été incapable de ne rien dire. Trop honnête également. Un autre boulot de tes rêves t’attend quelque part ! D’ici quelques mois, tu auras oublié cette mauvaise aventure (même si oui c’est degueulasse !) Bonne chance pour la suite et surtout pour ta grossesse (c’est le plus important).

Bonjour,
J’ai vécu la même situation il y a quelques temps. La première fois, j’ai mis un terme au processus de recrutement avant d’être enceinte en me disant que je ne pourrai pas être « à fond » alors que notre projet personnel était d’agrandir notre famille.
La seconde fois, je n’en pouvais vraiment plus de mon environement professionnel, j’ai repassé des entretiens quelques mois plus tard avant de découvrir que cette fois ci j’étais enceinte… Cela va bientôt faire 2 ans que je suis à la maison, que je profite de mes enfants avant de pouvoir me « remettre en scelle » professionelement parlant, j’ai enfin accepté que je pouvais apporter quelque chose à une entreprise même en ayant une vie de famille épanouie. Les jugements des employeurs (et que nous nous faisons de nous même) sont très durs, il faudrait être des super womens tout le temps. Merci Elisa de diffuser ces témoignages qui nous permettent de nous sentir moins seules !

L’entreprise « licorne à paillettes » n’est ni plus ni moins qu’une repère de vipères. Inutile de ressasser, tu ne perds rien à ne pas avoir été prise.

Moi aussi j’ai les larmes aux yeux en lisant tes lignes, car elles racontent notre histoire à nous toutes qui, d’une manière ou d’une autre avons été maltraitées professionnellement pour le simple fait d’être femme en âge de procréer.

Je m’inquiète de l’absence de considération de nos sociétés libérales et ultra-compétitives pour les personnes dont la productivité ne serait pas maximale ou soupçonnées de ne pas être maximale (jeunes à former, salariés en congé parental, seniors, personnes en situation de handicap). Pour beaucoup d’entreprises, ces personnes (ou plutôt ces états de la vie) sont considéré(e)s comme une ligne de coût, une dépense à éviter.

Les témoignages comme celui-ci sont bénéfiques, mais il faut désormais faire entendre nos voix et faire bouger les lignes. Un réforme du droit du travail est en cours et la colère gronde. A mes yeux, c’est l’occasion rêvée de faire entendre nos prérogatives. Faisons en sorte que le droit nous protège là où les entreprises et la démocratie libérale peinent à le faire.

Merci à toi Laura. Courage. Je te souhaite de mener ta grossesse à bien et de trouver l’entreprise qui saura à la fois exploiter tes formidables compétences ET partager ton système de valeurs.

Merci à toi Elisa pour ton blog-pansement, qui aide tant les mamans à tenir le cap et garder le goût d’aller de l’avant.

Chère Laura, ton message m’a profondément touchée. L’année dernière, je me suis retrouvée enceinte et au chômage. Comme toi, je voulais être honnête avec mes probables futurs employeurs et ne cachais pas ma grossesse, même alors que cela ne se voyait pas encore. Je choisissais de le dire après un ou plusieurs entretiens, lorsque je sentais que cela s’était bien passé. Et, à chaque fois, comme toi, on me jurait que cela ne changeait rien, j’étais toujours la meilleure, … mais on ne me rappelait jamais ensuite.
J’ai fini par trouver un travail où je commencerai à la fin de mon congé de maternité, de bons employeurs existent !

Je pense fort à toi pour la suite de ta grossesse. La famille, cela reste le plus important, concentre-toi là-dessus pour le moment ♥

Chère Laura,
Je suis bouleversée par ton témoignage…et très en colère aussi. Il faut dénoncer ces entreprises et ce type de pratique car après c’est nous mamans et familles qui leur faisant leur chiffre d’affaire (tu as mentionné une entreprise dans la petite enfance). Nous devons nous unir et nous battre pour que nos filles puissent vivre dans une société ou grossesse et emploi serait compatible sans avoir la boule au ventre et le stress dû à la pression sociale. Je te souhaite beaucoup de courage dans cette épreuve et je réfléchie sincèrement à des solutions pour s’unir et combattre ce type de pratiques…après tout c’est avec des gouttes d’eau qu’on forme un océan…

Bonjour,

Je ne suis pas du tout spécialiste, mais est-ce que ça ne vaudrait pas le coup de saisir le défenseur des droits ?
Non pas pour être embauchée après par cette boîte qui a l’air détestable sous des dehors tout jolis, mais pour faire quelque chose de cette colère ?
On peut faire sa demande en ligne : http://www.defenseurdesdroits.fr
Parce que là, il y a quand même matière à : le rendez-vous de signature de contrat a été fixé, plusieurs échanges semblent montrer qu’il n’y a d’autre cause que la grossesse pour l’éviction, …

Courage en tout cas pour les jours à venir.

Chère Laura,

Je voudrais par ces quelques mots t’apporter mon soutien.
Ta situation est bien difficile à vivre, beaucoup de choses à gérer en même temps. Mais je suis d’accord avec plusieurs avis qui disent que rien n’arrivent par hasard….vraiment.
C’est un coup dur maintenant, mais plus tard tu comprendras pourquoi c’est arrivé.
Toujours est-il que la manière dont cela s’est passé est écoeurante au plus haut point.
J’espère que tu auras une bonne nouvelle lors de ton échographie…

Courage !

J’ai vécu une situation un peu dans le même genre… Juste avant l’entretien annuel j’apprends que je suis enceinte, je décide donc d’être honnête et d’avertir mon employeur avant cet entretien… Lui qui avait décidé avant cette annonce de me donner une belle augmentation car je venais de faire une excellente année s’est ravisé en apprenant la nouvelle! Punie d’attendre un enfant voilà mon ressentie! Courage Laura, concentre toute ton énergie sur ce bébé, tu sauras retrouver un travail à la hauteur de tes espérances, bisous

Cette injustice m est de plus en plus insupportable. Pour ma part j ai refusé de poursuivre les entretiens avec le patron d une boîte qui m a demandé tout de suite si je comptais faire un 2ème enfant, précisant que pour ce type de poste ce n était évidemment pas possible. Sa 1ère question avait été de demander si mon enfant était gardé en crèche et si j étais toujours avec son papa. Que des questions intrusives et qui ne relevaient pas de mes compétences. Aujourd’hui je suis enceinte de mon deuxième enfant et personne ne m a dicté quand je devais tomber enceinte. Je pense qu au terme de nos vies ce qui restera ce ne sera pas ces épisodes malheureux de notre carrière mais le rire de nos enfants. J espère sincèrement que tout va bien se passer pour toi et reste convaincue que tu as agi de façon honnête. Je crois par ailleurs qu il existe des associations pour dénoncer ce type de discrimination et je ne m en passerai pas à ta place. Une petite action permet parfois de recardrer des gens qui se pensent dans leur bon droit. Courage!

Bonjour Elisa, Bonjour Laura,
Lectrice de l’ombre depuis plusieurs années de votre blog que j’apprécie particulièrement, je réagis à votre post pour vous raconter mon histoire pour dire aussi que l’on peut être amené à rencontrer de belles personnes aussi dans ce genre de situation même si cela est rare.
En avril 2005, après plusieurs mois de recherches j’ai commencé un super poste dans une structure d’accompagnement de jeunes créateurs. Le mois suivant, je découvrais que j’étais enceinte. J’étais bouleversée car ce travail me plaisait beaucoup et une possibilité de CDI avait été évoquée. J’ai décidé de jouer cartes sur table avec ma responsable en lui annonçant ma grossesse très vite. Elle m’a demandé si je souhaitais poursuivre une activité ou si j’envisageais de prendre du temps avec mon bébé à naître. Je lui ai répondu que travailler était important pour moi. Cela n’a posé aucun problème, ma directrice m’a proposée de terminer mon contrat au début de mon congé mat et s’est battue avec le conseil d’administration (majoritairement composé d’hommes !) pour que je puisse avoir un CDI à la fin de mon congé mat. Ce qu’elle a réussi à obtenir à force d’arguments. Pour elle, c’était normal et elle croyait beaucoup en moi. Je lui en serait toujours reconnaissante. Aujourd’hui, ma fille a 10 ans et mon fils bientôt 6 ans et je travaille toujours dans la même structure, avec des responsabilités supplémentaires avec une super directrice, humaine et motivante !

Quelque soit le métier exercé , quelque soit la taille de l’entreprise, quelque soit le sexe de l’employeur, quelques soient les relations entretenues avec les collègues de travail, que ce soit la première ou la dernière grossesse , je suis frappée de voir à quel point les discriminations envers les femmes enceintes sont quasi systématiques, elles sont de tout genre (remarques permanentes, licenciements, impasse sur les congés, perte de responsabilités, et se prolongent quand tu commences à avoir une famille nombreuse.Cela commence souvent aussi par ton non remplacement pendant le congé maternité pour bien faire comprendre à tout le monde que finalement ton poste n’est pas indispensable.
L’entreprise qui agit de manière éthique et respectueuse semble être l’exception qui confirme la règle malheureusement.
La roue tourne, et peut être y a t’il parmi nous toutes des dirigeantes de demain qui agiront différemment? ou même feront voter des lois pour nous toutes, que les remplacements soient obligatoires par exemple. En tout cas des femmes qui n’oublieront pas…

Quand je vois le nombres de témoignages similaires en réponse à cet article j’ai du mal à ne pas être en colère. Alors Laura je vous souhaite de tout cœur de trouver un autre poste qui vous plaise autant ailleurs mais surtout si vous avez la force de vous battre, attaquez cette entreprise. Il s’agit clairement de discrimination à l’embauche et il faut que cela cesse pour que nos filles puisse vivre leurs grossesses sereinement dans le monde du travail. En attendant toutes mes pensées vont vers vous

Je crois qu’il faut voir cela comme une chance, plutôt que comme un malheur. Tu as vu avant de signer que ces gens n’en valaient pas la peine ! Je suis certaine que tu trouveras un autre emploi, celui-ci n’était pas le bon 😉
Certes, c’est compliqué pour un employeur d’envisager un recrutement dans ces « conditions », mais si le feeling est bon, et que la personne correspond, c’est incohérent de ne pas l’embaucher car elle sera absente 3/4 mois ! (et je sais de quoi je parle, je dirige une entreprise employant à 90% des femmes dans la trentaine).
Si tu as des traces écrites pouvant attester que l’entreprise était sur le point de te faire signer un contrat, et qu’ils ont mis fin à cette proposition suite à l’annonce de ta grossesse, tu dois pouvoir intenter une action en justice. Mais une action aux prud’hommes dure minimum 2ans, te coutera de l’argent, et surtout, te fera revivre cette déception et cette injustice pendant des mois encore…
Je te souhaite une très belle continuation, personnelle et professionnelle !!

Bonjour,
très touchée par ce message, je t’envoie plein de courage. Cela fait écho à une période pas facile chez moi, pendant laquelle, lorsque j’attendais mon 2ème, mon mari a été embauché par une boite « jeune et dynamique » (ahahah…) qui lui ont demandé toujours plus de temps, de boulot, de disponibilité… à lui reprocher d’avoir besoin d’avoir au minimum quelques horaires fixes/ d’être prévenu quand ils décidaient subitement de bosser toute la soirée… la secrétaire avec qui ils bossaient « n’osait pas » faire un bébé (comme c’est sympathique!) Bref j’en passe et des meilleures et il a fini par être viré comme un malpropre du jour au lendemain, mais VRAIMENT. Autant dire que j’ai eu une fin de grossesse un peu stressante, à rêver toutes les nuits d’aller sonner chez ces pourris pour leur dire leurs 4 vérités. C’est passé, la roue tourne et il a rebondi. Au bout d’un moment on passe à autre chose… dis toi que malheureusement ça t’a ouvert les yeux sur la mentalité de cet employeur et qu’autre chose t’attend… je ne sais pas si juridiquement tu peux tenter quelque chose (et honnêtement je ne pense pas: ces connards sont généralement très bien informés) mais en attendant tu peux toujours leur faire une mauvaise pub, ça soulage (un peu.)

J’ai 3 enfants , ma famille est ma priorité, et on bosse tous les 2 à temps plein. Je te souhaite te tout coeur de retrouver un poste « de rêve ». La gentillesse et l’honnêteté sont encore des qualités appréciées au travail (pour reparler de mon mari qui s’est fait virer par des ****, c’est précisément ce qu’on loue chez lui aujourd’hui dans son boulot actuel).
Concentre toi sur l’essentiel et puise dans ta famille la force. Et enfin, aucun regret!

Bravo pour ton honnêteté! Oui elle t’as joué des tours et si tu avais caché cette grossesse tu aurai été employée dans cette entreprise. tu as fait le choix de la confiance, de l’honnêteté sois en fière ! Est ce qu’une société qui refuse une femme parce qu’elle est enceinte est une société avec de bonnes valeurs? Comment traitent ils leurs employées enceintes lorsqu’elles ont des maux de grossesse, les consultations à la maternité ? Je comprend ta déception mais je pense que les valeurs morales sont essentielles dans la vie et nous apporte bien plus que le reste ! !! Sois fiere de toi!!!
Quant à bébé j’espère de tout coeur quil va bien…

Quand est-ce que cette société prendra le fait qu’on devienne mère comme un atout et plus comme un inconvénient?! Tu venais de découvrir ta grossesse, tu avais le temps de mener à bien tes missions avant d’être en congés maternité, surtout si tu ne prévoyais pas de prendre de congés parental. Bien sur je ne comprends pas leur choix et je prends une partie de ta colère (si ça peut soulager un peu tes épaules 🙂 ) Je ne peux que te souhaiter le meilleur avec ta famille, prenez soin de vous!

Bonjour Laura,
je suis assez d’accord avec Mélanie. Même si c’est certainement très dur aujourd’hui, je pense également que les choses n’arrive pas par hasard. Je te souhaite tout d’abord d’avoir de bonnes nouvelles avec ton écho et même si être honnête n’est pas très compatible avec le monde du travail (entre autre) je suis sûre que tu trouveras des employeurs qui seront à la hauteur de toutes tes qualités !!
Plein de courage.
Christelle

Tu rêvais de ce travail (et tu en as besoin !), mais peut-être ce job idéal vient-il de révéler sa face cachée ? Le pire pour moi n’est pas qu’ils ne t’aient pas choisie, mais qu’ils t’aient menti. Ils auraient pu avoir la décence de discuter avec toi, qui avais pris tellement de ton temps pour répondre à cette candidature. Mais sans doute aurais-tu dû découvrir tôt ou tard tant de malhonnêteté ? En traversant des épreuves semblables, j’essaie de me dire qu’en sortant du tunnel, je me rendrai compte que tout cela était pour un mieux. Tu deviendras plus forte, plus sûre de tes priorités que jamais. Courage !

Je comprends ce que tu ressens je suis actuellement à 4 mois de grossesse et alors que je venais d’apprendre que j’étais enceinte on me contactait pour le poste que je voulais en cdi (j’avais déjà fait un remplacement de 4 mois qui s’était très bien passé). Tout comme toi j’ai préféré être honnête et annoncer que j’étais enceinte d’autant plus que j’étais plutôt hs avec de grosses nausées.
Du coup ils ont préféré ne pas me prendre et trouver quelqu’un d’autre. J’étais vraiment déçue puis j’ai relativisé en me disant que comme ça je pourrai profiter pleinement de cette dernière grossesse et de l’arrivée de ma deuxième fille.
Je croise les doigts pour qu’un petit coeur soit visible à ton contrôle échographique.

De l’avis de beaucoup ici, je dirais que l’essentiel, c’est probablement de rester droite dans ses bottes, quoiqu’il arrive et de ne pas se perdre en passant outre nos valeurs…
Oui c’est rageant de penser que tu ne signes pas ton contrat parce que tu as été honnête, mais au fond, n’est ce pas mieux de ne pas travailler avec ces « enfoir** » ? Tu peux être fière de ton choix qui est celui d’une personne bien.
« wrong choices, right places » : peut-être que ce choix que tu regrettes aujourd’hui t’amènes là où tu dois aller 😉
bon courage!

Bonjour à toutes,
Je suis bouleversé et tellement consciente de ce que tu as dû traverser Laura (ayant traverser un épisode analogue mais ici on parle de toi).
En tout cas, même si je sais que ces mots ne te consoleront pas, je trouve ça courageux d’avoir été si honnête. D’après ce qu’Elisa nous laisse lire, je perçois une femme profondément honnête et… je suis peut être naïve mais je suis certaine que ça paie… que tu as bien fait… que tu vas avoir une nouvelle opportunité bientôt! Et puis, si cette boite a réagit comme ça… Peut être que c’est mieux que tu n’y sois pas rentrée… Ils auraient peut être été aussi abjecte sur d’autres choses (une absence pour un enfant malade que sais-je…) Je te souhaite plein de courage pour l’avenir… Je ne te connais pas mais je t’envoie plein d’ondes positives. Bises

C’est insupportable de lire ton témoignage et de voir à travers les autres à quel point c’est banal. La question c’est jusqu’à quand allons-nous accepter ça? Tant que les femmes prendront sur elles, en se disant c’est injuste rien ne bougera et les entrprises comme cemmes-ci continueront. La loi est de ton côté, tu as des mails et des pruves que jusqu’à l’annonce de ta grossesse, ils allaient t’engager. Alors c’est beaucoup d’énergie et je comprends que tu aies envie d’autres choses surtout après cette terrible nouvelle mais ne te laisse pas faire. Si ce n’est pour toi, fais-le pour toutes les autres. Malheureusment il n’y a que comme ça qu’on peut espérer un jour faire bouger les choses. On accepte trop en culpabilisant en plus. Tu n’as pas à culpabiliser, tu as été correcte, c’est eux qui devraient avoir honte. Gros bisous

Bonjour
Je vous suis Elisa depuis qq jours et j’aime bcp la bienveillance et les bons sentiments qui se dégagent de votre blog et qui sont devenus tellement ratés aujourd’hui.
Je suis très touchée par la lettre de cette maman et malheureusement cela résonne en moi également. Je n’ai pas le temps de lire tous les commentaires, 4 énfants oblige et heure du dîner approche ! Mais je voulais ajouter mon grain de sel ! Je souhaite bon courage à cette maman et lui conseille de garder espoir pour son bébé et de se tourner vers sa grossesse, sa priorité pour le moment. J’ai vécu des choses semblables. Je suis illustratrice, à mon compte et je travaille à mon domicile, une vraie chance mais pas évident tous les jours avec 4 énfants en bas âge, dont un bébé de 3 mois. Aujourd’hui je songe à faire une grande pause, à contre-coeur car j’adore mon métier et dessine avec passion. Mais plusieurs « cassement de dents » me font mûrement réfléchir. Et avant tout aussi, je dois l’avouer, car je ressens un manque de la part de mes aînées qui attendraient de moi plus de disponibilité. Et notamment, une expérience qui m’a laissé un fort goût amer, et un sentiment d’incompréhension. En effet, j’étais encore à la maternité que l’un de mes clients pour lequel j’avais déjà travaillé plusieurs fois et qui en semblait très content, me passe une commande évidemment ultra urgente. Je lui demande un peu de temps et finis par lui répondre que je me laisse jusqu’à après les vacances de noël pour reprendre les commandes (jai accouché juste avant). Telle n’a pas été ma surprise quand j’ai reçu de sa part un mail incendiaire limite m’insultant et me traitant de non professionnelle, en concluant son message en disant qu’il ne ferait plus jamais appel à moi. J’avoue que cela m’a laissée bouche bée et que je ne comprends toujours pas pourquoi, bien qu’en free-lance, je ne pourrai m’autoriser un minimum de congé parental comme le font les salariés… Bref, je ne vais pas m’arrêter à cette expérience et heureusement le bonheur de ma famille et le bonheur que me procure également mon job ne sauront être entachés par ce genre d’attitude, mais tout de même, je pense parfois sérieusement à carrément tout arrêter et ne me consacrer qu’à mes énfants. Je m’étends un peu mais je voulais dire à cette maman de ne pas baisser les bras et de regarder ses 2 énfants déjà présents, de reconnaître le bonheur qu’ils lui apportent et de se dire que si cela ne s’est pas fait cette fois, cest que qqch de meilleur l’attend ailleurs.
Merci si vous me publiez Elisa et merci pour vos beaux posts, notamment celui sur la gentilleté que jai bcp aimé.
PS: et pardon pour les fautes mais moi aussi d’un iPhone et plus le temps de me relire !

Chère Laura,

Je n’ai que peu de choses à ajouter à ce qui a déjà été dit, je me sens tellement petite et timide devant l’injustice et la souffrance… Mais je comprends ta colère et ta déception, et je pense que c’est important de les dire et de les vivre pour pouvoir les surmonter peu à peu.
Je suis d’accord avec toutes celles qui disent que tu as bien fait d’être fidèle à tes valeurs.
Et je fais partie de ceux qui croient à la Providence, c’est-à-dire que rien n’arrive par hasard comme d’autres l’ont dit.

Maintenant, je me dis aussi que pour aller de l’avant, et là je m’adresse à tout le monde et en particulier à Elisa qui me dira si cette idée lui semble pertinente, peut-être que tu pourrais nous en dire un peu plus sur le type de job que tu cherches, parce que les lectrices d’Elisa, c’est déjà un petit réseau, et que parmi elles il y en a peut-être une qui connaît quelqu’un qui connaît quelqu’un qui… Et avec qui Elisa pourrait te mettre en contact. Non ?

Bon, Elisa, si c’est une mauvaise idée ou si j’ouvre une boîte de Pandore, tu peux supprimer ou couper ce commentaire. Mais je me disais que l’entraide ça pouvait être ça aussi…

Merci si possible de corriger « tellement rares aujourd’hui » et non pas tellement ratés 😉
Et éventuellement mettre entre parenthèses cette phrase : {et avant tout…disponibilité}… ☺️

Bonjour Laura,

Malheureusement cela arrive… je suis passée par là il y a 11 ans et je commence juste à m’en remettre… je croise les doigts pour que ton issu soit plus joyeuse que la mienne à l’époque.

Laura, un grand homme a dit « les faibles ne peuvent être sincères ».
Ce sont eux les perdants dans cette histoire, ils sont passés à côté de toi et j’espère qu’ils s’en mordront les doigts!

Salut Laura,
Personnellement, je trouve que tu as eu parfaitement raison de les prévenir. Après les différents entretiens que tu as eu et qui ont en plus été concluants tu ne pouvais pas t’attendre à faire face à une réaction aussi minable.
Je partage vraiment le dégoût que chacune de vous ressent face à cette perte totale d’humanité. Ta colère est on ne peut plus légitime.
Les dérives du capitalisme et de la marchandisation du travail…
Une chose est sûre, ton ex-futur employeur n’était pas le plus vertueux pour ce qui est de la considération de ses employé(e)s.
Peut-être aura-tu la force de leur communiquer ta déception et ta colère envers cette injustice bien trop commune par les temps qui courent. Il faut que ces agissements soient révélés au plus grand nombre, que ces gens se sentent cons, qu’ils méditent sur l’archaïsme de leurs pratiques.
Si tu le sens, communiques le nom de la boîte en question ou le mail du responsable RH qui a pris la décision pour que chaque personne qui le souhaite puisse leur témoigner (de manière constructive et argumentée bien entendu)leur indignation.. Enfin, je m’enflamme peut-être mais c’est le genre de chose que je ferai dans pareille situation, même si ça ne risque pas puisque j’ai eu la chance de naître avec un pénis..
Bon courage pour la suite, généralement ce genre de poisse laisse place à de belles choses.

Je n’ai pas les mots … La situation de cette femme me bouleverse. Elle me met aussi beaucoup en colère cette situation, complètement injuste et complètement écoeurante. Mais cette situation me renvoie aussi mon image trop honnête. Il y a 6 ans je suis enceinte d’un mois quand on me propose de prolonger mon contrat de 5 mois mais avec que des nuits en 12h mon rêve en somme mais pas enceinte et puis je ne me voyais pas tenir autant avec le boulot que je fais donc je ne me voyais pas abandonner l’équipe (bla-bla-bla) … Alors je refuse et laisse ma place à ma collègue deuxième du choix. Résultat ensuite 3 ans de galère pour retrouver un poste de ce genre. Et le pire c’est que cela ne m’a pas servi de leçon. Alors 5 ans après je me suis promis de ne plus penser aux autres mais à moi. Alors tiens bon Laura je pense fort à toi.

Je suis d’accord avec Thomas (j’avoue ne pas avoir lu tous les commentaires mais j’ai trouvé celui d’un homme assez singulier) et j’allais justement faire le même genre de proposition. Si l’entreprise dans laquelle tu as postulé prône la bienveillance, la parentalité et étant donné la cible de lecteurs (lectrices) d’Elisa (sans connaitre les chiffres j’imagine que nous sommes une bonne majorité de parents), j’aimerai savoir en tant que parent, en tant que femme et en tant que femme active qui agit ainsi. Tu as été honnête vis à vis d’eux, tu en payes le prix et c’est profondément injuste, si tu le sens, pousses ton honnêteté et ta naiveté jusqu’à nous dévoiler ce nom et peut être que nous transformerons cet espace de partage en un bel acte de solidarité, la voie de cette société pour faire bouger les choses semblent être dans le pouvoir des consommacteurs ! La roue tourne et je te souhaite, quelque soit ton choix, quelque soit la suite, une bonne continuation.

    Si elle veut attaquer l’entreprise en justice, il ne vaut mieux pas qu’elle se prête au jeu de la diffamation.
    De plus quel est l’intérêt de savoir de quel employeur on parle ? Malheureusement dans la grande majorité des entreprises, on relève à un moment ou à un autre des discriminations, du harcèlement, le non respect de chartes environnementales ou des droits de l’homme. Il ne faut essuyer ces faits d’un revers de la main, non, il faut les combattre, mais ça ne sert à rien de stigmatiser une entreprise en particulier, alors qu’il y en a plein qui agissent ainsi. De plus, s’il s’agit d’une grosse entreprise, l’agissement d’un seul RH ne vaut pas forcément pour toute la firme.
    Et puis on a là qu’un seul son de cloche, cette jeune femme ressent à juste titre de l’indignation, de la colère, de l’injustice, mais il faut aussi comprendre que l’entreprise si elle embauche à un besoin immédiat de quelqu’un sur ce post, pouvant s’y investir pleinement. Alors s’il y avait vraiment une autre candidate aussi compétente, le choix de l’entreprise pour celle-ci est recevable, si face à la juridiction l’entreprise réussi à arguer que dans sa situation, le besoin de quelqu’un sur ce post était tel, qu’une absence de quelques mois pouvait réellement nuire à l’activité de l’entreprise. Si cette jeune femme n’avait pas annoncer sa grossesse, peut-être aurait-elle était embauché, et c’est en effet indignant que sa sincérité lui soit nuisible, mais sans approuver la réaction de l’employeur, je ne peux pas m’embaucher de la comprendre…
    Je crois que le mieux que l’on peut faire, c’est de souhaiter à cette jeune femme de retrouver rapidement un travail qui répond autant à ses espérances, et de rapporter son expérience à la Halde, pour attaquer cet employeur en justice.

Chère Laura,
Je voudrais par ces tous petits mots vous entourer de ma chaleur et concourir à vous donner la force de traverser tout ça. Mes pensées sont avec vous depuis la lecture du billet hier. Avec vous avant tout pour ce rdv médical (je ne sais pas de quand date votre message, peut être avez-vous la réponse). Et avec vous pour la suite de vos aventures professionnelles qui seront belles et à votre valeur, contrairement à cette société qui s’apprêtait à vous embaucher.
P***** de M**** les filles, il faut que ça cesse !

Laura, j’espere tout d’abord que les nouvelles de ta grossesses seront positives. Si toutefois elles ne l’étaient pas… Contacte l’entreprise pour laquelle tu as postulé. Peut etre qu’ils sont en train de regretter severement leur choix de ne pas t’embaucher.
Enfin, je suis persuadée que rien n’arrive par hasard… Si ce travail n’a pas fonctionné c’est que quelque chose de mieux t’attend, quelque chose qui te correspondra vraiment et respectera ton statut de femme et maman. Si tu as autant plu à cette employeur, tu plairas tout autant à un autre.
Garde le moral, ne te décourage surtout pas.

Un article très émouvant et qui met en colère aussi. Va falloir faire encore un peu bouger les choses, c’est sûr. J’ai parcouru rapidement les commentaires, je n’en ai vu que très peu qui donnaient des exemples inverses où une telle honnêteté n’avait pas entraîné la même réaction de l’employeur. Et pourtant moi, j’ai cet exemple d’une amie qui a été débauchée alors qu’elle était enceinte de son 2ème, et encore dans son 1er trimestre et qui l’a dit, craignant de perdre cette belle opportunité. Et pourtant, non, cette fois-ci, elle a quand même eu le job, un poste à responsabilités dans l’industrie de la cosmétique de luxe. Il y a donc de l’espoir, une évolution est en marche, il faut y croire, pour nous et pour nos filles. Ce n’est pas évident d’allier maternité et travail, mais le chemin parcouru est déjà immense, et va falloir continuer à se battre et à faire du bruit pour qu’un jour de telles injustices ne soient plus que des mauvais souvenirs. Courage à vous les mamans déçues, un jour ce sera loin derrière vous, je vous le souhaite aussi.

« Être fidèle à ses valeurs
L »essentiel est de
Rester droite
Honnête
La roue tourne
Il n »y a pas de hasard… »
…. je lis tout ceci et me questionne…
En êtes vous certaine ? Vraiment ?…
Je veux dire peut on affirmer que la bonté est toujours récompensé ???
Que l’on se sent plus heureux ainsi ???
Que c’est forcement ça être  » qqun de bien »….???

Ne rabâche t-on pas là encore un discours « bien pensant » attendu collectant typiquement « féminin » ?

Je me questionne juste

Bien sur je suis assez adepte moi aussi d »une pensée positive
Je me dis bien souvent que ce qui arrive à un sens et que l »on ressort grandis des épreuves….

Mais je me demande quand même si on ne se fait pas Juste AVOIR en prônant ces valeurs d’honnêteté….
Cela ne revient il pas à tendre la joue pour un deuxième coup ?
Devons nous être aussi parfaite ? Pourquoi ?
Cela me peine ….je voudrais parfois nous voir davantage nous révolter….

C est terrible à quel point je me retrouve dans cette lettre…j ai vécu les mêmes déboires…plan social au bout de 9 ans…apres avoir eu deux beaux enfants et subi une Fc a 10 semaines aussi. Je passe les affreux détails car je ne sais que trop bien comment on se sent révoltée et en colère de toute cette injustice. J ai eu la chance de pouvoir être devenue enceinte et de décider que il était grand temps de faire une pause. Depuis…tout à changé : j ai décidé de choisir mes priorités mais c est vrai que le s nécessités économiques ne nous laisse pas le choix. Alors un seul credo : ce qui ne me tue pas me rend plus forte☺profite de ce que le destin met sur ta route: Rien n arrive par hasard j en suis sûre ! et un jour…tout rentrera certainement dans l ordre . Il faut croire en son destin Une bonne étoile veille certainement sur nous et ces épreuves rencontrées nous changent pour toujours…et nous permettent d’ avancer autrement.
Bon courage et tout va s’eclairer comme par magie!

Merci Elisa de publier la lettre de Laura. Chère Laura la vie professionnelle est si dure. Il faut s’armer se blinder mais en même temps je sais qu’il y a des entreprises humaines où la direction a certes des objectifs à atteindre mais où le respect des employés est primordial. Je suis triste pour toi, car tu as as fait ce qu’il y a de plus juste et de plus honnête et tu en as été injustement remerciée. Je fais partie de celles qui pensent que ce qui ne se fait pas ne devait pas se faire et basta. J’ai moi-même 39 ans et 3 enfants. Je bosse pas mal et au la chance de travailler dans une entreprise humaine que j’apprécie beaucoup. Mais je sais que cela reste du business et suis prudente. Je t’embrasse très fort j’embrasse Elisa et j’embrasse toutes les lectrices. Vive les femmes

Bonjour Laura .
Je vais être très pragmatique dans mon commentaire.
Je pense que l entreprise a de manière assez légitime ses raisons de ne pas te prendre parce que oui embaucher une femme enceinte pose des « freins » : à peine formée et « adaptée » à l entreprise tu serais partie en congé Maternité (plus long avec le 3 ème enfant – ils ont dû y penser) avec problématique de te remplacer durant ton congé , donc recruter et payer une deuxième personne etc….
Il n’y a aucun recours possible l’entreprise n’est pas en tord.

Oui c est dommage de leur avoir annoncé surtout sans confirmation médicale. Mais peut être aussi que tu es mal parce qu’ils ont eu une réaction faussée « bienveillante » en te félicitant ; pour retourner leur veste ensuite. Peut être que s’ils n avaient pas eu cette attitude tu ne serais pas aussi mal. Ensuite au niveau de ta culpabilité si tu n avais rien dit à l’entreprise qui sait ? Celle ci t aurait peut être reprochée cela dans 4 mois (en te reprochant justement ton honnêteté de ne pas l’avoir dit plus tôt) . Les rapports seraient peut être devenus très conflictuels et peut être que pour « palier » ta grossesse tu te serais mis dans une pression extrême de travail… On ne sait pas… Peut être un mal pour un bien finalement… Sache aussi que la décision ne vient pas forcément de l équipe que tu as rencontrée mais peut être du directeur général ou DRH…
C est pourquoi ne ferme pas trop vite la porte parce qu il y a un an la DRH m a demandée de ne pas choisir la candidate de 30 ans, deux enfants (et un en bas âge ) alors qu elle était plus compétente et habitait près de l entreprise. On m a demandé d annoncer la mauvaise nouvelle alors qu elle avait été MON choix. J ai été honnête en lui annonçant et je lui ai dit que la porte n était peut être pas fermée…finalement l autre candidate a rompu son contrat et j ai pu la faire embaucher !
1) Donc sache que la décision ne vient pas forcément de ceux que tu as rencontrés, qui peut être n adhère pas à ce choix ; la porte n est peut être pas fermée complètement (il ne faut pas hésiter à rappeler ; surtout si la situation te concernant change)
2) si ce n est pas le cas c est que cette entreprise n était pas faite pour toi et que ça présageait un futur négatif avec ta grossesse (mise au placard de retour de congés maternité – pression)

Ne regrette rien et comme je me le répète souvent « un mal pour un bien  » je suis sûre que le meilleur t’attends.

Bonjour, je ne commentes pas mais cette histoire m’a touchée…. Chère Laura, ne regrettes pas ta franchise alors surtout pas car la franchise est tout à ton honneur!!!! Je suis à un poste en RH et je t’avoue que la décision ne m’étonne pas, alors ne te remets pas en cause car c’est le système qui est pourri et considère aujourd’hui cette épreuve comme positive car sincèrement je ne pense pas que cette boîte soit très saine. Si aujourd’hui ils te font ça et bien que feront ils demain, ce n’est pas une entreprise humaine et qui prend en considération la personne, dans cette entreprise tu aurais surement été un numéro et rien d’autres! Alors si aujourd’hui ta déception est grande ce que je peux comprendre sache que dans la vie il y a toujours mieux et je suis sur que demain tu te relèveras de bonheur! Courage!

Je me suis mise à pleurer.
La maternité est un réel frein pour certains employeurs. C’est écœurant.
Courage Laura, l’amour et l’eau fraîche c’est chouette aussi pendant un temps, surtout avec les sourires des enfants autour. Et tu trouveras un travail, qui te plaira. J’y crois, parce qu’être Maman, ça donne une force, une envie de se dépasser et de se battre que les employeurs sous-estiment bien souvent…

Ajouter un commentaire