Humeurs
31 mai 2016

Chère Elisa #15

Chère Elisa
Cela fait quelques années que je vous lis et que vos mots m’apaisent, votre blog m’aide à tendre vers de jolies choses avec ma famille, me recentre sur l’essentiel lorsque le quotidien me rattrape…merci!
Les merveilleuses lettres de cette rubrique « Chère Elisa » abordaient des domaines très poignants, des confidences très douloureuses, très touchantes…il m’apparaissait alors peut être trop léger de vous parler de mon Ruben qui finalement grandit bien…
Mais c’est à la lecture de votre billet « Mon manège à moi » lorsque j’ai senti votre énergie à « faire parler » votre jolie Lou, votre parcours qui m’a bouleversé tant il m’apparaît que le mien, le notre, s’en approchera.  En effet mon tout petit a de grandes difficultés à faire entendre sa voix…lui aussi.
Ruben a 2 ans, il n’énonce aucun son, aucun phonème, son audition est parfaite selon l’ORL mais il n’utilise pas la parole pour se faire comprendre. Il grandit autrement, il touche, caresse, observe avec énormément d’attention et interagit en nous montrant du doigts ce qui doit être nommé. Il nous fait dire à sa place et valide d’un sourire le mot bien prononcé. Il est l’enfant le plus tactile qu’il m’est été donné de connaître, il a dans les yeux tout les mots du monde mais ses lèvres refusent ou ne peuvent pas les prononcer.
Son frère et sa sœur, les enfants de la crèche ne semblent absolument pas perturbé par son mode de fonctionnement, seuls les adultes s’interrogent sur son mode de communication. 
« Ah…il ne parle pas? Il ne dit vraiment aucun son, ah juste « han »? »… »Tu dois être inquiète! »…. »Y a des psy pour ça…! »
Petit florilège de phrases bien anodines mais pesantes quand, oui, vous êtes « un peu » inquiète… 
Et puis j’ai compris. J’ai « décidé »de ne plus être inquiète pour ne pas lui mettre la pression, pour lui laisser le temps…
Ce petit garçon prendra son temps, il choisira son moment tout comme il a choisit le jour de sa naissance, J+4, tout comme il a choisit quand prendre son premier biberon, vous m’aviez joliment réconforté sur Instagram en témoignant pour votre Mia, encore merci.
En attendant ce moment, auriez vous une piste a partager avec nous, pourriez vous nous livrer un peu de votre chemin avec Lou afin d’accompagner au mieux notre Ruben, pour passer ce « mur du son »!
Merci pour vos mots doux Elisa! 
Eléonore 
12316264_10207727921293227_6139830515042075068_n
.
Chère Eléonore,
Merci pour ton message et tes jolis mots, oui en effet, nous avons rencontré des « problèmes de langage » avec Lou, qui étaient liés à un défaut d’audition.
Cela a été très dur, car nous craignions que cela soit irréversible et surtout Lou souffrait beaucoup (du bruit notamment)
Comme nous n’utilisons qu’une infime partie de nos capacités auditives, nous avons réussi à combler ce manque en développant ses autres capacités. Aujourd’hui, alors que les spécialistes nous prédisaient des années de travail, Lou a rattrapé complètement son retard (il y a encore un an elle ne disait quasiment pas un mot couplé à un autre) et elle ne souffre plus.
Nous avons eu de la chance et c’est un énorme soulagement pour nous. L’année dernière je t’avoue être passée par toutes les phases, et je m’inquiétais beaucoup. Aujourd’hui, Lou est un moulin à paroles et nous nous régalons. Et puis son papa et moi nous sommes tellement fiers de son avancée!
Heureusement pour toi et pour lui, Ruben a une audition parfaite, n’étant pas spécialiste je ne peux pas évoquer de raison pour laquelle il ne parle pas encore, mais je crois que personne dans ton entourage, ne peut non plus avancer de diagnostic sans savoir. Mon expérience, me fait juste dire que chaque enfant avance à son rythme, parfois certains choisissent de parfaire une aptitude avant d’en adopter une nouvelle. Je connais des bébés qui ont choisi de marcher plus tôt et de parler plus tard et vice versa. Je crois aussi qu’aujourd’hui on est pressé de tout, et que l’on oublie qu’à deux ans on est juste encore un bébé et que l’on a la vie devant soi pour parler.
Mon pédiatre, qui est proche de la retraite me disait que les enfants qu’il soignait il y a trente ans, faisaient tout un an plus tard que ceux nés de nos jours. On passe notre temps à stimuler les bébés pour tout et à attendre plus d’eux, plus rapidement.
Maintenant, si tu as envie que je te parle de ce qui a aidé Lou à prononcer quelques mots, sache que les chansons nous ont beaucoup aidé, j’en chantais tout le temps et un jour elle s’est mise à fredonner aussi. Nous avons aussi beaucoup utilisé tout ce qui est son, couplé à un nom: le livre des bruits ayant beaucoup participé à ses premiers mots. Et enfin j’ai aussi passé du temps à tout nommer avec elle, tout observer. Nous avons aussi travaillé à la lecture appuyée par les sons.
Voilà, j’espère que tout cela pourra t’aider, mais surtout j’espère que tu réussiras à cesser de t’inquiéter. C’est tout à fait naturel de se poser des questions, surtout si ton entourage entretient tes craintes mais je crois que si un spécialiste t’as assuré que tout allait bien, c’est que c’est le cas.
Je me souviens que plusieurs lectrices orthophonistes m’avaient laissé des messages, peut être que si elles sont par ici ce soir, elles pourront t’aiguiller? 
Et je pense aussi que toutes les mamans présentes, pourront te confirmer que chaque enfant choisit son rythme.
Je t’embrasse fort
Elisa
Ajouter un commentaire

42 commentaires

Je suis tellement d’accord avec ca .. Si les enfants prennent leur temps tout le monde tire la sonnette d’alarme. Bravo Lou !

Enseignante en maternelle, je peux conseiller à Eléonore de contacter l’association « Ouvrir la voix » avec laquelle j’ai beaucoup travaillé pour aider une de mes élèves « souffrant » de mutisme social. Ton petit n’a que 2 ans mais peut-être pourront-t’ils t’aiguiller si tu te poses des questions?

Bonsoir, il est vrai que le développement du langage est très différent selon les enfants et la qualité de l’entrée dans le langage n’augure rien du niveau de langage plus tard. A deux ans, un enfant devrait dire quelques mots et commencer à faire des petites phrases mais le plus important est la communication. Si votre petit Ruben communique c’est bien là l’essentiel.. Si vous êtes inquiets, vous pouvez toujours consulter une orthophoniste, je pense que c’est intéressant (je ne vais pas dire le contraire, c’est mon beau métier)

Merci elisa pour ces messages plein de délicatesse, de bienveillance et de tendresse…

Chère Eléonore,

dans notre société qui valorise la performance, on oublie parfois que chaque enfant à son rythme qui lui est propre. Un enfant a tant à apprendre, à découvrir, à ressentir. Dans un autre registre, mon fils aîné à lu tardivement. C’est en CE1 que les clés de la lecture se sont débloquées pour lui. Heureusement, il était dans une école Freinet et a pu suivre son rythme. Ses autres apprentissages ont été valorisés et cela ne l’a pas empêché de progresser.

Aujourd’hui, c’est un lecteur qui prend du plaisir, un lycéen épanoui. On a choisi de lui faire confiance, de lui permettre de prendre son temps, sans le bousculer.

Je suis sûre que ton petit Ruben va vous épater quand l’heure sera venue pour lui de parler !

N’ecoute surtout pas les gens, ils sont tellement négatifs, fie toi à des spécialistes et surtout à ton intuition de maman, et chacun son rythme !

Bonsoir, je suis orthophoniste et je peux vous dire Eléonore qu’il est important de laisser du temps à votre enfant en effet. Si il n’a selon vous aucune difficulté de communication autre que la parole (les regards, les gestes, les émotions, les interactions avec l’autre sont cohérentes et pragmatiques), et qu’il n’a pas de difficulté sensitives (orl audition et sphère oro-faciale ok) alors il peut s’agir de plusieurs choses: un retard de parole/langage simple, avec peut être une petite hypotonie de la sphère oro faciale (pour bien utiliser langue dents etc pour produire les sons, il faut muscler les organes à l’aide de petits exercices), une dysphasie éventuelle si le trouble devient plus durable dans le temps.
Dans tous les cas je vous conseille d’être patiente comme vous l’êtes et de vous rassurer en consultant soit un orthophoniste spécialiste de la petite enfance, soit un orthophoniste classique mais vers l’âge de 3 ans si le trouble est toujours présent (et ce, même si progrès). Je vous souhaite que tout rentre dans l’ordre et de relativiser, surtout. Il est si petit. Et a le droit comme vous dites de se développer comme il l’entend 🙂
Belle soiree
Marine

Tout à fait, il est important de laisser l’enfant le temps d’exprimer ses compétences et en tant que parent de ne pas se laisser aller aux premières angoisses irrationnelles. Cependant en 2016, il est difficile de faire l’impasse sur les avancées scientifiques dans les neurosciences, et leur apport sur la connaissance du neurodéveloppement. Non il n’est pas nécessaire de s’inquiéter outre mesure quand on pu en parler à son pédiatre, et une fois que des bilans paramédicaux ont été faits: orthophonie (bilan du langage oral), en ergothérapie, en psychomotricité, en orthoptie ou bien une échelle psychométrique. Ces bilans peuvent apporter un éclairage sur le fonctionnement de l’enfant (points à renforcer, mais également les points forts!) et apporter les stimulations adéquate au quotidien. Le ressenti des parents est souvent juste, mais doit parfois être complété, éclairé par des professionnels pour être au plus juste et le plus adapté possible dans son rôle de parent justement…

Bonsoir !
Je ne suis pas du tout une spécialiste du langage et je ne peux donc que t’apporter ma petite expérience.
Mon frangin, à l’âge de ton fils, ne disait pas un mot. Rien. C’était il y a 30 ans, et à l’époque, on s’inquiétait moins qu’aujourd’hui: il communiquait quand même, avec des gestes, des regards ? Il comprenait tout ce qu’on lui disait ? Alors ça viendrait ! Et de fait, il est rentré en maternelle à deux ans et demi et là, plus de grand frère pour traduire tout ce que les parents ne comprenaient pas (ou faisaient semblant de ne pas comprendre) ! Il a donc fallu qu’il parle et en peu de temps, c’était réglé.
Je crois que s’il n’y a pas de souci physique, et tant qu’il comprend ce qu’on lui dit, qu’il communique à sa façon, il n’y a pas de souci à se faire.
Fais lui confiance !

Juste une anecdote en passant:
Mon petit frère, jusqu’à ses trois ans, be parlait quasiment pas. Il comprenait tout, mais parlait « schtroumphs »… Il remplaçait tous les mots clés par « gnagna ».
« Je veux gnagna, on va gnagna…
Etc ».
Pas simple!
Mes parents se sont posé des questions… Et puis dès la maternelle, il a « décidé » de parler, et tres bien, meme.
En fait il n’avait pas ressenti le besoin de parler avant. Il a fait les choses à son rythme.

Pour info il a ensuite été tres brillant à l’école, en avance sur sa scolarité, a fait Polytechnique et Ponts. Bref pas la moindre trace d’un retard mental, bien au contraire! (Contrairement à ce qu’on aurait pu craindre quand il etait tout petit…)

Il a juste fait les choses comme il le souhaitait!

    Chère Marine, merci pour ce commentaire, qui j’en suis sûre pourra aider Eléonore. Juste une précision, vous serez ici toujours la bienvenue, comme chacune des personnes qui me fait l’honneur de venir me lire, et si j’avoue ne pas comprendre ce qui vous pousse à venir encore me lire ou si j’avoue encore que vos très nombreux et retentissants messages à mon égard (même si bien entendu, vous ne parlez pas que de moi) ont pu me blesser profondément, sachez que je ne me permettrai jamais le moindre jugement ou critique à votre égard. Je vous souhaite une très belle journée

      Je suis en accord avec l’article du Monde. et j’aime suivre votre blog aussi (comme celui de Mimi thorisson, d’ailleurs!) Parce qu’il dégage une vraie authenticité.
      L’un n’empêche pas l’autre, on peut aimer vous suivre tout en se posant de réelles questions sur la tendance d’aujourd’hui à montrer des photos de ses enfants, voire à tomber dans une certaine addiction. (Je me fous du côté « parfait » dénoncé par là journaliste, car pour ca je crois que c’est à chacune d’exercer son esprit critique, et de réaliser que rien n’est parfait chez personne, que certaines personnes font juste le choix de montrer et voir le positif!)

      Je suis consciente de mon ambivalence en tant que lectrice… Je pense qu’en tant que blogueuse on se pose aussi, forcement, ces mêmes questions.
      Je n’ai vraiment pas envie de vous faire du mal en vous disant ça, je voulais plus soulever le problème… Sans voir le mal partout, il me semble pertinent et justifié de continuer à se poser des questions!
      Je me dis simplement, que, parmi les milliers de lecteurs qui passent sur le net, tous ne sont pas forcement bienveillants. D’où ma frilosité -toute personnelle!- à ce sujet.
      Chacune fait ensuite comme elle le veut, et voit la vie à sa façon. Et vous avez raison, les personnes qui n’aiment pas le blog doivent pouvoir choisir de ne plus le lire 🙂

    ah oui quelle élégance!

Précision
Je ne suis pas la même Marine que l’orthophoniste dans le commentaire précédent. Appelons-moi Marine 2!

Eléonore,
Ton message me touche beaucoup car mon fils est exactement dans la même situation que le tien! J’ai d’ailleurs failli écrire à Elisa pour lui en parler…
Mon petit va avoir deux ans le mois prochain, il ne dit rien…J’essaie de ne pas trop m’inquiéter mais comme toi les proches te font comprendre qu’il vaudrait mieux consulter sans tarder. Il a un RDV ORL le mois prochain (mois de ses deux ans) j’ai l’impression qu’il entend tout très bien. On verra… J’essaie de me rassurer aussi en me disant que nous lui parlons deux langues à la maison (moi : français, mon mari : anglais). J’espère que le déblocage va se faire sans tarder quand même car c’est frustrant.
En attendant je fais comme toi, je le regarde pousser sans lui mettre la pression. Il se fait très bien comprendre en pointant tout du doigt…
Je t’embrasse ainsi qu’Elisa pour ses paroles toujours réconfortantes.
Bonne soirée les filles

Bonsoir, je ne vais pas t’aider à trouver des solutions mais juste venir t’apporter mon témoignage. Je suis maman de trois enfants, 5 ans, 2 ans et demi et la dernière bientôt 4 mois. Ma fille de 2 ans et demi ne parlait pas du tout il y a encore qqs tps. Elle comprenait tout ce qu’on lui disait mais ne parlait pas. Elle faisait des gestes, baragouinait parfois un truc incompréhensible mais alors que tous les autres enfants de son âge faisait déjà des phrases elle non. Comme toi je m’inquiétais et je me posais des questions pr rapport à son entrée en maternelle en septembre. Elle est de fin novembre et en plus elle ne parlait pas, je me disais que ça allait être difficile pr elle. Et puis il n’y a pas si lgtps elle s’y est mise petit à petit. Je ne sais pas ce qui a été l’élément déclencheur mais elle a commencé avec des petits mots. Puis elle a continué en répétant tous les mots qu’elle entendait. Maintenant c’est un moulin à paroles et même si elle ne prononce pas toujours bien les mots, même si elle ne fait pas encore de belles phrases je ne m’inquiète plus je sais que ça viendra en tps et en heure! Comme l’on dit plusieurs personnes, on est tjrs tellement pressés qu’ils grandissent et rentrent ds le moule qu’on en oublie qu’ils ne sont comme l’a dit Elisa encore que de tout petit bébés.
Je suis sure que ton fils parlera très bien qd il en aura envie. Certains enfants préfèrent d’abord observer et enregistrer le monde autour d’eux avant de se lancer. Et ça n’est pas plus mal!

Bonsoir à toutes, je suis pour ma part inquiète pour mon neveu, qui à 2 ans et demi, ne dit que « papa », « maman ». Chaque enfant évolue à son rythme, certains ne parlent qu’à trois ans et s’expriment alors à merveille mais ce qui m’interpelle c’est qu’il s’exprime par des grognements et des cris. Il n’a pas souvent l’occasion de voir d’autres enfants et son environnement n’est pas des plus stimulants. Nous vivons assez loin de lui et sa famille, et il est difficile de faire part de nos questionnements …j’ai essayé de suggérer à sa grand-mère d’en parler à un pédiatre, car j’ai pensé à un problème d’audition ou autre, mais c’est délicat car la maman de ce petit garçon considère son « refus de parler » comme « un caprice », et dit « qu’il se fait comprendre en faisant des colères »… Cela me fend le cœur d’entendre un pareil jugement, qui n’y est peut-être pas pour rien dans son « retard » de langage.Peut-être n’a-t-il simplement pas encore envie de parler mais je trouve qu’il serait bon d’avoir l’avis de professionnels. Étant loin, je ne peux pas l’aider et cela m’ennuie beaucoup. J’aimerais bien avoir des avis, même si je n’ai que peu d’éléments à donner.

Bonsoir Elisa, quel beau témoignage celui de votre accompagnement de Lou.
Eléonore, dans vos mots, on sent tout l’amour d’un parent pour son enfant. Effectivement, chaque enfant va à son rythme, le langage est loin d’être ma spécialité étant ergothérapeute, mais je pense que lorsque l’on a des doutes, il peut être important de chercher l’aide de professionnels. Je préfère voir un enfant, ou un bébé trop jeune, pour lequel au terme de la rencontre je n’ai pas d’inquiétude , plutot qu’un peu tard, lorsque les difficultés sont installées.
Des parents qui se questionnent, qui cherchent, s’informent, auront le bon instinct pour aider leur enfant. Et pour certaines personnes c’est tellement important d’entendre un professionnel valider leurs façons de faire malgré les remarques, les regards, les sous-entendus.
Je vous souhaite un joli chemin vers la voix.

Bonsoir, je ne commente jamais car les réponses d’Elisa et des lectrices disent souvent déjà beaucoup. Mais là, une idée me vient qui a sûrement due être évoquée mais sait-on jamais : de plus en plus de parents signent avec leurs enfants. Je n’ai malheureusement pas pu le faire avec ma fille mais j’ai eu des échos très positifs de la part d’amies qui signaient avec leurs enfants et qui avaient une communication avec eux avant si ils ne sachent parler. Les formations sont ludiques avec des chansons. Peut être que cela peut être un premier pas qui dirait à Ruben : je me mets à ton rythme, et si moi aussi je communiquais avec toi par les gestes.
Dans tous les cas, j’espère que peu à peu les inquiétudes vont disparaître!

Notre expérience pour peut être te rassurer: notre petit 3ème ne disait que ‘papa’ et ‘mama’ à 2 ans. Il ne babillait pas, n’essayait pas, aucun son autre que des ‘euh euh euh’ sortait de sa bouche, à tel point que la pédiatre a envisagé un défaut d’audition lors de la visite des 2 ans. J’ai utilisé le baby signing avec lui à partir de ses 18 mois pour compenser et il a très vite été adepte de cette méthode de communication. Nous signions ensemble et pour les autres, il mimait et arrivait finalement très bien à se faire comprendre. Je me suis relativement peu inquiétée, rassurée sur son audition, sa faculté à communiquer (certes sans les mots) et parce qu’au 3ème enfant on apprend par la force des choses que chacun va à son rythme. Et puis à 2ans et demi passés il a eu un déclic et s’est mis à parler. Beaucoup. Son langage a tout de suite été riche, parfaitement prononcé, avec des phrases bien structurées. En quelques mois à peine il est devenu un moulin à parole et quand je réécoute les vidéos de ses 2 ainés au même âge, il est celui qui parlait le mieux à 3 ans (diversité du vocabulaire, prononciation, complexité des phrases). Il fait juste partie de ces enfants qui n’acceptent pas l’a peu près. Patience, votre Ruben n’a sans doute pas fini de vous surprendre 😉

Ma fille ainée a eu 26 ans hier. Elle est prof de français langue étrangère dans une Alliance française aux Philippines et réussit brillamment sa carrière. Et pourtant. Jusqu’à l’âge de 3 ans et demi, elle ne parlait pas. Même à l’école.
Notre seconde fille de 17 mois de moins a commencé à parler à 15 mois et à 18 mois, faisait des phrases avec sujet verbe complément.
Et alors, l’aînée s’est mise à parler !
Lorsque nous avons eu notre 3 ème fille, nous sommes partis en expatriation à Macau en Chine et ce bébé a été baignée dans le 1) français à la maison 2) anglais avec la nounou (je faisais le CNED avec les 2 aînées !) et 3) le portugais et le chinois à la crèche à partir de 2 ans. Elle comprenait parfaitement ces 4 langues mais baragouinait un babil très basique incompréhensible en dehors de nous 4 !

Je suis une bavarde terrible et j’ai toujours BEAUCOUP parlé à nos enfants, beaucoup chanté aussi.
Bilan aujourd’hui ? elles sont toutes les 3 très brillantes, les deux aînées ont fait de hautes études et sont très équilibrées…..et sont aussi bavardes que leur mère aujourd’hui.
La petite dernière n’a que 16 ans mais on vit aujourd’hui au Brésil et elle parle portugais mieux que ses parents (trop vieux dit-elle….merci au passage, c’est une ADO-rable !!) Elle a eu aussi quelques mentions de bavardage sur ses bulletins en primaire…!

Nous en avons entendu quand l’aînée était silencieuse. Très souriante, pas sauvage mais muette. D’autant plus qu’elle était très grande et faisait plus que son âge. Mon père m’a même avoué, quelques années après « Nous pensions qu’elle était retardée mentale… »

Voilà notre histoire. Je n’ai pas de recette magique mais c’est sûr, il faut faire confiance à nos enfants et à mon avis, quelque soit la forme de communication, le principal étant de sentir si l’enfant NE SOUFFRE pas. Physiquement d’abord, mais aussi dans son rapport avec les autres. Et il me semble à vous lire que votre petit garçon est tout à fait à l’aise dans son entourage familial et quotidien.

Mais c’est vrai que le regard et les réflexions des autres, c’est parfois très dur.

Bon courage pour aider votre Ruben à trouver SA voie-voix ! Mai avec l’amour de ses parents et de son entourage, je ne me fais pas beaucoup de soucis.
Je vous embrasse affectueusement ainsi qu’ Elisa, que je remercie pour sa bienveillance habituelle et les bulles de bonheur qu’elle dispense autour d’elle à profusion. Quelle chance on a !!

Éléonore, juste envie de te faire un gros bisous de réconfort !
Les gens ont des réflexions bêtes et méchantes sans même s’en rendre compte…
Pour le reste, mon fils étant trop petit, je ne peux pas t’apporter mon expérience et je me garderai bien de donner des conseils mal avisés. Mais je suis sûre qu’avec tout ton amour et ta patience, tu vas aider Ruben sur sa voie/voix à lui.
PS : Einstein n’a su s’exprimer correctement qu’à partir des ses 9 ans (je crois) et il me semble que ça ne l’a pas empêché de faire de grandes choses ! Je crois en toi Ruben !!!

Bonjour Eléonore,
Je te comprends. Ma fille ainée, Mathilda, a commencé à parler tard. Vers 18-20 mois, elle ne disait que « tata » pour désigner son doudou. Je n’avais aucune expérience dans le domaine de l’apprentissage du langage, c’était mon premier enfant, mais j’avais l’intuition qu’il nous faudrait recourir aux soins d’une orthophoniste tôt ou tard. Vers ses 2 ans, elle ne disait alors que « papa » en plus de « tata », j’en ai parlé au médecin généraliste qui m’a dit de patienter. Ce que nous avons fait. Mathilda, comme ton petit Ruben, communiquait parfaitement avec les enfants et les adultes par d’autres biais que le langage, et était très bien développée du point de vue moteur. A 2ans et demi elle est rentrée à l’école. Je commençais à m’inquiéter un peu, j’avais peur qu’elle ne s’intègre pas bien à cause de son retard de langage. Durant l’année de PS, elle s’est mise à parler, mais dans une langue connue d’elle seule. Les mots étaient au mieux (très) déformés, au pire complètement inventés (exemple: « payoche » pour savon!). La maitresse et le médecin généraliste me conseillaient tous deux de patienter. Elle a continué son petit bonhomme de chemin en baragouinant ce drôle de langage. Et puis, 15 jours après la rentrée en grande section, la maitresse m’a vivement recommandé de consulter une orthophoniste. Mathilda avait effectivement un gros retard de langage, mais à l’aide de la rééducation orthophonique hebdomadaire, elle l’a rattrapée en un an. Son orthophoniste lui a dit à la rentrée dernière qu’elle n’avait plus besoin de la voir car elle parlait maintenant très bien. Elle était déçue car elle adorait aller chez son orthophoniste! Aujourd’hui elle est en CP, elle parle presque parfaitement bien (de temps en temps elle écorche encore quelques mots) elle sait lire, elle est très vive et très curieuse. Voilà, mon histoire (un brin trop longue peut être?). Lorsque j’avais demandé à l’orthophoniste de Mathilda si elle pensait que j’aurai du la consulter plus tôt, elle m’avait répondu qu’il n’est jamais trop tôt pour un bilan orthophonique. Mon conseil Eleonore serait donc le suivant: n’hésites pas à consulter une orthophoniste dans les prochains mois! Bonne continuation.

La pression de l’entourage…
On pourrait en dire des choses, chaque enfant acquière des aptitudes à des âges différents la société voudrait les entrer dans un tableau. Laisse toi un peu de temps avant de trop t’inquiéter, en plus c’est le petit dernier il a deux aînés qui parle pour lui, ce n’est pas toujours évident de faire entendre sa voix.
Douces pensées Lucie

Bonsoir, je n’ai pas pour habitude de commenter mais cette lettre d’Eleonore m’a touché en plein coeur. Il y a. Tout juste un an, j’etais exactement dans la même situation avec ma grande qui avait 2ans a l’époque. Pas un mot ne sortait de sa bouche en dehors de papa, maman, yaya (sa petite soeur) et coco. J’étais assez inquiete tout comme toi, surtout que des connaissances commencait a me parler d’autisme ou a me reprocher de ne pas faire ce qu ‘il famlait pour la stimuler. Comme Elisa, je lui lisais beaucoup d’histoires, lui parlait, lui montrait, lui expliqiait…
Etpuis il y a quelques semaines, on a ete visiter son école, rencontrer sa future maîtresse. C’est comme si elle avait eu un declic. Elle parle, ce qui etait du charabia il y a un mois est devenu de petites phrases. Elle m’impressionne chaque jour un peu plus. Tout ce que je lui disais quand aucun son ne sortait de sa bouche etait enregistraot dans sa jolie petite tete!
Tout ca pour dire chere Eleonore, fais confiance a ton Ruben. Quand il en aura envie, il te parlera, pour l’intant il enregistre!! Ma Chloé en est la preuve… Bon courage

@ Eleonore, je crois que tu as vraiment bien fait de demander son avis à Elisa, et je suis asse d’accord avec elle. Pour t’aider, je souhaiterais te parler de ma petite soeur qui n’a pas dit un mot jusqu’à ses 3 ans, mes parents étaient fous d’inquiétude, les medecins avaient posé différents diagnostics, dont l’autisme… 30 ans plus tard, je t’affirme qu’elle est un moulin à paroles, qu’elle se porte à merveille . Elle a simplement pris son temps, j’espère que cela t’aidera.
@Elisa : un grand merci à toi qui nous offre tant de choses en plus de temps . Nous n’aurons peut être jamais l’occasion de nous rencontrer, mais tu fais partie de mon quotidien, j’adore venir lire tes mots tout doux. Si je devais remettre la médaille de l’humanité, et de la bienveillance, elle serait pour toi, I swear ! Merci Merci Merci

Chère Eleonore
Ma fille Rose va avoir 5 ans et porte toujours des couches la.nuit. C’est un problème très différent mais le regard et le jugement des autres est là. Difficile pour moi mais surtout pour elle. J’espère que ton petit garçon sera protégé des adultes parfoits très maladroits….et que tout ira bien pour vous.
Bises. Julie

Mes jumeaux à l’âge de 3 ans ne prononçait que des sons, jamais fait une suite de trois mots à la suite et d’ailleurs ne prononçait que maman et papa en « vrais » mots ! mais se faisait totalement comprendre. Le jour de leurs trois ans (nés en janvier) ils sont entrés à l’école maternelle, le soir même ils prononçaient déjà une dizaine de mots !! Le langage est venu totalement en 6 mois.
Entre -temps j’ai eu tant de remarques assez blessantes… je n’ai pas consulté car je me rendais compte qu’ils comprenanient tout et qu’ils savaient se faire comprendre, donc fallait attendre… aujourd’hui ils ont quinze ans, sont très bons à l’école et n’ont jamais eu de souci d’apprentissage. Alors ton petit prend son temps et tu as raison d’êre tout simplement à son écoute (surtout si tu as eu confirmation qu’il n’y a pas de problèmes d’orl). Bonne continuation ! Samantha

Bonjour Eleonore,
Moi aussi j’ai mis du temps pour parler, j’ai un enregistrement de ma sœur et moi (plus de 2 ans) dans lequel elle essayait que je dis « maman », elle répétait maman plusieurs fois et après ….c’était le silence absolu.
Après j’ai parlé normalement, simplement un peu plus tard…. ou mieux dit: j’ai parlé quand c’était le moment pour moi! chacun à son rythme
besos

Finalement de ne pas se laisser déstabiliser par les autres, de se faire confiance et à son enfant, de ne pas comparer et de prendre son temps sont les clés. C’est devenu du luxe! Cultivons ce luxe!!!

Ma fille aînée a tardé à s’exprimer, n’ayant pas beaucoup d’exemples d’enfants de son âge autour de moi, je n’avais pas d’éléments de comparaison et je ne me suis pas inquiétée de la situation. Je me souviens que peu avant la naissance de ma deuxième fille, elle n’était pas capable de nous dire ce qu’elle avait fait alors qu’elle avait manqué s’étouffer en avalant une pièce de 1 euros. Elle avait alors presque trois ans. Je ne saurais dire combien de temps elle a mis pour enfin faire ses premières phrases, mais elle s’y est mise comme tout le monde! Aujourd’hui à 12 ans elle passe des heures à apprendre des paroles de chanson et à les chanter à tue-tête, tout va bien de ce côté là ! Même si j’avoue que d’une manière générale tous les apprentissages auxquels elle a été confrontée dans sa scolarité ont pris un peu plus de temps pour elle…le système scolaire a du mal à comprendre cela mais c’est son rythme à elle! Pour mes autres filles ça a été bien différent elles ont parlé bien plus tôt, tout semble plus fluide et plus facile pour elles! Chaque enfant est différent et à son propre rythme…le tout est d’essayer de les accompagner au mieux pour essayer avec lui de ne pas rater le train de la société qui va vite trop vite ! Pour cela je pense que les conseils d’Elisa sont de bons conseils qui vont vous aider à aider votre enfant!

Ma fille n’a pas dit un mot jusqu’à 20 mois. Mais je ne m’inquiétais pas, le pédiatre non plus. C’est surtout l’entourage qui me questionnait et ne comprenait pas que je ne m’inquiète pas. à 20 mois elle s’est mise à parler comme un livre, Tout était bien articulé,. Aujourd’hui elle a 11 ans et je me rends compte qu’elle ‘a sauté’ de nombreuses étapes à commencer par le déplacement. Bébé elle ne se déplaçait pas. Mais à 10 mois elle a commencé à marcher. Puis le babillage qu’elle n’a pas fait. Elle n’a pas pris de biberon. Elle est passée du sein à la tasse. Puis pour les aliments solides, elle ne voulait pas que le lui donne à manger, elle voulait le faire seule. Et encore d’autres apprentissages tels que la lecture…

Tu as raison de ne pas t’inquiéter. Ce n’est pas facile de rester insensible face aux remarques d’autrui.

Chère Eleonore.

Je vais te donner une exemple un peu différent mais pour dire finalement la même chose que tout le monde.
Ma fille, elle a parlé très très tôt. C’est assez agréable effectivement ( quoique éreintant mais on va quand même pas se plaindre) Et le plus étonnant c’est lorsque les gens le constatait ils me demandaient fréquemment comment j’avais fait pour que celà arrive. Je répondait la vérité c’est à dire Rien ! Je n’ai rien fait que toute maman ne fasse déjà.
Mais le plus important que tu dois retenir c’est qu’aujourd’hui ma fille a 4 ans et qu’il n’y a AUCUNE différence de langage avec ces camarades de classe et pourtant il y en a certains je les connait depuis la crèche et crois moi à 2 ans et même 3 ans ils étaient absolument mutiques. Et heureusement passé cet age plus personne ne se soucie de savoir qui a parlé le premier !
Nos enfants sont des petits bateaux, ils arriveront tous à bon port… Oui mais pas tous le même jour.
Nous, mamans, sommes juste le souffle, ou le zéphyr, l’alizé, le siroco, le mistral, la tempête et l’ouragan parfois, mais le plus souvent la bise qui leur indique la bonne direction.
Bonne route à ton petit bateau Eleonore, souffle doucement, il arrivera sûrement.
Lemine

Fabienne sacrée mamma mia sur insta mercredi 1 juin - Répondre

Une petite anecdote pour te rassurer, mon cousin n’a pas parlé jusqu’à ses 3 ans et la première phrase qu ‘il a dite en goûtant une datte a été : « C’est délicieux ».

Bonjour Éléonore,
Comme ces quelques lignes parlent à mon coeur de Maman ! Dans chacune de vos lignes, c’est mon petit garçon que je reconnais. Les inquiétudes de maman, alimentées par l’entourage. Les visites chez différents spécialistes pour trouver « une explication ».
A 2ans, non, Paul ne parlait pas : quelques grognements… Et pourtant, tout le monde le comprenait sans souci : il avait développé un langage corporel / visuel qui lui permettait de parfaitement se faire comprendre. Et lui n’avait aucun problème non plus pour nous comprendre. J’etais meme parfois surprise par sa capacité à comprendre ce que je lui expliquais.
C’est un enfant calme, enjouée voire malicieux !
Et puis il y a peu (le 15 avril dernier, il y a des dates que l’on oublie pas !) alors que son père lui lisait une histoire de loup, il a arrêté son père pour lui montrer comment le loup criait. Un magnifique cri de loup qui a retourné mon coeur de bonheur. Et comme un bonheur n’arrive jamais seul, mon petit garçon voyant les larmes dans mes yeux, est venu se nicher dans mes bras et à prononcer ce mot tant attendu : Maman.
J’ai pleuré, pleuré ce soir là, de joie ! Nous avons dansé, rit ce soir là (pardon chers voisins…)
Aujourd’hui, 1 mois et demi plus tard, les progrès se font tous les jours !
Alors non, il ne parle pas comme un enfant de son âge parle habituellement. Mais il sait donner son prénom quand on lui demande, dire son âge, répondre par oui ou par non à nos questions, fredonner quelques chansons, imiter de plus en plus d’animaux et de nouveaux mots apparaissent tous les jours (moulin, c’est mon préféré !).
La route est encore longue… Mais elle est pavée de si belles surprises.
J’espère que ces quelques lignes vous aideront et vous rassureront.

Pendant longtemps, le fils d’une de mes amies a communiqué par gestes, je ne saurai dire à quel âge il a commencé à parler mais je sais que lorsqu’il est entré en maternelle, il utilisait très peu de mots. Par contre, il se faisait très bien comprendre mais autrement que par la parole. Aujourd’hui, il va avoir 6 ans, parle normalement il déforme encore quelques mots mais rien de grave, je pense que l’apprentissage de la lecture va régler tout ça.
Alors, surtout, ne t’inquiète pas pour l’instant, les choses vont se mettre en place, sois vigilante bien sur, mais fais lui confiance, il va surement t’épater 😉

Ma fille n’a que 7 mois…Qu’est-ce qu’elle fait là celle là direz-vous lol!

Juste pour dire à cette maman que ma fille communique aussi beaucoup avec les yeux, elle est précoce mais je pressens déjà qu’elle prendra aussi son temps pour parler.

Je suis sûre que Ruben est en avance par contre sur plein d’autres choses! J’ai appris que certains enfants ont besoin de s’imprégner du monde, avant d’y interagir. Laissez -le s’imprégnez et vous serez surprise du vocabulaire qu’il aura quand il parlera!

De grosses bises

Bonsoir Eléaonore…
Ton témoignage m’a touché et interpelé car mon petit s’appelle aussi Ruben. Il a 2 ans et demi (il va avoir 3 ans le 1er septembre). Pour tout te dire, à 2 ans il ne prononçait pas énormément de mots mais beaucoup d’onomatopées…mais ce qui nous inquiétait le plus avec mon mari, c’est qu’il n’a fait ses premiers pas qu’à 23 mois. On a été voir un pédiatre, il a fait des prises de sang pour voir s’il n’y avait pas une cause musculaire et rien. Nous aussi on a entendu des remarques si bien que, bêtement, quand je rencontrais des gens je ne pouvais m’empêcher de dire « il ne marche pas » avant même qu’on ne m’en parle! Je pense comme Elisa, c’est normal d’être inquiets en tant que parents mais si les spécialistes n’ont rien décelé « d’anormal » alors laisse-le évoluer à son rythme…Mon frère, quand il était petit ne parlait pas en rentrant en maternelle et ne faisait pas des phrases correctes avant d’entrer en CP…Il a appris à lire super vite et maintenant c’est un moulin à paroles (il a 31 ans!)
Bon, j’espère que ces quelques mots t’auront un peu rassuré…Continue de lui parler, d’échanger car ce qui est inquiétant, c’est un enfant qui n’a pas d’échange avec les autres ni d’interaction…
Amandine

Bonjour à toutes

Éléonore mon expérience est différente de la vôtre sur la forme mais tant que ça sur le fond. Mon aîné Côme a parlé très tôt et aujourd’hui à presque 3 ans il parle très très bien …. mais il n’a marché qu’à 2 ans passés (26 mois pour tout dire) !!! Et j’ai tout entendu pendant cette période, de ma famille, des médecins, à la crèche et même parfois d’inconnus ; des mots qui m’ont souvent blessée puisque toutes ses phrases ne voulaient dire qu’une chose : mon fils était incapable, retardé, que sais-je encore … quoi de plus horrible à dire à une jeune mère ? Il savait se tenir debout et avançait sur les fesses en se propulsant avec les bras donc comme vous pour Ruben aucun problème d’autonomie à mon sens !! Et je passais mon temps à me persuader qu’il attendait le bon moment, celui où il serait capable de se lever et de marcher parfaitement car peut être il n’avait pas envie de faire ça à moitié ! La phrase d’Élisa qui dit que certains enfants préfèrent perfectionner un apprentissage avant de passer à un autre résonne fort en moi ; je dirais même plus que je les crois capables de se préparer jusqu’à être sûrs de réussir ! Et j’ai eu raison de croire en mon Côme car le jour où il a décidé de marcher il l’a fait parfaitement, courant même, aussi bien qu’en enfant qui aurait marché depuis ses 12 mois ! Comme quoi vous avez raison de croire en Ruben qui s’il n’a pas de problème médical vous bluffera sûrement en prononçant non pas ses premiers mots mais directement ses premières phrases !
J’aime croire que les enfants sont suffisamment malicieux pour nous préparer d’aussi jolies surprises non ?

Bonjour Eléonore, je crois que tout a été dit,j’ai une amie dont le fils n’a quasiment parlé que par gestes jusqu’à 3 ans passés, mais alors quand je le voyais, si dégourdi, mimant tout ce dont il avait besoin , faisant bien des choses par ailleurs avec beaucoup de hardiesse, on ne pouvait que se dire que quand il voudrait bien parler il le ferait. Et maintenant qu’il est rentré en maternelle il parle de façon très claire, sans problème de prononciation, bref personne ne pourrait deviner que ses parents se sont fait du soucis pour la parole. Moi même en temps que maman je me suis beaucoup inquiétée pour mon deuxième, et j’en parlais régulièrement à quelqu’un qui un jour me dit  » comment il va votre petit? – ah super il vient d’apprendre à faire du vélo sans petite roue ! – à 3 ans et demi? pas mal pour un enfant qui n’allait jamais tenir assis, jamais marcher jamais parler , jamais être propre ….. « J’ai ris de moi même il avait raison ce qu’on se met la pression parfois ( et il faut dire que l’entourage s’y met aussi un peu parfois ).

Si cela peux vous rassurer, j’ai été comme votre fils, je refusais de parler, je savais me faire comprendre mais je ne parlais pas. Mes parents se sont posés des questions, mais je n’avais aucun problème d’audition. Ma maman se souvient d’un voyage en Tunisie ou un enfant d’un an de moins que moi parlait et moi non. Surprise pour eux, lors de mes 3 ans j’ai commencé à parler, je n’ai pas eu le langage bébé une seule seconde, mais j’ai parlé directement comme une adulte et avec beaucoup de vocabulaire, patience, tous les enfants sont différents 😉

Ajouter un commentaire