Chère Elisa, il y a deux ans nous débutions dans la folle histoire d’être famille d’accueil

In Humeurs
Scroll this

Chère Elisa,

Je ne pensais pas écrire un jour son histoire et la notre aussi …
Il y a deux dans, ma famille et moi débutions dans la folle histoire d’être famille d’accueil.

Nous étions remplis d’espoir et de projets pour ces enfants abîmés par la vie . Après un long chemin pour l’agrément, nous voilà prêts .

Un petit bonhomme de 11 mois, nous attendait à la pouponnière et l’aventure avec lui a pu commencer.

C’est une histoire difficile, mais nous nous disons qu’avec tout l’amour que nous lui donnerons, nous pourrons y arriver !

Sache Elisa que cet petit nous l’avons aimé, nous l’avons protégé et lui avons apporté tout le meilleur de nous , je dis nous car avec moi, il y a eu mon mari, mes enfants, ma famille et mes amis .

Aujourd’hui, il faut se rendre à l’évidence , cet enfant n’a pas réussi à s’accrocher à la vie: il sombre et nous également, car nous souffrons tous ensemble.  Il y a tellement d’amour mais aussi d’impuissance, que ma famille, mon couple et mon entourage ( que nous ne voyons plus ) est en train de se perdre avec lui.

Depuis un mois, j’attends qu’on nous le reprenne, pour une vie loin de nous, dans un centre médicalisé.

Nous n’aurons plus de nouvelles , si bien que lui comme nous devons faire le “deuil “;  en attendant, je pleure tous les jours : qu’elle vie aura t’il ? Arrivera t’il un jour à être heureux?

Je lui dis qu’il a le droit droit de vivre, que ce n’est pas de sa faute, que je ne l’oublierai jamais, mais c’est dur .

Alors, après son départ, nous allons partir à notre tour, nous reconstruire et peut être recommencer l’aventure.

Je suis certaine qu’il y a de belles choses à faire dans ce métier, que j’aime malgré ma peine et mes souffrances aujourd’hui,  mais ça, seule la suite nous le dira.

R.

Chère R,

C’est terrible de lire tes mots. car on y perçoit énormément de souffrance et d’impuissance.

J’ai connu les parents d’une amie qui étaient eux aussi famille d’accueil et j’ai toujours été extrêmement admirative de ce qu’ils accomplissaient.

Tout d’abord, parce que les enfants que l’on accueille partent toujours un jour, alors qu’ils sont devenus des membres de la famille, ensuite par ce que ce sont très souvent des enfants abîmés par la vie, les maltraitrances ou la perte de leurs parents.

Parfois, l’amour ne suffit pas à guérir des blessures trop profondes et parfois je pense que les parents qui accueillent ne sont pas suffisamment formés ou accompagnés pour faire face à ce qui nécessite de vraies compétences médicales ou psychologiques.

Je trouve cela extrêmement cruel cette séparation, sans possibilité de se revoir. C’est un peu comme un deuxième abandon, surtout pour un enfant qui vous a connu à 11 mois!

Cela fait écho à ce reportage terrible des derniers jours sur les enfants adoptés aux USA, même si évidemment dans ce cas précis, vous étiez famille accueillante et non parents adoptifs. Je pense juste à ces enfants qui évoluent de foyer en foyer.

Je trouve cela cruel pour lui comme pour vous, et je ne doute pas une seconde que vous ayez tout essayé pour essayer de rendre cet enfant heureux.

J’espère que cet enfant pourra trouver les soins médicaux qui lui sont nécessaires mais aussi l’accueil affectif, dont nous avons tous besoin pour grandir.

Enfin, j’espère que votre nouveau départ vous aidera, et si je puis me permettre ce conseil, je vous recommande de vous faire accompagner par une personne compétente pour vous soutenir psychologiquement: je pense que c’est important de mesurer l’impact sur toute votre famille. D’autant si vous envisagez, d’accueillir d’autres enfants.

Je terminerai en te précisant, qu’à travers l’expérience des parents de mon amie, j’ai pu aussi assister à de très belles histoires de vie, d’enfants ayant trouvé de l’amour et une vraie stabilité.

Je te souhaite beaucoup de force et de courage.

Toutes mes pensées vont à cet enfant.

Je t’embrasse

Elisa

photo: oeuvre de street art découverte à Rome

 

6 Comments

  1. Ce témoignage est terrible et j’ai une totale admiration pour ces familles qui se mettent en péril et qui souffrent tant. Cet enfant a une chance énorme et ça va l’aider à se construire c’est certain. Bravo et surtout belle reconstruction avant de vous relancer dans l’aventure.
    Marion

  2. Mon coeur se serre en lisant ce témoignage… Pauvre petit bout…

    R, merci d’avoir ouvert les portes de ton coeur et de ton foyer à cet enfant. Du courage encore, de l’espoir toujours, c’est ce que je vous souhaite, à toi, lui, et tes proches… <3

  3. Je suis aussi famille d’accueil depuis plus de 17 ans. J’ai accueilli plus d’une vingtaine d’enfants pour quelques semaines ou des années. Ils arrivent et repartent, nous n’avons plus de nouvelles ou rarement par les travailleurs sociaux. Les enfants que nous accueillons nous devons les aider à grandir avec leurs histoires familiales, leurs antécédents. Nous devons composer avec leur famille. Notre métier a le gros inconvénient d’impliquer toute notre famille alors il faut savoir se protéger et avouer quand ce n’est plus possible, quand c’est trop difficile. Tu as bien fait mais il va falloir que tu apprennes à prendre plus de recul pour ton bien et pour celui de ta famille si tu continues dans ce métier. Ces enfants ne sont pas nos enfants, et je vais être honnête pour ma part meme si il y a des liens affectifs je ne les aime pas comme j’aime mes enfants et eux ne me considèrent pas comme leur mère.

  4. Mes voisins sont famille d’accueil et ils ont actuellement 3 enfants en accueil plus leur propre enfant. Ils sont tous vraiment mignons et super bien élevés, je crois qu’ils font du super boulot. Depuis deux ans nous avons vu des enfants arriver et partir, parfois dans des conditions très difficiles, qui moi simple voisine me faisait trop de mal. Alors j’imagine pour vous!! Ils gardent le contact avec certains enfants qu’ils ont accueilli. Elle me dit qu’à chaque départ c’est difficile mais que ce ne sont pas ses enfants et qu’elle arrive à prendre du recule. Elle fait partir d’une association de familles d’accueil et je sais qu’elles se soutiennent. T’es tu déjà rapprochée d’une association de famille d’accueil? Peut-être que de partager cela avec des personnes qui vivent la même chose pourrait vous soulager? En tout cas, bravo pour cette vocation car ils faut des gens comme vous pour prendre soin de ces petits bouts.

Submit a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *