Enfants
1 novembre 2016

Un paquet bien lourd, sur le bord de la route

J’ai eu une enfance spéciale pour de nombreuses raisons, je n’ai pas vraiment de souvenirs communs avec ceux de ma génération.

J’ai grandi dans le désert puis la brousse avec des décalages énormes, nous avons fait des trajets de plusieurs heures à dos d’âne et volé dans des avions dont les hélices nous empêchaient de nous entendre.

Je me souviens d’une Jeep dans laquelle je me tenais debout, de l’odeur de la latérite et de la canne à sucre que je suçais à même le bâton.

Mon père n’était pas un homme bien, il avait un poste important, gagnait beaucoup d’argent, il traitait mal les gens qui travaillaient pour lui. Il traitait mal sa famille. 

Il n’avait pas d’autre valeur que l’argent, la réussite, et j’ai du être première de ma classe pendant quinze ans  de peur de subir ses colères.

Aujourd’hui, je réalise que je me suis construite en opposition à tout ce qu’il était, j’ai une multitude de défauts mais aussi des valeurs qui sont celles qu’il n’aurait jamais eu.

Longtemps j’ai eu peur. Une peur sourde et violente au creux du ventre. Celle d’être comme lui.

J’avais lu partout, que les enfants victimes de violences physiques et morales reproduisaient, bien souvent malgré eux ce qu’ils avaient subi.

.
f92a0102 f92a0139 f92a0149 f92a0155 f92a0159 f92a0167 f92a0172 f92a0182 f92a0197 f92a0201 f92a0225 f92a0227 f92a0238 f92a0253 f92a0258 f92a0260 f92a0266 f92a0273 f92a0274 f92a0295 f92a0318 f92a0330 f92a0332 f92a0339 f92a0390 f92a0395 f92a0403 f92a0428 f92a0451 f92a0472 f92a0483 f92a0485Aujourd’hui à presque quarante ans, je n’ai enfin,  plus peur.

Cette violence n’est pas en moi.

J’ai des failles, des doutes certes mais pas celle là.

Aujourd’hui, à presque quarante ans, j’ai dépassé quelque chose, puisque pour la première fois de ma vie,

je suis prête.

Enfin.

Je suis prête à pardonner et oublier.

Je te pardonne, pour tout.

Je te pardonne Papa, je te pardonne Jacques, je te pardonne Monsieur.

Je te souhaite de trouver une certaine paix, si cela est encore possible.

Je suis devenue tout ce que tu détestais, tu sais, et c’est ainsi que l’on m’aime.

Ma vie est là, au milieu de ces rires et des feuilles jetées par mes enfants brouillons et heureux.

Et même si tu l’ignores, tu as réussis quelque chose dans ta vie.

Merci papa.

Je suis désolée que contrairement à moi, tu n’aies pu échapper à ton enfance malheureuse, et aujourd’hui, j’ai de la peine pour toi, pour le petit garçon effrayé que tu as été.

Je te laisse avec tous ces souvenirs, comme un paquet bien lourd abandonné sur le bord de la route, et je suis maintenant prête à continuer ma vie plus légère.

Je ne garde que cette image de toi, de ces rares moments heureux où tu étais si grand, si beau, si blond et où tu m’appelais ta princesse.

Je te pardonne.

Je vous souhaite à tous,  une belle soirée.

Elisa

Ajouter un commentaire

77 commentaires

Tu seras bien plus heureuse que lui. Et tes enfants rayonnes !

Quelle sagesse !

Quel texte emouvant. Bravo à toi, il faut beaucoup de courage pour pardonner. Je suis heureuse pour toi pour cette serenité trouvée.

Oulala c’est tellement beau, j’en ai eu les larmes aux yeux. C’est magnifique. Il paraît que le pardon est la chose la plus difficile et la plus belle a la fois. On en a la preuve ici. Bisous et câlin virtuel

Vous êtes magnifique et un bel exemple. Pour tous ces enfants malheureux qui doutent et ont peur de reproduire, merci Elisa.

Si touchant…
Mon Amoureux connait cette peur aussi de reproduire… Elle est en lui, le ronge par moment… Lui aussi se sent plus leger depuis cet ete car peu de temps avant l’envol de son papa, il a pu lui pardonner, lui pardonner de cette enfance si douloureuse qu’il lui a inflige…
Ton message me touche enormement… je t’embrasse ma belle

La violence je peux l’avoir dans mes mots et je n’aime pas je ne m’aime pas dans ces moments là .. Et quand je te lis j’ai peur de devenir un etre ignoble comme l’était cet homme..

J’aimerais pouvoir me sentir plus légère et réussir à écrire ces mots un jour … merci pour ce message optimiste.

C’est beau, elisa, ce que tu écris. Ça fait du bien de pardonner nos parents pour leurs limites et leurs erreurs, quelles soient grandes ou petites. Ça prend du temps, mais c’est une véritable conquête quand on y arrive. Je ne suis pas encore sûre de ne pas avoir en moi la violence de mon père, mais je sais désormais qu’il a fait de son mieux. Bravo pour toi et pour ta famille. Ils ont de la chance de t’avoir.

Quelle force et quelle sagesse pour écrire ces mots Elisa. Je ne sais pas si moi j’en serais capable, mais j’ai décidé de ne vivre que pour ce qui me rend heureuse et avec ceux qui me font du bien.

La vie est belle et le bonheur est a portée de main, n’attendons pas demain pour être heureux.

Quel beau message.
Et comme le bonheur transperce tes photos…!

Trop d’Emotion dans ce que vous écrivez, c’est pas facile de pardonner mais vous le faites avec beaucoup de sagesse et cette paix qui en vous..!!.C’est très touchant..Vous etes une Femme/ Maman merveilleuse…
Belle série de photos..Bonne nuit..

Qu’il est bien sur le bord de la route ce si lourd paquet qui encombrait ton coeur et ton esprit… Tu dois te sentir si légère à présent sur ton chemin où t’emploies a laisser les  » mauvaies choses derriere toi …. Quelle sagesse , quelle grandeur d’âme Élisa , je suis admirative devant tant de détermination ; de bienveillance , ton regard sur la vie est si juste … Bonne continuation sur le chemin du bonheur ..

Comme ton témoignage est fort et ton pardon est beau. Il faut beaucoup de courage pour pardonner . Bravo!

Très émouvant ….. Je tiens a vous dire que vos photos sont parfaites , êtes vous photographes ?

Oh Élisa si tu savais comme tu es forte et tu as raison tes valeurs ta vision de la vie te rendent bien plus heureuse qu’il ne le sera jamais. Comme toi ces vacances ont été propice à comprendre ces comportements cette violence reproduite. Le pardon est si difficile, soit fière de toi et continue à rayonner d’amour de douceur et de bonheur.

Ce pardon est synonyme de légèreté mais aussi de liberté, plein de bonheur Elisa

Quel courage. Mon père n’a pas fait 10% de ce qu’à fait le tiens et je ne lui ai pas encore pardonné. À méditer !

Cela s’appelle la « résilience ». Et puis je pense que le pardon est nécessaire pour laisser sur le bord de la route ces démons qui peuvent paralyser notre vie.
J’ai pardonné aussi et depuis je me sens plus légère, mes angoisses sont atténuées, je me sens plus forte.
Cela n’est pas évident, c’est un travail de plusieurs années, mais on peut y arriver. Tu en es la preuve Elisa 😉
Boris Cyrulnik a écrit un livre sur la résilience, à lire absolument.
Belle journée Elisa!!!

Que tes phrases sont belles etbque tu as du courage de le partager avec nous.
Tu as reussi à lui parfonner alors tu as cchoisi le bon chemin.
Continue à vivre et laisser tes enfants vivrent comme cele de façon brouillon comme tu le dis car ils ont l’air d’aimer beaucoup .
Belle semaine à tous

Bravo Élisa pour avoir eu le courage de pardonner…. Et d’être comme tu es. Tu as bien réussi. Tu es un femme épanouie avec un famille merveilleuse…

Besos

Très touchée par tes mots et ton expérience… tu sors si forte de ce passé… Le meilleur peut naître du pire, bonne route à toi !!!!

Que cette série de photos est magnifique ! j’admire combien elles pétillent de bien plus que de vie , il y a là tant de tendresse, de joie.
Chère élisa, heureuse de te voir déposer ce gros fardeau….. et je suis triste pour l’enfant que tu as été
Ici je me fais figure « d’ancêtre »
je viens de fêter mes 50 ans et 29 ans avec mon homme…. et 4 enfants ! j’ai appris qu’être parent n’a pas de mode d’emploi, que le temps, les enfants nous changent. Et même si je pense être une bonne mère , je sais déjà avoir fait des erreurs ou des choix que mes enfants me reprocheront …. même mineurs!

Ce que tu viens de faire est très courageux et necessite une prise de distance parfois si difficile. Te voila bien plus legere…..esperons que ce paquet bien lourd soit transmis au plus vite a la bonne personne. Ta famille semble rayonner d’une vrai richesse , la plus importante de toute, l’amour et le respect . Et vos rayons traversent la toile sans aucuns doutes et pour notre plus grand plaisir.

Quel bel article ! Moi je suis en train de perdre tous mes souvenirs d’enfance, pas grave ils n’étaient pas si heureux, bourrés de comparaison avec le reste du monde sur le fait que je n’étais pas assez (bien) ou trop (grosse)…
Je me construit aussi en opposition à ce que j’ai vécu, et ce sentiment de légéreté qui arrive peu à peu est vraiment très agréable !

Oh Elisa ton texte est si beau, si émouvant! Quelle belle personne tu es! Quelle belle famille tu as construit. Oh Elisa quelle chance nous avons de pouvoir te lire.
Je t’embrasse, toi, ta family et ta sagesse

Beaucoup d’émotions à la lecture de ton post. Il en faut du courage pour arriver à pardonner. Bravo !
Cette série de photos est magnifique. Les couleurs sont sublimes et il se dégage quelque chose de vraiment touchant: le bonheur ! Tes filles ont l’air de se sentir si bien dans leurs baskets… Continue à profiter de chaque instant comme tu sais si bien le faire !

Je suis heureuse que tu aies pu trouver cette paix intérieure !!!! Quel joli texte et terrible à la fois ! Je te souhaite tout le bonheur du monde avec tes enfants et ton mari.. continue sur ce joli chemin coloré ou des rires, des joies fusent de tous côtés ! Jolie Elisa, je te souhaite une très belle journee !

Le pardon libère celui qui l’offre… J’ai pardonné à un père absent, d’avoir choisi son job plutôt que sa famille. Au final il m’a offert un beau cadeau, celui d’avoir envie de construire autre chose, avec d’autres valeurs. Aujourd’hui nous avons une belle relation!

Je te souhaite Élisa, d’avoir vraiment pardonner à ton père tant qu’il est encore là. ..Car les regrets nous étouffent sinon

c’est une magnifique leçon que tu écris là… bravo pour toi et ta famille

Je t’admire, quel travail sur soit !! bravo

Un article courageux et magnifique. Tes enfants sont superbes…

Elisa, je suis bouleversée pour toi, quel travail important et surtout soulageant pour toi et les tiens. Quel force! Tu es libre maintenant, libérée! J’espère que ton père aura ce message, celà pourra l’aider peut-être… le pardon est tellement important dans la vie!!!

Bienvenue dans la quarantaine. 🙂
Ça fait du bien de lâcher ses chaînes…
On se sent tellement plus libre, plus forte, plus sereine. <3
En avant toute pour la suite ! droit devant. Tout schuss !
Des baisers

Qu’est ce qu’avais peur aussi lorsque j’étais enceinte de mon fils, d’être comme mon père… d’avoir cette folie, cet égoisme, d’être incapable d’aimer quelqu’un d’autre que moi. Je lui ai pardonné il y a quelque temps aussi, car je sais qu’il est incapable d’aimer et qu’il ne changera jamais. Et ma vie sans lui est tellement plus douce !
Ces enfances complexes je crois nous rendent bien plus fortes.

ouah!!encore des mots si …touchants et des photos magnifiques….

Et voilà je chiale… pas la première fois que ça m’arrive en te lisant ! C’est beau, c’est bien et ça me rassure de lire ça. Parce que la lutte contre la maltraitance et la violence éducative est de loin LA cause qui me touche le plus, car elle permet de changer le monde. Merci de nous prouver que l’on peut s’en sortir et élever ses enfants sans reproduire cela. Et surtout BRAVO

Ceci explique cela… votre course « effrénée » après le bonheur de vos enfants ! Votre famille recomposée, si joliment « composée » est un modèle d’amour… cette réussite sonne comme une revanche pour la petite fille blessée que vous avait été jusqu’à il y a peu ! Bravo à vous & à votre amoureux (dans l’ombre mais qui je pense a un rôle essentiel dans votre accomplissement) ! Des bises des volcans

Bonjour Elisa,

Je lis toujours tes postes avec plaisirs et celui ci me remplit de joie, pour toi, ta famille, tes amis et tous les gens qui t’aiment et que tu aimes.
Tu partage encore ici quelque chose d’essentiel et pourtant si difficile : Faire la paix avec le passé pour le laisser derriere soi, et avancer.
Avec toute mon admiration pour la force avec laquelle TU as décidé d’être heureuse et de rendre heureux!
Passe une magnifique journée forte de ce sentiment !

Aude

Ho Elisa, comme ce billet me touche, j’en pleure.
Tu as tant de raisons d’être fière de ce que tu es.
Je t’embrasse
Marie

Quelle force tu as ! Ce texte est très émouvant

Ce texte est très touchant, surtout illustré d’aussi jolies photos qui ne respirent que l’amour, la joie et le bonheur. Rien d’autre. Bravo pour tout ça 🙂

Vous êtes belle dans vos mots, belle tout court …

Elisa, quelle force!! Arriver à pardonner… tu es une belle personne Elisa, de celles dont on voudrais croiser le chemin, pour nous faire du bien! Tes amis et tes proches ont de la chance de t avoir!!! Et nous on a beaucoup de chance de te lire, car tout ce que tu partages nous aide, dans nos propres chemins. Je dis nous car je suis sure de ne pas être La seule.
Grosses bises et merci d être toi!!

Chère Elisa… tu représentes tout ce que je voudrais être : tu es si forte et si fragile à la fois, si douce, si tendre, si prévenante, si belle!!!

Ce post me touche particulièrement, car moi aussi je traine un lourd paquet de mon enfance, mais finalement tout comme toi, j’ai déposé, j’ai pardonné et je vis maintenant sereinement et heureuse… j’ai l’impression quand je regarde autour de moi que ce bonheur est impossible sans avoir eu ce passé!

Quand on voit tes enfants, on sait que tu as gagné!!

Bonjour, ton post résonne beaucoup en moi. Je n’ai pas subi tout à fait les mêmes choses, mais à peu de choses près, vécu une expérience similaire, entre mon père alcoolique et méprisant et ma mère dans une relation malsaine et surtout voulant vivre sa vie à travers la mienne. Je les vois toujours, mes enfants aussi, je pense que j’ai laissé beaucoup de choses au bord de la route, mais pas tout mon bagage encore car passer du temps avec eux m’est toujours douloureux. Mais je progresse et surtout je vis une magnifique relation avec mes enfants, bien loin de celle que je vis avec eux. Sinon, hs mais pas tant que ça … j’ai vu sur ig que Jules est un zèbre, mes enfants également et je suis zèbre hypersensible. Mon petit doigt me dit après tant d’années de lecture de ton blog que c’est ton cas aussi 😉 . Bonne journée.

Vous êtes une belle personne Elisa, vos proches ont de la chance de vous avoir dans leur vie. Prenez soin de vous Elisa <3

Depuis un article où tu disais que jamais tes enfants ne connaîtraient ton père je pense souvent à toi et je me demande comment peux tu être une si belle personne (je ne te connais pas mais c’est vraiment ce qui transparaît) en ayant eu une enfance fracassée. Combien d’années de thérapie ? quelles belles âmes as-tu rencontré ?
Mais finalement peu importe le comment et le chemin.

Chère Elisa
Il faut du courage pour pardonner. Beaucoup beaucoup de courage. Et il faut tant de sagesse pour dire merci! Je trouve que vous vous êtes offert le plus joli des cadeaux en pardonnant et vous avez bien raison.
Et mieux encore, vous avez changé quelquechose dans votre histoire de vie, quelque chose de majeur : en vous délivrant de ce fardeau, vous en avez également libéré vos enfants. D’un passé douloureux vous leur avez créé un chemin de résilience. C’est une force qui les accompagnera toute leur vie et c’est un cadeau magnifique que vous leur offrez!

Bonjour Élisa, ton texte résonne beaucoup en moi. La force de pardonner est une grande victoire, j’y travaille mais n’y suis pas encore parvenu. Merci de montrer que ca en vaut la peine et surtout bravo à toi.

On pardonne mais on n’oublie pas , j’étais en larmes en vous lisant, quelle narratrice !!!! Vous êtes une belle personne et vous irradiez comme votre chevelure, vous êtes solaire !!! Je vous embrasse

Je te lis souvent et je commente rarement, parce que j’ai peu à ajouter et à apporter. Aujourd’hui, j’ai envie de te dire merci, j’ai 32 ans et je pense que je ne pardonnerai jamais mais peut être un jour…Mon père n’est, de toute façon, plus là mais parfois j’aimerais déposer ce paquet sur un bord de sentier et en même temps je sais que j’y suis liée, à mon avis pour la vie, mais peut être un jour…

Quelle Force !
Emouvant !
Chapeau bas !

Le sourire de mes enfants mercredi 2 novembre - Répondre

Quelle force et quel courage pour ce pardon Elisa !

J’ai souvent pensé à cet itinéraire que les études scientifiques tracent pour les enfants privés de la part d’innocence qui leur est pourtant réservée. J’avais adopté cette théorie jusqu’à te lire , dans un billet qui doit remonter à quelques mois. Et j’avais alors révisé mon opinion, tu es devenue une maman tellement formidable….

Très beau texte… quelle force, quelle ouverture, quelle liberté. Quel amour de la vie.
Cela résonne en moi aussi, dépasser ses angoisses, profiter du beau, regarder devant.
Et complètement futile à côté, mais qui a son importance, j’adore le look des filles, robes, collerettes + bottes de chasseur!! Je kiffe!
Très belle journée,
Aude

Juste parfait ces mots. Que de frissons en te lisant.

J’ai pardonné moi aussi… ( ma mère et sa maladie psychiatrique, ma mère et ses excès …)
On se sait meilleur , on se sent plus forte !
Le pardon, c’est si bon ! ( enfin une fois que tout est  » digéré « )
C’est aussi repousser le destin, se réconcilier avec son enfance , donc aussi de la joie.

Bravo

Wahou! Bravo, vraiment. Une belle leçon de vie et de croire en l Homme ! Je vous embrasse

Moi qui ait eu deux parents formidables et une famille aimante , j’ai souvent des doutes et des angoisses existentielles…je suis d’autant plus admirative de te voir si positive et sereine malgré ton enfance difficile

Petite fille non désirée qui pleurait et bougeait beaucoup il ne se passait pas une journée sans que je prenne une gifle
Aujourd’hui j’ai 58 ans et je bouge toujours autant au grand désespoir de …..ma mère
Est ce que j’ai pardonné ???? Je ne sais pas
Est ce que je pardonne l’amnésie de ma mère sur toutes mes souffrances endurées ?????
Toi ma fille qui a aujourd’hui 33ans je t’envoie un SMS pour te dire de te couvrir le matin car il fait froid
Je t’achète les bonbons « de quand tu étais petite »
J’ai parfois été impatiente comme ELLE mais je continue de te couvrir d’amour et de tendresse
J’ai cependant réussi à faire en sorte que tu ais une belle relation avec ta grand mère et tu te demande parfois comment elle peut être comme ça avec moi
Elle dit que je le mérite mais je vois dans tes yeux et dans ceux de mon petit fils que je vaux plus que les miettes qu’elle me donne
Merciiiiiiiiiiiiiiii mes amours

Quelle force pour pardonner ainsi à ce père! et cette force tu la trouves dans tes enfants et ton rôle de mère protectrice, qu’en est il de ta mère? Bises et prends soin de toi, tu es une belle personne.

Gloups… Rien n’est écris tu sais… Il n’y a pas de règles dans la vie et tant mieux ! Le fait que son côté obscur est contribué à faire de toi une belle lune pleine et lumineuse est l’ironie du sort de cette histoire… Et puis vivre dans une famille aux douces effluves de perfection (j’en sais quelque chose) ça n’est pas non plus chose facile… Le jour où l’on réalise que la vie n’est pas faites que de plateaux d’argent, de gentillesse et de fidélité alors la chute est vertigineuse et la réception souvent douloureuse. Une chose est certaine nous ne pouvons pas imposer (de façon consciente ou inconsciente) d’être comme nous voudrions qu’ils soient. Ils ne ressemblent qu’à eux. La meilleure chose que nous puissions faire c’est de leur apprendre à se comprendre… Bravo Elisa pour ce chemin parcouru !

Elisa
Dans le tout dernier livre (fondé et intelligent) de Douglas Kennedy Toutes ces grandes question sans réponse, il a écrit un chapitre : Pourquoi le pardon est-il (hélas !) la seule réponse ? C’est un texte magnifique, nourri de ses propres expériences et de celles d’amis. C’est un texte nourricier qui nous dit qu’on va en baver sur le chemin du pardon (sans jugement moral, ni référence religieuse) mais qu’on sera profond et léger et apaisé, à la fois, quand on aura fait tout ce travail. Je l’ai fait de façon intuitive à la suite d’une séparation sordide, tu as parcouru ce chemin. Mais ce chapitre, au moins, mérite d’être lu. Il est bon de lire la noblesse du cœur et de la tête que nous avons, chaque jour, dans nos vies (extra)ordinaires. Merci de nous faire partager tes efforts. Merci de nous dire que ceux qui ne pardonnent restent dans la colère, l’affliction et la boue de la rancœur.

Très émue par ton texte.

Je suis tellement émue de lire ces mots. Ils résonnent en moi avec force même si je n’ai pas vécue strictement la même enfance, se dire qu’on peut arriver à cette certitude d’échapper à la « reproduction » et atteindre une telle sagesse et paix me donne tellement d’espoir.
Bravo pour ce parcours.
Merci de le partager avec nous, je suis certaine que ça apporte énormément à beaucoup.

De l’amour , de la douceur , de la bienveillance, de la joie …vous êtes tout ca . On aimerais vous avoir comme maman , comme amie , comme femme , comme soeur .Aux travers vos écris on sent une très belle personne , vous êtes une belle personne avec une belle âme.Les gens qui vous entourent enfants , mari , amis on de la chance de vous avoir à leurs côté .Merci pour toutes ces jolies choses que vous nous partage et pour votre générosité à travers ces échanges.<3

Je te suis depuis qq temps sur IG mais je ne viens pas souvent sur ton blog. Ce que j’ai lu dans ce billet entre en résonance avec ce que j’ entrevois de ta tribu sur ig et éclaire le chemin de paillettes et de malice que tu sèmes chaque jour derrière toi. Tu as déchiré un morceau du voile, à present continue ta route ! Belle vie à toi et les tiens….

Plein de tendresse, Elisa. Tu nous apprends à tous à grandir, par tes mots et tes images.

Je n’ai pas les mots pour dire à quel point ta démarche est puissante. Bravo pour tout ce que tu as accompli. Tu es une source d’inspiration et ta bulle de bonheur rayonne tout autour de toi.

Je rattrape mon retard sur ton blog et je découvre cet article.
C’est poignant. J’en ai les larmes aux yeux car ton texte est poignant de vérité. Tu es une femme extraordinaire!

Ajouter un commentaire