Humeurs
2 mai 2016

Chère Elisa #11

Chère Elisa,

Je suis une jeune maman de 22 ans, j’ai un petit Paul de 13 mois que j’allaite. C’est dur pour moi, le regard des autres, les avis des uns et des autres. On m’accuse d’être trop exclusive, ma belle mère me demande sans cesse quand je compte arrêter cet allaitement. Mais pourquoi devrais je arrêter alors que rien n’apaise plus mon bébé ou moi. Même ma pharmacienne s’y est mise, en me demandant quand je comptais résilier la location de mon tire lait.

Elisa, comment faites vous? Essuyez vous des critiques? Et votre mari qu’en pense t il?

Ici ma mère et ma soeur disent que j’oublie mon couple avec cet allaitement long et qu’en plus je vais abîmer ma poitrine

Pardon pour toutes ces questions.

Merci pour votre blog

Pauline

IMG_2990.jpg_effected IMG_3007 (1).jpg_effected

Chère Pauline,

Merci pour ton message !, C’est fou comme l’allaitement peut susciter nombre de discussions ou de débats.

Pour moi, c’est la chose la plus naturelle qui soit , et j’ai du mal à réaliser à quel point, c’est un sujet controversé.

Il serait bon, qu’en 2016, chaque mère puisse agir comme bon lui semble, sans que son avis soit, sans cesse, remis en question par son entourage ou ceux qu’elle côtoie .

Pourquoi l’allaitement, plus qu’aucun autre sujet maternel relève du tabou? Peut être parce que notre société a tant sexualisé le sein, que cela en devient impudique, aux yeux de certains.

J’ai bien entendu, moi aussi, eu droit à des remarques aussi positives que négatives. En effet, mon allaitement long laisse rarement indifférent.

Tout d’abord, il faut dire que je suis en accord total avec mon conjoint, c’est quelque chose que nous avons décidé ensemble.

Il ne s’est jamais senti exclu car il est présent de mille autres manières pour Mia.

Du coup, j’avoue que le regard des autres, à partir du moment ou l’on est deux, soudés, est bien plus évident à gérer.

Notre couple n’en souffre pas non plus, être une mère allaitante, ne signifie en rien que l’on arrête d’être une femme pour autant. 

Le sein peut être nourricier ou érotique selon les moments, et à bien y réfléchir, comme peuvent l’être la bouche ou de nombreux endroits de notre corps.

Enfin, j’essuie de moins en moins de remarques, car Mia est à un âge ou je n’allaite jamais en public: en effet, nous n’avons conservé que l’allaitement du matin au réveil et celui de la nuit avant de s’endormir.

Elle peut d’ailleurs très bien s’en passer si je suis absente.

Je sens que peu à peu le sevrage s’effectue en douceur et c’est exactement ce à quoi je voulais arriver.

Alors, lorsque l’on me demande si je souhaite l’allaiter jusqu’à ses dix huit ans, je souris en répondant que dix huit ans c’est un peu trop jeune.

Mon dieu que certaines personnes peuvent être bêtes, parfois, tout en se croyant drôles.

Lorsque j’allaitais en public, je t’avoue que je n’en avais plus rien à faire du regard des autres, je n’étalais pas non plus ma poitrine en public: on peut très bien allaiter tout en restant discrète. Je trouve que ceux qui jugent cela « déplacé » ont l’esprit finalement bien mal tourné, car on parle ici de maternité et de rien d’autre.

Tu me dis que l’on te reproche d’être exclusive?! On m’a souvent dit aussi que j’allais faire des enfants totalement dépendants.

Or, ils sont le plus bel exemple que cela n’a rien à voir. Mes enfants sont indépendants, sûrs d’eux, apaisés, sereins et confiants alors qu’ils ont tous été allaités plus de douze mois chacun.

Enfin , au sujet de la poitrine, tu peux biberonner tes enfants et avoir des seins très abîmés et allaiter tout en gardant des seins intacts.

Cela n’a strictement rien à voir. Pour ma part j’ai allaité presque 5 ans, si je mets bout à bout mon vécu avec mes trois enfants,  j’ai une poitrine impeccable, identique à celle que j’avais avant mes enfants.

Dommage que je ne puisse pas mettre de photos pour le prouver au monde entier! (je plaisante évidemment).

Finalement je ne crois pas que ce soit l’allaitement, le problème des gens qui critiquent sans cesse. Ce n’est à mon avis, qu’un prétexte si facile. C’est la décision de chaque mère qui dérange un peu, c’est cela aussi la maternité: s’exposer à l’avis de tous.

Chère Pauline, vis ce que tu as à vivre avec ton enfant comme tu l’entends, essaie de de détacher de l’avis des autres et suis ton instinct.

Je sais que c’est bien plus simple à dire qu’à faire et sincèrement lorsque j’avais 22 ans, comme toi, j’étais moins affirmée. Mais tu le deviendras, tout en réalisant que tu es bien plus forte que ces gens qui se mêlent de ce qui ne les regardent pas.

Je t’embrasse fort

Elisa.

Ps: je tiens à préciser que je ne suis pas une pro allaitement, même si c’est la voie que j’ai choisi avec les miens.

Je suis une pro « faites ce qui vous semble le meilleur pour vous et votre bébé ».

Pps: ta pharmacienne en plus d’être intrusive est, à mon sens, une piètre commerçante!

J’espère que vous nous ferez toutes partager votre expérience ce soir!

 
Ajouter un commentaire

65 commentaires

Bon je ne commente pas d’habitude mais là ras-le-bol ! Pareil ici alors que franchement le regard des autres (à l’extérieur), je m’en fiche. Moi ce qui m’a miné, c’est ma famille, mère, soeurs, grand-mère, père, tous s’y sont mis pour que j’arrête. Et j’ai arrêté à 15 mois, alors que mon fils n’était pas prêt DU TOUT.

Écoute toi, il n’est pas bon ‘avoir des regrets, surtout dans ce domaine ! F*CK les autres !

L’important c’est de faire comme on en a envie du moment que la santé de tout le monde va bien. Parce que avoir des enfants c’est aussi s’exposer aux critiques et avis sans les avoir demandé sur plein de sujets. … même encore quand les enfants sont adultes et partis faire leur nid ailleurs lol.
(Allaitement /biberon, portage /poussette, cododo /chambre à part, diversification alimentaire, choix du mode de garde, âge du pot, choix de l’école et des activités extra scolaires ect ect ).
Nous sommes là génération qui a accès à beaucoup d’informations et où l’on ne fait plus comme nos parents ou comme un modèle de société. Cette plus grande liberté apporte aussi plus de jugement. Mais c’est comme internet il ne faut pas suivre tout au risque de se contredire et de se perdre soi même. Seul le coeur donne le chemin en terme de maternité

Bonjour à toutes les femmes
ma devise : plus un enfant aura été proche de sa mère avec l allaitement, les câlins, le portage et le co dodo et plus il aura gagné en sérénité et en affirmation. Il arrivera à se séparer plus facilement car il aura été rassuré .
On leur donne des racines mais on les laisse voler
Courage avec les remarques. Les gens sont maladroits mais de cette chose qui choque les autre, fais en ta force
Je vous embrasse

Chères Pauline et Elisa, vos mots font tant de bien à lire. De mon côté, je n’ai pas souhaité allaiter mes garçons et j’ai essuyé autant de remarques que vous. Mais pourquoi notre société est-elle si normative ?

Nous savons en notre fort interieur ce qui est le mieux pour nous et nos enfants, faisons-nous confiance. Malgré tous nos défauts, nous sommes les meilleurs mères que nos enfants puissent avoir.

Je serai tentée de te dire de laisser parler les bavards au sujet de ton allaitement, mais cela est bien plus difficile à dire qu’à faire… A 22 ans, comme le dis Elisa, on est bien moins affirmé et la confiance en soi manque parfois surtout lorsqu’il s’agit de la maternité et du premier bébé. Je n’ai pas eu la chance d’allaiter mes 2 premiers garçons, car étant atteinte de la maladie de Crohn, mon traitement aurait été néfaste pour le bébé (il y a 10 ans, c’est ce que l’on me disait), j’avais 24 ans pour le premier, je n’ai pas trop chercher à savoir… Le second est arrivé 2ans après, je me suis dit que cela ne servait à rien de demander on me déconseillerait vivement d’allaiter toujours à cause de ce fichu traitement… Enceinte de mon 3ème, et quelques années plus tard et plus forte, je me suis renseignée, j’avais cette envie débordante d’allaiter et de le faire entendre ! Après avoir contacté des centres de recherche, des lactariums, j’ai eu MA réponse, il était enfin possible d’allaiter même avec mon traitement, la recherche avait démontré que (finalement) mon traitement n’avait aucun effet néfaste sur le bébé. Il se trouve que mon 3ème bébé est arrivé un peu trop vite, j’ai persévéré dans cette idée d’allaitement, mais en tirant mon lait durant 2 mois, jour et nuit de façon à nourrir mon grand préma. Pour ma dernière grossesse, j’avoue que je me suis régalée… J’ai (enfin) allaité mon bébé au sein durant plusieurs mois. J’ai adoré, ce lien unique qui nous uni elle et mois est incomparable…
Même après 4 grossesses, et 2 allaitements ma poitrine est intacte, et mon dernier allaitement n’a pas empêché d’avoir une activité sexuelle tout à fait normale.
Tu as cette chance de pouvoir allaiter ton bébé sans aucune contrainte, cela vous apaise tous les 2, donc fonce, ne pense qu’à vous !!

Que ça me parle tout ça … j’ai allaité 24 mois ma fille et 22 mois mon fils, je m’en fichais totalement des remarques! Mais vers 1 an c’était téter le matin et le soir + nuit si nécessaire … chacun fait comme il en a envie!

Oups je n’ai pas fait de relecture de mon commentaire 😉 Pardon pour les fautes !

Chère Pauline, tu es une jeune maman et tu vas vite te rendre compte que malheureusement les gens ont toujours un avis sur tout, pas toujours bienveillant, en ce qui concerne les enfants des autres.
Je suis une maman allaitante convaincue (27 mois pour ma première, 19 mois en cours pour ma seconde) et je ne me permets jamais de conseiller sans qu’on me le demande ou d’être dans le jugement envers d’autres mamans.
Le fait d’avoir vécu un premier allaitement avec le soutien total de mon mari et d’amies, m’a énormément aidé à prendre confiance en moi pour le second et à vite recadrer les personnes se permettant des petites remarques soit-disant anodines mais de fait plutôt perfides et insistantes.
Que ce soit, l’allaitement ou non, le portage, la tétine, l’éducation bienveillante ou autre chose encore, quelque soit tes choix en matière de maternité et d’éducation, suis ton coeur et tes envies, tu feras toujours le mieux pour ton enfant 🙂 Sois-en convaincue!
Concernant l’allaitement en particulier, en plus du soutien du papa, l’entraide de mère à mère est très importante à mon sens, échanger avec des copines, fréquenter les réunions de la Leche League si on le souhaite…. ça aide beaucoup.
J’espère t’avoir rassurée un peu, car je suis passée par là comme toi, comme chaque maman je pense. Par contre, je dois t’avouer sincèrement que l’allaitement m’a vraiment abimé la poitrine mais comme une grossesse change ton corps, j’accepte ce changement qui fait partie de mon histoire de maman.
Merci Elisa pour cette rubrique que j’attends toujours avec impatience et pour tes mots comme toujours

Tes mots font tellement échos en moi, pour ma première j’avais 21 ans j’ai arrêté contrainte et forcé alors qu’elle avait 14 mois, j’en avais assez d’entendre des réflexions désobligeantes des un et des autres. Aujourd’hui du haut de mes 28 ans j’allaite ma fille de 13 mois et si elle le veut toujours je ne compte pas m’arrêter là. Le regard des autres ne me touchent plus parce que tout comme Elisa je n’alaite quasiment que matin et soir. Du coup tous ça reste dans la sphère privée. Mon conjoint est tout à fait en adéquation avec ça, et je pense que c’est primordial pour le couple. Si je ne pouvais te donner qu’un conseil ce serait celui la, n’écoute que toi et ton bébé, va jusqu’au bout pour ne pas le regretter. Dès que tu auras arrêté les gens pourront toujours trouver autres choses pour te faire douter de tes choix de mère.
Bon courage bises
Lucie

Chère Pauline,
J’ai voulu allaiter mes fils mais cela n’a pas fonctionné pour des raisons différentes, je m’en étais bcp voulu la 1ère fois car j’avais écouté le mauvais conseil, j’ai voulu retenter cette expérience cela ne s’est pas concrétisé non plus mais je suis apaisée car je n’ai écouté que moi même. Alors quand cette rencontre se réalise entre une mère et son enfant pourquoi vouloir y mettre fin si brutalement sans que la mère et l’enfant le souhaite.
Quand j’avais dis que je voulais allaiter tout le monde avait qq chose à redire, tu sais il y a des mères qui n’ont pas de lait, tu devras être à disposition de ton enfant 24h/24, le papa est exclu, tes seins seront abîmés. Plein idées préconçues qui a été diffusé à nos mamans pour promouvoir le biberon et cela a encore la vie dure.
Alors quand un allaitement dure c’est forcément pas normal il y a un « vice caché  » mais quand une femme devient mère elle n’est pas exclusivement mère! Il faut arrêter on est multi tache non? 😀
Il faut être sereine vis à vis de ses choix, c’est une histoire entre toi, ton enfant et ton mari. J’étais à la limite de la dépression quand mon allaitement n’a pas marché la 1ère fois et ça a ressurgi lors de mon 2ème accouchement car il n’y a rien de pire que de ne pas écouter son cœur.

Ca me fait tellement de bien de lire ca ce soir <3 16 mois d'allaitement avec notre Cerise. Et les remarques commencent à fuser, moi je suis plutôt fière, c'est mon record, je n'ai jamais tenu aussi longtemps et ma fille aime toujours autant notre moment à nous deux. Le temps passe si vite que je n'ai pas envie de passer à autre chose trop vite.

Le regard des autres et les faux conseils ont tellement mis en danger mes anciens allaitement que maintenant je répète à toutes les futures mamans : n'écoute QUE toi !

Milles bises (et j'adore vos hauts assortis).

LA grande question qui commence pendant la grossesse « et sinon tu vas allaiter ou pas…? »Ben moi je n’ai pas allaité et je suis très fusionnelle avec mes deux enfants et j’essuie aussi des remarques qui malgré mes 35 ans me dérangent aussi. Etre mère c’est être jugée à peu près partout pour tout et par tout le monde donc Pauline fait bien ce que tu veux et essaie l’humour pour remettre tout ce petit monde à sa place. Et n’oublions pas que nos mères avec leurs conseils n’ont sûrement pas été des mères parfaites en leur temps même si elles ont tendance à l’oublier … avec tout mon soutien bonne soirée

Chère Pauline,
J’ai allaité mes deux enfants 5 et 6 mois (seulement pour le coup !) et comme toi sans doute ce n’était pas la « culture » familiale. Tout à toujours été la faute de l’allaitement : la fatigue, les pleurs des petits, les coliques et puis après les cheveux abîmés, etc, … C’est vrai que c’est fatiguant de voir un choix si simple remis sans cesse en question !! mais ça passe si vite que ce serait trop dommage que tu ne fasses pas ce dont tu as envie toi ! La sage-femme qui m’avait suivie pendant mes grossesses m’a beaucoup aidée, ce sont des professionnelles formidables n’hésites pas à en interroger une si besoin.
Profites bien de ces si doux moments ..

Elisa … tu es troooop belle et pis c’est tout!

Bonsoir,
J’ai allaité ma dernière fille plus de 3 ans. Elle en avait besoin et moi ça me plaisait ! Et puis c’est tout ! Mes seins ont souffert mais je leur garde une certaine tendresse car ils ont permis ces moments si doux !! Avant je ne parlais pas de cet allaitement mais aujourd’hui, j’en fais même une fierté, je m’amuse des regards un peu effrayés autour de moi, et surtout je me dis que ça pourrait tomber dans l’oreille d’une jeune maman désemparée et lui donner le courage d’envoyer paître les mauvaises langues maladroites, ignorantes ou jalouses (eh oui, jalouses).
Pauline, je ne vois pas en quoi votre poitrine ou votre couple concernent votre soeur ou votre maman … Si votre petit Paul vous montre qu’il a besoin de vous de cette façon-là, si vous aimez toujours lui donner le sein, si son papa comprend, fermez vos oreilles et CONTINUEZ !
Je vous souhaite de joyeuses, tendres et nombreuses tétées !
Merci Mme Elisa de permettre ces quelques mots …

Chère Pauline,
Elisa résume bien le « problème » : le sein a tellement été sexualisé que l’idée qu’il puisse être utilisé par un enfant semble problématique à certain…alors qu’il ne s’agit que de la nature.
J’ai allaité 4 mois ma première, 6 mois ma seconde. j’ai arrêté quand cela me convenait…n’est-ce pas l’idéal.
Alors fais comme tu le sens.

Mais qu’est ce que c’est ch…(bip) les remarques (déplacées) des uns et des autres! pour tout et n’importe quoi, c’est pénible! j’aimerais tellement que çà ne m’atteigne pas mais pour l’instant, çà a le don de m’énerver. Bon, je fais des progrès, hin, une fois sur deux j’en rigole tellement je trouve çà bête et inutile. Bref, en ce qui concerne l’allaitement, je n’ai allaité que 7 mois et pourtant j’ai eu pas mal de réflexions comme si c’était déjà exceptionnellement long. Ma voisine de 80 ans me demandait à chaque fois si j’avais du lait (non sans dec, on peut vraiment poser une question pareille sans avoir peur du ridicule??) et ma sage-femme s’est rappelé l’autre jour que pour ma première grossesse, j’avais allaité « longtemps ». Euh, pardon?? Enfin, bref, d’habitude, je commente pas aussi longuement. Allez, faites donc mieux que moi, ne laissez pas les remarques complètement impertinentes vous atteindre, çà n’en vaut pas le coup. Et puis, une fois l’allaitement passé, les mauvaises langues trouveront de toute façon un autre sujet de critique! Bon allaitement et bonne maternité!

Oh comme je sais combien les remarques sont difficiles à entendre lorsqu’on manque de confiance en soi pour son premier bébé.
Mon grand projet était d’allaiter mon fils cela me tenait énormément à coeur. Malheureusement je n’ai reussi à le faire qu’un mois et demi contre l’avis des médecins à cause de souci de santé (hémorragie à l’accouchement). Avec la fatigue, la quantité de sang perdu et les traitements je n’aurai pas eu de montées de lait d’après eux. Eh bien je l’ai eu et j’ai reussi pendant quelques temps j’aurais certes aimé beaucoup plus mais c’est comme ça.
Tout cela pour dire que quand j’ai arrêté il a fallu que je gère ma déception personnelle, ma culpabilité mais aussi les remarques de l’entourage et du corps médical pour qui ce que j’avais fait n’avait servi à rien et que je n’étais pas assez courageuse.
Prend soin de toi Pauline et écoute ton coeur et ton corps c’est ce qui sera le mieux pour ton bébé

Pour ma part, allaiter ma fille, c’était aussi lui transmettre une part de sa culture brésilienne bien qu’elle grandisse en France…car c’est en observant les petits Brésiliens que j’ai vraiment été sensibilisée à l’allaitement long. Là bas, dans certaines régions, les aliments industriels pour bébé sont une denrée de luxe, et il est inscrit en toutes lettres sur les petits pots que l’ OMS préconise la poursuite de l’allaitement maternel jusqu’aux 2 ans de l’enfant minimum ! Et je n’ai jamais vu d’enfants aussi indépendants et épanouis que ces petits bouts, pour lesquels il est tout à fait normal de jouer dans le sable, croquer dans un fruit plus gros que leur petite tête et aller se désaltérer au sein maternel tout en prenant un petit moment câlin au passage. C’est vraiment cette approche qui m’a convaincue des bienfaits de l’allaitement, et m’a permis de l’offrir à ma fille jusqu’à ses 23 mois. Bien qu’effectivement en France, il soit encore bien compliqué d’être correctement accompagnée dans un tel choix, ne serait-ce que dans la sphère médicale…
Merci Elisa de permettre le dialogue et la réflexion autour de sujets si essentiels, et de transmettre l’idée que le choix de l’allaitement long n’est pas l’apanage de la leche league…

oh pauline fais nus taire toutes ces personnes et PROFITES de ton allaitement….C’est dingue ces personnes que ca gêne ta belle mère qu sûrement aurait voulue biberonner, ta sœur et ta mère qui en gros t’expliquent que tes seins c’est pour ton mari….Quel horreur!!!!L vie passe vite demain ta fille aura grandit et tu te diras si j’avais su….Alors juste toi écoutes toi allaites ton enfant autant que tu le souhaites et crotte aux mauvaises langues….J’ai allaité mon 1er 3 ans et enceinte du 2ème, mon deuxième s’est arrêté à 18 mois et mon 3ème à 12 mois sans sevrage….Mon dieu que j’en ai eu des remarques et des bien méchantes et graveleuses mais comme moi j’étais harchie sûre de ce que je faisais j’ai mis de côté les réflexions malsaines et je me suis fait plaisir et je n’ai aucun regret….Je dirais juste ue la seule personne qui doit être en phase avec toi c’est ton mari si non tu le vivras mal et c’est tout au delà ca ne regarde personne d’autre….Après je vais te dire une chose en devenant maman un truc a fil des années m’à choquée et surprise quand tu deviens parents c’est dingue comme l’entourage proche ou moins proche(inconnus dans la rue, voisins) se permet de commenter sur ta façon de faire en mode non stop alors juste te dire que tu dois à partir de maintenant apprendre à vivre avec et te monter une carapace voire une jolie petite bulle ou tu ne vois que ton plaisir de maman et les autres aux oubliettes.Courge puline dis toi qu’en avançant là dessus ca te fortifieras sur d’autres choses et ne cherche pas à convaincre les autres ca ne marche pas mais par contre écoutes toi va au bout de ce que tu penses vie pour toi avant tout….

Ah l allaitement ! Sujet qui soulève toujours les passions! Sujet qui me touche aux tripes à chaque fois!! Je vous envie tellement vous Pauline, Elisa et toutes les autres qui ont pu allaiter et ce le temps qu elles le souhaitaient. Ça m a toujours fait rêver cette relation … Peut être n aurais je pas allaiter aussi longtemps je ne sais pas peut être que si mais au moins j aurais pu choisir de continuer ou non.
Deux bébés deux allaitements qui n ont pas fonctionné , vive les bébés dormeurs aux défauts de succion ( d ailleurs si vous avez besoin de conseils sur ce sujet je me suis spécialisée 🙂 avec des puces que j aurais rêvé allaiter ) .
Je n aurais connu que les débuts difficiles de la mise en route d un allaitement , alors qu il paraît que c est apres quand c est bien installé que c est vraiment chouette les tétées . Pauline vous avez cette chance d avoir réussi votre allaitement apparement alors le reste excusez moi mais on s en fout c est vous et vous seule ( votre bebe aussi biensur) qui saurez quand c est le bon moment pour vous et lui d arrêter , que ce soit parce que vous voulez passer à autre chose vous ou que votre bout de chou décide que c est plus son truc… Bref c’est votre choix à vous et sachez que derrière les remarques se cachent peut être des gens jaloux ou envieux de cette belle réussite qu est un allaitement qui marche ( et c est pas si facile)!!

Pour les seins avec mes meilleures amies, il y a la poitrine qui a allaité deux bebes trois mois chacun, celle qui n a pas allaité du tout ses deux enfants et moi et mes 5 mois de tire lait : verdict : trois poitrines qui ont perdu forme et volume!!!! Alors je pense qu on peut juste accuser les grossesses et non l allaitement !

Tout ce pavé pour vous dire mon admiration et faites vous confiance dans les décisions que vous prendrez ( plus facile à dire qu a faire je vous l accorde!)

Les remarques sur l’allaitement, je ne les compte plus… Soi-disant que ma fille était dans une mauvaise position, ou encore je lui donnait trop souvent à manger… Une grand-mère m’a conseillé de peser mon bébé avant et après chaque tétée au sein pour être sûre que je ne lui donnait pas trop à manger! Non mais un comble quoi!
Je n’ai pas pu allaiter comme je le voulais, car l’un de mes mamelons est ombiliqué, et ma fille ne pouvait pas le prendre. J’aurais aimé allaiter à 100%, mais finalement ma fille a été nourrie au deux : sein + biberon, dès le début. Ca nous convenait bien toutes les deux. On a continué comme ça jusqu’à 8 mois. Et puis voilà.
Chaque personne, chaque histoire est unique. Fais ce qui te semble le mieux pour toi et ton petit bout. ♥

Courage Pauline, tiens bon! Toi tu sais, pour toi et ton bébé. Et ton bébé va devenir une petite personne rassurée, qui aura la confiance suffisante pour affronter la vie. Et puis, malheureusement, ce ne seront pas les dernières remarques. Il y en a toujours qui surgissent sans crier gare, sur plein de sujets.
Nous sommes sur la même longueur d’ondes avec mon compagnon, à deux nous sommes plus forts.
Mon bébé a 5 mois, je l’allaite toujours. Et j’arrêterai lorsqu’il sera prêt. Quand bous seront prêts.
Et basta.

Chère Pauline,

J’ai allaité mes jumelles 16 mois … J’ai donc eu pas mal de remarques mais du coup plus sur le fait d’allaiter 2 bébés que d’allaiter longtemps 😉 J’avais aussi allaité mon premier bébé mais moins longtemps 6 mois. Allaiter des grands bébés a été une chouette expérience: à côté du côté touchant et câlins (les tétées retrouvailles après le travail, quel bonheur), c’était parfois assez comique : les positions prises, les grands sourires pendant les tétées …
Cela s’est arrêté tout doucement, de moins en moins de tétées au fil des mois et elles ont finalement arrêté de réclamer la tétée retrouvaille du soir vers 16 mois. J’y repense avec nostalgie maintenant même si c’était le bon moment pour nous 3.
Pour ta belle mère, trouve une raison médicale – héhé – le pédiatre a toujours raison. Et puis les tétées vont s’espacer maintenant, à partir de 12/13 mois, nous s’était dans l’intimité à la maison (mais il est vrai que je travaillais,). Elles pouvaient s’en passer ou patienter la journée. Donc tu ne seras plus forcément obligé de te justifier…
Profites de ces moments et de ton bébé. Votre relation est exclusive et bien c’est normal, c’est un bébé avec sa maman… L’allaitement long dérange, questionne… Certains pensent que , l’idéal serait des bb autonomes à la sortie de la maternité, ok pour 2/3 mois d’allaitement mais après hop c’est bon. La période bébé passe si vite, fais ce qui te semble juste.
Ne doute surtout pas, c’est toi qui sait ce qui est bon pour ton bébé et si c’est allaiter encore et bien continue et soies en fière. Le sevrer alors que ni toi ni lui n’en ressentez le besoin serait une cata. Il vaut mieux envoyer bouler les indélicats !!

Bonne continuation!!

Elisa a bien résumé ce qui est à dire sur le sein et l’allaitement. Pour ma part, j’ai allaité un an. J’ai été heureuse et mon bébé aussi. Comme bon nombre d’entre nous, j’ai eu aussi mon lot de remarques, mais quand j’y réfléchie j’en ai eu peu de négatives. Celles-ci d’ailleurs étaient plutôt faites par ma famille, l’ancienne génération à qui on avait dit de donner le biberon plutôt que le sein. Il faut vraiment que tu fasses ce que tu penses être le mieux pour toi et ton bébé. Le temps passe vite, ton bout de chou va vite grandir. Alors donne lui ce que tu as de meilleur. Il ne faut pas ensuite avoir de regret. Et n’oublions pas que l’allaitement c’est tout ce qu’il y a de plus naturel!!
Bon allaitement!!

Pauline, Élisa : profitez de votre allaitement, c’est un lien incroyablement magique !

Je suis d’accord avec le discours politiquement correct : « écoute ton coeur », « fais ce que tu veux », « prends la décision après avoir été bien informé (e)s ». Mais après plus de 4 ans d’allaitement maternel entre l’Asie et l’Europe (je voyage donc j’allaite devient j’allaite donc je voyage) je fais un constat déprimant : les gens sont très mal informés à ce sujet. Tout d’abord les personnels médicaux… les clichés qui ont la vie dure… et tout ça amène à détruire la confiance d’une jeune maman et quand on perd la confiance en soi… ça devient dramatique.

Les femmes n’osent pas/arrêtent trop tôt l’allaitement maternel parce qu’elles sont très mal informées -je me suis bien renseignée peut-être même mieux que beaucoup de médecins du coup je savais que je pouvais allaiter avec mon traitement (les médecins qui n’ont pas de curiosités pour réactualiser leurs connaissances sont à éviter).

J’ai eu plein de remarques, des questions… mais j’ai eu de la chance d’avoir le soutien de mon amoureux de mari. Ras le bol aussi de discours « le biberon c’est pour que le conjoint puisse nourrir le bébé aussi » parce que un père peut faire mille choses pour son enfant et je peux tirer mon lait aussi ;o) et j’ai aussi nourri mes bébés avec mon lait au biberon bah ce n’est pas la même chose qu’aux seins il faut être quand même honnête dans la vie)

Oui le soutien c’est primordial. Et on a de la chance ou on ne l’a pas. J’ai la chance de grandir dans une famille pro-allaitement (pro-bon sens) et personnellement je ne suis pas facilement influençable, ça aide dans ce cas… parce qu’avec le nombre de questions anxiogènes sur l’allaitement, il y a de quoi se douter de soi-même : le lait est-il assez nourrissant ? (Il faut savoir lire en tout minuscule sur la boîte de lait artificiel : le lait maternel est le meilleur lait pour le bébé mais c’est gratuit donc ça pose un sacré problème dans ce monde consumériste).

Dans votre cas Pauline, l’allaitement se passe bien… pourquoi vouloir que ça s’arrête? c’est absurd !

La prochaine fois que l’on vous pose des questions genre « as-tu assez de lait ? » ou « ça ne va abîmer tes seins? »

À la première questions, vous pouvez répondre « il n’y a pas de femmes qui n’ont pas de lait (sauf cas rarissime), il n’y a que les femmes qui sont mal informées (mal soutenues) »

et à la deuxième question… « la beauté, c’est tellement subjectif… mais plus tard vous pouvez dire que vos seins ont été utiles pour nourrir votre enfant et ça c’est objectivement vrai et beau! »

Quand on a de la chance de passer du temps avec nos enfants… (et l’allaitement maternel y contribue), c’est incroyable de constater que lorsque les enfants ont un réservoir affectif plein, ils sont super épanouis et tellement indépendants…

P.S Nous avons fait plus de 12 heures d’avion pour revoir notre famille en France et passer visiter la REcyclerie grâce à votre magnifique blog !

C’est toi qui a raison, pas les mauvaises langues autour de toi. Je connais une maman qui pratique même le co-allaitement (avec une fille de 4 ans et une de 2 ans) et elle me dit, je laisse les autres parler et je fais ce que je sens. Pourquoi je les priverais de ce que j’ai à donner de plus personnel comme cadeau?

Haaaaa l’allaitement ! Ou ma première et plus grosse frustration de mère ou comment comprendre que rien ne sera simple Je voyais aussi l’allaitement comme quelque chose de naturelle ou si ça ne l’est pas tant que ça : il faut apprendre à allaiter, aussi bien pour la maman que pour le bébé. Allez savoir pourquoi chez moi ça n’a jamais bien fonctionné : douleur, petite prise de poids pour ma fille, frustration, pleures,… Je n’ai donc allaite que deux mois et à refaire, je referais exactement la même chose ! J’ai essayé, ça n’a pas fonctionné. Mon seul regret est que ça n’ait jamais été un réel moment de plaisir pour moi ! J’ai allaité deux mois et mes seins ont bien soufferts, donc Elisa a raison, ça ne veut rien dire ! Je me suis un peu acharnée pendant ces deux mois car j’ai eu les critiques inversés : il faut allaiter !

Lorsque j’aurai un deuxième enfant, je retenter ai l’expérience en me disant « on verra bien » et en étant bien plus sereine (enfin j’espère !). Je suis comme Elisa : Pauline, fais ce qui te semble être bon pour ton bébé, pour toi et pour ton couple ! Finalement la maman c’est toi

je n’ai pas allaité, mais je pense que de toutes façons c’est le bonheur / bien être qui compte… et qui fait parler 😉 certaines personnes se galvanisent des problèmes des autres et lorsqu’elles sont face au bonheur cherchent la petite bête ! pense à toi et ton bébé, seulement ça, et à l’instant présent. j’allais dire « ça passe vite » mais ça non plus faut pas trop l’écouter …

J’avoue que je n’ai pas allaité, ça ne me tentais pas et j’ai eu bon nombres de réflexions désagréables, donc aucun choix n’est le bon aux yeux des personnes qui aiment juger.
J’avoue que le choix que j’ai fait a par la suite été conforté par toutes les expériences de mes copines qui ont carrément galéré avec l’allaitement de leurs enfants, mais finalement pourquoi? Peut être parce que c’est bien compliqué d’allaiter aujourd’hui et finalement plus tant naturel aux yeux de notre société. Donc même si ce n’est pas mon choix à moi je pense qu’il faut communiquer et informer les jeunes mamans autour de l’allaitement avec un discours bienveillant et non des jugements.

Bonjour Pauline, ne t’arrêtes pas à ce que pense les autres et ressens ton bonheur comme tu l’entends. Je n’ai pas d’enfant aujourd’hui, mais si j’avais du me retenir de faire telle ou telle chose à chaque fois qu’un membre de ma famille, un voisin ou une personne croisée dans la rue m’avais regardé de travers, fait une remarque ou ouvertement été en opposition avec mes choix, je ne vivrai plus ! Nous sommes libres de nos choix de vie, et surtout lorsqu’il s’agit de choix pour le bien-être de ton enfant. Ce sont d’ailleurs ces derniers qui je trouve sont les plus importants et les plus beaux car tu les prends en pleine conscience et en ne pensant qu’au bonheur de ton enfant. Pense à ton petit loup, à toi et à ton mari, les autres… c’est secondaire… Bises de réconfort et de courage 🙂

Bravo pour ce joli article. Je crois que ce qu’il faut vraiment en retenir, c’est que quel que soit le choix réalisé (allaitement ou pas) on reste la cible des critiques. J’ai pour ma part préféré le biberon, n’ayant pas du tout envie d’allaiter. C’est un choix personnel de chaque femme, et ce choix là m’a fait supporter également nombre de critiques, qui font se sentir mère indigne dès le début.. Je reste convaincue que la bonne solution est celle pour laquelle on penche naturellement, et qu’il ne faut se forcer à rien, ni à allaiter, ni à arrêter si tout se passe bien.
Merci pour tous tes jolis articles que j’attends avec impatience, et cette nouvelle rubrique que aime bcp.
Et bon courage à toi, toute jeune maman!

belle réponse Elisa ! c’est fou ce que les gens peuvent avoir ce besoin de faire des remarques, quel que soit nos choix… toujours un truc (le + souvent débile d’ailleurs) à dire… bref… Pauline, fais comme toi tu le sens, toi seule sais ce qu’il y a de mieux pour ton petit chéri, tu es la meilleure des mamans pour lui…

Coucou !

Mon petit loup a 17 mois et je l’allaite encore. Je suis une jeune maman de 26 ans et je pratique également encore le cododo ! Non non, pas le petit lit à côté de nous, notre fils dort entre nous. De quoi en rendre fou plus d’un haha ! Des critiques et des remarques sur l’allaitement j’y ai le droit depuis la diversification alimentaire « quoi tu l’allaites encore ? »  » il est pas un peu vieux » Et bla-bla-bla… Je crois que j’ai tout entendu (surtout de belle-maman) mais mon mari est avec moi à 100 % et ma famille aussi ce qui aide énormément.
J’ai appris à ne plus écouter les autres. Les gens pensent et font ce qu’ils veulent. Tu es libre.
Après 17 mois d’allaitement je peux te dire que ma poitrine est toujours identique à celle que j’avais avant l’accouchement et le plus important mon fils est heureux et nous ses heureux parents nous le sommes aussi 😉 A partir de là, plus rien n’a d’importance. Do what makes you happy <3 – Éviter les personnes négatives au maximum !

Chères Pauline et Élisa! Je me suis rendu compte qu’à partir de que j’étais enceinte le gens croient qu’on le « droit » de te donner de conseil sur TOUT!! Pourquoi?? je ne le sais pas!!! avec le premier je voulais allaiter, mais après une grosse hémorragie le lendemain de l’accouchement je n’ai pas eu de monté de lait! Et en plus je devais me justifier pourquoi je n’allaitais pas… et expliquer ce que m’arrivait!!! Horrible! Donc pour le deuxième le choix était fait bien avant d’accoucher et je dis à tout le monde que je ne voulais pas avoir une SEULE remarque….
De toute façon quoique tu fasses les personnes vont te critiquer donc FAIT CE QUE TU VEUX!!!!!

Chère Pauline,
J’apporte ma petite touche, même si je pense que l’essentiel a été dit.
J’ai allaité mes deux petits jusqu’à leur 13 mois chacun…ils ont chacun décidé ensuite d’arrêter, tout seul.
Idem, ma mère ne comprenait pas mon obstination à allaiter, sans parler de toutes les grand-mères qui me demandait si j’avais assez de lait etc.
Ca m’a beaucoup agacé mais je savais ce que je voulais et peu importe que cela dérange les autres. Mon compagnon me suivait bien entendu….et heureusement. On a besoin de soutien et de se sentir forte face à toutes ces remarques !
Il s’agit de toi et de ton bébé, de votre bien être. Alors n’écoute que toi !

Allez je me lance !
Ne te laisse pas impressionner surtout .
Personnellement pour ma première, à 24 ans, je me suis laissée avoir par les remarques  » t’ es sûr qu’elle mange assez ? elle est toute maigre »  » elle pleure beaucoup elle a faim donne lui un biberon ! » , la pression du corps médical ( parce que je suis filiforme, tout le monde pensait que je n’avais pas assez de lait pour nourrir ma fille).
Au bout de 5 mois j’ai cédé , j’ai complété avec des biberons et ça restera mon plus gros regret. Cela a été une catastrophe pour mon bébé et pour moi même.
Finalement ma fille n’était même pas maigre, elle était en pleine forme et ses pleurs ne se sont pas du tout arrêté avec les biberons , au contraire…
Alors surtout n’écoute que ton cœur de maman , tu es la seule avec le papa à savoir ce qui est bon pour ton bébé !
Pour mon deuxième, j’ai acquiescé à leurs recommandations, sans les mettre en application. Cela m’a évité bien des soucis.
Et j’allaite toujours mon garçon qui a 25 mois. Il a eu une petite stagnation de poids vers 5-6 mois comme ma fille , mais il a repris très vite ensuite, sans avoir besoin de compléter au biberon.
Pour allaiter en public, personnellement ceux que ça dérangent n’ont cas regarder ailleurs ! Ils ne sont pas obligés de vous regarder !

Courage, et belle continuation dans ton allaitement.
Bises ,
Marie

Chère Pauline

il est tellement beau de faire ce que l’on souhaite avec son bébé, ne laisse pas ton entourage ou les gens que tu croisent te convaincre du contraire. J’ai eu ma fille à 21 ans, je l’ai allaité très peu de temps, j’ai eu le malheur d’écouter les conseils d’autrui. Pour mon fils, un énorme problème de reflux a stopper notre bel allaitement, j’aurais tellement aimer pouvoir comme toi allaiter longtemps, jusqu’a ce que naturellement les choses prennent un terme en douceur. Ne regarde que ton envie et celle de ton bébé, et fais selon ton coeur.

Pauline, surtout n’arrête pas a contre cœur… il n’y a malheureusement pas de retour possible !!
Bon courage et assume ta belle décisison, c’est magnifique de pouvoir nourrir son bébé ♥ Je m’y remettrais bien moi ; )

    Je me permets de compléter: il y a un retour possible quand on a arrêté d’allaiter et que l’on souhaite reprendre.
    La leche league en parle et l’explique.
    (Ça peut peut-être servir à certaines.)

Coucou Pauline et Élisa,
je viens en remettre une petite couche, moi qui commente rarement, car tes mots, Pauline, m’ont beaucoup touchés, comme à chaque fois que je lis ou entends des mamans « malmenées » dans leur pouvoir de décision (cette rubrique Élisa, est tellement bouleversante par la sincérité et l’ouverture d’esprit qu’on y trouve).
Pauline, c’est vrai qu’Élisa t’a déjà tout (et si bien) dit. Tout comme elle je ne suis ni pro allaitement ni autre chose, tout comme elle je souhaite à chaque parent de prendre le chemin que bon lui semble pour lui et ses petits.
Pour l’anecdote je voulais juste parler de mon dernier allaitement, celui de mes jumelles ;), qui sont arrivées derrière une grande sœur de 3 ans leur aînée. J’ai adoré allaiter ma grande (15 mois, elle s’est sevrée naturellement), la question de l’allaitement gémellaire m’a bien sûr paru bien moins simple mais j’étais certaine de vouloir essayer. J’ai donc allaité en mixte mes deux petits moineaux et je mentirais en disant que je n’ai pas certains regrets car elles ont rapidement privilégié le biberon au sein (6 mois, je sais que c’est déjà bien mais pourtant c’est moi qui ai été la plus difficile à sevrer héhé !). Cet allaitement a cessé plus tôt que je ne l’aurais souhaité faute de bons conseils, en raison d’erreurs de « débutante » et de la fatigue qui m’a démotivé à rechercher des échanges avec d’autres mamans allaitantes de jumeaux. Mais ce sont mes filles qui ont décidé du chemin qu’elles souhaitaient prendre alors tu vois la dépendance c’est vraiment pas le sujet 😉 ! Je garde comme un trésor le souvenir de ces 6 merveilleux et éprouvants premiers mois. J’ai tout entendu de la maternité à la pharmacie, en passant par des inconnu(e)s dans le voisinage ou certains membres de la famille, amis proches ou lointains : « tu ne pourras pas », « et ta grande, tu y as pensé ? elle va se sentir abandonnée », « tu t’épuiseras », « tu n’auras pas assez de lait », et la meilleure, sortie de la bouche d’une sage-femme de la maternité (attention j’en ai rencontré bien d’autres qui m’ont apporté le plus précieux des réconforts, mais pas de bol je suis tombée sur l’aigrie de la bande aussi ;)) : « Madame, vous rentrez demain chez vous et je ne vois absolument pas comment vous vous en sortirez. Vous réalisez que vous aurez le ménage, les courses, les repas ? on m’a dit que vous aviez une aînée, vous comptez vous en occuper comment avec des bébés pendus au sein toute la journée ? ». Voilà, voilà, ce petit discours servi à 21h, par une personne que je n’avais jamais vue et qui me semble-t-il sortait d’une faille spatio-temporelle après catapultage d’un autre siècle, aurait pu me démolir si j’avais été une maman toute neuve et plus jeune. Bon, j’ai choisi d’en rire, même si la rage m’a un peu tordu les tripes, et je lui ai répondu « Madame, je suis chanceuse, figurez-vous qu’à la maison j’ai un père à portée de mains pour ces petites, bonne soirée, je n’aurai pas besoin d’aide cette dernière nuit comme je n’en ai pas eu besoin depuis le début de mon séjour ». Laisser glisser son aigreur sans me laisser atteindre, moi qui ai mis bien des années à me détacher de l’opinion des autres, je l’ai vécu comme une victoire.
Je suis un peu longue mais je voulais partager cette anecdote pour te dire, Pauline, que toi aussi tu vas gagner contre les jugements et les critiques extérieures, personne d’autre que toi ne sais ce que tu vis, ni comment tu le vis, tu fais de bons choix à partir du moment où il ne te mettent pas en souffrance morale et/ou physique. Peut-être que les femmes de ta famille te paraissent négatives mais qu’elles ne trouvent tout simplement pas les bons mots car elles n’ont pas non plus été entourées comme il aurait fallu lorsqu’elles sont devenus mères, peut-être que tes choix les désarment car elles n’ont pas pu ou su faire les mêmes et qu’elles ont peur pour toi. Dis-leur que tout va bien et que tu es heureuse comme cela. A propos de mon allaitement gémellaire j’ai eu des remarques mais une chose me permettait de rester droite dans mes bottes, aucune des personnes qui m’ont formulé des propos négatifs n’avait allaité de jumelles :), aucune ne savait donc de quoi elle parlait, point barre. Peut-être qu’aucune n’avait connu les papillons qui envahissent le cœur et le ventre quand on porte son enfant au sein. Et au fait, ma grande est la fière des grande sœur, bien que mon emploi du temps se soit intensifié je n’ai pas perdu les moments de tête-à-tête qui nous sont si chers à toutes les deux, pour rien au monde elle n’échangerait sa place et ce sont ses dire :). Pour terminer, je dois dire que les critiques que mes amies mamans biberonnantes essuient m’attristent tout aussi profondément, et elles sont souvent tout aussi cruelles, je ne comprendrai jamais pourquoi ce besoin de juger et descendre les autres existe. Quel est l’intérêt ? Il ne faut peut-être pas chercher et prendre tout ce qu’il y a prendre maintenant et autant de temps qu’il nous le faut.
Bon je ne ne commente que rarement car j’ai un problème avec la synthèse donc ;). Tendresse à toutes <3

Je pense que les gens n’ont pas à se permettre ce genre de remarques. Mais parfois, l’on rencontre des mères épuisées, avec des bébés qui se réveillent plusieurs fois la nuit alors qu’ils seraient parfaitement capables de dormir sereinement, et des pères mis de côté qui en ont ras le bol et subissent une solitude excluante… Dans cette situation que je trouve très néfaste pour une famille, ce n’est pas l’allaitement le problème, mais plutôt l’attitude de la mère qui ne laisse pas de place au père, qui se renferme sur elle et son bébé en n’acceptant pas que d’autres s’en occupent, et se donnent entièrement à leur petit en s’oubliant elles-mêmes. C’est facile de tomber dans cette forme d’excès, de manquer de discernement et de recul face à un bébé qui donne tant d’amour. Je pense que des remarques débiles du style « et tu arrêtes quand l’allaitement » peuvent signifier « j’ai l’impression que tout se ne passe pas très bien dans votre famille »… Mais ce n’est que mon ressenti sur ces situations… Sur l’allaitement en tant que tel, je trouve que c’est un sujet qui prend bien trop d’importance, que ce soit dans un sens ou dans l’autre, aujourd’hui ! On pourrait aussi juste arrêter d’en faire tout un plat.

Je suis pharmacienne MAIS j’ai allaité mes petits bouts jusqu’à leur sevrage naturel à 16 et 13 mois. Sur la tolérance et la bienveillance qu’il devrait y avoir autour de l’allaitement, tout a été dit. En ce qui concerne les propos de ta pharmacienne (qu’elle t’a sûrement mal expliqués), il s’agit en fait d’une histoire de remboursement par la Sécu : au delà des 12 mois de l’enfant, il n’y a plus de prise en charge, donc normalement la location t’incombe entièrement… C’est sans doute pour cela qu’elle t’a posé la question du retour de l’appareil. Il est vrai qu’à cet âge, bien souvent les bébés se contentent des tétées matin et soir plus les tétées câlins donc ont moins besoin du tire lait à vocation plus nourricière… Enfin de toutes façons la Sécu ne serait pas à ça près niveau contradictions….
Je sais que ce n’est pas toujours réussi, mais certaines personnes du corps médical font vraiment des efforts pour ne pas stigmatiser les jeunes mamans, alors quand vous trouvez les bonnes personnes, n’hésitez pas, relayez l’info à vos amies, voisines…

Bonjour Pauline et Elisa

J ai 2 enfants et j ai vite compris dès la première grossesse qu être maman cela voulait dire recevoir des remarques des conseils des piques de tous et toutes comme ça sans raison juste des Marie Mêle Tout comme dirait ma grand mère ! Un jour un inconnu a quand même mis en attente un coup de fil en pleine rue pour me dire de mettre des moufles à mon fils parce qu il faisait froid !!!! Bref … ça en dit long sur la façon dont les gens se permettent d intervenir dans ce qui ne concerne que toi ton conjoint et ton enfant ! Je n ai allaité aucun de mes enfants pas par caprice comme certains pourraient le penser ou pour préserver mes seins ou …. non je ne les ai pas allaités parce que je n en avais aucune envie et ça ne m empêche pas d avoir encore aujourd’hui des moments incroyablement complices avec mes 2 enfants au moment du biberon ! En revanche j ai essuyé nombre de remarques durant mes grossesses et après : sage femmes insistantes sur la tétée et méprisantes, des amis qui me disaient que quand même une femme qui allaite il n y a rien de plus beau au monde, un pharmacien refusant de me conseiller pour stopper mes montées de lait arguant que puisque j avais choisi de ne pas allaiter je n avais qu à en subir les conséquences et j en passe ! Ma soeur a allaité sa fille 15 mois et a subi tout autant de commentaires que moi ! Tout ça pour dire que peu importe les choix que tu fais pour tes enfants il y aura toujours quelqu’un pour critiquer ! Écoute ton bon sens ton instinct personne ne connaît mieux ton enfant que toi et ton conjoint ! Faites vous confiance et dis toi que pour chaque critique il y a mille sourires pour ta petite famille, les nôtres !

C’est incroyable cette question de l’allaitement! Dans ma ville (hôpital et crèche), il est clair qu’ils sont très pro-allaitement et que l’on est mal vu quand on n’allaite pas. Je n’ai pas pu allaiter ma fille bien longtemps (1 mois) car celle-ci en avait décider autrement. Du coup, je me sentais coupable de ne pas l’allaiter, on sent comme un sentiment de reproche vis à vis des autres…. Et puis, ça passe, lui donner le biberon me plaisait et ça lui convenait très bien (et en plus, comme l’expérience n’avait pas été terrible, ça ne m’avait pas vraiment plu). Et de l’autre côté, si on allaite « trop longtemps », ça ne plait plus non plus, il faut savoir! allaitement ou pas? Il faut se dire que quel que soit la décision, il y aura toujours des personnes pour critiquer, peut-être car on ne rentre pas dans un cadre politiquement correct ou conforme à une image standard de la société. Il faut faire ce que l’on a envie, ce que l’on peut et surtout ce qu’attend son enfant. Si le fait de prendre le sein lui convient (autant au niveau quantité assimilée que contact avec la mère), il n’y a pas de question à se poser. Etre mère demande toujours de se remettre en question, d’évaluer les meilleurs choix pour son enfant, alors qu’on arrête avec les commentaires de tout un chacun!

J’ai 4 enfants. Les trois premiers: allaités jusqu’à l’âge de trois ans et j’allaite en ce moment mon quatrième enfant, mon bébé de 4 mois. J’ai ainsi fait parfois du co-allaitement bref, ma plus vielle a 8 ans donc ça fait…8 ans que j’allaite sans arrêt (une petite pause de 2 mois entre les trois ans de mon troisième enfants et la naissance de mon tout petit) et je très heureuse ainsi.
Chaque maman a le droit de choisir ce qui est le mieux pour elle et son bébé, biberon ou sein.
On m’a souvent demandé quand je souhaitais arrêter mais au fond c’est moi la maman et cette décision ne regarde personne d’autre. J’allaite en public et (je touche du bois) je n’ai jamais reçu de commentaire. Chez moi, l’allaitement est recommandée jusqu’à l’âge de 2 ans et souvent encouragé par la suite je crois donc que cela aide à ne pas se sentir isolée. Je crois que nous devons encourager l’allaitement, rendre cela facile pour les mamans d’allaiter où elles le souhaitent sans commentaire. Mais nous devons également ne pas stigmatiser celles qui ont fait un autre choix. Bref le respect pour tous.

Bonjour,

je me permets de répondre car je ne suis pas « pour » (si je puis dire) du maternage proximal ainsi qu’un long allaitement.
Je ne vois pas l’intérêt pour l’enfant et pourtant je donne toujours du lait de croissance à ma fille ! D’ailleurs certains parents me demandent pourquoi je donne encore du lait de croissance au lieu de lait entier… (2ans 1/2)

Pourquoi un long allaitement me mal à l’aise ou pourquoi lorsque je vois des parents embrasser leurs enfants sur la bouche me dérange ? Je ne sais pas vraiment mais j’ai dû mal avec ça … c’est mon opinion personnelle dû à ma sensibilité personnelle.
Mais j’aimerai dire que je ne juge pas les parents qui le font et je n’ai pas à le faire.
Chacun est heureusement libre de faire ses propres choix et de prendre ses responsabilités.

Chacun peut dire son opinion mais personne n’a à l’ imposer !

La pharmacienne peut bien faire ses remarques mais elle a sûrement fait des choix qui sont contraires à ta propre vision. Je ne suis pas sûre que tu te permettrais de remettre en cause l’éducation qu’elle a donné à son enfant … idem pour la belle famille !

Alors prend confiance en toi et en tes décisions, tu feras des erreurs comme nous toutes, tu feras aussi des choix appropriés pour ton enfant. Tu hésiteras aussi et tu demanderas des conseils autour de toi. Mais toi et ton conjoint êtes les seuls à prendre les décisions en assumant toutes les conséquences.

Le regard des autres n’est pas le plus important, c’est le regard que tu as pour toi et pour ceux que tu aimes qui l’est !

Bises

x LiLi Confetti x

Ces gens qui critiquent des choix personnels doivent avoir une vie bien peu intéressante pour se mêler à ce point de celle des autres!

Je n’ai allaité aucun de mes 2 enfants et je suis passée, auprès de beaucoup de personnes, pour une mauvaise mère. Mais j’ai toujours tenu bon, c’était ma décision et celle de mon mari. C’est quand même incroyable cette capacité qu’ont les gens à se mêler de la vie des autres !
Je sais que subir des remarques répétitives est difficile mais tiens bon !

Chère Pauline,
Lorsque j’ai eu mon aînée à 22 ans, je n’ai eu aucune envie d’allaiter. J’ai eu des réflexions (surtout du corps médical comme une sage femme qui m’a dit que á cause de cela j’étais une mauvaise mère….). Pour mon second, l’envie est venue de suite. Ça n’a pas toujours été évident mais j’ai tenu le cap car mon petit loup en avait besoin et que j’aimais ces moments câlins… Il s’est arrêté de lui même… Lorsque j’entamais mon 9eme mois de grossesse… Les réflexions j’en ai eu plus que ce que j’aurais souhaité. Il avait plus de 2 ans, j’étais enceinte de et j’allais bientôt accoucher… Mais tous les 2 nous trouvions notre compte. Mon mari m’a toujours soutenu. L’important n’est pas ce que les autres pensent, mais ce que nous nous ressentons. Tiens bon. Écoute toi et écoute ton bébé. C’est ça l’important. Les autres ne comptent pas même si c’est parfois dur de devoir les gérer en plus du reste. Bon courage et bon allaitement!!!
Ps : mon fils a eu le sein plus de 2 ans, ma dernière c’est arrêtée d’elle même à 11 mois… Chaque enfant, chaque maman et chaque situation sont différentes!!!

Je ne vois pas vraiment le lien entre le fait d’embrasser ses enfants sur la bouche et d’allaiter ?
Il faut surtout souligner les nombreux bienfaits de l’allaitement (anticorps, bon pour le développement du cerveau, de la vision…).
Le lait maternel reste un aliment inimitable, adapté aux besoins des enfants et que rien de peut remplacer (pas même le lait de croissance).
Mais le respect svp dans la décision de chaque maman, sans critiquer.

J’ai accouché au Quebec et la bas, on aide vraiment à l’allaitement . Des infirmieres viennent à la maison voir si tout va bien, si on a des questions etc etc. J’ai allaité 3 mois car j’en pouvais plus mais j’ai été épaulée de maniere ideale. On ne m’a pas jugee, au contraire.
Incroyable le discours en France…tres dommage de ne pas laisser la femme faire ce qu’elle désire.

Oh que ce genre de remarques me parle. J’allaite depuis plus de 2 ans mes deux filles, alors les remarques sur les seins, la dépendance, si j’allais les allaiter jusqu’au bac…? En France, il faut allaiter 3 mois, c’est très bien, mais au delà, on passe du côté obscur!! J’ai appris à le prendre à la rigolade, avec ma deuxième fille, les gens de l’entourage sont habitués, ils ne disent quasiment plus rien 🙂
Tu donnes le meilleur à ton enfant Pauline, tu peux dire à ton entourage que l’OMS recommande un allaitement jusqu’à 2 ans. Et surtout profite de ces moments de bonheur avec ton fils, c’est tellement bon. Tes photos sont magnifiques Elisa !

Bonjour à toutes ,
Je ne n’intervient pas habituellement .
Mais ce sujet me tient à cœur.
J’ai allaité mon fils Dante ,jusqu’à ses 3 ans .
Ca reste mon plus beau souvenir et j’avoue que ça me manque encore un peu 😉
L’allaitement évolue avec l’âge de l’enfant .
« Le titi « était un moment lié au Reveil , à la sieste , au coucher et aux chagrins .
Mon chéri était en accord et assez admiratif de ce lien qui était le notre à tout les 3 .
Les autres … On s’en fiche un peu non? La famille? Aussi non?
Aujourd’hui Dante a 4 ans et me touche le titi le soir avant d’aller au dodo , çal’apaise , le calme , lui donne le sourire .
Le lien est la et il est hors de question d’y mettre fin.
Dante est indépendant mais fou de sa maman . Je suis femme et maman dévouée à son fils 😉
Belle journée à tous
Elodie

La question que tu dois te poser c’est : Est-ce que tu as envie d’arrêter cet allaitement ?
Après tout c’est le choix que vous avez fait ton amoureux et toi pour votre enfant, ce que pensent les autres n’a que peu d’importance.
Fais toi confiance, l’allaitement est un beau partage et un vrai travail d’équipe.
J’ai allaité ma fille jusqu’à 21 mois et mon fils jusqu’à 9 mois, c’est eux qui ont décidés quand s’arrêterait cet échange.
Mon amoureux a largement trouvé sa place entre deux tétées.
Aujourd’hui nous attendons notre 3eme enfant, et il tient à ce que j’allaite ce tout petit comme les deux premiers.
Alors encore une fois être maman te donne le droit de faire des choix qui te son propre, fais toi confiance.
Bon courage.
Charline

Bonjour à vous!
Premier commentaire de ma part, même si je suis le blog avec assiduité depuis peu:)
Je suis francaise et vis en Suède avec mon conjoint suédois, nous avons accueillis notre premier enfant il y a deux semaines et j’allaite comme 80% des femmes ici.
Francaise de coeur et de racines, cela m’attriste de voir que les mentalités n’évoluent pas, car oui allaiter n’est pas un retour au Moyen Age. J’ai le droit aux mêmes critiques (par skype, plus simple à esquiver) sur le fait que j’allaite, oui je suis les seins à l’air environ 20 minutes 10 fois par jour et alors? Qu’y a-t-il de plus naturel??
Ici les gens sont beaucoup plus à l’aise avec leur corps, il n’y a pas de tabous, un corps est un corps aussi imparfait soit-il. Il n’y a pas de matraquage publicitaire pour crème anti-cellulite à l’approche des beaux jours, je n’en ai pas utiliser depuis plus de cinq ans!! Et je dois avouer que je ne vois pas de différences.
Ne pas écouter les donneurs de lecons sur l’état présumé de tes seins, de ton couple que tu délaisses (mais sérieusement le fait d’allaiter empêche le fait d’aimer et d’être femme? C’est un regard assez machiste pour ma part).
Allaite comme bon te semble, ne te préoccupe pas du regard des autres et sois toi.
(je suis désolée pour les cédilles, inexistantes sur mon clavier).
AM.

Ma chérie (je me permets, hein…) bienvenue au club… des mamans !
Tout ce que tu fais va être scruté ou commenté. Mon seul conseil : affirme toi avec tendresse et fermeté.
Je n’ai pas allaité et j’en ai aussi pris pour mon grade. Perso, ça ne me parle pas et pour autant, je ne me permettrai jamais de juger une maman qui allaite et même longtemps car si il y a bien une chose que j’ai compris, c’est que c’est un ressenti intime et profond.
Vraiment, ne te laisse pas faire car les remarques ne font que commencer.
Plein de bisous

Bonjour à toutes et tous,
Jeune maman qui attend que sa crevette sorte de son bidon (Je suis à 4 mois de grossesse), je désire plus que tout allaiter.
C’est un choix et comme dit dans l’article, je respecte le choix de chacune, ma mère avait d’ailleurs choisie de ne pas allaiter et je me porte très bien. Mais simplement, si je peux lui apporter ce confort, ce lien, ce peau à peau, cette douceur et surtout tous les bienfaits du lait maternel le plus longtemps possible, j’en serai très heureuse.

Cependant, je profite de cet article pour poser quelques questions à ce propos.
– On ne réussi pas toujours à allaiter? Alors y-a-t-il des secrets à connaître qui ne sont pas secret?
– Comment avez-vous fait quand bébé est allé à la crèche?
– Avec la diversification comment cela s’est passé?

Je vous remercie et je te remercie surtout pour cet article pleins de bienveillance. C’est tellement important.
Bonne journée à toutes et tous.
Elodie (27 ans)
http://helloelotarie.blogspot.fr

Chère Pauline,

Comme toi j’ai allaité mes enfants plus de 12 mois chacun, j’allaite encore le 3ème qui en a 16. Comme Elisa, je n’ai plus tellement l’occasion de le faire en public, parce que c’est essentiellement le matin et le soir. Mais il arrive quand même que les gens soient étonnés de me voir allaiter si longtemps.
Avec le temps, j’ai pris le parti d’interpréter avec bienveillance les « tu vas l’allaiter jusqu’à quand », sans me dire qu’il y a un jugement derrière la question (quitte à être un peu naïve). Je réponds simplement avec le sourire, ou par une plaisanterie, du style « ben je ne sais pas, jusqu’à son bac… »
Ça désamorce un peu les choses, les gens sentent en général que tu es à l’aise avec ton choix, et que tu n’éprouves pas le besoin de te justifier.
Je pratique l’écoute sélective aussi : je n’écoute et ne garde vraiment que ce qui est dit avec une réelle bienveillance ou une simple curiosité (même si ça ne va pas tout à fait dans mon sens) ou ce qui m’encourage dans mon choix. Le reste, je zappe !

Voilà, j’espère que ça pourra t’aider, et surtout je te souhaite de continuer à savourer cette belle relation, tellement que tu n’accordes plus aucune importance aux commentaires désobligeants.

Je plussoie le commentaire du dessus: surtout ne te justifie pas, ca ne fait que donner du grain a moudre aux ennuyeux. Tu es a l’aise avec ton choix et tout se passe bien, c’est le plus important. Je n’ai pas allaite et j’ai eu droit a un certain nombre de critiques, j’ai vite compris que la meilleure reponse etait seulement de sourire et de ne rien repondre, ou seulement par « oui », « non » ou « ca ne vous regarde pas ». Quand les gens font face a un mur et se rendent compte que tu n’en as rien a secouer, ils laissent tout de suite tomber. Tu ne peux pas changer le comportement des autres mais tu peux changer ta reaction. Surtout que quand tu as un enfant, tu n’arrives jamais a la fin des remarques: apres l’allaitement, c’est le mode de garde ou si tu travailles ou pas, ce que ton enfant bouffe, son sommeil, ses jouets…etc

Bonjour à toutes (et à tous?),
Pauline, j’ai allaité mon fils jusqu’à ses 3…ans. Tu peux imaginer les critiques. Mais ton fils n’aura pas de personnalité, mais il n’aura pas un développement normal. Etc. Il aura 9 ans le 30 juillet, il est premier de sa classe, il me surprend tout le temps avec des réflexions logiques tant sérieuses que comiques. Et je n’ai pas fini…on cododo toutjours, mais là c’est parce que sa chambre n’est pas finie. Il est content du câlin du soir mais il est impatient d’avoir sa chambre « maman, ce n’est pas normal que je dorme toujours avec toi à mon âge ». Avec le papa, cela ne se passe pas bien du tout mais c’est une autre histoire, mais mon fils n’y ai pour rien. Courage à toi
Lina

Bravo Pauline ! A 22 ans je suis impressionnée, je ne sais pas si j’aurais eu le même courage… probablement pas. J’allaite mon fils depuis 18 mois et voici juste un petit florilège des remarques que j’ai eu, pour rigoler 😉
– « mais tu ne lui donnes pas de lait? » … euh, ben ce qui sort de ma poitrine c’est pas du vin à ce que je sache
– « s’il ne fait pas ses nuits c’est parce que tu l’allaites »
– « tu te rends compte, elle l’allaite encore à 9 mois, elle a pas coupé le cordon » (d’une personne qui ne sait pas que j’allaite mon fils, très drôle sa tête quand elle a compris 🙂
– « mais il a des dents, t’as pas peur » … si, si, je tremble à chaque fois ! d’ailleurs il me manque plusieurs morceaux, mais aujourd’hui avec les progrès de la médecine et des greffes, c’est plus un pb 😉
– « hier j’ai vu un enfant d’au moins 2 ans qui voulait téter dans le bus ! tu te rends compte, c’est indécent » … c’est clair, on devrait emprisonner la mère ET l’enfant pour attentat à la pudeur 😀
et pour finir, le classique « tu vas l’allaiter jusqu’à sa majorité? » ah, ah, je l’adore celui-là, il ne se démode pas et peut surgir de n’importe où (voisin, collègue, parents…)

J’ai deux filles : une que j’ai allaité jusqu’à deux ans et l’autre presque 4 ans. Pour la première, je n’ai jamais tiré mon lait, elle avait du lait maternisé lorsque je la confiais à la nounou ou à mes parents parce que je travaillais, et lorsqu’elle était avec moi, je l’allaitais. Pour la seconde, j’ai tiré mon lait pour la nourrir lorsque je travaillais et jamais elle n’a eu de lait maternisé. Le sevrage s’est fait naturellement, d’abord, elles ont refusé le soir puis le matin.
Et pourtant, ce n’était pas gagné. Seul mon amoureux était d’accord sur l’allaitement. Famille et belle famille détestaient. Je me souviens de la mère de mon amoureux qui trouvait que c’était sale, de mon père qui pensait qu’il fallait passer aux biberons, de la mère de mon amoureux (encore elle!) qui est même allé jusqu’à m’offrir (c’était mon anniversaire une semaine plus tôt) un soin aux huiles essentielles à la maternité en me disant un sourire aux lèvres « tu ne vas pas pouvoir allaiter avec ce soin par contre », résultat, je ne l’ai jamais fait! Et j’en passe. Seule ma mère a toujours accepté mes choix de mère.
Alors pourquoi j’ai jamais laissé tomber? Parce que c’était mon choix et celui du papa, parce qu’il m’a toujours soutenu, parce que ça n’a jamais eu d’influence sur notre couple, parce que l’envie était là et que je savais que c’était la meilleure option pour moi et surement aussi parce que je suis une tête de mule et que toutes les critiques n’ont fait que conforter mon choix 😉

Ajouter un commentaire