Un si beau placard

In Humeurs
Scroll this

IMG_4457.JPG_effected

Ce n’est pas une erreur de faire des enfants, lorsque l’on travaille.

Nous sommes en 2013, je suis dans une soirée parisienne, j’ai en face de moi,

deux hommes intelligents, cultivés, eux même pères.

Ce sont des copains, je leur ai annoncé que j’attends mon troisième enfant.

Je leur explique ma crainte de l’annoncer à mon employeur.

“Mais enfin Elisa, on est en 2013!”

Cette phrase résonne en moi.

Un an plus tard, me voilà avec un troisième enfant.

Et si heureuse d’être maman à nouveau!

Si heureuse que je ne m’appesantirai pas à parler dans ce billet de la lettre recommandée avec accusé de réception reçue un mois après la naissance de ma fille.

Cette lettre m’annonçant froidement que je ne retrouverai pas mon poste à mon retour de congé “nous vous prions d’accepter nos salutations distinguées”

mais que comme le prévoyait la loi, on me trouverait un poste “équivalent” en temps voulu, sauf qu’il n’y a pas de place vacante.

Je ne m’appesantirai pas sur le fait que ma remplaçante a été embauchée en cdi pendant mon congé maternité à un salaire inférieur au mien de 25%.

Ni sur l’appel de mon DRH, m’indiquant qu’il souhaitait me rencontrer à une semaine de mon retour pour me parler de mon contrat.

C’est une histoire, encore, malheureusement banale en 2014.

J’ai eu de la chance, la chance d’avoir la force et l’opportunité de réagir vite et de chercher du travail pendant ce congé,

la force et la chance d’être embauchée par une société intelligente, respectueuse et compréhensive.

La force d’avoir des recommandations de TOUS  mes anciens employeurs, mettant en avant mes qualités et mes résultats,

me permettant ainsi de trouver un nouveau travail sans avoir à retourner dans une société si peu respectueuse de ses employés.

Je ne m’appesantirai pas ici d’avantage sur cette histoire.

Je sais tout ce qui a été bafoué, je sais que je n’avais pas à chercher, mais j’ai sauvegardé mon équilibre et mon moral en n’y retournant pas.

En revanche, je me promets et je promets à toutes celles qui se sont retrouvées au placard après leur retour de maternité,

que je n’en resterai pas là.

Et tu sais quoi? Je tiens toujours mes promesses.

Je vous embrasse toutes et plus particulièrement celles qui m’écrivent de manière privée et qui me racontent ces aventures que nous femmes, devons encore traverser dans le monde du travail en 2014.

Douce nuit

Elisa

 

 

126 Comments

  1. salut Elisa,

    je suis choquée. Choquée et triste. Tu as un sacré caractère pour te battre surtout dans une situation aussi fragilisante qu’une grossesse. Jespere bien que tu n’en resteras pas là. Tu te le dois à toi-même tout d’abord mais surtout à tes filles, qui, plus tard seront femmes.
    je suis d’autant plus touchée par ton histoire que je suis enceinte de mon deuxieme bébé.
    Ce soir, encore plus que tous les autres soirs, je te remercie. je compte sur toi pour rester fidele à tes convictions et surtout gagner.

    je tembrasse, tu es une femme formidable!!! big up Elisa

  2. C’est dégueulasse….honteux…. !!!
    Bravo Elisa je suis de tout coeur avec toi, étant moi même maman de 3 enfants ….

    Je t’embrasse,

  3. Oh bravo Elisa d’avoir relever les manches et de pas leur laisser le dernier mot. Ce monde pro est écoeurant.

  4. Ce n’est pas vrai, on est en 2014 mais tout n’a pas changé. Lorsqu’en 2010, je retournais travailler après mon congé mater, ce fut très difficile. C’est sur, j’ai retrouvé mon poste mais toute l’équipe m’a bien fait comprendre que j’étais la personne de trop, celle qui avait un bébé à la maison, celle qui dérangeait. Et même de la part de femmes!!!!

  5. Effectivement, on a beau être en 2014, le combat n’est pas terminé…
    Quand j’ai annoncé ma 3e grossesse à mon employeur en 2011, ce dernier l’a plutôt mal pris me sortant des énormités que je n’aurais jamais pu imaginer entendre en 2011.
    Par chance, j’ai trouvé un emploi bien plus intéressant pendant mon congés maternité et j’ai donné ma démission avant même d’avoir à reprendre mon travail.
    Hallucinant d’avoir toujours à se battre mais tu as raison nous ne devons pas baisser les bras!

  6. Ah c’est moche ça, joli cadeau de naissance dis-donc. C’est peut être courant mais ça n’en est pas moins dégueulasse pour autant. Tu fais bien de te battre, pour toi, mais aussi pour paver la voie à celles qui viendront après. Belle soirée avec tes beaux enfants!

  7. Et comment que tu ne vas pas en rester là, pour toi et toutes les autres. Courage ma mère a jugé pas mal de procès comme le tien aux Prud’hommes, les plaignantes ont toujours gagné même 2 ans après. Ta boîte n’était pas dirigée par une femme?

  8. Bonsoir,

    Sais-tu que ton ex employeur(e) que tu n’as pas cité mais dont tu avais déjà donné le nom se glose de “toujours faire du bien, avec beaucoup d’amour” ; il va s’en dire que ce qu’ils appliquent à la création de leur parfum s’envole en fumée lorsqu’il s’agit de leur personnel… Je suis outrée, une maison si luxueuse !
    Bon courage dans ton futur combat
    Juliette

  9. Tu es une femme et maman exemplaire plein de de force et de courage ! Tu mérites le respect et beaucoup devraient prendre exemple sur toi ! Tu as bien raison de pas te laisser faire ! Monde de brute ! Ces gens ne valent rien… Je tembrasse

    • Chère Elisa,

      Des mois que je lis ton blog et premier post qui me touche en plein coeur. De mon coté il y a eu 1 premier congé maternité et un mois après mon retour un entretient avec mon patron via skype (il avait pris une année sabatique) me demande de quitter mon poste contre une grosse somme d’argent, il avait monté la boite contre moi ce n’était pas très dur personne étant en cdi. Je me suis battue pour ma fille, lui prouver que ce n’était pas juste. Chaque soir en retrouvant mon bébé de 5 mois je me disais que je devrai lui apprendre à être une guerrière. Il y avait tellement plus de choses à connaitre d’abord. Le mois suivant je suis enceinte, je me fais arrêter dès que possible, je reviens après un congé parental de 6 mois, je pense que les choses se sont arrangées que la raison est revenue à cet homme, il m’avait fait un cadeau de naissance, waouh…2 mois après il embauchait une personne pour me remplacer et me rétrogradait prétendant que je n’étais pas capable de rester à mon poste. J’ai quitté cette entreprise, j’y ai laissé mon estime personnelle, mes ambitions professionnelles, mon sourire. Merci d’avoir partagé ton expérience, demain avec mes cv sous le bras je serai plus forte

  10. Canon cette photo Elisa. J’aime ton courage et ta force et c’est bien de faire partager ton expérience sur ton blog. Bisous

  11. Chère Elisa
    Merci pour ce mot, merci de prendre position ainsi. Vous lire fait partie de ma routine de working mum et compte parmi les quelques minutes que je prends pour moi tous les jours (allez 10 minutes en gros 😉
    J’avais raconté dans un commentaire précédent mon expérience positive d’être recrutée enceinte de mon deuxième bébé, en toute transparence, et mon retour très bien préparé après 5 mois d’absence. Je voudrais juste le redire ici, pour que l’on sache que certains employeurs sont respectueux des femmes, entièrement. Ils sont bien sûr trop rares. Mais certains sont là.
    Plein de belles choses à vous et à votre si jolie famille. Ma petite Mathilde ne s’assoit pas encore à 6 mois, mais elle veut être debout tout le temps !! je vais lui montrer les photos de votre jolie Mia assise 😉

  12. Je suis navrée d’apprendre ce par quoi tu es passée car pour l’avoir vécu alors qu’il s’agissait de mon premier enfant, j’avais été très déçue par l’entreprise dans laquelle je travaillais… Courage!!

  13. Elisa la combattante. Et la photo…, j’adorai déjà la référence mais là je surkiffe. Des bises

  14. Je suis vraiment très choquée par ce qui t’es arrivé ! Je n’en reviens pas qu’une entreprise agisse ainsi en 2014 ! C’est vraiment dégueulasse comme cadeau de naissance…
    Un grand bravo pour ton nouveau travail et la force de te battre que tu as !

  15. Le placard je connais après la naissance de mon 1er en 2007 à la fin de mon congé maternité je demande un “aménagement” horaire car travaillant du lundi au samedi de 9h à 20h00, un époux qui à un métier où son emploi du temps ne peut pas être prévisible et là mon chef (père de 3 enfants en bas âge!) me rigole au nez “non mais on ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre ” (mon congé maternité ‘après lui était une grâce un privilège!!!!)…Je n’y suis pas retourné cela à été très dure financièrement je n’allais nulle part car même un ticket de bus ce n’était pas possible mais je n’ai aucun regret j’ai enchaîné bébé 2 j’aurais du entre temps y retourner mais on m’à bien fait comprendre que même enceinte on me ferait rattraper mes soit disant 106heures (sorties d’où?????) et que si je n’étais pas en forme (ce qui été le cas!) ce n’était pas la peine que je devais m’arranger avec mon médecin qui lui ne voulait rien savoir estimant que quand on est enceinte on est pas malade (oui mais moi chacune de mes 3 grossesses se sont mal passées pour moi bébé n’était pas en danger mais moi enceinte je suis liquéfiée du 3éme mois à l’accouchement personne n’est égale enceinte)….Petit 3 est une surprise mon cadeau de la vie et bon je me suis fait une raison jamais je n’aurais un boulot en or financièrement on y arrive on ne ait aucune folie on utilise le système D j’ai bien compris que les enfants pour une femme ca ne se passe pas comme pour un homme même en 2014.Nous somme toutes derrière toi.
    PS / TOP LA PHOTO!!!!

  16. J’ai eu mon 3ème enfant il y 8 mois et j’ai eu la surprise en retournant travailler il y a une semaine d’être également “mise au placard”. Après 10 années à être comptable dans cette société, à mon retour ils ne m’ont en gros donner que des photocopies à faire et donc je suis en arrêt maladie depuis hier car j’ai craqué ! Donc je comprends ce que tu as pu ressentir ! Et je pense malheureusement qu’il y a beaucoup de cas similaires !!!! En tout cas ton blog a été un pur régal à découvrir, tu as l’ air d’ être une très belle personne pleine de douceur !! Et tes enfants sont magnifiques !!! Merci beaucoup belle Elisa !

  17. Inadmissible..!!.C’est Honteux..!!.Heureusement que n’allez pas en rester là,je vous encourage vivement à le faire.Je ne suis pas mère de famille pour l’instant mais je suis de tout cœur avec vous..!!.J’ai envoyé un employeur au prud’homme ça à mis 2 ans mais il y en a marre de l’abus qu’il font sur les employés,et de surtout les femmes que nous sommes.J’ai été très fier d’avoir été jusqu’au bout et pour ne plus que ça arrive a d’autres.!!..Bonne nuit..

  18. Courage Elisa. Va jusqu’au bout de tes convictions. Je suis moi même en conflit avec mon employeur, Prud’hommes programmés en Janvier 2015. Je me bats pour défendre nos droits de femmes. L’égalité homme/femme n’existe pas et n’existera jamais alors chaque combat compte. Douce nuit.

  19. Triste réalité! 2011 je suis enceinte de 5mois de mon deuxième enfant, j’ai un petit bonhomme de 18 mois, j’habite en banlieue et je travaille sur Paris (avec tout ce que cela implique RER, pas de place assise…). Je fatigue à force de courir pour être à l’heure le matin au travail et le soir à la crèche. Je vais voir ma DRH pour lui demander ( à la demande de ma sage femme) si je peux bénéficier de la réduction d’1/2 heure de mon temps de travail afin de ne plus avoir à courir! Sa réponse?
    Non, hors de question… (elle même est maman de 3enfants). On m’a fait comprendre que ma vie privée ne les concernait pas. J’ai profité de mon congé mater pour changer d’entreprise. Et j’en suis aujourd’hui ravie!
    Bravo pour ton courage!

  20. Mise au placard dès ma première grossesse à 29 ans, j’y a laissé pas mal de plumes. Les lettres et placards, j’ai connu, c’est immonde. Go Elisa, sois forte, vis cette nouvelle aventure et si besoin, j.ai une merveilleuse avocate à te conseiller. Des baisers ma belle.

  21. Vous recevez tout mon soutien dans votre démarche. Pour vous et pour toutes les femmes qui ont affaire à ce traitement discriminant. Pour tous les salariés qui subissent des traitements disqualifiants au quotidien. Pour que ces comportements ne se reproduisent plus et faire — enfin — évoluer les mentalités. Les Prud’hommes existent et heureusement nous pouvons nous en saisir. Merci Elisa

  22. C’est honteux mais malheureusement c’est très courant! Je ne m’y connais pas assez en droit du travail mais il me semble que tu as tout de ton côté pour te lancer dans une procédure… après il faut avoir le courage de supporter tous les aléas d’une telle procédure :/ Je te souhaite plein de courage 😉

  23. Je n’ai pas l’habitude de laisser des commentaires, mais là, je ne peux que t’encourager !! On est en 2013, certes, mais je retourne aussi travailler la semaine prochaine après un congé mat et je sais déjà qu’il va falloir mettre les bouchées double pour “faire oublier” ces quelques mois d’absence et, surtout, par peur d’être jugée moins compétente…

  24. bravo pour la photo (tu es trop belle), d’avoir su rebondir, de garder le sourire même si certains jours il a du se figer un peu.
    et plein de bisous pour ta nouvelle aventure professionnelle

  25. Malheureusement, nous sommes en 2014, et en temps que femme, nous devons toujours nous battre … dans le travail mais également dans n’importe quel domaine de la vie. Nous devons nous battre pour notre liberté, toujours …

  26. Dans un autre genre … Le “mais à votre âge, mademoiselle, on fait des enfants pas une thèse…” D’un éminent professeur (directeur) d’université ça fait mal aux dents !
    La femme, quelque soit le registre a encore bien des combats à mener ! Bon courage pour le tien !

  27. En 2014 rien n’a changé et c’est bien triste. Lorsqu’en 2013 je suis revenue de mon 1e congé maternité, je suis tombée de haut. Mon bureau était désormais avec les stagiaires, mon chef n’avait pas préparé mon retour, je n’avais ni mission, ni PC, ni accès à mes mails. Personne n’avait été prévenu de mon retour… Quant à mon retour de mon congé maternité, c’est une autre histoire dont je suis fière d’être aujourd’hui moteur et actrice. Bon courage pour le nouveau job en tout cas!

  28. Oh je suis désolée de ce qui t’est arrivé. C’est dingue et déguelasse!! Tant mieux que tu aies su rebondir mais pff…

  29. C’est si dur d’être confronté à cette épreuve alors qu’on va rentrer dans pour moi la plus belle aventure de notre vie.
    J’ai du me résoudre à arrêter mon job qd mon fils est né il y a 7ans . Au départ cette décision je l’ai trouvé injuste. Et puis les mois on passé il a grandit et j’ai compris que je devais par moi mm trouver comment m’occuper de lui tt en travaillant. J’ai découvert la couture, j’ai pris mon temps , et j’ai trouvé ma voix .
    Mais j’ai la chance d’avoir un chéri qui m’a soutenu qui a toujours été là pour m’encourager, j ai refais un bébé sereinement et pourrais mm faire un troisième.

  30. Au final c’est mieux de ne plus travailler pour eux quand on voit leur mentalité…
    À mon retour de congés mat en 2010 ce fut harcèlement moral… je ne pouvais plus rester tard le soir, on me le faisait payer…..
    Le monde est rude pour les femmes qui enfantent…
    Plein de bisous.

  31. C’est un peu abasourdie que je lis ton histoire. Tu es bien plus forte que tous ces gens en ayant su rebondir. Une période difficile et 3 merveilles qui je suis sûre te motivent au quotidien plus que jamais ♥ Tu es canon sur la photo!!!

  32. Merci beaucoup pour cet article.
    Cela faisait des années que nous voulions un bebe.
    La médecine à du nous aider.
    J’ai prévenu mon supérieur.
    Je suis tombée enceinte et il m’a mis sur un projet qui me demandait des déplacements toutes les semaines.
    Quand j’ai commencé à être fatigué par cela j’ai du justifier que je n’étais pas bien par mon médecin.
    Quand le projet a été terminé j’ai été félicitée pour mon travail et pour les résultats obtenus.
    Quand j’ai demandé à être revaloriser on m’a dit que vu mon état cela attendrait mon retour.
    Depuis mon supérieur est parti dans un autre service et je sais que je ne verrais pas cette augmentation.
    Et tu sais quoi, mon supérieur était une femme mère de 4 enfants !

  33. On vit soit disant dans un pays civilisé… Dans les tribus reculées du Viêtnam, les jeunes mamans sont choyées par leur communauté.
    Bon courage dans ta lutte, je ne doute pas un instant que la justice te donnera raison.
    Et merci une fois encore pour ton si joli blog…
    Mathilde

  34. On est toutes passées par là, pour le coup moi c’est l’inverse, embauche d’une “sénior”, je ne faisais pas l’affaire sur ce nouveau poste que j’occupais depuis presque 1 an au moment où j’ai été arretée… en même temps personne ne m’a jamais formée…

  35. Tout simplement dégoûtée que cela puisse encore avoir lieu de nos jours.
    bravo pou ton rebondissement !
    Ta photo est super !

  36. Tellement et de tout coeur avec toi…
    Plein de belles choses dans ton nouveau boulot !! Et fais les bien cracher dans l’autre 🙂

  37. Une fois encore, je suis admirative de ta force et de ton courage, de ta capacité d’adaptation et celle que tu as à rebondir ! Encore une grande injustice, une incompréhension même, c’est d’une telle violence, cette manière dont les femmes, les mères peuvent être jetées aux oubliettes ! Je suis bien heureuse pour toi que tu ai pu retrouver un emploi dans un endroit meilleur, plus ouvert et plus compréhensif 🙂

  38. J’ai découvert ton blog il y a maintenant un an! Sa lecture fait partie de mes bulles d’air quotidiennes! J’ai eu un pincement au coeur en lisant tes mots, puis le choc, puis la révolte! Je veux également 3 enfants, j’en suis qu’au 1er ^^ Et déjà même pour le 2ème j’ai cette peur du placard (je suis la seule jeune femme/maman de mon équipe…) ! On peut être mère et s’investir professionnellement, bcq d’employeurs l’oublient car ce que j’ai constaté qu’ils font très souvent l’amalgame entre investissement et temps de présence…. Mais le sujet est plus vaste.
    J’admire ton courage et mes pensées vont vers toi! Et finalement comme tu le dis, il y a encore des employeurs qui respectent les femmes! Investir dans les femmes, c’est investir pour nos enfants qui sont notre avenir !

  39. Bravo pour ton positivisme !
    C’est une honte dans notre société de voir à quel point les femmes sont mises sur la touche. Les femmes veulent qu’on les considère, qu’elles soient mamans ou pas. Les mamans veulent qu’on comprenne qu’elles doivent concilier vie familiale et vie professionnelle et que pour cela elles ont besoin d’un employeur compréhensif ! Sinon à quoi bon ?

    Ne comprennent-ils pas que les petits bout d’choux qu’on élève, ces petits garçons et ces petites filles pour qui on est présentes, à qui on donne de l’amour, du temps, de l’attention, nous le faisons pour en faire des adultes équilibrés ? Ces mêmes adultes qui feront plus tard de bons employés, efficaces et bien dans leurs baskets ?
    Ne comprennent-ils pas qu’on a le droit d’avoir un métier intéressant, qu’on aime, dans lequel on souhaite s’investir sans que cela passe par des heures sup ou un temps plein ?
    Les choses changent doucement pour les papas (en encore ça dépend dans quel milieu) mais les mamans, ces super woman qui doivent assurer de tous les côtés, on continuent à leur demander de faire un choix. C’est injuste, immoral et tellement stupide…

    J’ai pour ma part eu de la chance d’avoir un employeur dont les valeurs sont la famille, le bien-être de chaque employé… Ok je suis mal payée mais j’ai des horaires adaptés aux heures de crèche, je ne me sens pas mal si dois partir en catastrophe en cas de gastro subite chez mon petit… et ça encourage le donnant – donnant. Quand ils ont vraiment besoin, je me rend disponible : à charge de revanche !

  40. Malheureusement pas étonnant mais tellement révoltant ….

  41. Et oui, on est en 2014, et c’est malheureusement trop souvent comme ça que ça se passe … mais comme toi, “j’ai sauvegardé mon équilibre et mon moral en n’y retournant pas”. Même si on sait qu’on fait leur jeu, on a trop à perdre !!
    Belle journée

  42. Je n’en reviens pas comment les employeurs peuvent encore se comporter ainsi! Heureusement tu as une grande force en toi. J’imaginais pas ce que tu as pu traverser en lisant ton blog au quotidien. Si tu as la force de mener ce combat jusqu’au bout, fais le.
    Je n’ai jamais vécu cela, et même après les congés parentaux et un congé sabbatique, j’ai toujours retrouvé mon poste. On devrait avoir toutes cette chance là!

  43. je dirais qu eje t’envie! oui oui parce que je n’ai pas eu la chance de recevoir de lettre ni d’appel non ça a été plus subtile que ça. après m’avoir torturé pendant 5 ans. je savais pertinement que je ne pourrais jamais remettre un pied là bas mais réellement si je passe la porte l’autre cinglé qui me servait de boss me mettrait dehors lui même donc j’ai démissionné donc je n’ai plus rien je sensbien aussi le solde de tout compte à 0 € je le sens vraiment très bien !!!
    j’ai retrouvé un job qui colle avec mes attentes et les attentes de ma famille de toute faàon c’était vital !
    courage pour la suite tu as raison de ne pas lacher l’affaire moi je n’ai plus la force et surtout je ne veux plus avoir à faire avec ces malades !!!

  44. c’est tellement triste de voir encore ça en 2014… un autre exemple un peu comme ton histoire à toi avec une de mes copines… ça me révolte ! bravo pour ta réaction, tu as eu raison de te battre et j’espère que ton nouveau travail te plaît 🙂 gros bisous
    Hélène

  45. Super la photo ! De tout cœur avec toi pour la suite !
    Je ne connais que trop ta situation, moi même j’ai été “licenciée économique” après la naissance de ma 2ème. J’ai appris la nouvelle par téléphone 6 jours après sa naissance, de la part de ma “supérieure” … merci le “cadeau de naissance”… après 16 ans de bons et loyaux services dans cette société, c’est une claque. Par contre, ca m’a permis de faire la part des choses, et le plus important c’est quand même nos “bébés”…je n’ai pas retrouvé de boulot salarié, mais je me suis mise à mon compte et je m’occupe plus de mes filles… en tous cas je ne suis pas prête à perdre ma liberté et à me retrouver sous les ordres de qn, même si c’est dur parfois. Dans le monde du travail, il y a encore beaucoup de chemin à faire ! Haut les cœurs !

  46. mais punaise, tu as raison de l’écrire c’est malheureusement une situation scandaleusement banale même en 2014…

  47. J’ai cru, sans y reflechir plus que ca, en lisant le titre de l article associé à la photo qu’il s agissait de l entreprise réussie du montage d une pax ikea, étant moi-même en lutte pour venir à bout de ma notice norvégienne. J ai donc sauté sur l article 😉
    Mais c est un sujet qui finalement me concerne également, et bien plus profondemét, puisque c est l organisation même de notre société, les principes qui l habitent et la fondent qui sont en cause.
    J ai moi-même fait l expérience d un premier employeur très peu respectueux de la femme de manière générale. Après ma seconde grossesse, je me suis donc tournée vers la recherche d’un nouvel emploi. Les entretiens avec les PDG et/ou futur chef ont été décisifs. J ai privilégié un emploi moins rémunéré mais plus intéressant à celui mieux payé mais qui promettait la répétition du même schéma relationnel que dans mon précédent job.
    Aujourd’hui enceinte de mon troisième enfant, et en congé maternité, je suis Confiante et plus que jamais heureuse du choix que j avais réalisé. Mais cette confiance s assortit de la pleine conscience de la condition fragile de toute jeune maman en entreprise. Il faut se battre, prouver, résister, à tours de bras, etre sur tous les fronts et sans relâche (trop visible).
    Bonne réussite dans le contentieux qui s annonce, et qui se trouve heureusement favorisée par un certain nombre de principes protecteurs de droit social.

  48. Bonjour Elisa,
    C’est déroutant. Aujourd’hui, le 16 septembre 2014, je lis votre article, et je m’apprête à signer ma rupture conventionnelle. Moi aussi je dérange. Depuis mon retour de congé maternité, suite à la naissance de mon 2ème bébé, je vis un enfer au travail. J’ai tenu bon, 5 petits mois, et puis j’ai tout lâché. Epuisée nerveusement. Soulagée mais partagée. Je vais m’occuper d’eux, avec l’espoir de reondir et trouver un jour une place dans une entreprise “socialement responsable”. Mon patron a 3 enfants. Je le vomis tous les jours.
    Vous n’avez pas eu de la chance Elisa, vous êtes une femme formidable, un remarquable exemple pour vos enfants.
    Merci de nous faire partager votre expérience, avec toujours cette bienveillance et cet optimisme.
    Quand je vous lis, et depuis que je vous suis, je me sens tirée par le haut. Quand je faiblis, je pense à vous, et pourtant nous ne nous connaissons pas 🙂
    Bonne continuation. Et un gros bisous à vos 3 merveilles.

  49. Pareil pour moi, sauf que les choses se passent sans que rien ne soit dit. Je reviens après 9 mois à la maison et j’apprends par mes collègues qu’ils ont touché primes et augmentations. Pourquoi pas moi alors que nous avons toujours été sur un pied d’égalité? Je suis dans la boite depuis 5 ans et je pense que j’ai assez fait mes preuves pour le mériter autant qu’eux. Evidemment pas un mot là-dessus de la part de mes employeurs. Aujourd’hui de retour à mon poste je me sens lésée et je stagne… Je sais qu’il faut vite que je m’en aille mais malheureusement ce n’est pas si facile de retrouver un poste en ce moment.
    Claire

  50. Un très beau poste qui résonne en moi Elisa… Ma société a déposé le bilan pendant ma grossesse, j’ai donc été licenciée économique, et oh surprise, les titres pour lesquels je travaillais (je suis journaliste) ont été relancés sans moi et mon gros ventre. De toute manière, quelle idée d’avoir des enfants et de vouloir mener de front sa carrière franchement 🙂 ? Depuis je suis heureuse d’avoir pu consacrer une année à ma fille et à mon grand mais c’est très dur de retrouver du travail dans ces conditions et je me retrouve à trimer en freelance pendant les siestes, le soir et le week-end. Rien de très original mais la douloureuse réalité. Allez, j’y retourne et félicitations à toi pour ce nouvel emploi !

  51. 😉 Directement concernée par ton post…il m’est arrivée la meme chose à la naissance de ma 2ème et oui c’est malheureux mais vrai , le gap entre la théorie et la pratique est insurmontable pour certains…J’ai pris une énorme gifle également comme de trop nombreuses mamans 😉

  52. tiens, j’allais commander du parfum et des bougies mais je crois que je vais leur laisser leurs “émotions”, non merci.
    bats toi Elisa, et bravo pour ton nouveau job

  53. Bravo Elisa ! Ca fait du bien de te lire ! Tu es forte ! Soyons fortes !

  54. Inadmissible, honteux, scandaleux !!!! Tu as raison il ne faut pas se laisser faire !

  55. Merci pour nous, merci pour moi Elisa. Je connais cette boule dans la gorge et dans le ventre, cette angoisse qui s’ajoute à ce moment où on se dit qu’on va devoir confier son tout petit à d’autres. C’est ce que j’ai vécu pour mon fils alors comme toi je suis partie. Mais je regrette parfois de ne pas avoir mieux défendu mes droits. Alors merci.
    Et maintenant j’ai peur car je devrais signer un nouveau cdi en janvier et je rêve d’un 3e enfant…
    Bravo Elisa, et merci

  56. C’est si bien dit Elisa! Bravo a toi de ne pas avoir baisse les bras!
    J’ai connu la meme chose, j’ai essaye comme toi de ne pas baisser les bras et de rebondir, c’est pour cela que j’ai cree ma petite “entreprise” : je m’y amuse beaucoup, enormement de boulot mais que c’est agreable de travailler pour soi, de ne pas etre confrontee au quotidien a des personnes malveillantes!
    Et oui nous sommes en 2014 et ce genre de choses se passent encore!
    Je t’embrasse
    Audrey
    Ps: as-tu recu les colliers?

  57. Il est malheureusement arrivé la même chose à mon ancienne chef. Deuxième enfant, changement de direction, des gens qui lui cassent du sucre sur le dos. A son retour non seulement elle a perdu son équipe mais en plus elle travaille seule sur un projet utopique dont on lui demande, après des mois de travail et de lutte pour essayer de ne pas craquer, de le passer à quelqu’un d’autre. On lui met en boss une personne qui lui avait savonné la planche, qui la flique, la dénigre… Résultat: burn out et poussée vers la sortie. Elle avait choisi de se battre en restant à son poste et pas en allant aux prud’hommes je pense qu’elle l’a regretté.
    Bon courage.

  58. A l’arrivée de mon troisième j’ai également épongé des injustices de la part de mon ex employeur / je l’ai eu dur / mais ça m’a poussé à me mettre à mon compte / certes pour l’instant on a largement diminué nos dépenses mais on y gagne ailleurs. Tu es si positive que je suis sûre que tu as déjà décelé tout le bien que cette injustice va t’apporter. Et bravo pour ton nouveau job et ce combat au nom de nous toutes.

  59. tu as bien raison…par contre je suis surprise car avant ton arrêt tu avais l’air gtrèd contente de cette entreprise qui traitait bien les salariées enceintes,décevant!

  60. Chère Elisa,
    C’est honteux et vraiment écoeurant…
    Voilà pourquoi entre autres, j’ai saisi l’opportunité de créer mon entreprise.
    Bas toi, même si cela demande beaucoup de temps, de force et de courage, on ne se laissera pas faire !
    C’est d’autant plus décevant venant d’une société comme celle où tu étais (crée et dirigée par une femme, il me semble…).

  61. Je suis toujours sidérée d’entendre des récits comme le votre en 2014!!! Vous avez raison de ne rien lâcher… Et superbe photo au passage Bravo! Et si vous y gagnez au change dans votre nouvelle entreprise tant mieux ce n’est qu’un juste retour des choses!

  62. Des situations il y en a encore tellement… celle à qui on demande de partir le jour même de sa reprise, celles qui sont mises dans ce fameux placard, celle à qui on demande de partir lorsqu’elle demande un 4/5è en congé parental (moi), celle qui partira aussi après son 4ème congé maternité (faire des enfants oui, mais on ne peut pas en plus vouloir être associée !), les histoires sont si nombreuses et si banales comme tu le dis. Bravo pour ce nouveau rebondissement !

  63. C’est édifiant…je te soutiens à fond dans cette démarche et je partage cet article. Bises

  64. Bonjour Elisa,

    Je m’appelle Valérie et j’ai une petite puce de bientôt 5 ans qui s’appelle Lucie.
    Je te suis depuis quelques mois car j’adore ton blog, ton univers et ta plume !
    Ton dernier billet a retenu toute mon attention car j’ai aussi été remerciée après mon congé de maternité. Avant cela, ils m’ont harcelée moralement, j’étais très malade pendant ma grossesse. Le patron s’amusait même à dire qu’il allait mettre des pilules dans le café !!!
    Et puis, .. j’ai décidé de créer ma boîte ! Je suis maintenant gérante d’un magasin (et d’une boutique en ligne) d’articles éthiques pour bébés et enfants et j’adore ce que je fais 🙂
    Je te souhaite le meilleur avec ta petite famille et ton nouvel emploi.
    Belle journée,
    Valérie

  65. Je suis outrée mais malheureusement seulement à moitié étonnée que de telles pratiques puissent encore perdurer… Heureusement, comme l’illustre si bien ta géniale photo, tu es une combattante, qui d’un revers de manche sait retourner les situations à son avantage!! C’est ça aussi être une femme, et tu peux être fière de toi de gérer si bien cette reprise professionnelle!

  66. Je ne sais pas si ce qui me choque le plus est ton histoire ou les commentaires. Moi aussi, je n’y suis pas retournée (un boss qui n’avait juste pas compris le concept de congés maternité 😉 et c’est la meilleure décision que j’ai jamais prise… Tu as eu beaucoup de courage pour partir et il en faut pour aller aux prud’hommes. Je suis très en colère quand je lis ces séries d’histoire. Quand mon mec a eu notre fils, il a eu les félicitations générales et une belle augmentation. Ca arrive à combien de femmes?

  67. Je me souviens d’un entretien d’embauche où ça sentait le placard en cas de maternité! Le ton était donné.
    Quelques mois plus tard j’ai décidé de voguer vers d’autres horizons, pour ne pas me limiter et pour travailler en respectant mes valeurs.
    J’ai deux enfants (15 mois d’écart) je suis assistante maternelle et j’ai monté ma boîte en parallèle avec mon homme. Ce que les entreprises n’ont pas (toutes) compris, c’est la force et la polyvalence que donne la maternité.
    Bravo à toi, je t’envoie de belles ondes

  68. ton article me fais réagir et je ne peux m’empêcher de laisser ma contribution.
    effectivement, nous sommes en 2014 et ces pratiques ne sont finalement pas si rares que cela.
    perso, mon cdd n’avait pas été reconduit à cause de cela, après 18 mois.
    4 ans après, je crains toujours que je sois professionnellement pénalisée à cause d’une grossesse alors que mon boulot donne entière satisfaction.
    Pour toutes celles qui ont été discriminées à cause de leur maternité, merci pour ton article. Peut-être ouvrira t-il les yeux à certains? Même si j’en doute un peu quand même.

  69. Et oui, l’égalité homme-femme a encore du chemin devant elle…
    Pour ma part, j’ai eu beaucoup de bol. Une société, et surtout des chefs très respectueux de mes 2 congés-mats, et surtout une promotion à chaque retour, plus motivée que jamais ! 😉
    Bravo à toi en tous cas, d’avoir trouvé le courage d’aller au-delà de ça !

  70. Ca fait du bien de savoir qu’on n’est pas seule à qui ça arrive, mais n’est-ce pas encore plus effrayant?

  71. Eh bien,, que je suis bien triste d’apprendre cela, triste et énervée de lire que ce genre de comportement existe toujours en 2014 ! Non mais c’est révoltant !!
    Mais comme tu es une guerrière, tu rebondis, je suis heureuse de lire cette bonne et belle nouvelle, je suis impressionnée par ton dynamisme, j’aimerais pouvoir mobilier une telle énergie dans ma vie… Bravo pour ce nouveau boulot ! Bises à ta jolie famille !

  72. Hallucinant mais malheureusement courant… Maman avec une carrière n’est pas encore ancré dans notre société hélas…

  73. Bonjour Elisa,
    tu écrivais pourtant ces mots il y a quelques mois sur ton blog…
    “Il se trouve que cette troisième grossesse au travail s’avère être celle du respect, de l’écoute et de l’entente. Je suis consciente que même si cela devrait être la norme, j’ai beaucoup de chance. Tant et si bien que tout est transformé, je prends plaisir à travailler, je suis moins fatiguée que pour mes grossesses précédentes, je n’attends pas avec impatience d’être arrêtée.Je n’ai pas peur pour la suite, pour mon retour.”
    Qu’est-ce qui a pu changer à ce point ?

  74. C’est également le cas quand tu suis Monsieur qui a une super offre : un poste à l’étranger.
    Etre expat c’est bien trop souvent dire adieu à son poste. Et ça tombe bien trop souvent sur nous.

  75. Moi qui croyais lire un DIY sur comment rénover un placard, je suis soufflée !!!
    Un grand bravo de gaŕder la tête haute, de réagir comme cela, d’avancer, de toujours vouloir introduire de la nouveauté dans ta vie… Tu es inspirante, vraiment, sincèrement.

  76. quel naze ! il se prive d’une super chouette nana, professionnelle, souriante ET mère de 3 enfants.
    Et alors ?
    Tout mener de front n’est pas un problème loin de là.
    Une naissance est toujours synonyme de bonheur et d’enrichissement je ne comprendrai jamais ce genre de choses.
    Bravo pour ta force et ta volonté!
    Je te souhaite que du bonheur dans ce nouveau job !!!
    des bises

  77. Toujours des frissons en découvrant le post du jour, cette fois-ci c’est ta rage sourde qui fait écho à mon parcours professionnel. Je te souhaite pleine réussite pour ton nouveau travail et surtout surtout force et courage pour le bras de fer juridique qui s’annonce. Je sais que tu trouveras la ressource personnelle pour tourner la page et ne pas laisser cet épisode te gacher la vie, mais en tant que victime, sache que d’autres sont derrière toi pour te soutenir. De tout coeur, en tant que femme, merci pour ta démarche.

  78. Elisa!
    Comme ton histoire est malheureusement banale de nos jours!
    Je suis expatriee aux Etats-Unis depuis 10 ans. Dans ce pays qui ne concede pas de conge maternite…Je suis enceinte de mon 3eme enfant (une douce folie, comme la tienne!) et j’irai au travail jusqu’a ce que le “travail’ physique commence. Pas de conge maternite avant et après la naissance. Enfin si…6 semaines non payees…6 semaines a stresser par rapport a la situation financiere…a jurer que je suis folle d’avoir mes enfants aux Etats-Unis…
    Mais heureusement, il y a de chouettes endroits virtuels (comme ton blog) qui redonnent du peps!
    Je suis desolee que les choses se soient passees comme ca pour toi, mais après tout, tu as retrouve du boulot. Donc ca va!
    Courage pour cette reprise et ce nouveau souffle! Et encore merci pour ton joli blog!
    Pas d’accent sur mon commentaire, j’ecris d’un clavier qwerty!
    Sorry!
    Have a great day!

    Helene

  79. Que cet article me parle !
    Prof contractuelle.. j’apprends la veille de la rentrée scolaire ( et le jour de fin de congé maternité ) que mon poste n’existe plus faute de moyens fInanciers, tout a été supprimé.. Je ne suis pas sure que les choses auraient pris la même tournure si j’avais été dans l’établissement jusqu’à début juillet.. Heureusement mon inspectrice est une femme, et m’a retrouvé des heures quelques jours après.. le temps que je dise à l’ass.maternelle qu’on n’allait pas pouvoir la garder..
    Félicitations à toi pour rebondir si vite et si bien, car je sais oh combien ca demande de l’énérgie
    Et mille mercis pour ce blog que je prends plaisir à lire et parcourir, tu me donnes de la force les jours où celle-ci semble lointaine

  80. Ces imbéciles en plus, ils se privent des nanas les plus productives du monde, ces mères de familles nombreuses qui, habituées à gérer 18 tâches en même temps, sont organisées et efficaces comme pas deux…. Bravo bravo, et STP, tiens ta promesse, va jusqu’au bout!!

  81. Merci d’en parler et je suis sincèrement ravie de lire que tu as finalement trouvé un nouveau travail qui est à l’écoute de la personne/mère/femme que tu es !
    Je trouves ça tellement triste cette mentalité des employeurs face à la maternité !
    Je suis fille unique et Il y a 22 ans ma mère a été mise à la porte pas son employeur pour la même raison…
    Quand elle est revenue le lundi (après son congé maternité)pour travailler, elle a trouvé un carton portant son nom devant la porte avec ses effets personnel, tout était dit.

  82. Malheureusement mon témoignage s’ajoute à cette déjà trop longue liste.

    Cette année, de retour de congés maternité de mon premier enfant, j’ai passé les pires mois de mon existence, mes patrons me reprochant mon manque d'”engagement”. Eh oui, après 5 années de bons et loyaux services, je me permettais de partir à 19h00 pour aller retrouver ma fille de quelques mois. Soit dit en passant, mes boss ne se gênaient pas eux pour aller chercher leurs enfants entre 18h00 et 19h00.
    Encore mieux qu’un licenciement, j’ai eu droit à toutes les méthodes les plus ignobles pour me pousser à la démission : retrait de dossiers pendant mes vacances, cassage de sucre sur les personnes que j’étais censée manager, rétrogradation gratuite et délibérée, suspicions mesquines, humiliation dans le bureau, etc, et tout cela…de la part d’une femme !

    Je suis au chômage depuis cette semaine et Dieu créa le soulagement et la libération !
    Je garde un goût amer de mon expérience mais je suis certaine que le meilleur est devant vous Elisa et devant nous toutes. Il est honteux de devoir se battre pour gagner sa vie mais WE CAN DO IT. D’autres sauront apprécier nos qualités.

    Un grand merci pour vos tendres articles, votre approche élégante et votre finesse d’esprit. Vous faites du bien. MERCI.
    Clémentine

  83. Je suis bien triste pour toi Elisa et pourtant malheureusement ce que tu racontes là ne m’est pas inconnu, j’ai changé de travail à chaque fois après mes 2 retours de maternité. Cela me choque et me révolte et malheureusement je connais beaucoup de personnes dans une situation similaire… en 2014 oui oui. Beaucoup de courage et tout le meilleur pour la suite !

  84. Fu** Off !!! C’est dingue !!!
    L’entreprise en merde !
    Je ne comprends pas du tout ce genre de réactions…ça me révolte bordel !!!
    Il ne fait pas bon d’être une femme en entreprise…même à l’heure d’aujourd’hui. Merci pour ton article, n’en restons pas là !

  85. De tout coeur avec toi !! J’ai une amie qui a vécu cette situation : 4 mois de placard, le temps de négocier son départ avec son avocat et celui de son patron.

  86. J’ai lu ton post ce matin et déjà il résonnait en moi étant donné que j ai donné naissance a mon 3ème Loulou le 19 juin dernier et que j’avais eu une telle angoisse a l’idée d’annoncer cette nouvelle grossesse a mon pat

  87. … patron.

    Mais ce soir il fait carrément écho à ma situation puisque l’on vient de m’annoncer mon départ a mon retour de congé mat !!!!

    • Bon courage…ça me fait mal au coeur de lire tous ces témoignages.
      A vous lire toutes, j’ai peur de tomber enceinte maintenant…

  88. Ahh bordel. Ben oui, on en est encore là.
    Bravo. Et courage pour la suite.
    Celia

  89. Je crois que tant que les hommes ne prendront pas plus parti que ça pour défendre les droits des femmes d’une façon générale, les mentalités n’évolueront que trop peu malheureusement. Tu es bien courageuse Elisa, bravo à toi de ne pas baisser les bras !

  90. Bonjour.
    J’ai connu ça avec mon 2ème et dernier, en étant cadre et fonctionnaire…..
    la femme est loin d’être l’égale de l’homme……

    bien à vous

  91. En 2013, j’étais en CDD. Tout se passait bien, ma chef voulait renouveler mon contrat. Je lui ai annoncé que j’étais enceinte alors que ma grossesse ne faisait que commencer (moins de 3 mois) pour ne pas la “pièger”. Elle m’a dit : “pas de problème, nous chercherons quelqu’un pour te remplacer d’ici d’été”, cela nous laisse le temps. Sauf que les chefs au dessus et la DRH ne l’a pas entendu de cette oreille. On m’a expliquée que les femmes enceintes, c’était compliquée…
    En 2013, on ne m’a pas renouvelée parce que j’éattendais un bébé.

  92. Elisa, bon sang quel billet! On passe de la tristesse de voir encore une fois une femme, parcequ’elle est mère, bafouée par le milieu du travail, à la colère, face à cette société où l’on nous traite avec mépris et sans complexes parce qu’on a choisi de faire des enfants et enfin à la fierté de voir que tu as su relever la tête et surtout que tu ne vas pas en rester là. Bravo et merci pour nous toutes. Tu sais que tu es une voix, que beaucoup d’entres nous te lisons régulièrement et c’est donc un message de “femme puissante ” pour citer Marie N’Diyae, que tu nous laisses et qui va nous porter LONGTEMPS !

  93. Je suis abasourdie à la lecture de ton post et de tous ces commentaires …
    Et pourtant ! Je n’ai pas encore d’enfants, mais en poste depuis 4 ans dans une toute petite entreprise presque exclusivement masculine, j’ai déjà eu des remarques de … la seule femme qui travaille avec moi et qui a eu 3 enfants! “Je ne comprends pas pourquoi il a réembauché une femme alors qu’il sait que ça peut poser problème” m’a-t-elle dit … Eh oui, la salariée qui travaillait avant moi a été licenciée au retour de son congé maternité. Le ton est donné, je ne sais pas à quelle sauce je vais être mangée, malgré une équipe super dans laquelle je me sens pleinement à ma place, et un boulot pour lequel je me donne à fond !
    J’ai même eu peur d’annoncer mon mariage, puisque le raccourci est vite vu pour les employeurs, mariage =bébé !
    Je suis contente de lire que tu ne veux rien lâcher car je suis aujourd’hui triste de vivre dans une société comme celle la … et chaque action compte ! Je t’embrasse ! Sonia

  94. Mon témoignage s’ajoute à tous ces commentaires 🙁 Moi j’ai reçu la lettre recommandée dès mon congé maternité, dans laquelle on me reprochait de ne pas avoir fait mon travail (alors que jusque là tout s’était très bien passé) et qui posait les bases pour un non-retour dès la fin de mon congé…. J’ai pris 2 mois de congé parental le temps de voir venir, entre-temps j’ai démissionné …..et depuis une semaine je bosse dans une nouvelle boite, qui me fait confiance malgré ma puce de 5 mois 🙂
    Bon courage Elisa et tu n’as rien perdu!

  95. Un grand bravo à vous : bravo de vous être lancée fièrement dans une nouvelle aventure, et bravo de partager votre expérience avec nous ! J’aime beaucoup la chute de votre billet : on sent toute la détermination qui vous anime, qui répond très bien à la photo ! Bon courage pour tout, et puis aussi, merci, encore, pour votre blog. Une vraie bouffée de fraîcheur, de paix, de joie, de beauté dans un rythme de working mum !

  96. Moi à l’inverse je ne suis pas surprise, parce que j’ai vécu sensiblement le même chose, il y a 2 ans de ça. Dès que je suis revenue c’est comme si tout d’un coup je n’étais plus bonne à rien, plus assez présente même je faisais tout de même régulièrement mes 40h payées 35 bien sûr, mais face à mon jeune collègue (mâle donc) de 24 ans j’étais moins fiable. Et même si il n’y avait pas de fautes à me reprocher, je me suis entendue dire : vous savez Céline, les fautes on peut les trouver s’il faut !! et ça par un sale bonhomme, lui même père de 4 enfants !! et hop rupture conventionnelle avec laquelle ils m’auraient fait une faveur … non définitivement je n’ai pas l’impression d’être en 2014

  97. Triste réalité, on croit que les choses on évolué et pourtant la différence hommes/femmes est bien là. Maman de jumelle j’ai pris un congé parental de 3 an. Elles n’ont que 16 mois mais je redoute déjà la reprise du travail. Je suis dans un autre contexte car mon emploi était un cdd saisonnier que je pratiquais depuis 4 ans. Mais je sais que retrouver du travail quand on est maman n’est pas toujours chose facile, car ils se disent maman = trop souvent absente (enfant malade, problème de garderie etc.)
    Je te souhaite plein de courage Elisa, tu incarnes la douceur et la force d’une louve.

  98. Bonsoir Élisa,
    C’est la première fois que je vous écris même si je suis votre blog depuis un moment 🙂
    Je trouve votre récit profondément triste et révoltant, notamment parce qu’il dépeint une situation devenue banale tellement elle est courante. Cela illustre vraiment le contexte catastrophique de la situation des femmes dans l’entreprise et ça m’attriste profondément. Considérer nos enfant comme un frein alors que c’est tout l’inverse ! Ils sont notre moteur, notre carburant ! C’est humiliant pour chacune d’entre nous. Je vous souhaite beaucoup de courage mais en vous lisant je sais que vous n’en manquerez jamais. Il ne savent pas ce qu’ils perdent en vous laissant partir, c’est bien fait pour eux, ils ne vous méritaient pas.

  99. Cette histoire me parle …. j’ai tenu un mois avant de mettre les pieds dans le plat après avoir subi des agressions verbales permanentes, des situations de défiance, de mauvaises infos données, une manipulation pour pousser à la faute.
    Quand j’ai dénoncé la situation pour demander des explications, on m’a sorti tout un tas de faux arguments comme j’avais déjà eu des reproches sur mon travail etc etc tout était faux….j’ai du partir en rupture conventionnelle ….
    Mais aujourd’hui, je suis fière de moi car j’ai tenu tête je ne me suis pas laissée faire. Ok j’ai eu une rupture conventionnellei imposée avec les éléments que j’avais je ne suis pas partie sans rien et aujourd’hui moi je peux me regarder dans un miroir et j’ai bien rebondi.
    En 2014, l’être humain n’a pas évolué et pourtant ces personnes sont là pour emmerder le monde car quelqu’un les a mis au monde !

    Allez courage nos enfants nous donne la force nécessaire pour affronter les choses. Et leurs sourires et câlins sont bien là l’essentiel de la vie….le travail est juste un mal utile.

  100. Bravo ! C’est tellement difficile, les femmes au travail doivent tellement se battre… C’est rare de tomber sur des gens intelligents et compréhensifs. J’ai eu la chance d’en rencontrer il y a peu, ils me donnent l’opportunité de retravailler après une longue période d’inactivité pour m’occuper de mes enfants. Yes, un peu de reconnaissance de ta valeur, ça fait du bien.

  101. Normally I do not read post on blogs, but I wish to say that this writeup very compelled me to try and do it! Your writing style has been surprised me. Thanks, quite great article. eedaebdefecc

  102. Bravo et courage pour tout ca.
    C’est mon 1er post ici mais je lis régulièrement et là. Faut que je dise ce que j’ai sur le cœur.
    Je suis co-gérante avec mon papa d’une petit entreprise, dans l’artisanat, le métier est dur physiquement, nos employés sont pour une grosse majorité des hommes (seulement 4 femmes sur 16).
    Sur les 12 derniers mois, un de nos gars s’est arrêté pendant 6 mois : opération des croisés, un autre cela fait 4 mois qu’il est arrêté (fracture de la malléole en allant pisser, si si je te jure, c’est un accident du travail), et encore 2 au minimum…
    ça nous tombe dessus comme ça, faut qu’on trouve pour remplacer la personne du jour au lendemain, c’est la galère…
    Et on veut nous faire croire qu’un congés maternité, qui lui est programmé, on connait le temps d’absence de la maman, lui est différent…
    Le chemin est encore long, mais il ne faut pas perdre espoir et c’est dans l’éducation de nos propres enfants que l’on peut toutes faire quelque chose!

  103. Et oui malheureusement ca existe toujours et j’ai envie de dire, de plus en plus.
    Pour ma part j’ai été pousse ds un placard et virée pour avoir juste eu la mauvaise idee non pas d’être enceinte mais juste d’être mere… Bref … Merci pr ce billet en tous cas.

  104. Moi aussi je souhaite témoigner même si ce n’est pas tout à fait une mise au placard que je subi ..
    En contrat depuis 7 ans dans un centre hospitalier j’attend patiemment ma titularisation et suis de faite en cdd
    Cdd qu’on m’a stoppé pour mes 2 grossesses, je perd donc mes congés payés , mon ancienneté et ma dignité pendant toute la durée de mon congé de maternité !
    En 2014 oui la discrimination sur la grossesse au travail existe encore !!!

  105. Je témoigne de mon vécu, un peu différent de ce qui a été laissé précédemment. Je suis à mon compte et quand j’ai annoncé ma grossesse à mes associés, c’est clair que ça leur faisait pas plaisir. Plus de travail, plus d’heures.. Malgré un départ préparé,j’ai subi une énorme pression, insidieuse, non dévoilée, mais très claire. (et encore heureusement que j’avais des associés sinon je devais laisser mon magasin à un inconnu). Pour ce qui est de mon indemnité, en tant que profession libérale, j’ai eu droit à 44 jours d’indemnité forfaitaire, bien inférieure à mon salaire. Ma petite étant née une semaine après terme, j’aurai dû reprendre le travail 4 jours après l’accouchement! J’ai pris 2 mois sans salaire pour m’occuper de mon bébé d’amour. N’est ce pas justement parce qu’on est en 2014, dans une société de performance, que de telles discréminations existent encore? Le monde du travail, en France, ne laisse pas la place à la maternité et ne l’encourage pas. Encore une fois, les femmes nous faisons preuve d’une grande détermination.

  106. Un bien joli post pour une histoire on ne peut plus courantes… malheureusement! Mon ancien boss m’a mis dans un autre monde que le sien à partir du moment où j’ai annoncé ma grossesse. Ca tombe bien j’ai évité les projets pourris!

  107. Il faut le dire, tu as raison ! Cela parait évident “en 2014 quand même” de retrouver son travail sans souci, mais trop de femmes ne le peuvent pas ! Le choix est un vrai luxe dans notre société où à l’inverse, le congé parental est lui aussi menacé (et chez nous, c’est papa qui le prend, n’en déplaise au gouvernement).

  108. je vais te raconter une histoire :
    il y a 2 ans, une certaine personne a obtenu une bonne promotion, tout se passait très bien, aucun reproche, des résultats positifs… et puis, il y a 1 an, cette personne a adopté un enfant. c’est leur deuxième adoption, et cette fois ci, c’était “à son tour” de prendre le congé d’adoption (10 semaines, pas la mort donc). Pendant ces 10 semaines d’absence, cette personne a continué à manager son équipe depuis la maison et gérer les dossiers les plus “chauds” … quelques mois après son retour au bureau, cette personne a émis l’hypothèse de prendre un 80 % parental … cette personne vient d’apprendre qu’elle est rétrogradé à son ancien poste pour manque de disponibilité. cette personne c’est mon mari : un homme, un vrai 🙂

  109. Voilà ici ma plus grande crainte, que je ne suis pas prête à affronter après une grossesse “difficile” , j’essaie de ne pas trop me tracasser avec ça je vais déjà accoucher ensuite on verra .
    Mais mon seul soucis c’est qu’en bonne poire, je n’ai connu que cet employeur et oui 10 ans que je bosse et je n’ai que lui sur mon CV! Merci à toi de te battre, pou ma part je verrai plus tard, mais je me prépare déjà au combat.

  110. Merci Elisa pour ce post qui me touche beaucoup. Je suis à la fois désolée que vous ayez subi cette épreuve et en même temps heureuse que vous puissiez maintenant travailler au sein d’une société plus humaine.
    Ce poste me touche d’autant plus que je viens de vivre à peu près la même chose cette semaine: on ne renouvelle pas mon contrat de chercheur (je suis à l’étranger) parce que j’ai osé manqué une réunion (pas importante) pour garder mon bébé malade. La directrice est une carriériste sans enfants qui ne comprend pas que l’on puisse être mère tout en menant une carrière académique. Techniquement, un non-renouvellement n’est pas licenciement donc pas de recours possible. Heureusement, comme vous, j’ai des tonnes de recommandations et surtout du soutien. N’empêche c’est injuste et quand cela est possible, les femmes ne doivent pas se laisser faire! Une chose importante: ce phénomène se produit aussi malheureusement dans les facultés de…sciences humaines, soi-disant remplies de gens intelligents et humains.
    Je vous lis régulièrement, ce que vous faites est magnifique, bravo.

  111. c’est vraiment malheureux en 2014, de subir cela quand on est une femme, et vraiment discriminatoire!!c’est bien d’en parler ouvertement sur le blog

  112. Aaah chère Elisa,
    J’ai annoncé ma seconde grossesse a ma boss il y a trois mois… Et il y a environ deux semaines, j’ai eu droit à une petite mise en garde “Bon, à ton retour il faudra sûrement se réorganiser, parce que ta disponibilité va encore pâtir de cette longue absence, et puis deux congés maternité en 3 ans, ça fait beaucoup pour la boite… Et puis Machine, elle commence a être plus autonome sur les dossiers, m’enfin on verra à ton retour”. Mais comment ça? Qu’est-ce qu’on verra? De quel droit? Un enfant, passe encore, mais deux c’est trop? Ça tombe très mal, j’en veux trois 🙂
    Je prie pour trouver la force et l’opportunité de lui dire à mon retour, qu’on ne verra pas, parce que c’est tout vu, je m’en vais ailleurs!!!
    J’ai 34 ans, j’ai plein d’idées, je suis bosseuse, je suis de bonne compagnie, je suis motivée, j’ai la vie devant moi ET JE VEUX 3 ENFANTS !!! Sans pour autant devoir faire des photocopies tout le reste de ma carrière!
    En tous cas merci d’avoir écrit ce billet <3

  113. tout pareil…ou presque… j ai eu deux enfants rapproches puis fais une FC… et bizarrement la seule licenciee economique 4 mois apres! et pas la derniere arrivee bien sur! c etait aussi en 2013. mais j ai continue a garder la tete haute et maintenant ma petite 3 eme a 9 mois. allez “ce qui ne me tue pas me rend plus forte” ca peu aider…souvent 😉

  114. Merci pour cet article qui
    1) me rassure car je me dis que je ne suis pas toute seule dans ce cas
    2) me redonne la foi, car tu fais de si jolies choses et aujourd’hui tu concilies très bien vie perso et vie pro !

    J’étais responsable et également mise au placard dès mon retour de congé maternité. Plus de dossiers, plus d’informations…plus de travail…dur de passer 8 heures à ne rien faire alors que j’étais revenue plein d’entrain !
    Et on m’annonce le non renouvellement de mon contrat. Perspective de chômage dans 5 mois…et l’impression de gâchis car j’aurai pu prendre un congé parental car j’ai tout fait pour revenir alors que mon bébé n’avait que 3 mois !
    J’ai été mis en arrêt maladie 2 semaines avec l’appui de collègues syndicalisés, “ne les laisse pas te fragiliser”
    mon médecin traitant me dit qu’il a plein de cas comme moi en ce moment dans son cabinet…
    certains pensaient que je n’allais plus revenir….
    Mais j’en ai profité pour déplacer des montagnes envoyer des CV et j’ai été réembauchée ailleurs….comme toi on dit de moi que je suis “pleine de ressources” !

    courage à toutes les mamans, ne vous laissez pas fragiliser ! déjà qu’avec l’accouchement, le baby blues, la parentalité c’est pas facile alors si en plus on vous enlève toute confiance dans votre travail….
    ne perdez pas confiance en vous !

    Je trouve ça fou, on repousse déjà l’âge pour avoir des enfants pour avoir une vie stable (boulot, logement), et en plus quand cela se passe mal pour bébé 1 on repousse encore pour bébé 2, en pensant “non je vais attendre encore” “je ne vais pas leur faire ça”
    bref on sacrifie carrément notre vie personnelle alors que eux n’ont pas de pitié !
    Il y a eu une nouvelle collègue dans cette boîte, et elle a un peu plus de 30 ans, et on lui a dit à l’ambauche “ne faites pas d’enfant dans les années qui arrivent” ! alors qu’elle a plus de 30 ans, un mari et qu’elle a le désir d’avoir des enfants mais du coup elle repousse encore….

  115. Bonjour, Je vous suis sur IG et j’adore votre blog : plein d’amour et de vitalite.
    Je tombe par hasard sur cet article et il m’est arrive sensiblement la meme chose pour ma troisieme grossesse.
    c’est horrible de vivre ce genre de situation et je confirme on revit que quand on retrouve un travail.
    Merci de l’avoir ecrit on se sent moins seule

Submit a comment