Pourquoi j’y crois

In Humeurs

F92A4155

Depuis petite, j’ai en moi, cette sensibilité exacerbée qui m’a toujours rendue plus fragile, face aux émotions.

J’ai longtemps cru que c’était un défaut, quelque chose à corriger.

Je me suis bâti des carapaces, créé des façades, inventé une image plus solide.

Mais à chaque coup dur, tout s’est fissuré, me laissant souvent encore plus fragile qu’auparavant.

Et puis les années ont passé, et avec l’arrivée de mes enfants, j’ai peu à peu laissé de côté les protections, pour réaliser à leur contact, que cette hyper sensibilité était plutôt un cadeau.

Si je ressens les peines plus violemment, je vis les joies aussi de manière plus intense.

J’ai des bouffées d’émotions, des envies de partage ou encore des madeleines qui, sans cesse, ressurgissent.

Les papillons dans le ventre sont mes meilleurs alliés et je vis chaque instant, intensément.

Chose étonnante, je contrôle, de mieux en mieux le négatif, et j’ai , depuis quelques années développé, grâce à ma maternité, une forme de recul face aux problèmes; qui est devenue la protection la plus efficace.

J’ai la chance, d’être très majoritairement entourée de bienveillance, de propos intéressants, de critique constructive mais comme tous, je suis parfois confrontée à des “attaques”, voire même (heureusement de façon bien plus rare) à de la méchanceté.

Bien évidemment, ma présence ici ou sur Instagram, m’expose encore plus à ce type de gratuité: à moi de l’assumer, c’est le pendant de ce que je choisis de montrer.

Il y a celle que je laisse s’exprimer là bas sous une photo, et , celle dont je ne publie volontairement pas les commentaires ici, me refusant même à la lire ou à lui laisser une place: tant les propos sont incohérents et malveillants.

Est ce le bon ou le mauvais choix? En tout cas c’est le mien.

Je réalise, que ce qui me piquait auparavant, ne me touche plus de la même manière. Je suis toujours sensible, mais extrêmement sereine, assurée de mes choix et fondamentalement heureuse, malgré quelques pépins quotidiens, que nous connaissons tous.

Je sais surtout, que si parfois, je suis bousculée, un peu secouée il y a autour de moi, une richesse incroyable qui fait front.

Celle qui fait que je me relèverai toujours.

Un noyau solide de femmes, bienveillantes, unies par cette envie d’évasion, de regarder plus haut, là où se trouvent les étoiles.

Parce qu’à la fin de notre journée, la vie n’aura pas été différente, mais elle nous aura paru tellement plus belle, avec cette lumière au fond des yeux.

Je vous embrasse tendrement

Elisa

46 Comments

  1. Un bisou sur les deux yeux et un petit cordon qui ne cassera pas de ta maman

  2. Merci Elisa pour ce joli texte. Il donne de l’espoir, du courage et de la bonne humeur pour aujourd’hui et même plus.
    Belle journée.

  3. C’est la toute la profondeur de ton blog…cette jolie sensibilité illustrée par de belle photo! Merci Elisa!

  4. J’aurai pu écrire La même chose si j’avais ton talent pour le faire.
    Mon hyper émotivité est ce que je suis et ça me plaît de vivre mes émotions avec relief.
    Belle journée à toi Elisa.

  5. Même si très loin du mien, j’adore votre univers ! Ne changez rien ! Continuez à nous faire rêver. Belle journée.

  6. Merci pour ce joli message dont j’avais tellement besoin ce matin. Je t’embrasse.

  7. C’est vrai que j’ai tendance aussi avec les années et le fait de devenir maman à prendre du recul plus facilement. Merci pour cet article et les photos sont superbes.

  8. la méchanceté gratuite née parfois de femmes perdues, malheureuses, très tristes, frustrées complètement emmêlées dans leur quotidien … qui ne savent plus voir les étoiles ou qui n’en ont pas les moyens. J’espère que cette femme aura la force de se retrouver ou la chance de croiser quelque unes de ces âmes qui vous font voir la vie autrement.

  9. Avec l’âge et l’expérience je pense qu’on apprend à prendre du recul. J’ai déjà eu des commentaires désagréables mais je ne réponds pas

  10. Mais oui c’est évident. J’ai beaucoup de peine pour ces personnes qui doivent être bien malheureuses pour se comporter ainsi. Personnellement le bonheur des autres n’enlève rien au mien, au contraire voir des gens heureux est plutôt un bon moyen de me booster les jours gris ❤ ! Merci de partager avec nous le joli côté de ton quotidien ! C’est un peu toi qui m’a poussée à lancer mon blog sur ma vie ici au Rwanda .

  11. Je trouve que c’est toujours un équilibre compliqué; partager en public, sur un blog ou réseaux sociaux, c’est d’une certaine façon se mettre à nu. Et ce qu’on donne peut parfois se retourner contre soi. J’essaie de ne partager que ce qui ne risque pas de me faire du mal un jour. Mais j’ai le sentiment que petit à petit, les lignes bougent. Ce qui me blessait hier me parait dérisoire aujourd’hui.

    Parce que, pour exister, ce partage ne peut être que sincère. Mais aussi parce que bloguer m’apparait de plus en plus comme une forme de thérapie. Je ne pensais pas capable de faire de vidéos, je ne m’imaginais pas écrire ou partager mes dessins. Mais petit à petit, je chemine. Et même si c’est loin d’être parfait, ce soutien quotidien de ceux qui ont la gentillesse de lire mon blog m’aide à mettre un pied devant l’autre.

    Marcher, ce n’est jamais que se projeter dans le vide et éviter une chute à chaque pas – mais l’immobilisme serait bien plus dangereux encore. Alors je veux profiter de cette bulle d’amour et de soutien pour voir jusqu’où je peux aller.

    Et certaines me montrent la voie. Quand je repense aux articles que tu as écris, je me sens pousser des ailes. Parce que ce qui te fait du bien nous en fait aussi. Voilà, j’ai une boule au fond de la gorge et les yeux qui piquent un peu mais ça fait du bien; je vois mieux dans quelle direction j’aimerais avancer.

    Merci Elisa <3

  12. Bonjour Élisa , ton post du jour me parle tout particulièrement, j’ai d’ailleurs pensé à un moment t’écrire à ce sujet dans le cadre de “Chère Élisa” … J’ai le même souci d’hypersensibilité depuis petite. ( et je crois que ma fille en a hérité ) à 37 ans , j’ai toujours du mal avec ses émotions et une empathie exacerbée contrairement à toi j’ai du mal à les gérer . Et les larmes montent trop vite . Ce qui me posent des problèmes au niveau pro car jusqu’ici j’ai eu à faire à bcp de malveillance et de manipulation … Et j’ai du mal à m’affirmer à dire non pour tenter de fuir , d’apaiser tout conflit naissant . Je ne sais comment tu as réussi à faire de ce qui est pour moi un défaut, une qualité … j’y travaille, mais j’ai du mal à trouver la clé qui réglerait, attenurait tout ça . Je te souhaite une belle journée !

  13. Bravo Elisa! Je crois que tu ne pouvais pas mieux répondre à le polémique de ces derniers jours qu’avec ce beau texte! Ne change rien, continue à nous faire rêver et à partager les belles valeurs que tu portes quotidiennement ici ou sur instagram. Tes mots, tes photos me touchent et embellissent mes journées.
    Belle journée à toi !

  14. C’est fou le nombre de personnes hypersensibles…. Mais je considère également ça comme une chance finalement. Ce qui me ferait très peur au contraire c’est de devenir insensible, de ne plus etre capable d’empathie, de ne plus avoir cette envie de faire bouger les choses quand une situation me semble devenir insupportable. Et puis etre très émotive et le montrer c’est également montrer aux autres ce qu’une situation peut engendrer alors qu’ils sont moins sensibles. C’est éclairer sous un autre jour des situations que bcp considèrent comme acceptables parce qu’ils sont moins capables d’empathie et de compassion, alors qu’elles ne le sont pas. Vive l’hypersensibilité, les larmes de tristesse mais surtout de joie, c’est l’humain.

  15. Chère Elisa, je vous suis depuis longtemps maintenant. A l’époque vous n’étiez pas très douée en photos, vos textes se limitaient à deux lignes, et pourtant déjà cette incroyable force teintée de douceur se ressentait déjà. C’était il y a 8 ans. Depuis j’ai vu tous vos progrès, j’ai surtout vu votre constance, vos efforts et ce petit truc en plus qui ne s’invente pas. Elisa , je suis plus âgée alors permettez moi, de vous faire partager mon expérience de vie. Vous êtes douée. Je pense que vous le seriez pour vendre des réfrigérateurs ou quoi que ce soit d’autre, mais vous avez choisi de bloguer. Vous êtes douée et vous êtes de plus en plus suivie. Vous inspirez, et transmettez énormément de bien. Mais voilà, vous réussissez, vous êtes heureuse, vous ne vous plaignez jamais, vous avez la force de ne montrer que le meilleur et surtout comble du mauvais goût: vous gagnez parfois de l’argent grâce à cela. Pour tout cela, beaucoup et encore beaucoup plus bientôt vous admirent et vous remercient, mais la nature humaine fait que vous allez aussi agacer de plus en plus. On va essayer de vous abîmer, de vous atteindre, de vous ternir: on vous trouvera tous les défauts et si vous changez, on en trouvera d’autres. Vous agacez parce que vous brillez, et la médiocrité n’aura de cesse que d’essayer de vous faire tomber, au moins un petit peu, afin de se sentir moins terne.Ne soyez jamais médiocre Elisa: restez telle que vous êtes solaire, différente, agaçante. Ce sera parfois dur pour vous, parce que vous ne pouvez être aussi talentueuse, sans être également extrêmement sensible: mais tenez bon, vous avez de l’or dans les mains et dansle coeur. Et le jour, ou vous ne souhaiterez plus bloguer, sachez que vous serez excellente quelle que soit la discipline que vous choisirez: vous avez ce petit truc en plus qui ne s’invente pas et vous êtes une sacrée bosseuse. Je vous embrasse moi aussi tendrement. Pauline

    • je partage totalement votre point de vue: en France, il est très mal vu de réussir, peu importe le domaine et encore plus de gagner de l’argent. Depuis que nous vivons, au Canada, je vois chaque jour la différence d’esprit: ici on vous féliciterait pour cela accompagné d’un “bien joué”. Et oui bien joué Elisa, tu transmets énormément de positif, et tu essuieras tous les prétextes aux attaques, tu es bien plus forte. Je suis toujours amusée par les donneurs de leçon, bien cachés derrière leur écran

  16. Je trouve que c’est compliqué de trouver le juste équilibre mais avec l’expérience et les “coups” on finit par y arriver.
    Tu as toujours les mots justes et cette photo est magnifique. Ton shoesing me fait rêver :)
    Bonne journée Elisa
    Chloé

  17. Magnifique texte qui me touche profondément. Comme toi la maternité m’a permis de gérer un peu mieux la sensibilité “négative”. C’est un vrai cadeau.
    Tu es lumineuse et inspirante, j’apprécie ta décision de ne pas publier tous les commentaires ici. Ils n’ont pas leur place. Merci pour cet espace que tu créés pour toi et pour nous

  18. L’hypersensibilité : je me souviens d’un anniversaire avec ma famille proche réunie. Chacun avait son verre à la main, les enfants se gavaient déjà de gâteaux apéro. Et là, mon fils de 6 ans m’a regardé : pourquoi tu pleures Maman. J’étais émue, pleinement consciente de l’instant parfait qu’on était en train de vivre. Tout le monde a été surpris parce que personne n’avait pas remarqué les larmes qui menaçaient de déborder de bonheur.
    Merci Elisa. Je te suis depuis plusieurs mois, et certains de tes posts sont restés ancrés en moi. Le positivisme et la bienveillance sont devenus mes moteurs et je savoure la vie encore plus qu’avant.
    Quant aux critiques gratuites, tu as bien raison de ne pas les publier.
    À bientôt !

  19. Merci pour ce magnifique message… oh combien vrai…

  20. Je suis une des ces personnes hypersensibles qui a du mal à gérer ses émotions, ce trop plein de tout. Mais je le considère comme une force bien qu’à mon ancien post on m’a reproché cette sensibilité, cette empathie que eux n’avaient pas (oui oui ils me l’ont reproché mais à la fois ils ont avoué qu’ils ne parvenaient pas à être comme moi)

    Bref j’ai eu une enfance pas très heureuse et un entourage défaillant mais à enfin 37 ans j’ai décidé de vivre MA vie comme je l’entend et je fuis la méchanceté, la malveillance, les gens qui sont néfastes et je me concentre sur ce qu’il me fait plaisir.

    On va quitter notre zone de confort avec ma petite famille pour l’inconnu mais j’ai déjà hâte de vivre de nouvelles aventures ailleurs.

    Tu es superbe, tu as l’air gentille mais profondément, tu es talentueuse, tu mérites ce qu’il t’arrive sans nul doute et je te suis depuis plus de 5 ans maintenant, tu fais partie de ma vie et je retiens que le bon donc restes ainsi et continues ton beau chemin.

    Des bises

  21. J’ai fait mienne cette citation de René Char,
    “Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. A te regarder, ils s’habitueront.”
    Continue, Elisa, nous volons avec toi

  22. Oh Elisa comme ce post fait écho au fond de moi ! Il y a encore peu de temps, j’étais photographe spécialisée dans l’enfance avec mise en scène poétique , je tenais un site, j’étais suivie … Il y avait beaucoup de bienveillance mais peu à peu, il y a eu aussi de la méchanceté gratuite et de la critique blessante, de la jalousie … Le tout amalgamé avec la naissance de ma petite dernière et le décès 3 semaines après de ma maman, j’ai décidé de mettre en pause mon activité photographique et surtout, de ne plus afficher mes enfants sur le net (mes plus beaux modèles pourtant) pour les préserver et également pour me préserver… J’ai fuit… Je me suis coupée du net “public”. A ce jour, je n’ai toujours pas réussi à revenir de manière “visible” sur le web préférant un compte instagram privé avec ceux et celles qui ont toujours été là ou des personnes qui font preuve de bienveillance … J’ai toujours été une éponge à émotions… Mon hypersensibilité a souvent été mon principal défaut mais aujourd’hui, du haut de mes presque 37 ans (demain !), je me rends compte aussi que c’est finalement ma plus grande force et que cette dernière se reflète dans mes photos et dans mes faire-part… Il y aura toujours des aigris, des mauvais, des jaloux… mais aujourd’hui, tout comme toi, je me dis que ces personnes n’en valent pas la peine et j’ai même pitié d’elles car elles doivent être au fond bien malheureuses… Reste surtout telle que tu es Elisa… Moi, j’aime ton univers, ta sensibilité, tes voyages, les tenues que tu portes… Tu es superbe comme jeune femme en dehors et en dedans et crois moi ceci n’est pas donné à tout le monde d’avoir les deux !!!!
    affectueusement
    Linou

  23. Tu as une philosophie de vie que j admire. J ai la même sensibilité mais pas assez de sérénité et de recul pour ne pas être peiner plus que de raison par le malheur des autres ou leurs critiques. Merci d être là.

  24. Accepter ma vulnérabilité et la montrer, la rendre force et plus déchirure, c’est mon travail sur moi depuis quelques temps…. et lire ton blog et ses commentaires, te suivre sur instagram, cela fait partie des moyens d’y parvenir.. accepter d’être, juste soi, que ça convienne ou pas, et que les retours soient agréables ou douloureux…. juste devenir au mieux celle que je suis… merci pour ce beau et juste message.. belle journée à toutes!

  25. Ton billet se retrouvera dans mes petits bonheurs du jour, car je m’y retrouve et c’est pile ce que j’avais besoin de lire ce soir ! Merci :-)

  26. Ta sensibilité est ta force Elisa, tu es entière, et brillante et comme dit précédemment ce qui brille peut brûler certain, continue de briller!
    Je te serre dans mes bras aussi sincèrement que tu as pris dans les tiens ma rebelle.
    Bise

  27. Oh j’adore votre texte… sans cette hypersensibilité, vous ne seriez tout simplement pas vous.
    Je suis dans la même “équipe” (!) , et je mesure cette chance de pouvoir savourer tant de beaux moments que d’autres vivent sans affect… les enfants rient, j’ai les larmes; la mer, les montagnes, la lune…le papa embrasse les petits, ça monte aussi….la liste serait très longue.
    c’est grâce à cette hypersensibilité que vous êtes si aimante, si douée pour la photo, l’écriture et tant d’autres…. et moi je suis violoniste grâce à tout ça!!!
    Continuez chère Elisa, on vous suit, on vous aime!
    Aude, aimeetfaiscequetuveux

  28. C’est ce qui me touche dans ce que tu partages,cette sensibilité et cette transparence,cette envie d’offrir aux autres ces petits trésors que tu pourrais garder juste pour toi mais qui personnellement rajoute des petites pépites de bonne humeur à mon quotidien qui n’en manque pas,Ms en a-t-on jamais assez ?
    Merci encore.

  29. Ce jolie texte me laisse rêveuse .. j’aimerais tellement contrôler ma sensibilité … j’aimerais être sereine devant toute ces hyper émotions … “tu es trop sensible Alex…” je l’entend beaucoup celle ci.

  30. Bonjour Elisa,
    Par timidité je commente très peu.., mais je souhaite aujourd’hui vous dire bravo pour ce texte, mais surtout pour votre façon de vivre LA VIE!!! Continuez ainsi, pour vous, vos enfants et vos proches…
    Bonne journée
    Géraldine

  31. Moi aussi je suis hypersensible et j’espère que comme toi elle deviendra une force! Cependant, depuis que j’ai changé de boulot et que je suis passé d’un milieu dur (l’armée) à un milieu plus doux (auxiliaire de puériculture en crèche) mes émotions négatives se font moins ressentir, et ça c’est du bonheur!!!

  32. Merci Elisa d’avoir su mettre des mots aussi beaux sur ta sensibilité. Je me suis totalement reconnue dans ce que tu écris et j’ai moi aussi compris il y a très peu de temps que cette émotivité à fleur de peau pouvait aussi être une qualité. Mon petit garçon de 7ans semble avoir hérité de ce côté la de moi et je fais tout pour que ce soit une force pour lui. Avec la complicité de sa maîtresse de CP ou de son prof de judo qui mettent en valeur sa sensibilité, je sens qu’on y arrive ! Les enfants et les adultes (!) aiment etre Avec Tino parce qu’il est doux, calme, posé avec parfois un petit grain de folie. Merci Jolie Elisa pour ce texte qui m’a décidément bouleversée !

  33. Comment s’est passée ta rencontre avec Samerlipopette? Vous êtes tellement différentes! Elle chante la moule?

  34. Cela fait du bien à toi, mais cela fait du bien à lire aussi ces mots, on ressent la sérénité à travers l’écran, ça a un côté apaisant.

  35. L’hypersensibilité, les moments de joie intense comme tu le dis oui, mais aussi les moments, très violents, de larmes et de tristesse, je ne connais que trop bien.

    Je l’ai aussi beaucoup cachée, je le fais moins aujourd’hui. Même si certaines situations, notamment professionnelles ne me laissent pas le choix et font que je me blinde, j’ai décidé de l’accepter.

    Alors oui , même si elle fait que parfois je ne m’attache pas aux bons garçons, même si parfois je pleure comme une madeleine pendant des heures, même s’ils m’arrivent d’être contrariée, de vivre les choses parfois de manière disproportionnée, mon hypersensibilité et donc mes émotions me rendent vivante ! Les relations n’en sont que plus vraies et plus sincères ! Finalement, la vie n’en est que plus belle.

    Je ne commente pas beaucoup, mais je suis une lectrice de longue date. Je ne suis pas maman d’ailleurs, je suis même l’éternelle fille célibataire de mon groupe d’amis (mais pas désespérée, enfin pas encore, je préfère préciser 😉 ), moi je suis tombée sur ton blog en cherchant une recette de gâteau, il y environs 4 ans maintenant, comme quoi ! Et puis, tes mots, ta personnalité… tout cela, ça m’a touché ! Alors, quand aujourd’hui je vois certains commentaires déplacés, je ne peux que m’offusquer. Ton blob n’a pas changé, il a certes un aspect plus professionnel car je suppose qu’avec le temps, tu maîtrises les ficelles de l’informatique mais concernant le fond, c’est toujours aussi sincère et rédigé avec une plume que j’admire beaucoup !

    Malheureusement, il y aura toujours des personnes malveillantes …

    Mais crois-moi Elisa, les doux moments que tu partages, il font du bien au moral et à l’esprit aussi, parfois. À moi, ils me font voyager et me permettent de porter un regard bienheureux sur les insignifiantes petites choses de mon quotidien. “Ce qui te manque, cherche-le dans ce que tu as” ! C’est d’ailleurs cela que tu devrais répondre à ces personnes aux paroles si déplacées !

    Je t’embrasse,

    Marine !

Submit a comment