Jolies Choses
12 novembre 2019

Partager une chambre à 3, dans un mini appartement

J’ai vécu dans d’immenses villas pendant mon enfance en Afrique, puis dans un appartement tout aussi grand à mon retour en France…

J’ai connu le dortoir à l’internat,  les studios d’étudiante, la colocation en Angleterre et aux Etats Unis, la chambre de bonne à mon retour à Paris.

Le fait de me sentir bien ou pas dans tous mes différents logements n’a jamais été une question d’espace… C’est tellement plus complexe que cela, l’âme d’un chez soi.

Et pourtant, la génération de nos parents nous a inculqué qu’une certaine forme de réussite et de stabilité passait par l’achat d’une maison, un travail sûr…

En quelques années toutes les idées reçues que nous avions sur tellement de choses se sont envolées. On comprend, désormais, que plus rien ne pourra être comme avant, que l’on doit commencer à penser, agir, vivre, manger, travailler, se déplacer et consommer autrement.

Ma révolution personnelle est passée par le travail, je suis de la génération des burn out, engendrée par la précédente: tenir et accepter l’impensable pour un travail stable, pour la sécurité, pour le graal du CDI.

Je suis aussi de la génération de l’éveil en matière de respect de l’environnement et du constat terrible des erreurs passées.

Alors vivre dans un mini logement n’est plus la tare qui effrayait nos parents…partout le phénomène des Tiny House prend de l’ampleur. Beaucoup dénoncent l’hérésie de passer une vie à rembourser un emprunt, on construit autrement, on consomme différemment et le sujet me passionne.

En toute sincérité, si j’avais pu vivre dans 150 m2 avec ma famille, je l’aurais fait; mais à Paris, même avec deux salaires confortables, c’est impossible. Le prix de notre loyer correspond à celui d’une grande maison avec piscine en province.

J’aime l’idée de tirer le meilleur parti de ce que l’on peut avoir. L’idée de transformer les citrons en limonade. Et c’est ce que j’ai essayé de faire avec notre appartement.

Un jour nous vivrons ailleurs mais en attendant il est inutile de se plaindre ou de rêver à autre chose, je n’ai pas le complexe Bovary. Nous avons déjà la chance immense d’avoir un toit.

Et puis ce voyage à Tokyo, il y a deux ans m’a fait découvrir les mini espaces à la japonaises et leur force à en faire des appartements zen et extrêmement fonctionnels.

Alors avec un peu d’imagination, un gros désencombrement et quelques astuces, j’ai tenté de faire de cette chambre, un endroit agréable pour mes 3 enfants…

Et vous savez quoi? J’ai réussi, car ils y sont très bien.

En revanche nous avons changé énormément de choses dans notre façon de faire. Moi qui chinais et voyageais beaucoup, j’avais accumulé un monceau d’affaires. J’ai passé cette dernière année, à me séparer de plus de la moitié d’entre elles.

Cela n’a pas été simple, cela prend un temps fou surtout lorsque l’on décide de ne pas juste tout jeter… Donner, vendre demande énormément d’énergie.

Aujourd’hui, rien ne nous manque et nous avons même encore plus que ce qui est nécessaire.

Je privilégie les belles pièces que ce soit pour les jouets ou la déco, celles qui coûtent parfois plus cher à l’investissement mais qui durent et qui assurent un salaire décent à celui qui les fabrique.

La bonne idée, de cette pièce aura été de créer un espace pour Jules avec cette cloison ajourée qui n’empêche pas la lumière…

Pour le reste, tout l’espace est optimisé et surtout chaque objet a une place définie.

Qu’est ce que cela a changé? Au final: moins de ménage et de rangement pour moi… Des affaires auxquelles on fait attention, un espace doux, agréable et cocon…

Notre chez nous.

Si vous avez envie d’en savoir plus:

La cloison est un kit acheté chez Leroy Merlin et bricolé afin de correspondre parfaitement à notre espace.

La commode et l’armoire d’internat des filles (qui abritent tous les jouets) sont des meubles vintage, retapés et remis en état par Perles de Chine

Les jouets en bois sont issus de la marque éco responsable Encore Jouets.

La cuisinière est fabriquée à la main par Macarena Bilbao

Les étagères sont le premier prix chez Leroy Merlin

le lit et la commode de Jules sont des basiques Ikéa en pin trouvés d’occasion sur Le Bon Coin

Le secrétaire vient de chez Charlie Crane, fabriqué en France

Le linge de lit de chez les créatrices Le Petit Lucas Dutertre

Les lampes ont été fabriquées à la main et m’ont été offertes par la céramiste Sandrine Tortikian

 

Ajouter un commentaire

11 commentaires

Coucou,
C’est un vrai plaisir de te lire.
Tu te situes les choses à leur juste place. Tu nous démontrés o combien il est important dectzvenir a l’essentiel.
L’espace de tes enfants est cosy et fonctionnel . Il s’en dégage une ambiance tres sereine.
Merciiiiii pour toutes tes idées et tes échanges.

C’est drôle, Elisa que même avec un article sur l’aménagement de l’espace, vous arrivez à m’émouvoir. On vit dans un monde où on est habitué à s’encombrer pour remplir le vide, à acheter à des prix dérisoires sans se soucier des conditions terribles dans lesquels certains objets sont créés. Personnellement, j’achète moins mais j’achète bien et comme vous, rien ne me manque. Merci Elisa pour ce bel article qui défend de belles valeurs et ramène à l’essentiel. Je vous embrasse!

C’est drôle, Elisa que même avec un article sur l’aménagement de l’espace, vous arrivez à m’émouvoir. On vit dans un monde où on est habitué à s’encombrer pour remplir le vide,, à acheter à des prix dérisoires sans se soucier des conditions terribles dans lesquels certains objets sont créés. Personnellement, j’achète moins mais j’achète bien et comme vous, rien ne me manque. Merci Elisa pour ce bel article qui défend de belles valeurs et ramène à l’essentiel. Je vous embrasse!

Moi, c’est le papier peint nuage qui me fait rever. cela donne l’impression d’une telle sérénité comme si on respirait fort !
Magnifique, mais malgré tous les détails donnés sur la chambre, rien sur lui ?

Mais comme c’est beau Elisa… c’est tellement inspirant à tous points de vue: poétique, créatif et quelle optimisation… chapeau, je suis fan!
J’ai pour ma part une grande, très grande, maison… une maison de famille que j’avais à cœur d’acheter à l’époque mais 10 ans après, je me dit qu’une maison moitié moins grande nous aurait tout à fait convenu à moi, mon mari et mes 2 petits garçons… cela fait 2 ans que je désencombre, je vends, je donne, je recycle ou upcycle… mon objectif? profiter de cet espace sans qu’il ne devienne trop pesant pour mon esprit ni chronophage en terme de ménage… comme tu le dis si bien, c’est long, très long mais je suis fière du résultat que je commence à obtenir! Bonne continuation à toi et félicitations pour le nouveau petit membre à venir de votre si jolie famille!

Merci, ton article est vraiment très intéressant… j’ai vécu à paris 7 ans… et là nous comptons y retourner après une petite pause en Touraine, car nous avons le mal de Paris… et je peux te dire que je ne suis pas plus heureuse dans mon 130m2 avec jardin que dans mon ancien 35m2 parisien… loin de là. Bref tout ça pour dire que je cheeche déjà comment optimiser mes espaces… donc merci car c’est vraiment bien expliqué et fortement inspirant.
Milles bises belle Elisa.
Julie
@elleaditquoi

J’aime beaucoup comment vous avez aménagé et optimisé l’espace ! La déco de la chambre donne envie de regarder tous les petits éléments. Bravo en regardant les photos on se doute bien que vos enfants y sont bien!

Ton texte me parle. Tu sais nous, nous habitons dans 140m2. Comme tu le décris c’était notre luxe s’acheter cette maison, c’était une réussite d’avoir si grand… Pourtant au quotidien je questionne ce choix: on doit toujours hurler pour appeler ses enfants, on ne peut pas leur raconter une blague quand elle nous vient car ils sont trop loin, il y a le linge à monter, descendre, comme les jouets. Il y a le temps de ménage qui se multiplie avec les m2… Je constate chaque jour que le bonheur ce n’est pas forcement l’espace!

Bravo c est superbe!
Nous avons déménagé cet été pour passé de 73m2 à 130m2 avec beaucoup moins de meuble et d affaire que dans le premier appartement. J ai tellement vidé que je peux dire que nous sommes presque de vrais minimalistes maintenant . J y gagne en ménage mais surtout je me sens plus libre, plus légère. Le garage se vide aussi. Je vais acheter 4 caisses en métal et nous en aurons chacun une pour nos souvenirs les plus chers. Le reste on vide.

Je suis très réceptive à la manière dont tu présentes les choses, je les comprends complètement et les approuve même. Et pourtant…. Je ne pourrais pas vivre dans un si petit appartement à cinq (bien entendu, en écrivant ça, je suis consciente d’avoir la chance énorme d’avoir le choix !). Je ne parle pas de posséder des choses, je ne suis absolument pas materialiste, mais d’un besoin d’espace très fort. Je suis qqun de très indépendant et je ne peux littéralement pas être collée à mes enfants et mon mari sous peine de me sentir étouffée. Alors nous avons fait le choix du grand après être passée par petit et je revis, je suis bcp plus patiente et tolérante à la présence des autres. Je ne sais pas si je suis très claire Bref, tu l’auras compris, mon ressenti ne change rieb au fait que je trouve ta réflexion très pertinente et elle conduit à bien des remises en question…

il vient de chez Au Fil des Couleurs

Ajouter un commentaire

  • Top Tags