Des cases où l’art de ne pas y rentrer

In DIY
Scroll this

J’ai toujours détesté les étiquettes, ces noms que l’on te colle et qui restent sur la peau.

A bien y regarder, j’ai cette sensation que l’on finit toujours par se conformer à cette image que l’on s’est plu à vous donner.

“Tu vois Jean Yves de l’informatique c’est un gars timide et pas très rigolo” et tout le monde dodeline de la tête en approuvant.

Sauf que Jean Yves, une fois sorti du boulot, il fait du hip hop dans son garage en jogging fluo et ses potes le trouvent carrément déjanté.

Et il l’est.

Bref je m’égare, Jean Yves si tu me lis, je te fais un énorme câlin.

Mon fils à l’école, a eu des instits formidables, des femmes et un homme dingues de leur job, dingues des mômes, complètement investis.

Julot est un enfant qui a su dire “inconsciemment” à deux ans, qui à l’âge où l’on compte jusqu’à cinq s’amusait à faire des algorithmes mais qui n’a su découper avec des ciseaux qu’à six ans passés.

Ces cahiers sont remplis d’exercices justes mais jamais écrits sur la bonne ligne.

f92a1853-2

Des enfants comme Julot, il y en a plein. On cherche toujours à leur donner des noms, à expliquer leur particularité mais finalement ce sont simplement des individus uniques avec un rythme et des compétences différentes de ce que l’on observe chez le plus grand nombre.

J’ai eu trois enfants, qui ont tous fait leurs nuits à un âge différent, tous marché à leur rythme et leurs dents sont tombées quand elles le voulaient, quand c’était le moment.

J’aimerais naïvement que l’on accorde ces même différences au rythme d’apprentissage de chacun.

Mais encore une fois je m’égare…

Julot a donc traversé ces années scolaires, sans grande difficultés, grâce à une majorité de maîtres et maîtresses investis et compétents.

Il a acquis les compétences et le savoir que l’on attend d’un enfant de son âge, il s’est nourri à côté de tout ce qui l’intéresse,  et de plus en plus, ses exercices s’inscrivent sur une ligne droite.

Parce que oui c’est important aussi de savoir suivre une ligne dans la vie, cela permet ensuite de ne plus s’y conformer lorsque l’on en a envie.

A bien y regarder Jules ne rentre, en effet, pas dans les cases, comme me l’a si “joliment” fait remarqué une intervenante scolaire, il y a quelques jours.

Après ce soir, je vais m’atteler à vite oublier cette remarque aussi stupide que déplacée qui ne ferait que nuire à cet environnement d’enseignants bienveillants, que je connais depuis, maintenant, longtemps.

Mais avant d’oublier, permettez moi de dire que je suis bien heureuse que mon fils, ne rentre dans aucune case.

Il doit y faire bien noir et l’on doit s’y sentir bien à l’étroit.

Permettez moi de lui offrir plutôt la possibilité d’apprendre à danser sous le soleil sur une ligne d’abord…puis…où il le désirera, lorsque le moment sera venu.

Je vous embrasse

Elisa

Tags: / Category: DIY

49 Comments

  1. Ton fils est formidable Elisa! Il a des dons dont celui de la photographie. Tu as bien raison de dire qu’il ne rentre dans aucune case, et cela n’a aucune importance.
    D’une manière générale, tous les enfants sont formidables et plutôt que de s’atteler à ce qu’ils rentrent dans des cases, je trouve qu’on ferait mieux de les aider à développer leurs talents et ce qu’ils aiment faire. Les cases… un concept bien ennuyeux qui ne laisse pas suffisamment de place à la créativité, à l’imagination et à l’innovation ainsi qu’aux rêves.
    Bonne journée et bonne fin de semaine.

  2. Ce sont justement leurs différences qui font que nos enfants sont extraordinaires ! Pourquoi se contenterait-on de l’ordinaire alors que chacun de nous porte en lui un singularité qui nous rend unique ?

    Mais encourager chacun à tracer sa propre voie demande plus de temps et d’énergie, plus de volonté et d’ambition. Mes garçons ont la chance d’être dans des écoles qui les laissent apprendre à laur rythme. Mon grand n’a su lire qu’en CE1 – et alors ? Le bon moment pour apprendre à lire n’est-il pas tout simplement celui où l’enfant est prêt ?

    Jules à l’air d’être un enfant merveilleux; il est sensible, créatif et attentif au monde autour de lui. Ces qualités sont des trésors qu’il faut chérir et laisser s’épanouir.

  3. Ce qui tu dis fais écho en moi, mais complètement à l’inverse Rose elle rentre tout à fait dans les cases. Elle est ” scolaire” comme on dit elle fait exactement tout ce que l’on attend d’elle les maîtresses n’ont donc jamais aucune remarque à me faire à son sujet. J’entends souvent “Rose il n’y a rien à dire ” le seul petit bémol c’est qu’elle n’est pas heureuse dans sa vie scolaire elle n’aime pas tellement aller à l’école, elle a peur de sa maîtresse. Parfois j’aimerai l’aider à ce lâcher mais je ne sais pas comment m’y prendre. Si ton enfant est épanoui que demander de plus franchement ??
    Bises Lucie

  4. Ce type de pensées réductrices sont terribles je trouve, comme tous quand on travaille dans un milieu on devrais se tenir au courant des dernière avancée de notre domaine et celui de l’éducation peut prendre de tellement jolies voix où chaque enfant est respecté dans son évolution !
    J’espère tomber sur des profs formidables le jour où j’aurai des enfants 🙂
    En attendant bonne route à Julot !

  5. Comme Jules j’ai une grande Lilou de 12 ans qui ne rentre pas dans les cases et qui tente tant bien que mal de rester sur la ligne imposée par le cadre scolaire … ma fille son truc, c’est le dessin; depuis toute petite. Elle s’exprime en dessinant, elle apprend ses leçons par le dessin, et elle est d’une grande maturité artistique (je ne sais pas si ça ce dit mais c’est ce que m’ont transmis ses différents enseignants d’art plastique). Alors j’essaye de lui dire que les notes, les devoirs et les cases dans lesquelles on essaye de la faire rentrer ce n’est pas si important que ça et que l’essentiel est qu’elle grandisse en étant heureuse et en poursuivant sa passion… et puis, je lui raconte que moi aussi, j’ai beaucoup souffert à l’école car à l’époque les cases étaient encore plus étriquées … et que c’est pour ça que je suis devenue instit, pour permettre à mes élèves de grandir et de faire une scolarité sans case, en les laissant grandir et apprendre à leur façon …
    Merci Elisa, pour tes mots toujours justes et bien choisis.

  6. Un bisou Jules sur la jolie case de ton regard de photographe, un bisou sur la case de tes doigts qui savent suivre et mener la mine de ton crayon de dessinateur, un bisou encore sur la case de ton coeur qui bat à l’unisson avec ta fratrie et tes parents, toujours un bisou sur la case de tes cheveux d’or dans lesquels on a envie de plonger les mains ; et puis un bisou sur la case de ton cerveau bien plein . Tu connais le ” mens sana in corpore sano ” ? Et bien voilà, maman te l’as donné et tu l’as réussi .
    Un bisou de plus sur la case de ton intelligence et sur celle de ton “impertinence” (?) qui te fait juste écrire en dehors de la ligne …
    Un puzzle de bisous à mon merveilleux petit garçon !!!

    • oh comme c’est joli….des mots qui vont droit au cœur …

  7. Ahlala ! Je me reconnais tellement dans ton article ! L’école est le premier lieu où je me suis sentie “bizarre”, “pas assez dans le moule”, tout en étant très bonne élève. Malheureusement, certains enseignants semblent vouloir faire des singularités de chacun des défauts… ça doit être tellement plus simple de n’avoir que des enfants faciles à ranger dans des petites cases bien rangées elles-mêmes dans de grandes cases, bien rangées elles-mêmes dans de… Bref, je m’égare ! Plein de douces pensées à Julot, son talent pour la photo me fascine et il a bien raison d’être fier de ne pas rentrer dans une petite case étriquée. 🙂

  8. 3 années de maternelle très difficiles avec une année en particulier où la maîtresse m’a dit que ne sachant tenir un stylo “cet enfant ne fera pas d’études supérieures “. Une année de CP hyper compliquée et heureusement mon pédiatre toujours bienveillant alors que je pleurais parce que “mon enfant vous comprenez…” M’a dit moi je crois que Noah est un enfant extraordinaire et sans doute précoce. L’incrédulité, les tests et puis oui, il n’est pas nul à l’école juste différent. Grâce à une pédopsy merveilleuse, il a commencé à être mieux. Il ne rentre pas dans les cases, a très peu d’ami et il est un peu gauche mais il va bien. Alors bien sûr, il demande plus d’investissement mais il va bien. Avec la maîtresse ça va mieux mais je rêve toujours du jour où il arrivera vraiment à s’épanouir.

  9. Je me suis toujours sentie out of the box…
    Je trouve super chouette que Julot soit si bien entouré pour révéler ses talents

  10. Je pense que personne n’a vraiment envie de rentrer dans une case, c’est tellement triste ! L’école tente et a toujours essayé de formater les individus, mais est de plus contrainte de s’adapter à cette nouvelle génération qui développe tant de talents particuliers et fait bouger les lignes ! Et le monde du travail sera lui aussi obligé de s’adapter.

  11. La diversité fait la richesse, si nous étions tous pareil…. ou nous trouverons les musiciens, les scientifiques, les peintres, les scribans, les juristes, les artisanes, les génies, etc……….
    Chaque a son propre moule qu’on casse une fois la personne est né!!

    Besos (pour toi aussi Jules)

  12. Bonjour Elisa, ce sujet me touche tellement! J’ai lu il y a quelques jours via Instagram cette histoire de “case” et malheureusement j’y reconnais beaucoup mon grand bonhomme. Noah a 11 ans lui aussi, est dyspraxique eh dysgraphique (tiens la saisie automatique via mon iPhone ne connaît pas ces mots…) et également précoce. Nous avons eu la chance d’avoir depuis 3 ans des enseignants très compétents et à l’écoute, mais c’est un parcours du combattant et nous préparons déjà “les armes” pour l’entrée au collège l’année prochaine! Le plus blessant reste encore le regard des copains, quand on ne joue pas bien au foot à la recrée, qu’on écrit lentement et pas toujours sur les lignes, que le traçage des droites perpendiculaires est compliqué, qu’illustrer sa poésie est trop abstrait alors qu’on l’a apprise en 5 minutes… notre modèle scolaire a encore bien à apprendre de nos enfants “hors-cases”! ❤️

  13. Elisa, ton post résonne en moi car mon deuxième fils (9 ans) a une certaine façon d’aborder l’apprentissage de l’école (il n’est jamais entré dans le “rythme” d’une classe, n’a jamais été le parfait élève…) mais il est BRILLANT à la maison car il s’intéresse à beaucoup de choses, est curieux de tout, est très observateur, nous raconte de jolies choses et nous pose des questions hallucinantes!! Alors… je pense que l’école ne fait pas ce qu’elle devrait faire, c’est-à-dire dévoiler les talents de chaque élève et les développer. A nous de le faire à la maison. Les voyages, les ballades, la photo, le dessin, le cinema, la lecture sont autant de façon d’apprendre.

  14. Je te comprends bien.
    L’école veut toujours cataloguer les enfants et le moindre trouble. Mon Roméo est un peu comme ton Julot: ses calculs sont justes mais ses chiffres sont à l’envers, il lit mais se trompe à chaque dictée, et écrire sur une ligne lui demande un effort énorme!
    Il n’est qu’au CP et je ne veux pas qu’on lui colle d’étiquette, c’est un gamin super intelligent et vif, qui est très manuel hors écriture, il n’y a pas de raison qu’il se sente différent des autres.

  15. Mon dieu oui, tu as raison, apprendre à danser sous le soleil est tout ce qui compte ! ET tes enfants ont de la chance d’avoir une maman, des parents, qui comprennent ça et ne ls étouffe pas avec des attentes millimétrées.

  16. magnifique…émue je suis car mon fils non plus ne rentre pas vraiment “dans les cases”…!!! j’ai tendance à dire, à tort sans aucun doute, que tout est plus compliqué avec lui et ce, depuis tout petit, mais ce que je ne dis pas et que je pense pourtant très fort, c’est qu’il est fragile et fort à la fois, vif, curieux, sans cesse en ébullition et en réflexion, et que c’est difficile de tenir en place et de ne pas avoir tout, tout de suite quand on s’ennuie la plupart du temps en classe…qu’il a soif d’amour en permanence et que ça le rend parfois jaloux et en colère…mais tout tendre et adorable dès qu’il s’agit de faire des câlins à son petit frère. Il n’a malheureusement pas rencontré que des instits au top comme ceux de julot et c’est une lutte quotidienne d’essayer de faire comprendre son mode de fonctionnement et sa sensibilité qui ne saute pas aux yeux mais qui est bien là..Il a 9 ans…en fait parfois 15 dans sa tête et parfois beaucoup moins…c’est un enfant tout simplement..laissons les aller à leur rythme et rentrer ou pas dans les cases qu’ils veulent…et surtout laissons les en sortir pour respirer et être eux mêmes!!!
    Aimons la différence au lieu d’en avoir peur…!
    belle journée Elisa

  17. Alors là, Elisa, tu viens de toucher du doigt un sujet qui compte beaucoup pour moi. Et je trouve ta manière de l’aborder juste et superbe à la fois. Tu es une diva de la vie. Pour ça, merci. Mon cinquans a été étiqueté lors de sa première année d’école. Et cela m’avait bouleversé. Je l’ai changé d’école depuis et cela nous a changé la vie. A lui et à moi aussi. Si tu le permets, je te partage mon billet sur le sujet bien différent du tien mais je l’espère tout aussi JUSTE à sa manière : https://humeurdemoutard.com/2016/03/25/education-coller-des-etiquettes-aux-enfants/

    MERCI encore d’avoir abordé ce sujet et de l’avoir aussi joliment traité pour ton loulou et pour TOUS nos enfants. <3

  18. Et bien tu as eu de la chance…mon fils avait beaucoup de mal à se concentrer et à rester calme à l’école et plusieurs maîtresses sont allées un peu loin dans leur remarques, une en nous disant qu’il n’arriverait carrément à rien dans la vie! Et c’est vrai qu’il avait du mal dans certaines choses, mais à côté de ça, comme ton Julot, il savait très bien en faire d’autres. par exemple, il a appris tout seul à faire le Rubicube très jeune, alors que son papa et moi sommes nuls en maths & co. Dans son cas, ces remarques ont laissé des traces, et aussi le doute qu’elles ont pu, au départ, susciter en nous, jeunes parents. Donc tout ça pour dire, que oui, ne pas rentrer dans les case, sinon celles qu’on a envie de se construire avec ses 10 doigts, à sa taille, n’est pas du tout à souhaiter. Bravo Elisa de savoir aussi bien défendre l’unicité de chacun de tes enfants.
    Belle journée à toutes!

  19. Tu as raison en effet. Mais ce n’est pas toujours si simple à vivre au quotidien. Et accompagner nos enfants avec bienveillance est une chose alors qu’avoir des perles à l’école en est une autre… et on ne pioche pas toujours le bon numéro.
    Bises
    Marion

  20. Je suis orthophoniste (au repos, en ce moment) et maman de 2 enfants. Dans mon métier, des enfants qui ne rentrent pas dans les cases, qui ne suivent pas les rails de l’éducation nationale, j’en côtoyais quotidiennement et je dépensais une énergie folle en me battant pour eux contre ce carcan instutionnel!
    Malheureusement, la plupart du temps, je devais demander à ces enfants déjà, souvent en souffrance, de faire preuve d’une maturité et d’une intelligence incroyable. Il leur en faut de la force et de la ténacité pour, chaque jour, accepter d’enfiler un costume inadapté et de prétendre que ça va!…
    À la maison, mon aînée est plutôt épanouie dans le système mais le second est plus du genre rebelle ! Hier encore, il rouspétait après son enseignante de CE1 qui l’a obligé à reprendre son dessin de poésie parce que les coups de crayon bleu pour le ciel étaient désordonnés ! Il a dû colorier en rond !…
    Or, il avait choisi cette technique pour représenter sa vision du ciel … Il a trouvé cela complètement injuste, d’autant que ça l’empêchait de lire Harry Potter !… peut-être que cette enseignante aurait pu écouter ses arguments et valoriser un peu plus le fait qu’un enfant de 7 ans ait le courage de s’attaquer à ce pavé !…
    La route est longue…

  21. C’est triste les cases…j’espère que Jules n’a pas mal pris cette remarque. Les adultes peuvent être blessant sans s’en rendre compte.
    Mon ainée rentre dans toutes les cases et surtout celles de l’institution scolaire…et tout le monde trouve ça super alors que moi ça me panique! est-ce vraiment elle ou fait-elle ce qu’elle croit que nous attendons d’elle?

  22. Quelles cases ? Le principal c’est d’être heureux, et ton fils à l’air de l’être

  23. J’ai un petit poulet de 9 ans Autiste Asperger. Ton article m’a mis les larmes aux yeux. Merci.

  24. Tu touches du doigt un sujet que je connais bien. Je ne suis dans aucune case depuis un certain temps déjà mais comme toi j’ai connu des gens bienveillants et d’autres un peu moins.
    Je continue à ne pas rentrer dans des cases et à ne pas me conformer aux autres et je le vis bien !

  25. Bonjour Elisa,

    Très joliment dit (sans guillemets)! Comme toujours.
    J’ai encore en tête cette question que je trouve stupide et à la quelle les parents de petite section de maternelle que nous étions ont eu à répondre. Que souhaitez vous pour votre enfant quand il sera grand? Ma réponse fut: qu’il soit heureux. Je ne sais pas si c’est celle que le système scolaire attendait, mais c’est la plus importante pour moi. Heureux d’être comme il est, heureux de découvrir, heureux de vivre, heureux en amour, heureux en famille, …. Je m’arrête là, la liste est longue!

    Bonne journée

  26. Coucou, moi aussi ton sujet me touche et je pense qu’il fait écho à beaucoup de parents§
    Moi aussi mes enfants ne rentrent pas dans les cases, mon grand en CE1 s’en sort très bien quand même. Et ma pépette en GS, sa maitresse me disait dernièrement qu’elle ne tenait pas son crayon correctement et que pour ça il lui rajoute un truc au bout du crayon pour bien positionner ses doigts, et un ami “prof de lettres, maire de sa commune,…” l’a vu faire récemment avec son truc au bout du crayon, il a rit!!!! et m’a montré comment lui il tenait son crayon à 60 balais…. alors j’ai dit à ma fille “tiens ton crayon comme tu veux ma puce le tout c’est de faire des jolis dessins” Non mais oh!!!! Et MERCI pour ton article! Biz

  27. Encore Heureux que tout le monde ne rentre pas dans cases, En tout cas Jules est un garçon bien épanouie ainsi que ces 2 petites sœurs..!!.Passez une bonne journée..

  28. Quand on prend des photos comme Jules sait les prendre , forcément on ne rentre pas dans la case du ” RAS circulez y a rien à voir…” Certain membre du corps enseignement sont décontenancés par des personnalités ( débordantes de sensibilité et de créativité ) qu’elle n’ont pas l’habitude de côtoyer … Vive Julo et sa si belle expression qui fait battre nos coeur de par son talent !

  29. C’est sûr que c’est une tradition bien de chez nous, de tout mettre dans des cases, les gens y compris !
    c’est un peu triste pour nos enfants qui peuvent en souffrir car ils ne sont pas armés comme nous pouvons l’être pour comprendre cela ! Cela dit, je pense que Super Julot est si bien entouré qu’il suivra son chemin !
    bon weekend.

  30. Il faut aimer et encourager les differences de nos enfants c’est ce qui fait d’eux des enfants extraordinaire .
    J’ai trois garçons ,trois caractéres differents et des dons differents et c’est pour ça que je les aiment tous les 3 autant parce que je suis entouré par trois personnes differentes .
    Continue julot à être diffferent et ne pas vouloir rentrer dans une case,reste un electron libre.

  31. C’est justement pour ne pas entendre ce genre d’histoires de cases que nous avons opté pour l’école Montessori depuis 6ans maintenant….
    julot est beau et talentueux, alors franchement les cases, hein….
    Belle journée!

  32. Peut-être parce que je débute dans ce merveilleux métier d’enseignant, peut-être aussi parce que j’ai la chance de voir autour de moi des passionnés comme tu les décris… mais en tout cas, cette remarque et toutes celles de ce type me paraissent toujours d’une telle stupidité ! On ne répétera jamais assez à quel point chaque enfant est différent, toute la richesse de notre métier étant justement de différencier pour nous adapter à chacun. Je serais bien embêtée si je devais mettre les élèves de ma classe dans des cases : il m’en faudrait 28 pour chacun d’entre eux. Si ça peut te rassurer, tout professionnel de l’éducation qui emploie ces termes est une personne qui ne sait pas comment s’y prendre, comment s’adapter aux différences de chacun et qui du coup déplace la situation sur les élèves. Bises à toi et ton Julot

  33. La société n’est pas toujours tendre avec ceux qui ne rentrent pas dans les cases, c’est chouette qu’il y ait des gens bienveillants <3 (et les autres je suis triste pour eux et leur étroitesse d'esprit).

  34. Comme ton post me bouleverse !! Mon fils ( un Jules également ) est un précoce atypique. C’est un enfant touchant, câlin mais au combien compliqué. Il est plein de bizarreries et d’angoisses qui font de lui un enfant étrange aux yeux des autres. Un enfant qu’on dit différent et souvent regardé étrangement à la sortie de l’école. Mais heureusement toujours bien accueilli par les enseignants qui ont vu en lui une richesse pour leur classe et les autres élèves.
    Je compose avec lui chaque jour car chaque jour est différent. C’est notre richesse.

    belle journée à toi Elisa et à ton Julot 🙂

  35. Ça a du te marquer que cette personne ai dit cela sur Jules parce que depuis ces quelques jours tu en parles beaucoup. Le mien n’entre pas non plus dans les cases des sixièmes, il a d’ailleurs que des amis en cinquième! Et alors? En début d’année il écrivait jamais sur la ligne, jamais a la marge, ses exercices n’était pas toujours juste mais il a des dons aussi et ça c’est ce qui fais notre bonheur!!!
    Alors julot continu a être qui tu es car tu es unique et ça personne ne peux te l’enlever

  36. Moi aussi j’ai un enfant qui n’entre pas dans les cases ou plutot qui coche plein d’autres cases que les autres, des cases de «très/trop» : bavard, intelligent, reveur, maladroit… en meme temps ce trop me semble tellement normal que mon autre enfant me parait «pas assez»…la tenue du stylo et des ciseaux je connais bien le probleme et c’est un probleme commun à beaucoup de ces enfants… l’essentiel finalement est ailleurs : qu’il soit bien. Pour le mien cela depend chaque année de l’instit et nous ne sommes tombes qu’une fois sur un instit que cet enfant «tres/trop» insupportait . En revanche plusieurs instits ont ete formidablement positifs, ont su tirer parti même du trop.

  37. Je trouve ça carrément fou d’oser demander à des enfants d’être tous pareil alors même que nous essayons de leur apprendre que nous sommes tous différents.
    Alors vive Julot et vive la France !

  38. Difficile à encaisser. Quel manque de maturité pour dire ça ! Jules possède ce qu’il y a de plus important dans la vie : il est aimé. C’est ce qu’il y a de plus beau.
    De mon cote, j’ai découvert que mon enfant souffrait d’intimidation scolaire. Comportement étrange depuis un mois pour mon garçon! Quelle découverte la classe se moque de son accent et pire encore c’est le prof qui est à l’ origine de cette « blague » donc encourage les élèves à faire de même ! Belle mentalité. Pour un enfant de 7 ans, il n’est pas possible de faire la différence entre humour et moquerie mais le prof ne veut pas le comprendre. En creusant, je me suis rendue compte que ce prof donnait des surnoms à chaque enfant et une petite fille d’origine portugaise se faisait surnommer poulet portugais. C’est tout de même un manque de jugement total d’espérer que les enfants apprécient cette forme d’humour ! C’est dommage car comme toi j’adore les enseignants et je les admire car s’adapte à tous les enfants mais la clairement c’est une tuile il faut y remédier.
    Bon courage à votre Julot

  39. oh tu l’aimes ton Julot!! quelle belle chance de vous avoir réunis et de vous avoir fait mère et enfant

  40. Prof en lycée dans des filières technologiques, je suis effarée par le nombre d’élèves que je récupère en classe de première, perdus, en grande souffrance et ne rentrant pas dans le moule. À 17 ans c’est compliqué de leur redonner un peu de confiance et de l’envie après plus de 10 ans de scolarité difficile. Certains de mes collègues ne veulent pas prendre le temps et cela m’attriste terriblement. Plus de la moitié des enfants ne rentrent pas dans le moule ( et tant mieux!) dans lequel essaye de les faire rentrer. Quel gâchis de ne rien faire pour s’adapter à eux.
    Et en tant que maman, j’ai2 petits zebres que je tente de rendre heureux à l’école. Par chance, depuis 5 ans nouvelle école avec une équipe à l’écoute. Je redoute le collège l’année prochaine car je me rappelle encore d’une réunion d’il y a 2 ans pour accueillir des précoces dans mon établissement et des remarques insupportables de certains collègues…
    Les choses changent mais très lentement dans cette grosse institution.
    Bon courage avec Julot qui semble bien armé avec plein d’amour pour se battre et réussir à être heureux!

  41. Il a 7 ans et ne différencie toujours pas sa gauche de sa droite, il a du mal à coordonner ses mouvements, il écrit comme un petit cochon et peine à organiser ses pensées.
    Mais il est intarissable sur la 1ère Guerre Mondiale et sur la Seconde aussi. Il dessine des bouquets de fleurs et écrit des poèmes.
    Il ne rentre pas dans le moule et cette année pour la 1ère fois depuis le début de sa scolarité sa maîtresse veut à tout prix qu’il y rentre….
    Et moi je regarde chaque matin mon petit garçon partir à l’école et j’ai le cœur lourd.
    Merci Elisa pour tes jolis mots qui une fois encore apaisent et réconfortent.

  42. Hé julot ! Crois en mon expérience: toutes les personnes que j’ai rencontrées dans ma vie et qui méritaient d’être connues, ne rentraient absolument pas dans les cases. Avec le temps, tu développeras même un radar à “gens hors case”, ceux auxquels il en manque probablement une, de case
    Soyons nous mêmes, déjà, avant d’être ce que les gens attendent de nous. Des bises.

  43. Ce post me fait du bien, je ne saurai dire si mon grand rentre dans les cases ou pas, mais parfois voir le décalage notamment dans les jeux dans la cour de récré (il a 6 ans), les regards des gens et les remarques des proches me font douter de mon envie de le laisser vivre sa vie comme il l entends.
    Alors encore une fois, merci Elisa, merci d écrire et de partager avec nous.
    Tout cela m aide tellement, et je sais que je ne suis pas la seule!
    Bon courage Julot, tu as une maman en or!

  44. Je suis enseignante et je voudrais juste apporter une précision en réponse à tous ces commentaires. Nous faisons de notre mieux pour respecter les différences de chaque enfant, il existe d’ailleurs de plus en plus de protocoles et de dispositifs pour intégrer et aider les élèves qui sont en difficulté ou handicapés par exemple. Mais n’oubliez pas qu’avec 30 élèves, 30 individualités si différentes il est difficile voire impossible de faire du cas par cas, comme bien souvent les parents le souhaiteraient. On fait ce qu’on peut et de notre mieux pour gérer un groupe en essayant de faire notre programme (énorme) et consacrer un peu de temps à chacun. Avec 15-20 élèves notre travail serait beaucoup plus facile et les élèves seraient beaucoup plus épanouis (mais on en est très loin, depuis le début de ma carrière les effectifs n’ont fait qu’augmenter et tous les dispositifs en demi-groupes sont progressivement supprimés).

  45. Des algorithmes à 2 ans!!!! Quand je vais dire ça à mon compagnon ce soir, Jules va devenir son nouveau héros (après Alan Turing tout de même)… Pour lui les algorithmes sont la chose à savoir et il déplore que l’art des algorithmes reste confidentiel. Malheureusement notre fille de 2 ans ne le maîtrise pas encore à son grand regret 😉

  46. Alors ce post est très vieux mais je lis dans le désordre et donc le titre m a interpellé ( tu parles des …cases :)) je suis d accord avec toi dès millions de fois d accord . Il n est pas facile d’être maman d’enfants qui ont des
    Super pouvoirs mais pas ceux qu’on attend. Qui ne rentre pas dans le moule ! Oui c est la variante que j ai entendu à propos de ma fille toute sa scolarité de la maternelle au primaire elle est trop lente, elle n’est pas à sa place , que va t on faire d elle ? Il n’est pas facile d entendre ça mais c est encore plus dur pour l’enfant. toi t es grand(e) tu peux encaisser mais pas ton enfant. C est un travail. De sape insupportable et le pire ce sont que des enseignants qui te disent ça (ils sont pas tous comme ça mais bon, beaucoup se sont perdus dans leur fameuses cases formatées. … et ont oublié leur premier objectif : faire grandir des (tous les ) enfants par l’instruction . Bref tout ça pour te dire ( si tu lis ces mots ou pas ) que Julot ou ma fille sont des pépites . Qui n’ont pas besoin d’étiquettes, de règles pour prendre leur place . Et qu ils occupent déjà une grande place dans nos coeurs et dans le cœur de ceux qui les côtoient .

Submit a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *