Chère Elisa…les idées préconçues que l’on a, volent en éclats du jour au lendemain

In Humeurs
Scroll this
.
Chère Elisa,
Il paraît qu’il ne faut jamais dire jamais.
Jamais je n’aurais imaginé t’écrire.
Jamais je n’aurais imaginé être obligée d’avoir recours à une IVG.
C’était pour les autres. Pas pour moi. Parce que je suis du genre prudente.
Et puis la vie fait que les idées préconçues que l’on a volent en éclats du jour au lendemain.
J’ai 30 ans, avec mon homme on s’aime depuis bien longtemps et nous avons deux petites filles. La petite famille classique en somme.
Et tout se passe bien jusqu’au jour où on se laisse emporter …
Je me suis dit que finalement il n’était peut-être pas si fermé à l’idée d’un troisième enfant.
Le test est positif. Je suis un peu paniquée car je viens juste d’entrevoir des perspectives d’évolution au travail. Mais l’arrivée d’un enfant c’est tellement de bonheur. Ça surpasse tout.
Mais l’homme que j’aime me dit des mots durs comme jamais. 
Il ne veut pas de cet enfant. Deux c’est suffisant . Il n’a jamais voulu trois enfants. 
Si je le veux tant que ça, je n’ai qu’à l’avoir mais que je ne compte pas sur lui pour s’en occuper.  
Et si je veux tant que ça un autre enfant, je n’ai qu’à le faire avec un autre. 
Mais qui était cet homme qui me disait ces horreurs ? Qui m’imposait son choix sans même écouter mes pensées… 
Il reconnaît que ces paroles étaient dures mais me dit que je dois comprendre le message : c’est hors de question d’avoir un autre enfant.
C’est pourtant mon mari, l’homme que j’aime, le père de mes filles. 
Alors voilà Elisa, cette semaine je vais aller faire une IVG pour garder ma famille unie. J’ai le cœur prêt à exploser tellement ça me rend malade. Jamais je n’aurai imaginé me retrouver dans une telle situation. 
J’étais prête à accueillir ce bébé, à faire de la place dans mon cœur et dans ma maison. J’étais prête à renoncer à évoluer au travail. 
J’étais prête à l’aimer. Mais je ne suis pas prête à le faire seule. 
Choisir c’est renoncer. Mais dans un coin de ma tête, une petite voix murmure que ce n’est pas mon choix. C’est le sien. 
J’espère juste que ce choix est le bon pour notre famille. 
Merci Elisa de lire mes mots avec ton regard bienveillant. Je ne savais pas à qui confier ma peine à part toi…
Elena
………..
Chère Elena,
Je suis mille fois désolée de lire ta peine.
Je te souhaite beaucoup de courage et de force dans cette épreuve. 
Une IVG, peut être vécue de façon différente selon son histoire, les circonstances qui poussent à en subir une.
Et si c’est un droit auquel nous sommes attachées, il n’empêche que cela peut aussi être une épreuve, à la fois physique et morale.
Ce que je lis avant tout, c’est que tu es seule face à cela et que ce n’est pas possible.
Ce n’est pas possible car cela risque de rester en toi, de te ronger et tu le reprocheras peut être par la suite à ton compagnon.
Vous êtes face à un écueil, vous n’êtes pas d’accord devant un choix majeur, mais la discussion doit s’ouvrir entre vous.
Vous avez toujours été unis, je suis certaine que vous pouvez trouver ensemble le chemin du dialogue.
J’ignore où vous en êtes dans votre décision, j’ignore ce qui pousse ton compagnon à t’exprimer son choix de façon catégorique.
Mais tout ce que tu m’exprimes ici aujourd’hui, il doit l’entendre.
Oui il t’a dit des choses extrêmement dures, inacceptables,  mais peut être peut il t’expliquer pourquoi? 
Je sais qu’il nous arrive à tous de dire, parfois, des mots que l’on regrette notamment lorsque l’on est inquiets…
Il doit, absolument entendre, toutes tes peurs, tes craintes et surtout tes réticences car une fois encore, tu ne peux être seule face à ce choix, qui ne t’appartient pas vraiment.
Il existe un délai d’une semaine entre les deux rendez vous médicaux obligatoires, qui précédent une IVG: pour faire le point, ce délai existe car cette décision, même si l’on ne s’en aperçoit pas toujours; peut être lourde à porter.
Je pense que vous devez utiliser ce temps pour en parler tous les deux, crois tu que c’est possible? Penses tu pouvoir en parler ouvertement avec lui?
Je sais qu’il y a une rencontre avec un psychologue qui est obligatoire, as tu pu te confier sans crainte?
Je n’ai pas les compétences pour faire autre chose que lire ta peine, en être profondément désolée et te suggérer de discuter avec ton compagnon… Mais en cherchant, j’ai trouvé ce numéro:
0 800 08 11 11 (merci pour les précisions)
C’est un numéro vert gratuit, que tu peux appeler 24h/24h 7j/7 et où des personnes compétentes pourront te conseiller et te guider vers une aide psychologique.
Je sais aussi que les planning familiaux proposent ce même type de soutien, la liste des plus proches de chez toi peut être trouvée sur internet.
J’insiste vraiment sur le fait que tu dois être soutenue et aidée
J’espère que certaines des lectrices pourront te prodiguer soutien et conseils.
Je pense bien à toi
Elisa
Le format du blog, m’impose le choix d’une photo, j’ai eu envie de ce bout de ciel bleu volé à Arles cet été, pour toi

28 Comments

  1. Chere Elena,
    Je suis dans ma voiture garee devant l ecole avant d aller poser mes petits et je lis ton message. J en ai deux, des petits, mais en fait non, quatre. Dont un que j ai laissé partir moi aussi avec une IVG il y a 13 ans. Avant mon mari, avec un amour passion ou moi aussi, je n aurais jamais cru devoir recourir a cela. Je l ai fait car moi aussi je ne voulais pas elever un enfant seule. Il avait ete clair… C est la consultation psychologique qui m a permis de finaliser ma decision. Alors je ne peux que t encourager a parler a ton homme et au moins a un psychologue qui saura entendre ce sujet. Si tu poursuis, alors, j ose confier ici ce qui m a permis de continuer sereinement : une cérémonie que j ai fait seule pour dire au revoir à mes petits, ceux qui sont partis. J ai pleuré lu une histoire allumé une bougie et lâché prise. Je t embrasse.

  2. Chère Éléna,
    J’ai 3 enfants, le petit dernier n’etait pas prévu car nous étions 4 et c’etait Déjà parfait. Cependant, sache qu’avec 3 c’est encore mieux que ce « parfait »!!! Nous nous sommes posé mille questions et puis on s’est dit qu’on se débrouillerait parce que l’amour est plus fort que tout. Et c’est vrai, notre bébé a 1 mois maintenant et notre cœur est devenu encore plus grand.
    J’avoue, je suis contre l’IVG et je préfère l’idee De marcher POUR la VIE plutôt qu’on nous impose cette culture de mort… mais je respecte les choix de chacun. Il ne faudrait pas que votre choix soit contre l’amour que tu ressens pour ce bébé en toi. Vous avez sûrement un grand besoin d’exprimer vos peurs, vos doutes à deux avec le Papa mais il faut passer par là avant d’exprimer des regrets éternels. Je te souhaite plein de courage et au fond de moi, je prie pour que tu prennes la bonne décision, celle qui te rendra libre, qui ne t’emprisonneras pas dans le choix d’autrui. Selon moi, un homme ne doit pas t’imposer cet acte violent: nous sommes libres!

    • Je me permets de commenter pour la première fois, afin de répondre à S. Croyez-vous réellement que vos positions anti IVG, que je respecte par ailleurs, chacun ayant le droit de penser, et que vos propos sur, je cite: ” la culture de mort” vont aider Eléna?
      Il n’y a rien de bienveillant ni d’empathique dans votre message qui ne sert, avant tout, qu’à exprimer VOTRE position, oui moi aussi je sais utiliser les majuscules!

  3. Chère Elena, c’est difficile d’imaginer ta peine ce matin; former une famille, c’est avancer ensemble, main dans la main. Évoluer, faire des compromis, mais surtout écouter l’autre. Peut-être pouvez-vous vous faire aider par un / une psychologue pour mettre des mots sur votre douleur, parler de vos craintes ? Parce que ces mots-là ont besoin d’être dits pour ne pas laisser grandir la graine du ressentiment entre vous.

  4. Bonjour à toutes,

    Elisa, le numéro que tu mets en lien est rattaché à ivg.net, dont le contenu est très douteux et pas vraiment tourné vers le respect des droits des femmes….. Les planning familiaux sont un bien meilleur interlocuteur!

    Désolée de ne pas aborder directement le sujet du “chère Elisa”, je n’ai pas beaucoup de temps, mais il me semblait important de te le signaler et d’éviter la publicité sur ce site et ce numéro!!!!!!

    • Bonjour,
      Comme Jul, je voulais souligner que le numéro vert proposé par Elisa est effectivement en lien avec un site qui, sous couvert d’informer sur l’IVG, est en réalité un site “pro vie”. Il suffit de regarder rapidement ce site pour se rendre compte qu’il ne s’agit pas d’information mais de “témoignages” orientés et de propos alarmistes sur l’IVG.
      Le planning familial sera sans doute un endroit plus neutre pour qu’Elena puisse trouver un espace de discussion.
      J’espère sincèrement qu’elle pourra y trouver une écoute bienveillante que cela l’aidera.

    • tout à fait, c’est un site pro vie qui profite du nom IVG pour faire des clics et recevoir plus de visites. En somme, pas du tout le site officiel du droit à l’information sur les dispositifs de recours à l’IVG. (leur discours est extrêmement culpabilisant) d’ailleurs ils sont sous le couvert du délit d’entrave à l’interruption volontaire de grossesse sur Internet. (loi mars 2017)
      J’espère que ce numéro sera vite ôté et que la signataire du témoignage ne l’a pas utilisé, voici l’officiel : 0 800 08 11 11.
      Je sais qu’il s’agit beaucoup de choix et de respect de tous ici, mais je serai tout de même bien déçue qu’on fasse la promo de tel site.

  5. Courage Elena! A défaut de pouvoir te conseille, je t’envoie toutes mes ondes positives. Gros bisous

  6. Bonjour Elena, Elisa a fait pour moi la réponse parfaite. Que rajouter? rien, surtout que je n’ai aucun conseil à donner.. que dire, je ne peux pas me mettre à ta place, je ne suis pas toi, je ne suis pas ton mari, seule toi peut faire le bon choix dans ta situation (le bon choix sera celui que tu feras) , mais je t’envoie tout mon soutien, ton message est touchant, j’ai deux enfants, et je me dis que çà pourrait très bien m’arriver..qu’est-ce que je ferai, je ne sais pas..je me demanderai quel serait le choix que je ne regretterais pas sûrement..j’espère que toi et ton mari pourrez parler et ne pas rester sur ces paroles si dures.

  7. Chère Elena,
    j’ai été dans ta situation il y a trois ans, c’était un quatrième enfant éventuel dont on parlait mais c’était la même chose, mon mari n’en voulait pas. avant cet accident, on avait déjà parlé d’un quatrième enfant que je voulais mais lui, pas. Je me disais que cet accident était un heureux hasard (il savait comme moi les risques qu’on prenait) et qu’il se laisserait convaincre mais non. il ne m’a pas dit de mots durs, nous sommes allés ensemble au rendez-vous psy dans un planning familial, nous avons pu discuter sereinement et j’ai fini par admettre que l’envie d’un enfant, de laisser faire ce beau hasard était présente certes mais que, quand même, il fallait aussi réagir avec ce que j’avais de bien réel, une famille, trois enfants et un mari et que tout roulait parfaitement. ce quatrième enfant allait tout chambouler et même s’il était accueili joyeusement, n’allait-il pas un jour se sentir comme l’enfant non désiré, l’enfant “de trop” ? je reste bien sûr avec ce regret et reproche encore de temps à autre à mon compagnon d’au final, m’avoir imposé SON choix mais, rationnellement, je sais qu’il avait raison. aujourd’hui, je suis plus sereine par rapport à cette décision et épanouie dans le vie que je mène, familialement et professionnellement parlant. je ne sais pas s’il en serait de même avec un enfant de trois ans en plus. c’est difficile, on en veut toujours un peu à l’autre mais je pense qu’il est important que vous soyez à deux pour assumer les rendez-vous et discussions psy parce que chacun a son mot à dire et qu’il doit aussi entendre ce que tu as à dire. je t’embrasse

  8. Très difficile de trouver les mots face à une telle peine. Je te sens coincée avec cette peur de l’avenir quelque soit ta décision. Personne ne sait de quoi demain sera fait…Je n ai pas de conseils a te donner si ce n’est de prendre la décision qui vous respecte, en mettant des mots sur vos émotions et vos ressentis, en vous faisant aider. Il est certain que vos envies sont différentes, mais cette décision implique tant de choses.
    Je t’envoie toute la lumière possible, celle qui te permettra de faire le meilleur choix.
    Plein de courage a toi Elena

  9. Ce 3eme enfant, j’en rêve, lui pas. Il y a eu un oui, passager, pendant lequel j’ai fait une fausse couche. Puis il m’a à nouveau dit non. Ce choix c’est le sien. Mais décider de faire un enfant qu’il ne veut pas, ce serait mon choix. Ce dilemme est insoluble.
    Alors je regarde ce que j’ai, mes deux enfants que j’aime, mon mari que j’aime. Je crois que j’aurais toujours le regret de ce 3eme enfant mais je ne ferai pas ce choix seule….
    Beaucoup de courage à toi. Essayez de parler, pour que chacun puisse comprendre ce que ressent l’autre, pour que les mots efface la rancoeur, a défaut d’effacer les regrets.

  10. Pas facile ce choix que tu n’as plus à faire… Malgré toi malheureusement. Je pense qu’il est essentiel que ton mari vienne avec toi aux rendez vous psy, il ne veut pas assurée ce petit être, certes, mais il doit assumer son choix et te soutenir dans ce moment si difficile! D’autant que le risque, c’est que tu lui en veuille pour toujours, et c’est légitime… pleins de courage, je n’ai pas la solution à ta question, je ne suis ni à ta place, ni à celle de ton mari, je ne suis pas vous, mais je pense que VOUS devez en parler à quelqu’un de compétent, et qui servira peut être de médiateur.

  11. Courage…. comment ta famille peut être survivre si ce choix n est que pour lui ?… moi j ai fait le choix de m écouter et de ne pas me faire imposer un choix. Mais chaque situation est distince. Ton homme te respecte t il suffisamment pour écouter tes émotions et ton ressenti ? Si vous n en parlez pas, cela ruinera ton couple. … je le crains..

  12. C’est le choix de ton mari, pas le tien! Comment va évoluer ton couple après une telle décision. J’ai eu recours à une IVG, nous étions deux soudés car c’était impossible. Subir un choix, n’est pas son propre choix. Ma petite lili restera dans mon coeur toujours mais ce n’était pas possible, on le savait à deux. Un enfant se désire à deux. C’était irresponsable pour elle, je l’aime encore mais oui, c’était irresponsable pour plein de raisons. Ne fais pas d’IVG sur un coup de tête, si tu hésites, parles -en calmement à ton mari, il a sans doute eu peur à l’annonce et peut revenir sur sa décision.

  13. Ma chère Helena,
    Comme le disent si bien les filles et Elisa il faut avant tout que tu ais une discution avec ton mari. Ce bébé que tu vas « abandonner » sera toujours une rencoeur à son égard ce qui pourra avoir raison de votre couple. La première étape est donc d’avoir une conversation calme et posée entre vous. Je te souhaite beaucoup de courage et t’embrasse fort ❤️

  14. Chère Elena, la décision ne peut que t’appartenir, ainsi qu’à ton compagnon.
    Je partage néanmoins ton chagrin, si finalement cette décision se confirme. L’avortement est comme un petit caillou laissé là, et dont on se souvient toujours. Avec le temps, cela passe . Cela peut se révéler être le bon choix . Je suis de tout cœur avec toi .

  15. Alerte rouge, le numéro donné est issu d’IVG.net, qui porté par les anti-IVG, je me rappelle d’une chronique de Guillaume Meurice qui les avait appelé, l’horreur total (“vous allez devenir alcoolique”, “vous ne vous en remettrez jamais” etc.). Il faut aller sur https://ivg.gouv.fr/, et appeler le planning familial. C’est important ! J’ai animé une émission sur le sujet pour celles que ça intéresse : http://radiovassiviere.com/2017/05/livg-pourquoi-comment/
    Et sinon, j’ai le sentiment que le choix de ton mari est clair et net, mais ta souffrance semble surtout venir de la manière brutale dont il te l’a exprimé… En tous les cas il ne faut absolument que tu subisses une IVG seule mais bien soutenue et accompagnée par ton mari. Et si cela peut t’aider moi je me dit souvent que finalement il n’y a pas de bonnes ni de mauvaises décisions, c’est ce que l’on en fait qui compte. Douces pensées

  16. Ton histoire raisonne en moi mariée mere de deux filles , en mars je découvre que je suis enceinte ce n’était pas prévu mon mari est au chômage ma dernière va fête ses 3 ans … quand j’en parle à mon mari il n’en veux pas ! Il dit que nous sommes bien à 4 qu il ne ce vois pas avec un autre enfant etc passe le choc de ses propos je lui ai dit que j entendait ses arguments mais que je n’était pas d’accord que je n avais pas voulu de ce bebe mais que lui avait choisis de venir alors j allait l accueillir et l aimer comme ses sœurs … en lui laissant la possibilité de partir si c était vraiment pas possible pour lui mais que je ne pouvait le résoudre à faire partir le frère ou la sœur de mes enfant mon bebe le notre . Apres tout on s’aimée tout etait possible ! Je ne lui en ai plus parle pendant quelques jours le temps pour lui aussi de digéré … au final il n’est pas partie il a retrouvé du travail pendant la grossesse et même si je l ai sentie moins investie dans cette grossesse notre fille ( et oui encore lol ) a 2 mois et il en est fou .
    Ses sœurs aussi , on est très heureux tout les 5 .
    Parfois il fait laisse du temps au temps et les hommes ont souvent besoin d encore plus de temps pour se faire à une situation .
    Prenez le temps de vous posez le délai est de 12 semaines c est une décision bien trop importante pour qu elle sois prise en quelques jours .
    Je vous souhaite beaucoup de courage pour les jours à venir .

  17. J’ai eu recours à l’IVG pour une troisième grossesse surprise. Trop précipitée, trop surprise, trop tout! Mon conjoint a dit qu’il serait là quelle que soit ma décision. C’est un acte que je ne regrette pas, que j’assume, mais qui me rend encore triste parfois. J’en garde un goût amer, un conjoint pas forcément à la hauteur, pas capable de se positionner. C’était beaucoup sur mes épaules.
    C’est très personnel comme avis, mais je trouve que c’est une affaire de femmes tout cela. La modification du corps, les enfants au quotidien, la fameuse charge mentale… Tu dis blanc, il dit noir. Ce ne sera pas gris. Cette décision même discutée longuement, sera forcément arbitraire. Pense à après, ce que tu te sens capable d’assumer dans tous les sens du terme.
    Pour moi temps a fait son œuvre, et aujourd’hui bien des années plus tard, le petit dernier est là, décidé, souhaité, chéri!

  18. Comme la fée en 2012 je me découvre enceinte mon dernier à 18 mois et mon aîné 5 ans….Mon mari à très mal pris cette nouvelle je savais que ce n’était pas le moment (finances, emploi, logement) mais jamais je n’aurai pensé mon mari capable de me sortir les horreurs qu’il m’a servies….Je pensais bêtement que l’amour l’emporterait sans aucun doute….bon les choses se sont passés et 2 semaines après avoir réfléchit de son côté il m’a dit ok on le garde(un homme doit connaître les conséquences de l’avortement pour une femme de façon plus précise !!!)….Moi de mon côté avant son retour je savais que je le garderais que je ne pourrais pas avorter que je l’aurais trop mal vécu rien que pour le rendez vous à l’hôpital je pleurais au téléphone puis rendez vous gynéco pareille je me suis tournée vers des forums de maman un numéro vert je ne pouvais pas me résoudre mais l’évoquer pour toi c’est peut être faire ton chemin vers cette résolution ou pas….ce qui est certain c’est que la décision ne doit pas être prise à la légère sous peine que ton cœur et ton couple prennent perpétuité !!!comment le vivras tu après si tu le fais? le vois tu comme une possibilité ou l’évoquer te fais trop mal….. Après je ne te cache pas que ça n’à pas été facile mon mari a été odieux pendant des mois j’ai beaucoup souffert,ma famille m’est tombée dessus,je n’ai pas eu de soutien j’ai beaucoup pleuré….Ce n’est que vers la fin delà grossesse que celà c’est tassé que mon mari est devenu attentionné mais ça à été long et peu sécurisant comme parcours seule à tous les rdv, je sentais bien que je ne devais pas me plaindre….J’ai pris un risque mais je savais que si je ne gardais pas mon bébé mon couple clasherait tellement je lui en voudrais par la suite…..Donc beaucoup réfléchir surtout ne pas se précipiter même si le temps est compté.je te serres et t’embrasse.

  19. Complètement dingue cette histoire. A mon humble avis, ce choix va la mortifier pour le restant de ses jours. Si la question se pose que sa famille explose pour un troisième enfant alors, elle se reposera plus tard différemment j’en suis sûre. Peut-être qu’Elena ne se rend pas compte que sa famille est déjà dans une posture délicate…

  20. Nous avons 2 enfants. La génétique, la nature, font que nous ne pourrons en avoir d’autres. Quand je lis cette histoire, vous imaginez ce que je ressens.
    « La vie est une chance saisis la,
    La vie est un défi, fais lui face,
    La vie est une aventure, ose la »
    Ce sont les mots si connus de Mère Teresa. J’espère qu’ils vous aideront à prendre la bonne décision.

  21. Bonjour,
    Elisa je suis désolée d’insister, je sais que ça a déjà été dit mais je ne comprends pas pourquoi vous laissez ce numéro tenu par des personnes anti IVG. Est-ce un choix politique ?

    • Pour info, Elisa a déjà raconté qu’elle a subit des avortements et qu’elle était pour l’évolution des libertés de la femme. Elle a également laissé les commentaires relatifs à ce numéro. Inutile de laisser ce type de commentaire scabreux

  22. Je ne vois pas ce qu’il y a de scabreux là-dedans ?! Ça devient problématique qu’on ne puisse plus rien dire ici sans être accusé de vouloir nuire à Élisa.
    Je suis désolée mais je trouve extrêmement nuisible que ce numéro se trouve sur un blog aussi fréquenté et influant auprès de nombreuses femmes. Je suis donc étonnée qu’après les nombreux commentaires il n’ai pas été enlevé. À partir de là je vois deux possibilités ; soit les commentaires ne sont pas lus et Elisa n’est donc absolument pas au courant du problème. Il faudrait d’ailleurs peut-être le lui dire sur Instagram où elle semble réagir assez rapidement mais je n’ai personnellement pas de compte.
    Soit c’est un choix réfléchi et c’est, pour moi, désolant.
    S’il y une troisième possibilité je serais ravie de l’entendre !

Submit a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *