Chère Elisa #13

In Humeurs
Scroll this
Ce soir, j’ai choisi de ne pas répondre au commentaire d’Anouchka.
Je n’avais pas de mot, juste des larmes.
Si je n’ai pas écrit c’est aussi, parce qu’elle n’a pas besoin de mon vécu mais plutôt de poser son histoire.
Merci pour cette partie de ta vie, merci de nous montrer que même après le pire, il peut y avoir le meilleur.
Je t’embrasse de tout mon coeur
Elisa
Si vous souhaitez en savoir un peu plus sur Anouchka: voici le lien vers ses créations et son blog.
Toute la famille porte des tenues Envie de Fraise comme une ode à toutes les vies futures.
.
IMG_4414.jpg_effected IMG_4421.jpg_effected IMG_4434.jpg_effected IMG_4440.jpg_effected IMG_4452.jpg_effected IMG_4459.jpg_effected IMG_4461.jpg_effected IMG_4466.jpg_effected IMG_4469.jpg_effected IMG_4470.jpg_effected IMG_4473.jpg_effected IMG_4477.jpg_effected IMG_4496.jpg_effected
Chère Elisa,
On se connait un petit peu toutes les deux, mais j’ai eu envie de te dévoiler Mon histoire, pas celle que l’on voit tous les jours avec mes 3 adorables enfants mais celle qui est tout au fond de mon cœur et que je garde précieusement…
Lorsque j’ai eu mes 2 premiers garçons, j’étais âgée de 25 et 27 ans, je n’envisageais pas une minute d’avoir un autre enfant. Pour moi 2 petits garçons si rapprochés était déjà bien difficile à gérer ! Puis un été, à la plage, je me suis sentie “inutile”, mes 2 garçons jouaient paisiblement au bord de l’eau, ils n’avaient pas besoin de moi. L’idée du “petit troisième” m’est apparue !
Quelques mois plus tard je suis tombée enceinte d’un troisième petit garçon, nous étions tous si heureux ! 
La grossesse ne s’est pas déroulée aussi bien que les 2 précédentes, j’ai accouché très prématurément à 27 SA des suites d’une fissure de la poche des eaux 10 jours plus tôt. Mon petit Soldat est né le 30/10/2012, il pesait 850gr. Il a immédiatement été intégré dans le service de réa néonatologie. Nous avons passé 2 mois dans ce service. Deux mois ponctués d’allers retours quotidiens à l’hôpital, de pleurs, de rires, de tous petits bonheurs, d’immenses soulagements, d’angoisses, de peurs, de peaux à peaux, de berceuses, de soins, de caresses, de visites avec les grands frères…
Puis tout s’est arrêté… Le 20 Décembre 2012, alors que nous avions appris 6 jours auparavant que Roman était atteint d’IMC (Infirmité Moteur Cérébrale), il s’en est allé rejoindre les étoiles… Nous étions présents son papa et moi pour l’accompagner et le serrer fort dans nos bras jusqu’à son dernier souffle…
Tu vois Elisa, en sortant de sa chambre cette nuit là, sans lui, je ne pensais vraiment pas que j’allais me relever, je ne pensais pas non plus que j’allais continuer à vivre… Les mois qui ont suivi son décès, je n’ai pas vécu, enfin si, j’ai vécu en parallèle, j’étais là sans être là… 
Mes enfants et mon amoureux ont été ma seule force dans cette épreuve, je n’avais pas le droit de m’écrouler, au risque qu’ils s’écroulent à leur tour… Alors j’ai décidé de me soigner moralement et physiquement, j’ai décidé de comprendre ce qu’il s’était passé, j’ai décidé d’avancer, pour eux… Ce drame m’a endurcie, renforcée, je ne suis plus la même, mon Petit Soldat m’a transformée à tout jamais.
Ce sont mes enfants qui m’ont guidé et ouvert la voie, je n’en serai pas là sans eux. 
Lorsque l’on perd un enfant, on perd une partie de soi même, on ne se remet jamais de son départ. Il est très difficile de penser à l’avenir, à un autre enfant, l’enfant d’après… On culpabilise, on a peur de le trahir… c’est ce que j’ai ressenti très fort, je m’interdisais de penser à un autre enfant, et quand bien même lorsque je m’y autorisais une seconde, ce dernier n’avait pas sa place… Je vais te raconter une anecdote Elisa, un jour (toujours à la plage), mon plus grand garçon m’a demandé si les enfants qui jouaient près de nous avaient été adopté car ils étaient métisses et leur papa était de couleur blanche. Je lui ai expliqué que leur maman était peut être de couleur noire et que c’est pour cette raison que les enfants étaient métisses. Alors Liam m’a demandé s’il était possible que nous adoptions un bébé, il m’a expliqué qu’il pensait que je ne pouvais plus avoir d’enfant après l’accouchement difficile de Roman. Il était prêt… Mon grand garçon alors âgé de 6ans 1/2 était prêt à accueillir un autre bébé au sein de la famille, il m’a ouvert les yeux et le coeur…
Le chemin a été long et douloureux, mais 1an et 1 mois après le décès de Roman, je suis tombée de nouveau enceinte. J’avais peur, très peur… Je ne me suis jamais projetée durant cette grossesse, nous ne souhaitions pas connaitre le sexe du bébé. Je n’ai rien préparé avant la naissance, nous n’étions pas au point sur les prénoms… 
“Dans nos songes Roman nous sourit, Romy a refleuri notre vie” C’est avec cette si jolie phrase que la naissance de notre Petite Fleur a été annoncée sur le faire-part.  
Cette petite fille est un bonheur à l’état pur, elle est juste heureuse de vivre et nous le montre tous les jours ! Elle a 19 mois aujourd’hui, ses frères sont raides dingues d’elle et elle leur rend tellement d’amour…
Je pourrai écrire encore beaucoup sur mon histoire, l’histoire de notre famille… Celle de mes 4 enfants, Liam, Vadim, Roman et Romy…
Je t’embrasse bien fort,
Anouchka

56 Comments

  1. Je n’ai pas de mots non plus juste des pensées qui s’envolent vers les étoiles et vers Annouchka et sa famille ! Très sincèrement, Julie.

  2. Tu es forte et belle Anouchka. J’ai visité il y a un moment ton blog si beau. J’ai fait le lien lorsque tu l’as appelé “mon petit soldat”. Je suis heureuse pour vous que Romy vous accompagne aujourd’hui. Je vous embrasse

  3. ❤ beaucoup d’amour dans cette lettre, très émouvant …..

  4. C’est beau et touchant, le petit soldat a envoyé une petite fleur pour illuminer vos vies, et il veille sur vous. Beaucoup de bonheurs pour votre famille

  5. Que d’émotions en lisant cette lettre. J’en ai encore les larmes aux yeux et le coeur serré. Je suis contente de savoir que les moments de bonheur sont revenus même si un tel événement marque à tout jamais. Vous formez une belle famille.

    • “Le Bonheur en partant a dit qu’il reviendrait” Jacques Prévert
      Cette citation m’a été envoyée au moment du décès de Roman, elle est très importante dans ma vie <3

  6. C’est une lettre tellement Emouvante et Très Touchante, je n’aie pas de mot..!!.
    Je vous souhaite Pleins de Bonheur et d’Amour avec vos Enfants..!!.

  7. Tu m’as émue aux larmes !
    Tu es tellement courageuse que Roman vous a envoyé Romy pour vous consoler de son absence, il veille sur vous tous de là-haut et vous protège, il a été très courageux ce petit bonhomme…

  8. Merci Anouchka pour tes mots si forts – je connaissais déjà ton blog, un phare dans la nuit. Merci de parler et de partager la paroles d’autres parents qui portent l’histoire de leurs petits soldats. C’est si important d’en parler et de se réchauffer tous ensemble.

    • Oh merci c’est adorable ! Oui c’est important et cela me fait du bien de savoir que mon blog est utile ! Je reçois tellement de messages d’Amour depuis sa création en septembre dernier…
      Merci <3

  9. j’ai vécu la même chose que toi il y a 8 ans et après ce calvaire, une petite fille est née… elle a 6 ans aujourd’hui et elle s’appelle Romy….
    un prénom, un symbole….une petite fille pleine de vie, une battante extraordinaire

    • Oh comme je suis émue de te lire… Contacte moi ça me ferait plaisir de discuter avec toi ! <3

  10. De Anouchka je connaissais ses jolies créations et sa jolie tribu sur son IG, mais ni son histoire ni son blog. Vous avez l’air d’être une famille qui respire le bonheur et je te trouve très courageuse en sachant maintenant tout ça. Bravo à toi pour tout ce chemin parcouru et pour ta jolie Romy.
    Je me permets une petite bise!!

  11. En effet difficile de trouver les mots face au récit de la pire chose qu’il soit: perdre un enfant, surtout quand on ne l’a pas vécu. C’est très émouvant et cela force l’admiration. Aussi cela rappel les conséquences dramatique de la prématurité, toutes ces vies éprouvées, brisées, car il me semble que ce sujet est parfois trop banalisé sur les forums et dans les discussions courantes.

    • En effet, un sujet banalisé et très tabou que ce soit la prématurité ou le deuil d’un enfant… Merci pour ce message

  12. Merci beaucoup Anouchka pour ce joli témoignage. J’ai trouvé cette citation, posté par une copine sur Facebook ce matin, qui m’a fait pensé à toi, et à une de mes copines qui vient de vivre un drame également.
    “Tu n’es plus là où tu étais, mais tu es partout là où je suis”. Victor Hugo
    Merci à Élisa de nous ouvrir son espace également.

    • Cette citation est très belle, merci de l’avoir partagé… Je la retiens 😉 et la note dans le petit carnet que me sert de journal de bord pour l’écriture du blog. Merci <3

  13. Anouchka, je ne trouve pas les mots.
    Alors juste, je t’embrasse tendrement avec toute la tendresse d’une maman, les larmes aux yeux et le coeur gros de tout cet amour dont toi, et mon amie d’enfance êtes capables.

  14. Quel doux témoignage … qu’elle force, qu’elle tendresse dans tes mots …
    Ce récit ma émue aux larmes, j’en ai des frissons toute la journée d’y penser, merci pour ces pensées si douces, si belles, si pleines d’amour … il n’y a rien de plus dur que de perdre un enfant, je ne l’ai pas vécu moi même, mais je n’ose imaginer ô combien j’en serais meurtrie à vie.
    Merci pour ce partage de votre merveilleuse histoire, si triste, mais si belle par ce qu’elle a su vous apporter et ce que vous avez su en tirer, malgré la douleur, malgré la perte de votre petit ange.
    Je suis aussi une maman, et même si cela ne me renvoie pas à la perte d’un bébé, cela me renvoie au parcours pour avoir les miens, qui fut lui aussi, long et douloureux … on ne se rencontre pas toujours la ou l’on pense, la vie est parfois malicieuse. La magie des rencontres et découvertes inattendues …
    L

  15. Pourquoi ne trouvons nous pas de mots suite à cette lettre ? Peut-être que nous ne pouvons nous mettre à cette place si terrifiante d’une mère perdant son enfant.
    Ou nous savons juste qu’il n’y aura pas de mot pour diminuer la peine, aucun mot pour combler le vide…
    On ne peut qu’être admiratif par toute cette force qu’il a dû être mise en oeuvre pour avancer, pour sourire et pour vivre tout simplement.
    Alors bravo Anouchka ainsi qu’ à tous les parents qui avancent malgré l’absence.

    x LiLi Confetti x

    PS : Très jolie série de photos Elisa

  16. Comme toi Anouchka j’avais deux garçons, l’idée d’un troisième avait été abandonnée et puis elle a refait surface, et quelques mois plus tard, une petite fille a pris place dans mon ventre… Un jour bien noir de mars, pendant une échographie, son cœur s’est ralenti puis s’est arrêté, sous mes yeux. C’est tellement improbable qu’un enfant pas encore né attende que sa maman le regarde pour s’en aller comme ça, avec en fond le bruit du Doppler qui diminue progressivement pour atteindre le silence. Et la douleur immense qui s’en est suivie. Malgré le reste. Malgré mes deux garçons, mes immenses bonheurs. Avoir porté trois enfants mais ne pouvoir en serrer que deux dans mes bras. Ne pas réussir à imaginer une nouvelle grossesse. Les mois ont passé, il a bien fallu vivre , nous sommes partis en Irlande, et huit mois plus tard, deux petites filles ont vu le jour, deux petites merveilles qui ne feront pas oublier cette petite fille qui n’a jamais vu le jour, mais qui rendent tellement vraie cette jolie phrase que tu cites et que je ne connaissais pas: “le bonheur en partant a dit qu’il reviendrait. “Et il est revenu.
    Merci d’avoir confié ici ta douleur ( j’imagine à quel point ton expérience est pire encore que la mienne), et bonne route avec ta jolie tribu…

    • Comme je suis heureuse pour toi !! Merci Merci de ce message <3
      Il n'y a pas de pire ou de plus légère expérience, on compose avec ce que l'on a, on fait comme on peut, on ne nous apprend pas à vivre de telles drames en tant que parents…
      Je t'embrasse bien fort toi et tes 5 loulous <3

  17. Anouchka, j’ai parcouru votre blog hier et j’ai beaucoup pleuré. Ce qui me frappe c’est votre force mais c’est la façon dont vos garçons ont été forts aussi, comment ils ont vécu le drame. Quand on est maman on doit faire face à plein de questions des enfants, et vous êtes admirable dans vos réponses! La lettre, que vous leur destinez est magnifique, je crois aussi en ce genre de transmisssion.

    • Mes enfants ont cette sensibilité qui s’est accrue depuis le départ de leur frère, ils me surprennent tous les jours…
      J’ai fait de cette lettre un livret que je garde précieusement sur ma table de nuit, j’en ai remis quelques uns à mes très proches, ceux qui ont vécu ces moments avec nous et ceux qui nous ont porté. Il est très précieux <3
      Merci pour ce message

  18. Je ne commente jamais bien que je lise assidûment ton blog mais je dois dire que ce témoignage m’a beaucoup touchée… Plein de bonheur à toi Anoushka…

  19. Merci pour ce beau partage.
    L’entrecroisement de la vie et de la mort en néonatologie est si particulier.
    C’est un lieu ou l’on souffre parfois sa maternité. On y croise des grandes douleurs, des petits bonheurs, des joies timides et d’immenses espérances.
    On côtoie la solitude des mamans à qui ont a arraché leur bébé – pour son bien. C’est un tel paradoxe.
    C’est un lieu, où, certaines et certains veulent étouffer leur amour naissant “au cas où”.
    De notre côté, l’immense espoir s’est réalisé et G&L sont rentrés à la maison.
    Je ne peux qu’être touchée de votre perte.
    Je vous souhaite plein de bonheur 🙂

    • Comme je suis d’accord avec vous…
      Et je suis ravie que vos soient à vos côtés aujourd’hui <3

  20. Bonjour,
    je ne peux que venir partager un peu de mon histoire après cette émouvante lecture. Notre petit ange Alban est parti trop tôt, à 24 semaine de grossesse et j’ai aussi traversé cette période de vide et de rien, de vie “à côté”. C’était il y a 14 ans …
    Et puis la vie a continué et les bonheurs se sont enchainés. Trois enfants sont nés après, ils connaissent l’histoire de ce petit ange.
    Comme toi je pense être devenue plus forte
    La vie est parfois difficile, mais surtout la vie est belle
    Je vous embrasse
    Géraldine

    • La vie est Belle, j’en suis convaincue ! Ton petit Alban doit être fier de toi depuis là haut ! je t’embrasse <3

  21. Beaucoup d’émotion en lisant ce témoignage, j’en ai les larmes aux yeux et je pense à toutes ces mam’anges qui retrouvent de la force après une nouvelle naissance remplie de bonheur après avoir perdu un petit ange … et je pense à celles qui n’ont pas encore trouvé la force de rebondir… et je leur souhaite d’y arriver… car tout le monde à le droit au bonheur…
    Je vous embrasse…
    Christel

  22. Notre petite Romy est née le 7 décembre 2015. J’avais découvert ton blog si beau pendant ma grossesse et bien sûr j’ai beaucoup pensé à ta petite Romy et la promesse des belles choses à venir. Mon fils Titouan est né à 28 semaines et tout ce que tu évoques de la néonat, du quotidien de l’hôpital, des angoisses vécues, mais aussi des joies, me parle encore 13 ans après. Je t’embrasse Anouchka.

Submit a comment