Allaiter en travaillant

In Enfants
Scroll this

IMG_8660.JPG_effected IMG_8666.JPG_effected

Vous avez été nombreuses à me demander comment je gérais, reprise du travail et allaitement.

Si c’était fatiguant, gérable, facile.

Je vous avoue que même si c’était avant tout une affaire d’envie, je n’ai pas vraiment eu le choix!

Mia refuse obstinément le moindre biberon: y compris ceux avec mon lait.

J’ai donc opté, en accord avec son pédiatre, pour une diversification, avec des laitages qui remplacent le biberon dans la journée.

J’ai conservé les tétés de la nuit et celle du matin.

Je ne suis pas spécialement fatiguée (en tout cas pas plus que lorsque j’étais enceinte) et surtout j’adore ces moments ou je retrouve ma petite collée à moi, après une journée d’absence.

Je n’ai pas de baisse de lait.Après deux trois jours ou j’ai eu des montées de lait dans la journée, mon corps s’est habitué naturellement à ce nouveau rythme.

En revanche les jours ou je ne travaille pas, Mia tète plus souvent, entretenant certainement par la même ma lactation.

Je fais attention à ce que je mange, mais pas plus que d’habitude, je ne bois pas.

Je suis heureuse de ce rythme que nous avons trouvé ensemble, pour le moment c’est idéal pour nous.

Je n’ai pas vraiment réfléchi à l’après et tant que tout reste simple et fluide, j’ai envie de continuer cet allaitement qui nous plait tant à toutes les deux.

Ces moments ou nous sommes si heureuses de nous retrouver collées.

Ce post n’a pas pour vocation de prôner l’allaitement plutôt que le biberon, mais plutôt de partager mon expérience sur le sujet.

Et vous quel est votre vécu?

J’ai hâte de vous lire!

Belle soirée

Elisa

46 Comments

  1. c’est superbe de voir que tu as pu continué même en travaillant !!! bravo à vous deux !! Tu lui donnes quoi à ta Mia comme laitages ?? ma petite Meggy (qui est née le 20 avril !!!) refuse catégoriquement les yaourts adaptés à son âge… merci, bonne soirée !

  2. C’est énorme… quel courage !!! Ayant pris un congé parental de 1 an pour chacun de mes enfants je ne me suis pas retrouvée confrontée à ce contexte : allaitement / boulot…. mais cela me paraissait complétement infaisable d’allaiter et de travailler en même temps…. Franchement, vous êtes épatante !! Tout parait facile quand on vous lit et quant on vous voit à l’oeuvre ….vous avez la positive attitude … et merci de nous la faire partager … Des bisousssss

  3. Je me reconnais dans ton article, aujourd’hui il a 2 ans et il tete toujours no bibi!! Super

  4. Bonsoir,

    Quand j’ai commencé à allaiter je ne pensais pas que ça durerait aussi longtemps : 15 mois presque 16 !
    Je ne prône pas non plus l’allaitement mais j’avoue que je suis heureuse d’avoir vécue cette expérience. Si j’ai aimé allaiter mon tout petit nourrisson, j’ai encore plus aimé allaiter une petite fille qui me réclamait le “néné” 🙂
    J’ai cependant la chance de la garder ses 8 premiers mois et ensuite d’avoir un emploi du temps très souple qui me permettait de tirer mon lait pendant l’heure du déj’. En effet, contrairement à Mia, Capucine buvait de mon lait à la crèche. Par contre, elle ne boit toujours pas de lait (vache ou autre) mais adore le fromage et mange des yaourts.
    J’ai adoré vivre cette expérience mais j’ai aussi dû me confronter aux regards des autres qui au début sont bienveillants puis deviennent méfiants, j’ai souvent entendu “tu vas l’allaiter jusqu’à quel âge ?”, “jusqu’à son mariage” retorquais-je souvent par provocation ! Il est vrai, qu’à un moment, je me suis demandée comment j’allais la sevrer et puis finalement, c’est elle qui a décidé toute seule. Je l’allaitais, le plus souvent, allongée dans mon lit et un matin, alors qu’ elle savait à peine marcher, elle est descendue du lit sans téter et ce fût fini !
    Je donnerai tout pour revivre ses moments de douceur, je ne me suis jamais sentie aussi zen qu’en allaitant et bien qu’assez anxieuse, je n’ai jamais douté de ma capacité à bien la nourrir.
    Bonne continuation dans ton allaitement qui j’espère te comblera encore longtemps.
    Juliette

  5. Après un début d’allaitement plus que très difficile (en étant plus que mal conseillée) j’ai continué à allaiter pendant 10 moi pour notre grand bonheur à tous les 2. Cepdt il acceptait sans pb les biberons M*d*la qui ont la forme du sein, donc je pouvais tirer mon lait (et évitait autant que possible!!:)

  6. J’ai de la chance, j’ai toujours eu beaucoup de lait et longtemps.
    Pour Manon, à la reprise du travail, je l’allaitais le plus possible. Elle avait du lait maternisé le midi que lorsque je n’étais pas avec elle. Ca a duré 2 ans.
    Pour Anna, elle n’a jamais eu de lait maternisé. Je tirais mon lait qu’elle buvait chez la nounou dans un biberon (elle n’a adopté qu’un seul modèle, ce fut d’ailleurs le casse tête pour le trouver). Le reste du temps, je l’allaitais. Ca a duré 3 ans.
    Jamais l’allaitement ne parut difficile, c’était mon choix, une solide conviction chevillée au corps, j’ai adoré et je recommencerai plutôt deux fois qu’une!

  7. Bonsoir Elisa, ici l’allaitement était un choix et l’assumer à été très naturel, j’ai allaité nina jusque 21 mois c’était un plaisir et nous étions tellement connectées l’une à l’autre lors de ses moments qui finissaient par être des moments câlins. Pour son frère en revanche ce fut bien différent biensur j’ai adoré allaiter mon petit mais j’ai très vite ressentie le besoin d’arrêter je n’avait plus l’énergie, il avait une succion très forte et me faisait mal, j’avais sa sœur à gérer qui n’avait que 2ans et demie… Bref j’ai longtemps culpabilisé mais il a pris le biberon parfaitement ce qui m’a rassuré. Je n’ai pas repris le travail et je salue ton énergie! N’hésitez surtout pas à nous donner la recette…je ne prône en aucun cas l’allaitement. Cependant, à toutes celles qui seraient tentées, n’hésitez pas essayez, ainsi vous n’aurez pas de regrets.

  8. pour l’instant Amaia a un mois et demi et je suis contente tout se passe bien, c’est bien l’allaitement qui s’est mis en place entre mia et toi vous avez l’air d’y avoir trouvée chacune votre compte. Pour l’instant de mon cote c’est un avantage sauf parfois pour s’habiller mais pour la suite je n’ai encore rien décidé et je suis bien contente d’avoir eu ton expérience.

  9. Merci pour ce joli partage. Merci de parler d’envie, car, vous avez raison, si on n’en a pas vraiment envie, cela me fonctionnera pas bien, l’échange ne sera pas aussi doux. Moi, je n’en ai jamais eu l’envie. Un rapport au corps difficile pour moi, mais je trouve très beau une maman qui “donne le sein”.

  10. Quel jolie moment vous nous faites partager,elle met sa p’tite main sur la votre c’est adorable comme tout..!!.
    Sublime..!!

  11. Bonjour Elisa,
    J’ai deux garçons. A la naissance de mon 1er, il y a 5 ans, je voulais à tout pris l’allaiter. Mais ça n’a pas marché, car entre autres j’ai été très mal conseillée et entourée.
    Cette année, le 15 mai, j’ai donc eu mon deuxième petit loup. Je ne me suis pas pris la tête. Je m’étais dis, si l’allaitement marche tant mieux, s’il ne marche pas ce n’est pas grave puisque mon petit loup n°1 a grandi comme il faut même avec les biberons. Et puis, l’allaitement s’est bien mis en route. Chaque jour passant, je me disais, c’est un jour de gagné. Aujourd’hui, 5 mois et demi plus tard je l’allaite encore. Et comme vous, j’ai repris le travail il y a presque 2 mois. En semaine, je lui donne le sein, le matin, le soir et la nuit s’il réclame. Le we, je lui donne le sein à la demande. Je trouve ce contact et cet échange avec mon bébé formidable. J’aime sa petite main qui attrape la mienne, qui attrape mon t-shirt ou qui est tout simplement posée sur moi. J’aime son petit sourire de bébé repu juste après la tété. Ce sont des moments magiques et j’espère qu’ils dureront encore longtemps.
    Pour information, il y a le dernier numéro de la Leche League qui traite de ce sujet.
    Très belle journée.

  12. Les photos sont magnifiques. Merci pour cet article. C’est super d’avoir des témoignages qui montrent que la reprise du travail ne signe pas la fin de l’allaitement. Pour ma première, j’allaitais matin et soir ma ma lactation ne s’est pas maintenue, ma fille était trop petite et j’étais mal informée. Aujourd’hui je travaille à mi-temps en allaitant mon second bébé qui a maintenant 9 mois et j’espère que cela durera car comme pour toi, ces moments d’allaitement sont des moments de bonheur et d’apaisement.

  13. J’ai allaité pendant 8 mois (j’ai adorée !), le matin et le soir quand j’ai repris le boulot (je tirais le lait pour la journée) puis lentement le lait s’est tarit comme son désir de téter et c’est tout naturellement que ça s’est arrêté sans douleur et sans sevrage ! La nature est bien faite :)).

  14. Merci pour ce retour tout en simplicité, ça manque souvent ! J’espère également pouvoir allaiter au moment de la reprise du boulot.
    Je croise les doigts pour que ça soit possible et dans d’aussi bonnes conditions.

    Bonne continuation

  15. Merci pour ton partage d’expérience ! Pour ma part j’ai eu un de par assez difficile, la puce s’endormait au sein et personne à la maternité m’a dit qu’il fallait la réveiller et éviter ça. Du coup elle ne mangeait pas bien et la lactation baissait. J’ai été suivi par une conseillère en lactation pour améliorer la situation. Je devais lui donner du l’ai maternisé en complément après chaque tété sauf le matin et la nuit. Puis tout doucement tout s’est amélioré et j’en suis à un biberon par jour (elle a 3 mois). Je me dis qu’à partir des 4 mois en insérant les purées, l’allaitement va s’éloigner encore plus ! Le début fut dur psychologiquement et physiquement pour tout le monde mais je ne regrette pas d’avoir persister !! J’adore ces moments… Et j’aimerais allaiter jusqu’à sa première année…

  16. tu as bien raison d’allaiter tant que tu peux. j’ai biberonné et biberonnerai le deuxieme bébé qui est en route mais je trouve que cest tres bien pour Mia …et toi!

  17. Bonjour Elisa,
    J’ai une expérience similaire à la tienne. J’ai commencé l’allaitement sans pression, tout c’est bien passé. J’ai repris le travail, le rythme nous convenait à tous les 2, ca fait déjà 1an! Aujourd’hui mon fils à 16mois et je l’allaite le soir et matin (nuit si besoin). J’adore aussi ce moment de fin de journée ou je le trouve blotti dans mes bras.

  18. Coucou Elisa! J’envie tellement celle qui trouve un rythme entre boulot et maison. Pour ma part l’allaitement est toujours allé de soi et pourtant ça n’a pas été une partie de plaisir. Quand j’ai commencé à vraiment apprécier, le travail a repris et petit à petit le rythme s’est cassé, j’ai eu moins de lait jusqu’à ne plus pouvoir allaiter du tout. Ça reste un regret mais je garde espoir mon pour petit 2 en cours, je suis sûre que ça sera une tout autre expérience 😉 En attendant, je te lis régulièrement et commente peu voire jamais mais je merci pour ce blog, ce que tu partage qui souvent m’inspire. Je souhaite à toi et ta petite famille toujours plus de rire, de bonheur et d’amour.

  19. Bonjour Elisa,
    Je ne sais pas combien nous sommes à te suivre ici, sur IG etc mais je trouve ça bien que tu en parles. Trop de fois le regard des autres est suspicieux quand on allaite un bébé longtemps. Tant qu’on ne l’a pas vécu on ne peut pas comprendre ce que l’on ressent quand bébé s’endort au sein avec une goutte de notre lait au coin de la bouche !
    bonne continuation à toi et ta troupe.

  20. Oh! ce post me touche particulièrement (déjà le précédent “un si beau placard” et je n’avais pas pris le temps de répondre, merci de l’avoir écrit, merci de le dire) car j’étais très curieuse de savoir comment tu faisais (je me permets de dire tu) car moi aussi je continue à allaiter (mon fils a 7 mois 1/2) tout en montant mon entreprise ! On a essayé le biberon mais il préfère tellement le sein et je trouve ça vraiment plus simple que d’avoir à m’occuper de chauffer et nettoyer les bibs! Les jours où je suis en rdv et où une de ses mamies le gardent (j’ai pas trouvé Marry Poppins 😉 et habitant à la campagne pas de crèche!), il a un yaourt en plus des légumes ou compote et j’essaye de rentrer à temps pour la tétée de 16h ou du soir. On ne le dit pas assez je pense, allaiter et bosser ça peut être facile surtout au moment de la diversification où la tétée peut être remplacée par un laitage. Après effectivement c’est une affaire d’envie et chacun fait comme bon lui semble. Merci pour ce joli blog et pour ces jolis moments partagés ou je retrouve un peu de ma vie de jeune maman et où je me rassure parfois et où je pioche des conseils, des idées. Belle journée et belle continuation!

  21. J’ai allaité mon petit garçon en me disant “je vais essayer, je verrais bien si cela nous convient”. J’avais très peur de la reprise du travail. Je suis retournée à mon poste alors qu’il avait trois mois, et ce petit bonhomme plein de caractère m’avait bien fait comprendre qu’il ne me laisserait pas mettre fin à l’allaitement aussi vite. Alors un mois auparavant, j’ai commencé à tirer mon lait avec un tire-lait électrique loué à la pharmacie, et à le congeler. Puis j’ai repris le boulot, avec une amplitude horaire assez large: je déposais mon bébé chez la nounou à 9h00 et je rentrais le soir vers 20h30. Dans la journée, je me baladais avec mon tire-lait manuel et mon sac réfrigéré (pas de frigo sur mon lieu de travail) pour conserver mon lait. je tirais mon lait dans la seule pièce qui fermait à clé: les toilettes, malheureusement. La nounou me suivait parfaitement côté allaitement, et ne lui donnait rien d’autre que mon lait, comme convenu. Le soir, dès mon retour, mon petit vorace se jetait sur mon sein pendant que je tirais mon lait de l’autre. Les jours de congé, il tétait énormément, se “rattrapait”, il tétait beaucoup la nuit, aussi. Lorsqu’il a eu onze mois, nous avons décroché une place en crèche, il a fallu négocier pour qu’il puisse continuer à avoir mon lait et rien d’autre. La seule fois où il a reçu du lait artificiel, il ne l’a pas digéré: les auxiliaires maternelles n’ont pas réitéré la tentative! Au bout de seize mois, j’ai cessé de tirer mon lait, mais comme Mia, il n’a pas eu de lait artificiel à la crèche, rien d’autre que du fromage et des petits-suisses. Il tétait toujours énormément dès que j’étais à proximité. Il a été allaité pendant deux ans et demi: nous avons dû mettre fin à ses tétées parce que je devais être opérée, mais cela n’a pas été facile de son côté….. Je précise que je ne suis pas une militante de l’allaitement à tout prix. Mais voilà, cela nous convenait parfaitement, à lui et à moi, et j’en garde de bons souvenirs, même si cela exigeait une certaine organisation: ça en valait vraiment la peine.

  22. Ahhhhhhh l’alaitement! Pour ce qui est de mon expérience, j’ai allaité ma fille exclusivement jusqu’à 4 mois, soit deux semaines avant la reprise du travail. Le premier biberon a été une épreuve pour moi, même si ce fut au final un moment très gai. J’ai profité du fait que le papa, le grand-père et l’oncle soient exceptionnellement réunis pour se relayer pour cette première. Moi un peu vexée, elle a adoré!! Ensuite les choses se sont mises en place naturellement, j’ai conservé durant 2 mois une tétée le matin et une tétée le soir sans problème. Et après quelques jours de séparation, vers ses 7 mois, c’est Zoé qui a décidé que les biberons c’était tout de même chouette. Elle a refusé mon sein. Je me suis sentie rejetée au début avant de me dire que c’est bien comme ca, que c’est elle qui a choisi, et 7 mois c’était déjà bien…. Mais j’aurais tout de même continué avec plaisir.

  23. Bonjour Elisa,

    Lilou, je l’ai allaitée jusqu’à ses 9 mois et 2 jours. J’ai repris le travail quand elle avait 4 mois 1/12.
    Tétées le matin avant de partir travailler et le soir. En journée biberons chez la nounou (ouf elle les prenait sans pb).
    Les weekend c’était “open bar” et donc tétées à volonté et à sa demande. Plus de montées de lait, mon corps s’était habitué à ce rythme et c’était extra. J’ai arrêté en douceur car je la sentais prête ; elle commençait à jouer et je me transformais pour elle en Sophie la Girafe…

  24. Bonjour Elisa et ses lectrices/lecteurs,
    je n’avais pas fait le choix de l’allaitement à tout prix mais le voulais le plus naturel possible et il a eu lieu jusqu’à ses 23 mois à mon plus grand étonnement .. la reprise du travail fut difficile ayant un employeur refusant de respecter la Loi pour les mères allaitantes (il considérait que l’enfant devait être à portée de sein !) Je tirais donc mon lait durant ma pause déjeuner et le mettais au frais … Ce fut un réel plaisir de vivre ce peau à peau et cette complicité avec mon fils par l’allaitement. J’ai beaucoup aimé cette période malgré le regard désapprobateur et les remarques déplacées de bon nombre de personnes, y compris très proches. Chacun y allant de son couplet et de son savoir sur les défauts de l’allaitement … la croissance … et j’en passe ! Ce fu le plus difficile dans cette expérience merveilleuse.
    Aujourd’hui, je reste persuadée que l’allaitement a beaucoup servi tant psychologiquement que physiologiquement.
    Bonne journée

  25. Je suis médecin et me sentait “obligée” d’allaiter, sans réelle envie. Quand Alice est née, la mise en route de l’allaitement s’est bien passé et nous avons continué pendant 8 mois. J’ai repris le travail à ses 2 mois et demi mais je m’organisait pour lui donner une têtée sur ma pause déjeuner, j’ai pu faire ç

    • J’ai pu faire ça jusqu’à ses 5 mois mais ensuite changement de rythme et impossible de rentrer à midi, donc une têtée matin et soir. Souvent, mon bébé m’attendait jusqu’à 20h voir 20h30 pour manger! Quel amour! Maintenant, elle a 2 ans et demi et il me semble que cette période est lointaine, j’y repense avec nostalgie. En tout cas, cette expérience de l’allaitement a été forte personnellement mais aussi professionnellement, quand une maman en consultation me demande des conseils pour l’allaitement, c’est beaucoup plus facile pour lui répondre! L’allaitement, ce n’est pas inné comme on le pense souvent, ça ne s’apprend pas dans les livres non plus!

  26. Cette fluidité dont vous parlez, c’est exactement ce que je veux vivre! Un allaitement pas exclusif, mais pas forcément limité par la reprise du travail. La liberté en somme! Merci!

  27. Bonjour Élisa,
    L’allaitement est une sacrée aventure, jamais je n’aurais pensé allaiter si longtemps avant de partager ce lien intense avec ma Mia, deux ans et demi, qui tête encore chaque matin au réveil. J’ai repris le travail alors qu’elle avait 4 mois, sa nounou lui donnait le peu de lait que j’arrivais à tirer et complétait avec des yaourts de brebis. Merci pour votre partage sincère sur ce blog.

  28. magnifique photo plaine de douceur!! j’allaite mon fils de 19 mois mais maintenant se sont des tétées câlins avec les regards, les caresses et tout et tout …que du bonheur !!
    mes 3 ainés ont été eux aussi allaités jusqu’à 18/24 mois, je n’ai pas meilleurs souvenirs que tout ses magnifiques instant où l’on est “collé” avec son bébé et où le temps s’arrête pour profiter à fond de ses moments précieux et que dire de la première tétées !!!!
    ahhhh quel bonheur !! un petit 5 ème juste pour donner le sein ???? je dirais oui sans hésiter mais restons lucide je ne suis plus toute jeune et 4 enfants s’est beaucoup d’occupation !
    alors bon courage Elisa pour gérer travail et allaitement et profitez à fooooond de la joie de l’allaitement !!
    tendres baisés…mouah mouah

  29. je trouve ces photos si jolies , elle reflètent bien la douceur de votre moment , la complicité de ce geste .. .

    j’ai eu beaucoup de difficultés à allaiter , peut-être à cause de mes craintes , en parti à cause de la césarienne faites en urgence , et il parait aussi un peu à cause de mon surpoids .. .
    je n’ai jamais eu de montée de lait , tel qu’on en parle , pas de douleurs , pas d’abondance , rien .. .
    je devais tirer mon lait toute les heures et demi pour stimuler ma lactation , puis j’allaitais ma petite , et devait complémenter avec mon lait tiré plus tôt .. . c’était pas évident , et j’étais en souffrance de ne pas y arriver vraiment .
    Puis je ne tirais plus assez pour complémenter, on a du passer au lait artificiel , et au bout de 4 mois et demi , ma fille n’a plus voulu de l’allaitement !

    c’est beau la façon dont tu parles de ça ,
    magnifique ces instants que tu partages avec nous ,
    et je t’envie beaucoup beaucoup !

    qui sait .. . pour le second , ça sera peut-être plus facile !

    bisous doux.

  30. oh, cette petite main posée contre la tienne…ça m’a fait tout bizarre de voir cette image et réaliser combien le temps a passé chez moi. Ma “petite” a désormais 6 ans mais j’ai de magnifiques souvenirs de son allaitement. J’avais la chance de travailler pas loin de la maison donc la nounou la faisait manger et j’arrivais juste à temps pour lui donner sa tétée avant qu’elle ne fasse sa sieste, puis goûter comme chez toi à 16h sans biberon et tétée à nouveau le soir. C’était un changement tout en douceur, pour toutes les deux et j’en garde un très bon souvenir. Si j’avais travaillé plus loin, on aurait sauté le midi aussi, mais comme tu le dis si bien, le moment de la tétée, si on le souhaite, est avant tout pour le plaisir de se retrouver tout proches donc ce n’est pas une contrainte mais un bonheur en plus. Après, ça dépend des enfants aussi et il faut être à leur écoute, trouver le bon équilibre qui va bien à tout le monde. Je vous souhaite une belle soirée!

  31. Bonjour, j allaite toujours lila.elle a. 29 mois. Moi aussi je travaille et j’ai aussi 3 enfants. Effectivement le corps s adapte à parfaitement au nouveau rythme et très rapidement après la reprise du travail il n y a plus de montée de lait pendant la journée.

  32. Quelle belle photo ! Pareil ma fille a toujours refusé les biberons avec mon lait. Après deux semaines d’essai en vain à la crèche, elle s’est mis à le boire au verre. Du coup, je tire mon lait à midi au boulot, puis je donne le sein quand je ne travaille pas. Comme toi mon corps semble s’adapter, des jours avec plus ou moins de tétées…. Quel bonheur le soir d’avoir mon petit amour tout chaud contre moi le matin avant de partir et le sentir s’endormir le soir. Ma fille a 8 mois et j’espère bien pouvoir l’allaiter encore, tant que nous y trouvons toutes les deux tant de plaisir.

  33. J’ai allaité mes 3 enfants et ai continué à le faire jusqu’à leur 9 mois avec une reprise du travail vers 3/4 mois.
    Ma première acceptait les biberons de mon lait donc je tirais à midi (mettais au frigo de mon travail) et tirais encore le soir, le week-end. Bon, pour elle j’étais une fontaine de lait (200ml tiré en 10 min chaque midi), je donnais aussi au lactarium et ma fille en 100% sein pesait 10kg à 6 mois ! (si si ! j’ai des preuves!).
    Ma 2ème et mon 3ème refusaient le biberon avec mon lait ! Donc diversification précoce et allaitement matin/soir et à volonté !

  34. Super Elisa ton article! En tant que sage-femme, je peux dire que, malgré mes encouragements, c’est très rare d’allaiter en travaillant (baisse de lait avec la fatigue et le stress, mais surtout bébé a pris l’habitude du bib qui coule bien + facilement, même s’il existe des bib spéciaux…)
    En tant que maman :
    J’allaite ma deuxième, Céleste, née le 13 avril (celle qui s’habille comme Mia 😉 ) j’ai repris le travail depuis 3 mois et elle n’a pas (encore!) eu de lait autre que le mien. Petite victoire (pour l’instant) car c’est vraiment difficile de tirer son lait, courir pour donner la tétée avant qu’elle n’ait trop faim après sa compote/purée… J’avoue me mettre un peu trop la pression (sûrement par mon métier et aussi pour faire comme pour ma première…) car allaiter et travailler c’est pas évident, fatiguant mais quel bonheur de donner son lait… 😉

  35. J’ai allaité ma fille jusqu’à 7 mois…j’ai repris le travail 1 mois avant d’être en vacances pendant 2 mois puis 1 mois en septembre en travaillant. Le mois de reprise de travail, j’ai tiré mon lait (loué sur un super site Grandir nature)….j’ai juste eu une baisse de lactation pendant 2 jours, je tirais mon lait le midi. Pendant es 2 jours de baisse, son père venait le chercher pour l’apporter à sa nounou. J’ai adoré ces moments, j’avais beaucoup de lait donc c’était facile et elle grossissait bien aussi. J’espère que ce sera la même chose pour ma seconde qui ne devrait pas tarder à se montrer. Je dis toujours que je suis pro allaitement pour moi, chacun étant libre de ses choix et de ses ressentis. Malgré un début difficile, trop de lait, engorgement, mauvais conseils puis sauvé grâce à une puer de l’HAD, je me suis accrochée, j’aurais été triste de ne pas pouvoir le faire. Si j’ai autant de lait que la première fois, j’irai faire un don au lactarium 🙂 Voilà. Bonne continuation, bonnes tétées pour Mia !!!

  36. Superbes ces photos, que ça donne envie… pour des raisons médicales (prise de médicaments) je n’ai pas pu allaiter ni faire de tétée d’accueil donc je lis ce post par procuration, et je te remercie d’être si délicate vis à vis de celles qui ne donnent pas le sein.
    Heureusement, le moment du biberon peut aussi être très tendre, il y a le portage, les massages et tout plein de façons d’établir un lien fort et charnel avec son bébé.

  37. Quelle chance!
    Moi pour mon premier qui a 8 ans je ne m’étais pas vraiment posé la question, il était évident que je devais arrêter l’allaitement à la reprise du travail, il avait presque 4 mois! ça a été un crève cœur pour moi, même si le passage au biberon a été assez simple!
    Pour ma seconde en revanche impossible de continuer après la reprise du travail, car je n’ai tout simplement plus eu de lait du tout! j’ai tout essayé, j’allais l’allaiter chez la nounou à midi je la mettais le plus souvent au sein quand elle était avec moi, je buvais beaucoup d’eau, de tisanes, j’ai essayé tout sorte de chose pour augmenter la lactation! j’ai certainement fais des erreurs la fatigue et le manque d’appétit devait certainement être en cause mais c’est un grand regret!
    pour le 3ème j’essayerais de moins me prendre la tête mais j’aimerai comme toi réussir cette étape, des conseils???

  38. Je serais curieuse de savoir comment ça s’est passé lorsque tu t’es absentée une nuit entière ! Avec ma grande, j’ai fait comme toi yaourts car elle refusait les biberons mais je ne l’ai laissée une nuit qu’après ses 15 mois car elle tétait encore pas mal la nuit. Pour ma deuxième puce qui a 5 mois, on prend le même chemin car elle refuse les biberons mais comme j’ai vu que tu es allée à Lille sans Mia, ça m’intéresserait de savoir comment ça s’est passé.

    Comme tu le dis, tant que c’est doux et simple, c’est vraiment chouette 🙂

    • ne dis pas la vérité … ou alors tu changes les noms pour la protection des témoins …

  39. Très jolies photos d’une maman qui allaite. Douces, modernes et séduisantes. Merci Elisa.
    Je ne suis pas une zélée de la tétée mais j’encourage les futures mamans à découvrir ce bonheur. J’ai allaité mon fiston jusqu’à ses deux ans et demi. J’ai repris le travail à ses 6 mois et j’ai donc été une maman shaddok (celle qui tire son lait;-)) pendant deux ans. Je n’ai presque pas de mérite : mon chaton était accro à mon lait jusqu’à ses 9 mois avant de se diversifier. C’est lui qui a gouverné notre allaitement. Je travaille à 120 km du domicile familial par session de trois jours. J’ai loué un tire – lait (remboursé SS et mutuelle), acheté un beau sac de transport et bu des tas de jus de fruits afin de conserver les petites bouteilles en verre (aisées à nettoyer). Au travail, je tirai mon lait dans un local qui sert de cuisine et de lieu d’affichage syndical, planquée derrière un paravent en carton. Chez mon deuxième chez – moi, je stockais le lait au frigo ou au congelo. A la maison, le papa donnait mon lait au fiston. Et je trimballais mes petites bouteilles de lait dans le train du retour !
    J’ai parfois été très fatiguée, soucieuse si la lactation baissait mais je l’ai fait parce que je devinais que chaton en avait besoin. J’ai eu le déclic aussi de poursuivre l’allaitement en lisant une revue de la Leche League. Dire que j’avais pris un RV chez la sage femme pour qu’elle m’explique le sevrage aux 5-6 mois du chaton! Je ne voyais pas du tout allaiter un enfant qui marche.
    Aujourd’hui, il a 6 ans et quand il a un coup de mou, vient se blottir contre moi, sa main Sur ma poitrine en peau à peau. Ça dure un rien et il repart requinqué.
    Bon allaitement et bons biberons avec vos petiots. Merci pour ce blog

  40. Pareil mais je suis plutôt fatiguée et quand je suis là, ma minette a tendance à refuser catégoriquement les purées et les compotes. Bon, ce n’est pas très grave et cela nous convient très bien 🙂

  41. Fin juin, l’allaitement de mon deuz’ s’est terminé lors de ses 22 mois parce que j’étais enceinte (2 mois et demi de grossesse) et que le lait commençait à manquer cruellement. J’ai la chance d’être instit’ et d’avoir pu le faire téter à volonté encore 3 jours par semaine et le matin et le soir (parfois la nuit) les autres jours. Pas de fatigue particulière, pas de régime alimentaire spécifique juste l’envie de se retrouver lover l’un contre l’autre. Je tirai mon lait le midi pour que la nourrice le mélange à du lait artificiel mais comme ta fille il a fallu du temps (et le savoir-faire du papa) pour qu’il veuille enfin prendre le biberon. Du bonheur, de la plénitude et un très joli côté de mon expérience de mère.

  42. Bonjour,
    je suis en ce moment en train de taper mon commentaire d’une main car je tire mon lait avant de partir au boulot pour la première fois! Je ne sais pas du tout si j’arriverai à continuer et combien de temps mais je ferai tout pour que mon allaitement perdure!

  43. Pour mon aîné qui a 5 ans, ma supérieure m.a dit : ” travailler ou rester chez soi il faut choisir …” J’ai essayé de tenir bon, comme je pouvais, j’ai souffert physiquement et psychologiquement, mais ça n’a pas pu continuer. J’étais nouvelle, jeune, pas vraiment préparée. Pour ma fille qui a 17 mois quand j’ai dit à la même supérieure que je voulais continuer à allaiter elle m’a dit “ok tu vois avec la directrice comment ça se passe” La directrice m’a sorti un texte de loi qu’elle a lu et interprété à son avantage me disant “vous avez 40 minutes par jour travaillé, vous les prenez en deux fois mais bien sur quand vous voulez du moment que ça n’ai pas d’incidence sur votre travail. Ah oui ce temps la n’est pas rémunéré donc vous notez sur une feuille le temps que vous avez pris ( 20 ou 40 minutes ) et vous le donnez à la comptable ! ” Pour info je travaille 12h d’affilées dans un service de réanimation. Je suis infirmière et les personnes qui me supervise le sont aussi … J’ai continué d’allaiter trois mois seulement et puis tout s’est arrêté très vite. Si j’ai un troisième enfant un jour je ferai tout pour ne pas retourner travailler …pourtant mon métier je l’aime et il m’apporte beaucoup. Je trouve se rapport à l’allaitement tellement choquant …
    Je te souhaite de profiter de ce lien et de ces moments complètement magiques aussi longtemps que toi et Mia en auront envie.

Submit a comment